Le risque, pour l'Humanité, de perdre son ultime liberté :<br>celle de pouvoir crypter sans aucune limite<br>afin de préserver<br>la Liberté, les Droits fondamentaux et l'idéal démocratique
 

Le risque, pour l'Humanité, de perdre son ultime liberté :
celle de pouvoir crypter sans aucune limite
afin de préserver
la Liberté, les Droits fondamentaux et l'idéal démocratique




 


Pour accéder au Tchat de ce site, cliquez [ici].



LIENS & INFORMATIONS DIVERSES ET VARIÉES DU MOMENT

Pour un meilleur confort visuel et de navigation, vous pouvez consulter dans une pleine page toutes les informations contenues dans le cadre ci-dessus, en cliquant [ici].

 

Si vous aimez
cette page
 : 


==============================================================================================================================================
                        RAPPEL : Tous les articles et informations de ce site sont © BlueMan - REPRODUCTION INTERDITE.

Puisque vous lisez actuellement cet avertissement, cela prouve déjà que vous êtes en train de commettre un acte de piratage par un procédé
de rétro-ingénierie visant à afficher et/ou décoder, puis s'accaparer tout ou partie du contenu de pages protégées par des lois nationales et
internationales sur les droits d'auteur. Il est encore temps de renoncer. Ne devenez pas un minable, un voleur ; cherchez, créez, inventez, apportez quelque chose au monde ! ==============================================================================================================================================


Avec les années et les intérêts de certains, les libertés diminuent de plus en plus dans le monde, et particulièrement là où c'est le plus inquiétant, dans les pays occidentaux. C'est inquiétant, parce que les pays émergeants "copient" les façons de faire des "grands". C'est un processus psychologique fondé sur la peur de l'inconnu, sur l'imitation mécanique, et sur le manque de discernement des dirigeants de ces pays. Il faut dire que beaucoup d'entre eux sont plus intéressés par le pouvoir, l'argent et la notoriété que par le bonheur des peuples qu'ils dirigent, mais c'est une autre histoire (À titre d'exemple, on a estimé que la dette des pays africains est égal à la sommes des avoirs en Suisse des dirigeants de ces pays - Source : Pierre Péant, journaliste d'investigation spécialisé sur l'Afrique...). Bref, les libertés diminuent chez nous, et les pays émergeants, qui observent les politiques liberticides des pays occidentaux, font de même.

Quand on sait que les attentats du 11 Septembre sont d'origine interne, avec pour finalités la guerre en Irak, la restriction des libertés, avancer vers un nouvel ordre mondial fasciste, développer, accroître le contrôle des personnes et la surveillance tout azimut, en plus de faire fonctionner le complexe militaro-industriel, on ne peut être que très inquiet... Un seul exemple que je vous invite à vérifier par vous-même (rassurez-vous, vous trouverez l'information facilement) : à un bloc en retrait des deux tours du WTC (donc bien protégé de l'effondrement des deux tours par un autre bâtiment, qui lui était en contact avec les deux tours), un autre immeuble le WT7, celui abritant la section FBI spécialisée dans les enquêtes liées à la corruption, à la finance, aux trafics d'influences, et aux opérations boursières douteuses, a été ENTIÈREMENT DÉTRUIT ; pourtant, il ne touche pas du tout les 2 tours : il est en retrait derrière un autre bâtiment... L'examen de la scène de destruction de cet immeuble a révélé que jamais cet immeuble n'aurait du s'effondrer, celui-ci étant "protégé" par l'autre immeuble, lui plus proche des deux tours. Quand aux débris, ils ont révélé des traces chimiques de l'utilisation d'explosifs, de la thermite, et les experts ont déduits des morceaux restants que si les piliers porteurs de cet édifice avaient cédé, c'est parce qu'ils avaient été comme "sciés", mais suite à une utilisation, là encore, d'explosifs. Or, ce qui est étonnant, c'est qu'en plus, deux jours avant les attentats, plusieurs personnes travaillant à des étages différents du bâtiment détruit, ont remarqué qu'un groupe de supposés techniciens avait passé toute la journée dans l'immeuble, installant ici et là dans tout l'immeuble des équipement apparemment électroniques, mais d'origine et d'utilité inconnue... Les faits parlent d'eux-mêmes : on a décidé de profiter de la destruction des deux tours jumelles (ce qui implique, une fois de plus, que leur attaque était connue des autorités) pour se débarrasser, par la même occasion, d'une structure gênante pour certains hauts dirigeants ou certaines huiles très puissantes...

Mais ceux qui dirigent le Monde n'en sont pas à leur coup d'essai : ils ont répété pour le 11 Septembre le même processus que celui qu'ils avaient déjà mis en place pour pousser les États-Unis à entrer en guerre lors du deuxième conflit mondial : Pearl Harbour. L'attaque des japonais a été en effet prévue et son utilisation planifiée à l'avance : il ont laissé faire les Japonais. Pour preuves, les trois faits qu'il est facile de vérifier directement par soi-même :

  1. Lors de l'attaque, il ne reste, dans ce port important militairement, plus aucun navire de guerre majeur, absolument plus aucun porte-avion...

  2. Lors de l'attaque, il n'y a plus à quai aucun navire marchand.

  3. Et pour cause : les navire marchands et de commerce ont reçu l'ordre impératif de quitter le port de Pearl Harbour quelques jours avant l'attaque...

Tout ceci, pour dire quoi ? Pour dire que progressivement, ceux qui gouvernent le Monde, ont compris que, face à l'explosion démographique, face à l'émergence à long terme inévitable de la démocratie partout dans le Monde, la seule solution c'était le contrôle absolu des Nations par le développement de pseudo-démocraties parfaitement contrôlées : les pseudo-démocraties, comme par exemple les États-Unis, le Canada, l'Angleterre, la France, etc., ont le goût, l'aspect, d'une démocratie, mais en réalité, elles sont entièrement noyautées, parce-qu'on a pris soin de retirer le droit à ces nations de créer l'argent et de céder cet immense pouvoir à des banques privées, en plus de diviser ces nation par la création de contre-pouvoirs, au moyen de l'infiltration de certains mouvements auxquels l'opinion publique est sensible, etc... (Un seul exemple, et en France : la création du syndicat "Force Ouvrière" est une pure création de la CIA, un fait quasiment de notoriété publique aujourd'hui, bien qu'inconnu des nouvelles générations). La pseudo-démocratie est la seule forme de régime qui puisse être manœuvrée par les puissants. Les régimes forts, sous l'emprise d'un homme unique fort ou d'un Roi volontaire sont, en effet, incontrôlables, et même parfois quasi-inmanœuvrables. Alors pour arriver au contrôle des pseudo-démocraties les puissants ont, en autres (c'est un sujet vaste et un peu plus compliqué), convenu de restreindre le plus qu'il le pourront les libertés fondamentales individuelles, de se prémunir de toute mauvaise surprise par l'écoute systématique de tous les médias de communication de la planète, quels qu'ils soient (Si le sujet vous intéresse, je vous recommande d'enquêter sur "le projet Échelon", sur la NSA et ses salles d'informatiques si grandes qu'il y est nécessaire de posséder des talkies-walkies pour s'y parler, de ses 400 mathématiciens les plus avancés du monde, et de ses commandes en matériels informatiques telles, qu'elles placent cette agence au rang, tenez-vous bien, de premier acheteur de matériel informatique au monde...).

Bref, ceux qui tiennent dans l'ombre les rennes des pays occidentaux veulent tout contrôler, tout écouter, tout savoir, afin d'agir contre toute menace, aussi insignifiante soit-elle, qui remettrait en cause l'hégémonie de leur ténébreuse oligarchie.

"Les peuples vont s'en apercevoir, ils vont réagir, et ils vont se défendre, c'est sûr !"

Et bien non, car les populations, dans leur ensemble, se sont laissés fasciner par l'avoir, par le matérialisme, les gens se sont laissés distraire par la télévision et tous les divertissements abrutissants et stériles qu'on a pu leur proposer, tout en se désintéressant de la chose publique, de l'avenir des libertés, etc.

Quelques exemples montrant la réalité :

Les faits parlent d'eux-mêmes... Et maintenant ça continue avec des sociétés privées qui "interrogent" les prisonniers ; la réalité c'est qu'elles torturent à la place des militaires pour dédouaner ceux-ci, ou tuent même, comme on a pu le voir, des civils innocents en Irak, sans jamais à être condamnées...

Pour passer à la trappe toutes ces horreurs, la méthode universelle des décideurs (quel que soit le pays, il faut bien l'avouer...) est "la commission d'enquête" qu'elle soit parlementaire ou sénatoriale... C'est incroyable ce qu'une petite commission d'enquête peut arriver à laver comme crimes... Qui se souvient aujourd'hui des sévices sexuels photographiques, de tous ces CD-ROM bourrés d'horreurs ? PERSONNE ! Qui se souvient de tous ces innocents ? (comme par exemple ce canadien innocent arrêté par les douanes canadiennes, exfiltré avec la bénédiction des services de renseignements canadiens dans un jet privé affrété par la CIA vers l'Égypte, et torturé indiciblement pendant huit mois dans une cave, ce fait ayant donné suite à un terrible reportage télévisuel où le pauvre homme raconte sa terrible aventure) PERSONNE... La commission d'enquête n'est jamais un tribunal, elle ne possède pratiquement aucun pouvoir, n'a aucun pouvoir de coercition, et se résume finalement à un échange thé, café et Perrier entre des représentants légaux, et un ou plusieurs mandataires sociaux endimanchés, bien proprets et courtois, ces derniers ne répondant jamais directement aux questions posées, et esquivant, avec l'art qu'on leur connaît, toute situation embarrassante... Ce genre d'interrogatoire, public et mondain, ne mènent généralement nulle part. Les sondés s'en sortent toujours, et l'affaire qui les concernait est vite oubliée. Hop la, tralala, rien vu, ni connu..., de la vraie prestidigitation gouvernementale... Quand aux peuples, ils oublient, ils se déresponsabilisent de tous ces problèmes, ils préfèrent leur home-cinéma, leur maison, leur jardin et se préoccupent principalement de gagner plus d'argent, et c'est tout. Qui se souvient alors de tous ces crimes ? PERSONNE (ou presque, mais la minorité de ceux qui notent ces faits et qui s'en préoccupe, s'en va décroissante...)

Les peuples ne se défendront pas, parce qu'il sont plus intéressés par leur confort matériel et individuel que par ces problèmes. Ils veulent beaucoup de droits mais ont OUBLIÉ leurs DEVOIRS. Et, celui qui ne s'acquitte pas de ses devoirs perd ses droits... La Nature a horreur du vide : dès qu'un peuple laisse vacantes les rennes du pouvoir, il y a toujours des loups pour venir les saisir... Les peuples se sont laissés fascinés par l'Avoir et ont renoncé à l'ÊTRE, et ce, malgré le fait que l'origine de nos systèmes démocratiques reposent sur des valeurs humanistes, supérieures et divines, diffusées principalement sous l'impulsion des Loges maçonniques (le fondement, par exemple, de la République Française, ou des États-Unis, des droits fondamentaux des individus, du principe d'égalité et de fraternité, sont d'origine maçonnique). Aujourd'hui, les Pères fondateurs de la France et des États-Unis doivent se retourner dans leur tombe en voyant les actes pervers et tortionnaires des dirigeants censés gouverner les peuples avec droiture, abnégation, fidélité, dans le respect le plus total des individus et des valeurs universelles.

L'unique solution de défense est une prise de conscience individuelle et collective (voilà pourquoi il faut précisément parler de ce sujet si important, qu'il faut absolument le faire connaître à tous) est la création d'une organisation non noyautable (parce-que structurée spécialement et régentée par un texte empêchant les luttes intestines et toute prise de pouvoir), équipée d'une armée d'avocat, pour dénoncer, attaquer sans relâche, et poursuivre cette minorité de pervers qui nous dirigent. Donald Rumsfeld, par exemple, doit être poursuivi pour "encouragement de la pratique de la torture", etc... Seule une organisation forte d'un nombre important de membres, forte également financièrement, a le pouvoir aujourd'hui d'imposer à ces gens la volonté d'une puissance publique droite et courageuse.

Dans ce contexte, il faut s'efforcer de comprendre que le droit à la cryptographie sans limitations est le dernier bastion que l'Humanité peut et doit absolument défendre. Aujourd'hui, savez-vous que la prétendue "Patrie des Droits de l'Homme", la France, est l'une des rares nations à avoir limité la taille des clés à 140 bits ? Pour mieux comprendre cette notion de longueur de clé en bits, on peur dire que plus une clé est de grande longueur, plus le temps de calcul pour la trouver (une technique appelée "attaque par la force brute") augmente. Bien évidement, à partir d'une certaine taille, le temps de calcul est tel que trouver la clé s'avère impossible.

(Quand à cette assertion "la France, Patrie des Droits de l'Homme" que les uns et les autres ne cessent de répéter, et bien l'on se moque de nous, et ne cesser de répéter quelque chose est le signe de vouloir convaincre les gens parce-que la réalité est tout autre... Soyons lucide, basons-nous sur les faits : comment un pays qui n'a cessé de coloniser d'autres pays, de les exploiter, de considérer les peuples autochtones comme des êtres inférieurs, des esclaves, ayant de surcroît collaboré durant l'occupation avec les Nazis, ayant dénoncé et déporté des juifs, ayant torturé des français, des résistants, et ayant même après la Shoah, torturé sans relâche des milliers de personnes lors de la guerre d'Algérie, tout en ayant, encore récemment, joué un rôle plus que trouble dans le terrible génocide rwandais qui a fait 850.000 morts, comment ce pays prétend-il incarner les Droits de l'Homme ? Ce n'est pas parce-que la constitution française énonce quelques principes humanistes que la France peut revendiquer ce titre, à fortiori lorsque des actes odieux ont été commis par la France, par des Français, par certains de ses gouvernements, par certaines de ses administrations entières, et que même les corps de la police, de la gendarmerie et de l'armée, se sont livrés à des actes iniques sur une échelle aussi importante... "Vous les reconnaîtrez à leurs fruits." nous dit Jésus. Donc, c'est clair, la France n'est pas la Patrie des droits de l'homme mais "la patrie de la Torture toujours justifiée au nom de la raison d'état".) 

140 bits de longueur de clé maximale pour chiffrer un message, c'est la Loi en vigueur en France : une misère quand on connaît la puissance des super-ordinateurs commerciaux... Alors que dire des ordinateurs militaires spéciaux ultra-rapides et massivement parallèles...? C'est de la rigolade pour ces machines militaires de casser une clé de 140 bits (n'en déplaise à certains intellectuels diplômés endormis et incompétents affirmant à tous le contraire).

Quand à la factorisation de N = P x Q (de nombreux algorithmes utilisent la difficulté apparente de déterminer les nombres premiers P et Q à partir de N), elle est un jeu d'enfant lorsqu'on possède des ressources informatiques quasi-illimitées, les meilleurs mathématiciens du Monde, et des possibilités de stockage de nombres dans des proportions d'échelle biblique... Pour ceux qui en douteraient, je ne rappellerai, ici encore, qu'un seul FAIT : toute personne lambda peut aujourd'hui se procurer un disque de 1 Terra-octets (soit 1024 Go) pour la modique somme de 300$ canadiens, une véritable misère quand on voit le budget des agences américaines de renseignement... Alors ces agences, de quelle capacité de stockage possèdent-elles ? Ça doit être dément, absolument colossal..., bien au delà de ce que nous pouvons imaginer...

Pour les indécrottables faux sceptiques qui douteraient encore, voici un autre FAIT avéré : dans le domaine commercial destiné à Monsieur tout le monde, on trouve des logiciels payants (de 25$ à 49$ environ) destinés, écoutez-bien, à craquer les clés de 128 bits des fichiers .PDF générés par Adobe Acrobat et ce, par la force brute ! (Certains proposent aussi des attaques par dictionnaires pour augmenter la rapidité de calcul de la solution). C'est dire combien un simple PC moderne et récent (64 bits dual-core ou quad-core avec hyper-threading) est un outil puissant pour casser des clés de 128 bits... Vous imaginez bien, dans ces conditions, qu'une agence de renseignement, équipés d'ordinateurs militaires ULTRA-spécialisés, va se faire un vrai plaisir de casser une clé de 140 bits en quelques millisecondes...

La taille des clés : voilà donc l'un des enjeux de la cryptographie pour l'humanité. Il faut donc comprendre désormais que, toute limitation de la taille des clés par un gouvernement, indique, accuse, la capacité réelle de décodage de ces clés "en un temps raisonnable" par les agences de renseignement. L'enjeu, pour l'Humanité, c'est donc premièrement de REFUSER ABSOLUMENT toute limitation de la taille des clés, quelle que soit celle-ci.

En libéralisant l'emploi d'une cryptographie non limitée, l'Humanité pourra dès lors conserver un peu de liberté. Pourquoi ? Et bien parce-que pouvoir crypter ses messages, tout en étant absolument sûr que PERSONNE, pas même une agence gouvernementale aux moyens informatiques illimités, ne puisse connaître leur contenu, est la dernière garantie, le dernier fondement, sur lesquelles vont s'appuyer DANS L'IMMÉDIAT et le FUTUR toute une série de libertés et de droits nécessaires à la liberté de conscience et d'action de tout individu

En effet, pouvoir échanger des messages en toute confidentialité, cela permet :

C'est dire si la cryptographie est importante... Aussi, il est vital de comprendre que :

Les droits et libertés d'aujourd'hui et de demain
sont directement subordonnés à la limitation ou non de la taille des clés employées dans les procédés cryptographiques,
parce-que le Monde est en train de passer progressivement et inexorablement à l'ère de la cybertronique ultra-miniaturisée généralisée.

Le mot cybertronique est un néologisme, construit à partir des racines CYBER (réseau, connexion) et TRONIQUE (électronique), signifiant ainsi le vaste domaine de l'électronique inter-connectée, et/ou en réseau. C'est un mot important qui désigne un processus technologique dont nous a averti la Maîtresse Litelantes, un très grand Maître authentique de l'Humanité (désincarnée en 1998), que vous ne connaissez probablement pas, et qui fut la digne épouse du Maître Samaël Aun Weor, Avatar du Verseau et grand Enseignant de la Gnose moderne et traditionnelle au XXe siècle, et désincarné en 1977 (Pour les personnes qui souhaiteraient en savoir plus, vous pouvez toujours consulter cette [page] () ou effectuer par vous-même des recherches sur Internet).

En effet, ce qui attend notre société, c'est une situation spéciale qui a été prophétisée par ce puissant Maître : bien que nous ne le souhaitions pas (hormis la ténébreuse oligarchie qui nous gouverne), ce qui nous attend c'est une cybertronique à outrance, couplée à la biométrie, à la bionique et à la technologie RFID (des micro-puces qui émettent et échangent des informations par voie hertzienne) et la technologie GPS (Global Positioning System : système de localisation mondial basé sur un ensemble de satellites. Le GPS est donc un procédé basé sur une sorte de "triangulation satellitaire" permettant de savoir où l'appareil qui le met en œuvre se trouve dans le monde). À celà, il faut ajouter que la miniaturisation croissante des équipement électroniques joue en faveur de la transportabilité de ces systèmes, mais aussi hélas de leur "invisibilité", de leur dissimulation, et même de leur implantation dans le corps humain. Oui, et bien que cela paraisse incroyable à beaucoup, notre "civilisation" va parvenir hélas à incarner 1984, mais en poussant le contrôle et la domination plus loin encore que ce roman, avec notamment le contrôle physique et mental des personnes, c'est-à-dire que ce soit dans leurs faits et gestes, que dans leur capacité de réaction, "d'agressivité", d'auto-défense mentale, et même dans ce qu'ils pensent... Le pire, c'est que je n'exagère pas, et je vous invite à faire des recherches sur le sujet du contrôle mental, du contrôle du cerveau, des techniques dites non létales pour maîtriser une foule, des technologies RFID, etc...

Quand à la supraconductivité, lorsque les journaux annonceront qu'elle a été découverte à température ambiante, il est temps alors d'aller vite se cacher dans les grottes des montagnes, car le monde va changer encore plus vite, et Robocop, Terminator, etc., vont devenir des réalités, et de monstrueuses machines implacables verront le jour, et la surveillance, le contrôle du troupeau sera total et absolu.

L'unique façon donc, pour l'humanité, de contrer ce processus inexorable épouvantable est de le contrôler, puisque par définition, personne ne sera en mesure de le stopper (à moins d'une guerre mondiale thermonucléaire totale. Einstein disait : "Je ne sais pas quelles seront les armes de la troisième guerre mondiale, mais celles de la quatrième seront des bâtons et des cailloux. "). Contrôler ce processus, ce "progrès" inexorable, en s'assurant que le "Réseau" et les technologies de l'information ne servent pas à la domination et au contrôle des individus par un petit nombre de personnes aux "grandes oreilles électroniques", mais que tout ces progrès technologiques soient, au contraire, au service de la Liberté, de la Coopération, de l'Humanisme, du commerce équitable, et de la Démocratie véritable, etc.

Vous comprendrez désormais pourquoi ce sujet de la limitation de la taille des clés en cryptographie est d'une importance aussi vitale pour notre Humanité et tous nos droits et libertés immédiates et futures.

Aussi, si on vous interroge sur le sujet, n'hésitez aucunement à répondre, en disant :

"Je suis en faveur d'une libéralisation totale de la cryptographie,
et en particulier,
pour la suppression de toute limitation dans la longueur des clés employées,
et pour l'emploi généralisé de générateurs de nombres aléatoires parfaits
destinés aussi bien aux clés, qu'aux algorithmes utilisés
.
"

 

L'argument utilisé par l'oligarchie ténébreuse et ceux qui la servent

Bien évidemment, l'oligarchie au pouvoir, impose déjà (comme on l'a vu) et continuera de vouloir imposer aux peuples, une quelconque limitation de la taille des clés employées afin de pouvoir décoder tout type de message dans un temps raisonnable.

Et pour justifier celà, ces robots de l'Antéchrist invoquent toujours la sécurité, et sont même prêts à sacrifier des milliers de vies humaines lors d'attaques et d'attentats volontairement non contrés, ou bien créés de toute pièce, afin de forcer l'opinion publique à leur concéder des droits faramineux, et à renoncer même, très imprudemment et inconsciemment, à certaines de leurs propres libertés... Dément !

Restreindre les droits et libertés des citoyens en invoquant une nécessité sécuritaire comme solution au terrorisme,
est un argument aussi fallacieux et erroné que celui consistant à
supprimer les automobiles parce-que certains fanatiques les emploient pour transporter et faire exploser des bombes.

Que les robots ténébreux de l'Antéchrist ne viennent pas nous dire non plus que la cryptographie, si elle est libéralisée, va servir les terroristes, les voleurs, etc... Parce-que la cryptographie n'est ni bonne ni mauvaise : c'est juste un outil. Et comme tout outil on peut s'en servir d'une façon droite, ou bien, d'une façon perverse. Utiliser un marteau pour planter un clou afin d'accrocher un tableau dans sa maison, c'est utiliser le marteau d'une façon droite. En revanche, utiliser un marteau pour attaquer quelqu'un, pour le blesser, pour lui faire du mal, etc., c'est agir de façon perverse, même un enfant le comprend. Parce-que ce n'est pas mental, c'est intuitif, c'est du discernement, c'est l'expression de la conscience. Alors qu'aucun puissant, qu'aucune autorité mal intentionnée, ne vienne nous dire qu'il faut interdire les marteaux pour nous prévenir de ceux qui les utilisent d'une manière perverse...

Les générateurs aléatoires

Nous avons vu que l'enjeu, pour l'Humanité, c'est premièrement de REFUSER ABSOLUMENT toute limitation de la taille des clés, quelle que soit celle-ci. Mais est-ce suffisant ? NON, hélas. Bref, c'est nécessaire, mais pas suffisant...

En effet, il reste un dernier problème, je veux parler de la nature des algorithmes utilisés. Rassurez-vous, je ne rentrerais pas dans les détails, et le sujet restera clair. Même si les clés ne sont pas limitées en taille, même si l'on se contente de manipulations basées sur les nombres premiers, les rotations, les permutations, etc., et bien néanmoins, des ordinateurs très puissants pourront, avec l'aide de mathématiciens avancés, astucieux ou géniaux, venir à bout de la solution. Non, il nous faut autre chose, et ce qu'il nous faut c'est :

  1. Des clés dont la taille n'est limitée par aucune loi. OK, bien compris mais aussi :

  2. Des clés ou des algorithmes faisant impérativement intervenir des séries de nombres parfaitement aléatoires.

Pouvoir générer des clés aléatoires et/ou faire intervenir des séries de nombres aléatoires érige pour l'ennemi une barrière infranchissable, que ce soit maintenant, demain ou dans 10.000 ans, car comme son nom l'indique, le fait qu'un nombre soit aléatoire indique que ce nombre ne peut en aucun cas être connu à l'avance ou retrouvé, deviné ou calculé par la suite, et ce, parce que précisément, la nature du processus qui l'a engendré est telle que le nombre sorti nous apparaît comme le fruit d'un pur hasard. Sa sortie n'est pas reproductible, modélisable, simulable, on ne peut la prévoir ni la calculer. La seule manière de déjouer les processus aléatoire serait de disposer d'une machine à voyager dans le temps, ce qui nous permettrait de lever définitivement toute ambiguïté quand aux numéros gagnants du loto, hypothèse à laquelle nous renonceront dans cet exposé, bien évidemment.

Il est donc plus que souhaitable de disposer d'un tel dispositif (par exemple d'une carte génératrice de nombres aléatoires que l'on insère dans son ordinateur), nous permettant de disposer de nombres véritablement aléatoires pour les algorithmes cryptographiques. Sans rentrer dans les détails, il y a des procédés permettant d'engendrer des nombres aléatoires, et des procédés générant, eux, des nombres pseudo-aléatoires. Cette distinction est très importante, et je vous invite fortement à la découvrir et à la connaître en allant faire un tour sur le site de l'Encyclopédie gratuite libre http://fr.wikipedia.org/wiki/Générateur_de_nombres_aléatoires ().

Pour la suite de l'exposé, on supposera que l'on dispose d'un générateur de nombres aléatoires parfait (il est dans ce cas impossible de prédire quel nombre le générateur va sortir, seule une machine à voyager dans le temps ou des facultés extra-sensorielles puissantes le pouvant, hypothèses que nous ne retiendront pas ici, les agences de renseignements ne les possédant pas, (je simplifie volontairement ici, parce que la réalité n'est pas aussi simple et tranchée, hélas, notamment en raison des technologies et outils psychotroniques que celles-ci ont développées depuis plus de 35 ans...))

Le problème, c'est qu'actuellement, la NSA fait tout son possible pour empêcher l'introduction systématique de ces générateurs dans les ordinateurs, en tant qu'éléments de base standards, au même titre que la carte son (présente maintenant sur la carte-mère), que la carte vidéo (présente aussi déjà sur la carte-mère), etc... "Mais..., c'est complètement dingue ce que vous affirmez là. Ça n'est pas possible..." Et bien si, et d'une manière si simple qu'elle en est tout à fait déroutante...

C'est vraiment étrange, très curieux quand même, que personne dans le monde ou presque n'ait vu cet étonnant paradoxe, cette anomalie énorme, parce-que ce sont des FAITS avérés : les nombres aléatoires sont très utilisés en mathématiques, en analyse statistique, en économie, à la bourse, dans l'industrie, dans la modélisation de phénomènes chaotiques, dans la résistance des matériaux, dans la climatologie, etc... Et pourtant, nous ne trouvons sur aucun PC du monde, sur aucune carte-mère, de générateurs aléatoires... Étrange, non ? Et pourtant, personne ne le remarque... Alors si on creuse un peu, il y a des faits anodins qui montrent que les agences de renseignements de tous les pays (je prendrais dans les exemples qui suivent les État-unis et la France, ces si belles démocraties...) veillent au grain, surveillant de très très près cet aspect, et notamment le contrôle des appareils électroniques de communication destinés aux particuliers et aux entreprises. Deux exemples flagrants :

Contrairement à ce que certains pourraient penser, je ne suis pas paranoïaque. Tout ce que je cite comme exemples dans cet article, sont des FAITS, avérés, vérifiables. Il suffit d'une petite recherche sur le net pour le vérifier par soi-même.

Pour bien me faire comprendre, voici l'explication de l'analogie qui existe entre ces 2 exemples et la problématique de l'interdiction des générateurs aléatoires dans les ordinateurs de bureau, comme dans les ordinateurs domestiques : comment empêcher que ces générateurs ne soient pas installés de façon systématique sur les cartes-mères des PC ? Et bien en utilisant cette même méthode si chère aux services secrets : le chantage. Et il ne faut pas avoir à corrompre ainsi de nombreuses personnes pour arriver au contrôle mondial de la question, contrairement à ce qu'on pourrait penser. Voici les grandes lignes de ce plan déjà exécuté qui, vous les constaterez, est un jeu d'enfant pour les services secrets.

Qui fabriquent les cartes-mères ? Les constructeurs d'ordinateurs PC et les constructeurs de cartes-mères.

Les constructeurs d'ordinateurs PC sont peu nombreux dans le monde : aux États-Unis, il y principalement Dell, HP, Compaq, Gateway, etc... Pour ces compagnies, étant américaines, lorsque les services secrets viennent rencontrer leur dirigeants, cela ne pose AUCUN problème de se plier à leur exigence de ne pas voir de générateurs aléatoires installés d'emblée sur les cartes-mères. De plus, l'intervention reste discrète, et peu de monde est finalement au courant : seulement les Présidents des firmes. Quand aux constructeurs de cartes-mères, ils sont encore moins nombreux, et sont principalement d'origine asiatique comme Azus, etc... Pour eux le choix est simple : "vous voulez vendre vos cartes aux États-Unis ? Et bien ne produisez pas de cartes-mères avec des générateurs aléatoires dessus". Vous voyez, c'est aussi simple que cela... Le procédé est le même pour les PC d'origine Japonaise, comme Toshiba, Sony ou autre. C'est on ne peut plus simple.

Ce qui est terrible, c'est que les gens n'ont pas conscience de ces choses, de ces verrouillages très simples à mettre en œuvre... Pourtant, si les constructeurs se groupaient, si même l'un d'entre eux osait vouloir dénoncer la manœuvre, il y parviendrait en bénéficiant de l'appui de l'opinion publique et des consommateurs. Alors qu'est-ce qui retient ces constructeurs ? La peur des Services Secrets, principalement. Et aussi la peur de perdre de l'argent, d'avoir des bâtons dans les roues, etc... Mais ils ont tort : il ne faut jamais avoir peur, car la peur est paralysante. Dans la vie, il ne faut avoir peur que d'une seule chose : de la peur elle-même. C'est pourquoi il faut la combattre, et toujours aller de l'avant, tels de vaillants chevaliers.

Pas de générateurs aléatoires, pas de cryptographie sure pour les masses. Et qu'on ne vienne pas nous parler de PGP, cet algorithme étant "transparent" pour les services de renseignement. Oui, PGP peut certes être utilisé pour protéger des informations contre la majorité des menaces (même celle émanant de hackers chevronnés notamment, et de certaines cyber-mafias), mais soyez conscients que ce procédé est toutefois décodé par les agences de renseignement appartenant à des pays avancés sur le sujet, comme les États-Unis, la France, la Grande Bretagne et certains pays de l'ex URSS. Conclusion : en cryptographie, plus qu'ailleurs, il faut toujours demeurer conscient des limites et des faiblesses des outils que l'on utilise.

Néanmoins, il existe des constructeurs de cartes générant des nombres aléatoires. Mais ils sont peu connus, et leur format est à chaque fois propriétaire, car il n'existe pas de norme ISO, CCITT ou autre pour fédérer et normaliser leurs formats techniques, et faciliter ainsi leur diffusion. De plus, leur débit pose problème. Actuellement, la plus performante, la Quantis PCI, génère un maximum de 16 Mbits / seconde, une misère quand on connaît les vitesses d'horloge des processeurs actuels qui oscillent entre 2 et 4 Giga Hertz ! Tant qu'un format standardisé, sécurisé, client-serveur, multi-process, multi-thread, et à haut débit, ne sera pas en vigueur, la cryptographie restera sous la domination des Services de Renseignements, tenez-vous le pour dit.

Les nombres aléatoires étant si vitaux, et puisque les cartes disponibles sont si peu utilisées, comment font les entreprises et les chercheurs ? Et bien, ils utilisent des algorithmes générant des nombres pseudo-aléatoires, qui sont très suffisants pour la majorité des applications dont elles ont besoin, et dont nous avons parlé plus haut, mais qui sont absolument inappropriés pour les applications cryptographiques, retenez-le.

Pour terminer, et en résumé, l'avenir des libertés et des droits humains se résume à l'impérieuse nécessité de mettre en place une cryptographie mondiale ayant les caractéristiques suivantes :

1) Les tailles des clés employées ne sont limitées par aucune loi (liberté totale).
2) Les Émetteurs et les Receveurs sont libres d'utiliser les algorithmes de leur choix, qu'ils soient connus ou inconnus.
3) Les Émetteurs et les Receveurs sont libres d'utiliser les algorithmes de leur choix, sans avoir à déposer ceux-ci auprès d'une quelconque autorité, que celle-ci soit gouvernementale, déléguée à un service Tiers, étatique, privé commercial ou autre.
4) Les Émetteurs et les Receveurs sont libres d'utiliser des clés et/ou des algorithmes utilisant des séries de nombres parfaitement aléatoires, et d'une longueur quelconque, non limitée.

Voilà les 4 piliers de la Cryptographie moderne libre et démocratique.

Sans eux, le Temple des Libertés des Droits humains sombrera englouti dans les eaux troubles et ténébreuses des Services de Renseignement. À bon entendeur, Salut !

En espérant que le sujet vous a intéressé et informé, n'hésitez-pas à me contacter pour toute question que vous jugeriez utile.

Enfin, si le thème des Services Secrets vous intéresse, voyez aussi la page : ( La nocivité et les dangers des Services Secrets ()).

Si vous aimez
cette page
 : 




Si vos moyens vous le permettent,  supportez ce site !  Faites régulièrement un don, même très modeste :  $CA 

[Mur des donateurs]   [À propos de la publicité]



Le Design, les Articles et Commentaires de ce Site sont © 2008-2019 BlueMan
Reproduction interdite - Tous droits réservés.




Pour toute question ou commentaire, n'hésitez pas à m'écrire en utilisant cette [PAGE] .