"Blackwater : l'ascension de l'armée privée la plus puissante du monde" par Jeremy Scahill
 

Des vidéos remarquables à voir absolument




 


Pour accéder au Tchat de ce site, cliquez [ici].



LIENS & INFORMATIONS DIVERSES ET VARIÉES DU MOMENT

Pour un meilleur confort visuel et de navigation, vous pouvez consulter dans une pleine page toutes les informations contenues dans le cadre ci-dessus, en cliquant [ici].

 

==============================================================================================================================================
                        RAPPEL : Tous les articles et informations de ce site sont © BlueMan - REPRODUCTION INTERDITE.

Puisque vous lisez actuellement cet avertissement, cela prouve déjà que vous êtes en train de commettre un acte de piratage par un procédé
de rétro-ingénierie visant à afficher et/ou décoder, puis s'accaparer tout ou partie du contenu de pages protégées par des lois nationales et
internationales sur les droits d'auteur. Il est encore temps de renoncer. Ne devenez pas un minable, un voleur ; cherchez, créez, inventez, apportez quelque chose au monde ! ==============================================================================================================================================


Cette collection de vidéos a été mise à jour le Samedi 12 Octobre 2019 à 19:09:06



Afficher l'aide




Visionnez les vidéos de YouTube protégées parce-qu'en mode sécurisé grâce à cette [PAGE] ().


 


 FILTRES DE RECHERCHE 

Les mots tapés dans les champs TITRE et/ou COMMENTAIRE, et qui doivent être séparés par des espaces, représentent des mots clés, partiels ou complets, qui peuvent ainsi être contigus ou disjoints dans le texte.
Vous pouvez aussi spécifier des
mots entiers en les faisant précéder du caractère $ (par exemple : $Dieu)
Lorsqu'une présentation du résultat "En Liste" est demandée, ces deux champs doivent impérativement être constitués d'au moins 3 caractères pour permettre une recherche.
ATTENTION,
les accents comptent : taper "experience" au lieu de "expérience" fera échouer votre recherche : AUCUN résultat ne sera trouvé.
Pour en savoir plus sur les possibilités offertes par cette section, affichez l'aide ci-dessus (le petit bonhomme jaune).

NumVideo :   Titre :   Commentaire :

Tri :   Catégorie :

Présentation du résultat : Normale En LISTE    




 

"Blackwater : l'ascension de l'armée privée la plus puissante du monde" par Jeremy Scahill

Vidéo # 1076 en Anglais, sous-titrée en Français ( ST ), insérée le Jeudi 22 Avril 2010 à 14:03:15 dans la catégorie "Guerres, Guerres civiles, et Terrorismes"

Durée : 04 min 25 sec


 Évaluation des visiteurs  :
Réception des données en cours... Si rien finalement ne s'affiche, c'est que le serveur de notation est actuellement indisponible. Réessayez ultérieurement.

Afin de ne pas désinformer autrui, merci d'avoir la gentillesse et la sagesse de ne voter qu'après avoir regardé entièrement cette vidéo.


Cette vidéo est un interview donné par Jeremy Scahill, l'auteur du livre "Blackwater : L'ascension de l'armée privée la plus puissante du monde", à la chaîne américaine d'information en continu "CNN".

"Blackwater Worldwide" est une société militaire privée (SMP) américaine dont le siège se trouve à Moyock (Caroline du Nord), qui a notamment travaillé en Irak et en Afghanistan. Elle était précédemment connue sous le nom de "Blackwater USA". Elle a été repatisée finalement sous le nom "Xe" (prononcer "gzi") le 13 février 2009.

Erik Prince, fondateur et PDG de Blackwater Worldwide, et Gary Jackson, président de l'entreprise, annonçaient leur démission le 1er mars, mais Prince demeure membre du conseil d'administration de Xe.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Blackwater_Worldwide ().

À ce jour, il y a plus de contractants privés sur le sol Irakien que de troupes US, puisque les mercenaires de tout type se comptent à 180.000 personnes contre 165.000 soldats américains. Une situation absolument effarante, où l'on peut voir clairement et définitivement que la guerre est une affaire d'argent, une affaire rentable, et n'a rien à voir avec autre chose que l'argent.

Alors certes, on enveloppe, on emballe la chose, on présente toujours les interventions sous couvert de la défense de la liberté, de la démocratie, ou de quelque autre grand principe, mais il faut comprendre définitivement que c'est toujours un leurre, un mensonge éhonté, car le but de la guerre, c'est l'argent, l'accaparement des richesses d'autrui, en un mot la recherche et l'obtention de profits gigantesques en échange du meurtre de milliers d'innocents

 Croire qu'il existe des guerres justes est une grave erreur, 
 un sophisme de distraction produit par les intellectuels, 
 ces ténébreux hiérarques de notre époque. 
 Par le mental, on peut toujours justifier n'importe quelle erreur ou crime, 
 et seules la conscience, le cœur et l'intuition, 
 permettent de discerner que la guerre n'est qu'une barbarie. 

À cela, il faut ajouter le fait que les sociétés commerciales de mercenaires sont coupables de nombreux crimes de guerre, et agissent en toute impunité : malgré des crimes immondes et souvent gratuits, ces sociétés et leurs personnels ne font jamais l'objet de poursuite qui aboutissent, tant au niveau civil que militaire.

Le livre :

Résumé :

Enquête sur Blackwater, société privée américaine qui fournit la moitié des soldats américains déployés en Irak. En un peu plus de dix ans, cette société est devenue le plus grand prestataire de services de l'armée américaine et la plus puissante armée privée au monde. Ce document révèle les enjeux internationaux du nouveau business de la guerre et de la sécurité.

Quatrième de couverture :

Comment une société privée américaine a-t-elle pu décrocher des marchés publics dans le secteur de la défense et de la sécurité intérieure pour se rendre, peu à peu, indispensable ?
Où la firme a-t-elle recruté ses centaines de milliers de "réservistes" ?
Quel est son rôle en Irak et dans les transferts "spéciaux" de prisonniers ?
Comment a-t-elle réussi à s'enrichir lors de l'ouragan Katrina ?
Pourquoi a-t-elle bénéficié de la menace iranienne ?
Quels sont ses projets pour l'ère post-Bush ?

À travers une enquête passionnante, Jeremy Scahill révèle la privatisation partielle d'un service public.
Un peu partout dans le monde sont engagés des mercenaires d'un type nouveau, agissant parfois hors la loi.
Les pires crimes de guerre commis par des hommes de Blackwater en Irak n'ont, à ce jour, pas été jugés.
Les enjeux internationaux du nouveau business de la guerre et de la sécurité deviennent ainsi tangibles.
Désormais, chaque conflit armé ou chaque catastrophe naturelle dans le monde sont source de profit pour des sociétés privées.

Informations techniques :

Paru le : 01/10/2008
Éditeur : Actes Sud , Arles (Bouches-du-Rhône)
Collection : Questions de société
Description : 392 pages; (24 x 15 cm)
ISBN : 978-2-7427-7857-7
EAN13 : 9782742778577

Le Nouvel Obs : Profession chiens de guerre :

Quel sens a une guerre quand elle est conduite non plus par des États, mais par des sociétés privées ? Pour quels intérêts se battent-elles exactement ? Cet article du Nouvel Observateur nous plonge dans les arcanes de la désormais célèbre société de mercenaires Blackwater, rebaptisée Xe Service , et de son fondateur Erik Prince. Malgré les nombreux signaux d’alarme parvenus jusqu’au Congrès américain sur les exactions de ces "mercenaires", comme en mars dernier où le contrat d’1 milliard de Dollars pour la formation de la police afghane par Blackwater a été questionné par les Sénateurs américains – les services de "la plus grande armée privée du monde" sont encore largement utilisés par l’Administration Obama, notamment sur les terrains afghans et irakiens.

Les mercenaires de Blackwater constituent la plus grande armée privée au monde. Ils sont devenus, sous Bush, une pièce maîtresse de la machine militaire américaine. Qui sont ces nouveaux prétoriens qui multiplient les coups tordus et se pensent au-dessus des lois ? Une enquête de Sara Daniel.

Ils sont armés de M4 automatiques capables de tirer 900 balles par minute, portent des lunettes noires Oakley et des pistolets. Ils ont des couteaux fixés aux jambes par des Velcro et des écouteurs vissés aux oreilles. Arrogants, brutaux, ils exhibent leurs biceps de 50 centimètres de circonférence dans les rues de Bagdad, Kaboul ou Peshawar, où ils veulent en découdre avec les musulmans, qu’ils appellent « hadjis ». Ils sont précédés par ce parfum de testostérone et de bavures qui soulève la haine sur leur passage. Ce sont les mercenaires de Black water, la plus grande armée privée au monde. Leur chef s’appelle Erik Prince.

Tout a commencé en 1997, quand ce milliardaire chrétien fondamentaliste de 28 ans se sent investi d’une mission divine et crée une entreprise militaire privée pour former les soldats américains. Après les attentats du 11 septembre 2001, elle va devenir l’une des pièces maîtresses du dispositif de guerre américain déployé par George W. Bush. Et l’administration Obama, engagée sur deux fronts, ne sait plus très bien aujourd’hui comment se passer de cette garde prétorienne. Car l’armée de Prince s’est rendue indispensable en se chargeant discrètement des basses besognes de la lutte contre le terrorisme.

Ses hommes sont au-dessus des lois et regardent avec mépris leurs camarades soldats qui doivent rendre des comptes à leur état-major. «Nous, nous sommes intouchables : si on est mis en cause, notre hiérarchie nous exfiltrera en douce dans le coffre d’une voiture… », racontait un employé de Blackwater, croisé en Irak. Car un décret établi par l’autorité provisoire de la coalition en 2004 protégeait les privés : selon « l’ordre 1 7», véritable permis de tuer, « les contractuels sont immunisés contre toute poursuite judiciaire émanant de l’Etat irakien » … Depuis, le décret a été aboli. Le jeudi 16 avril 2010, deux anciens employés de Blackwater ont été arrêtés aux Etats-Unis pour avoir tué deux Afghans et blessé un troisième, en mai 2009, à Kaboul.
Les deux mercenaires, âgés de 27 et 29 ans, sont poursuivis pour « meurtres sans préméditation » et « tentative de meurtre ». Ils encourent la réclusion criminelle à perpétuité. Ce serait une première : contrairement à plus de 300 militaires, aucun employé de Blackwater, en neuf ans de guerre, n’a encore été condamné pour des exactions commises en Irak ou en Afghanistan.



Un panneau typique de l'un des nombreux camps d'entraînement aux armes de Blackwater.
Notez bien la griffe animale, symbole ici de la "marque de la bête",
signifiant par là que cette compagnie est une société ténébreuse, au service du Mal, au service des Ténèbres, et sous l'emprise des Ténèbres.

La tuerie de la place Nissour

Et pourtant… le 16 septembre 2007, un convoi de gardes du corps de Blackwater ouvre le feu sur les automobilistes de la place Nissour à Bagdad. Bilan : 17 civils tués et une vingtaine de blessés. C’est une terrible bavure, l’action mercenaire la plus sanglante de l’occupation irakienne. Un mois après le massacre, le fondateur de Blackwater est convoqué devant le Congrès pour s’expliquer. Erik Prince a troqué son treillis contre un beau costume bleu. Entouré d’une nuée d’avocats qui le coachent comme un sportif, il se drape dans son patriotisme. Comment ose-t-on lui demander des comptes, à lui qui défend son pays contre les « méchants » ? Les démocrates espèrent alors que le carnage de Bagdad, qui, selon un militaire américain, a eu des conséquences aussi graves que le scandale des tortures à la prison d’Abou Graib, va enfin avoir raison de la première armée privée du monde. La tuerie de la place Nissour n’est-elle pas le 168e crime que la société se voit reprocher par le gouvernement irakien ? Hillary Clinton exige une loi qui interdirait tout simplement Blackwater en Irak.
Deux ans et demi ont passé et les démocrates, désormais au pouvoir, se montrent nettement moins sourcilleux. Hillary Clinton, devenue secrétaire d’Etat, a fait plusieurs fois appel à Blackwater pour assurer sa sécurité lorsqu’elle s’est rendue en Irak. En décembre 2009, un juge fédéral américain, alléguant des «irrégularités dans la procédure criminelle », a rejeté toutes les charges contre les mercenaires mis en cause dans la tuerie de la place Nissour. Aujourd’hui, les hommes de Prince assurent toujours la sécurité de l’ambassade américaine à Kaboul, et Blackwater pèse 1,2 milliard de dollars.

La privatisation de la guerre serait-elle devenue un phénomène irréversible ? L’armée américaine, exténuée par deux guerres, n’arrive plus à se passer de ses « employés privés», et même des pires d’entre eux. Il y a aujourd’hui autant de chiens de guerre que de soldats réguliers en Irak. En Afghanistan, on compte 104 000 mercenaires pour 68 000 soldats américains. Fin 2010, ils seront environ 130 000 pour 120 000 militaires réguliers. Plus inquiétant : 50% des agents clandestins de la CIA sont des privés. Selon Michael Ratner, président du Centre pour les Droits constitutionnels, qui tente de traduire en justice les responsables de bavures, ce système est une subversion de la démocratie : « L’utilisation croissante de contractuels rend les guerres plus faciles à mener. Il faut juste de l’argent, pas l’accord des citoyens. » ?
L’entreprise de Prince, qui a décroché plus de 1,5 milliard de dollars de contrats publics entre 2001 et 2009 (dont plus de la moitié sans appel d’offres), est « une armée capable de renverser la plupart des gouvernements de ce monde », selon un membre du Congrès. Elle dispose de l’un des plus importants stocks privés d’armes lourdes, d’une flotte d’avions, d’hélicoptères Blackhawk, de navires, de véhicules blindés, de stands de tir, et ses bases américaines forment 30 000 policiers et militaires par an.
Son inquiétante puissance doit beaucoup aux liens qui unissent la famille Prince à la frange la plus religieuse du Parti républicain. Né en 1969 à Holland dans le Michigan, Erik Prince appartient à une riche et puissante dynastie d’équipementiers automobiles, qui contribue au financement de la droite religieuse. En 1992, le jeune homme, qui vient de soutenir la candidature de Pat Buchanan, leader de l’extrême-droite chrétienne, s’engage dans les Navy Seals, le corps d’élite des marines. Il servira en Haïti, au Moyen-Orient et en Bosnie. Lorsque son père meurt d’une crise cardiaque, Prince quitte à contrecoeur l’armée pour gérer la fortune familiale. Avec son héritage, qui s’élève à plusieurs centaines de millions de dollars, il décide de créer un centre d’entraînement privé pour les militaires américains. Il y a un marché à prendre : depuis les réductions budgétaires décidées par Dick Cheney, lorsqu’il était le secrétaire à la Défense de Bush père, l’armée a rogné sur ses budgets formation.

En 1997, donc, Prince crée Blackwater sur un terrain marécageux situé à Moyock, en Caroline du Nord. Il a compris le parti à tirer de la volonté du ministre de la Défense de sous-traiter à des entreprises privées une partie des tâches de l’armée. En 1999, à la suite du massacre du lycée de Columbine, dans le Colorado, au cours duquel 12 élèves sont assassinés par un de leurs camarades, Blackwater se voit confier le soin de former la police pour ses interventions en milieu scolaire. Mais c’est grâce à Ben Laden que l’entreprise va voir sa puissance décupler.

Après l’attaque suicide lancée contre le destroyer « USS Cole » en octobre 2000 dans le port d’Aden, Blackwater obtient un contrat de 37 millions de dollars avec la marine. Surviennent les attentats du 11-Septembre. Pour l’administration Bush, le recours au privé devient une des clés de la victoire dans la «guerre contre la terreur». «Private is beautiful, explique Prince. Quand vous êtes pressé, avez-vous recours à la poste ou à Federal Express ?»
A l’époque, Rumsfeld vient de lancer sa campagne contre les prétendues armes de destruction massive irakiennes. Il cherche à réduire le pouvoir de la CIA, dont les démentis exaspèrent les conservateurs. «Notre ennemi est bien plus proche de nous. C’est la bureaucratie du Pentagone », déclare le ministre de la Défense. Selon lui, le recours à une garde prétorienne permettra de dissimuler certaines opérations sensibles à la vigilance du Congrès. C’est à ce moment que Prince ressent le besoin impérieux de reprendre le service actif. Le suprématiste chrétien, qui se sent investi d’une mission divine, ne veut pas se contenter d’engranger des contrats publics. Il contacte la CIA, qui l’éconduit dans un premier temps au motif qu’il n’a pas assez d’expérience de terrain… Ce n’est que partie remise.

Privatiser les casques bleus

En 2004, selon des sources proches des services de renseignement américains, la CIA finit par intégrer Prince dans un réseau de citoyens-espions. Il prend du galon et coordonne des agents qui travaillent dans les pays de l’« axe du mal ». Il assure financer ses missions sur sa cassette personnelle : « Le Congrès me dépeint sous les traits d’un profiteur de guerre, alors que je paie de ma poche toutes sortes d’activités de renseignement pour renforcer la sécurité nationale des Etats-Unis», confie-t-il au magazine américain « Vanity Fair ». Blackwater se met à décrocher des contrats de plus en plus « sensibles ». L’entreprise avec sa filiale « renseignement » – Total Intelligence Solutions ressemble à une unité d’élite de la CIA. A ceci près que ses employés sont payés dix fois plus que les agents fédéraux. L’hémorragie des as du renseignement vers les officines privées est si importante que le directeur de la CIA, Porter Gross, demande aux sociétés privées d’arrêter de recruter dans la cafétéria de Langley (le siège de la CIA). Même Rob Richer, numéro deux du service des opérations clandestines de la CIA, a rejoint Blackwater…

L’entreprise s’est peu à peu rendue indispensable au dispositif militaire américain. L’assurance et l’ambition de Prince ne connaissent plus de limites. Il rêve de se substituer aux armées défaillantes du monde entier. Et d’abord à la plus vulnérable d’entre elles, celle des casques bleus : «Faites-moi la liste, si vous en êtes capable, des opérations de maintien de la paix que l’ONU aura vraiment menées à bien…», persifle le barbouze milliardaire en janvier 2006. Pour optimiser l’efficacité de l’organisation internationale, il a une idée : « Nous pourrions organiser une brigade internationale de professionnels. » Privatiser les casques bleus, l’idée est aussi irréaliste que choquante, mais elle séduit certains cercles influents de républicains évangélistes qui s’indignent des massacres au Darfour. Et aussi des experts plus indépendants, comme Max Boot, membre éminent du cercle de réflexion Council on Foreign Relations, qui publie dans le «Los Angeles Times » un article titré : « La solution pour le Darfour : envoyer des mercenaires ». C’est un véritable plaidoyer pour les guerriers privés : «Les géants moralisateurs qui dirigent l’ONU prétendent qu’employer des mercenaires est inacceptable. Plus inacceptable, semble-t-il, que de voter de vaines résolutions, d’envoyer des forces de maintien de la paix inefficaces et de laisser se poursuivre le génocide » (1).

Assassinats ciblés

Si Erik Prince, malgré le soutien de ses lobbyistes, ne réussit pas à convaincre « les géants moralisateurs » de privatiser les forces d’interposition de l’ONU, il collabore de 2004 à 2009 à la mission la plus secrète de l’histoire de l’administration Bush : les assassinats ciblés. Depuis le 11-Septembre, George Bush a en effet autorisé la CIA à supprimer des membres d’al-Qaida sans laisser de traces. C’est dans la propriété personnelle de Prince, entre la piscine et le tennis, sur le stand de tir du domaine, que le commando va s’entraîner loin des curieux. Selon une gorge profonde de la CIA, ses cibles auraient été Mamoun Darkazanli (un financier d’Al-Qaida résidant à Hambourg) ou encore Abdul Qadeer Khan, le scientifique pakistanais qui a transmis son savoir-faire nucléaire à l’Iran et à la Corée du Nord. Washington décide finalement de renoncer à l’opération. Mais les Etats-Unis et Prince n’en ont pas encore fini avec le « business » des assassinats…

En juin 2009, Leon Panetta, nouveau directeur de la CIA, réunit les commissions du renseignement du Congrès. Il vient de découvrir que l’Agence a dissimulé un vaste programme d’opérations clandestines au centre duquel se trouvent Blackwater et Erik Prince. Le 20 août, le « New York Times » révèle que Blackwater se chargeait entre autres d’armer les bombes sur les drones, ainsi que de pourchasser, voire de tuer, des membres d’Al-Qaida. Erik Prince, le sous-traitant de la CIA, disposait d’un « permis de tuer » sur la terre et dans les airs. Comment ce programme secret a-t-il pu ainsi fuiter dans la presse ? L’homme aux influences occultes est amer. Pour la première fois depuis des années, il consent à s’exprimer dans la presse.

C’est Adam Ciralsky, un ex-avocat de la CIA devenu journaliste, qui dresse son portrait dans « Vanity Fair » au mois de janvier dernier. Le Darth Vader de la croisade contre le terrorisme y donne sa version des faits et laisse entendre qu’il détient des informations compromettantes pour le système de renseignement américain. Il se présente comme un homme bien mal récompensé de son engagement au service des Etats-Unis. Il prétend qu’il veut se mettre au vert et, pourquoi pas, enseigner dans un collège !

Faut-il croire sur parole Prince, le barbouze mercenaire mégalomane qui est aujourd’hui à la tête de l’armée privée la plus puissante au monde ? Il sait bien que l’Amérique ne peut plus s’en passer. La créature de la droite religieuse, hydre à plusieurs têtes, est présente sous différents noms (elle en compte des dizaines) en Irak, mais aussi au Japon, dans les zones tribales pakistanaises ou en Azerbaïdjan. Elle prend en charge la sécurité intérieure, la technologie de surveillance, la guerre contre la drogue ou les opérations de maintien de la paix. Elle a ses fans et ses lobbies dans cette Amérique des milices et des « tea parties », ces rassemblements populistes de la droite anti-Obama qui se développent à la faveur de la crise, vomissent l’Etat fédéral et voudraient tout privatiser, même la conduite de la guerre.

L’émergence d’armées privées autonomes pourrait-elle conduire à « envisager l’avènement d’intérêts oligarchiques transnationaux ? », se demandait Georges-Henri Bricet des Vallons, dans un livre très informé sur les armées privées en Irak (2). Ce serait bien dans l’esprit du dernier projet d’Erik Prince : la création d’une brigade à déploiement rapide qui, moyennant finances, pourrait se mettre au service de gouvernements étrangers. Une manière de s’affranchir un peu de la tutelle d’une administration américaine qui a publiquement pris des distances envers son « Prince de l’ombre », sans jamais cesser, pourtant, de l’utiliser en coulisse.

Sara Daniel.

Source : Le Nouvels Obs () du 6 mai 2010.

Enfin, cette incroyable nouvelle nous donne le ton de cette compagnie ténébreuse :

 "Les gens que nous tuons ne méritent pas de vivre." 
Eric Prince, président de Blackwater.

Le président de la tristement célèbre compagnie privée américaine de sécurité “Blackwater”, Eric Prince, a déclaré que les gens tués par les agents de sa compagnie, “ne méritaient pas de vivre”, lors d’un discours, à l’Université du Michigan, dont une partie a été publiée par le magazine “The Nation”. Il a qualifié les Irakiens, les Pakistanais et les Afghans de reptiles qui vivent dans des égouts !

Source : IRIB ().

Une courte vidéo apportant un témoignage important sur un phénomène mondial grandissant, et très inquiétant. Un must. À voir absolument.

Nota Bene 1 : en complément sur ce sujet important, voyez "Le dessous des cartes : Néo-mercenaires : la guerre privatisée", une vidéo visible aussi sur ce site, [ici].

Nota Bene 2 : en complément sur le thème des sociétés de mercenaires, voyez aussi "Guerriers à louer", une vidéo également visible sur ce site, [ici].



VIDÉOS CONNEXES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER :

Ayant dans leur titre le mot clé "mercenaire", cliquez [ici].

Ayant dans leur titre les mots clés "armée" et "privée", cliquez [ici].


Pour toutes les vidéos de la catégorie "Guerres, Guerres civiles, et Terrorismes", cliquez [ici].

 POUR TOUT PUBLIC 




 


  Pour trouver d'autres vidéos parmi les 9029 actuellement recensées dans la Base de Données,
n'hésitez pas à modifier les filtres de recherche, puis à cliquer ensuite sur le bouton [ Rechercher ]
 



 



Si vos moyens vous le permettent,  supportez ce site !  Faites régulièrement un don, même très modeste :  $CA 

[Mur des donateurs]   [À propos de la publicité]



Le Design, les Articles et Commentaires de ce Site sont © 2008-2019 BlueMan
Reproduction interdite - Tous droits réservés.




Pour toute question ou commentaire, n'hésitez pas à m'écrire en utilisant cette [PAGE] .