"KRACH : Les dessous de la crise économique mondiale"
 

Des vidéos remarquables à voir absolument




 


Pour accéder au Tchat de ce site, cliquez [ici].



LIENS & INFORMATIONS DIVERSES ET VARIÉES DU MOMENT

Pour un meilleur confort visuel et de navigation, vous pouvez consulter dans une pleine page toutes les informations contenues dans le cadre ci-dessus, en cliquant [ici].

 

==============================================================================================================================================
                        RAPPEL : Tous les articles et informations de ce site sont © BlueMan - REPRODUCTION INTERDITE.

Puisque vous lisez actuellement cet avertissement, cela prouve déjà que vous êtes en train de commettre un acte de piratage par un procédé
de rétro-ingénierie visant à afficher et/ou décoder, puis s'accaparer tout ou partie du contenu de pages protégées par des lois nationales et
internationales sur les droits d'auteur. Il est encore temps de renoncer. Ne devenez pas un minable, un voleur ; cherchez, créez, inventez, apportez quelque chose au monde ! ==============================================================================================================================================


Cette collection de vidéos a été mise à jour le Mercredi 13 Mars 2019 à 20:56:11



Afficher l'aide




Visionnez les vidéos de YouTube protégées parce-qu'en mode sécurisé grâce à cette [PAGE] ().


 


 FILTRES DE RECHERCHE 

Les mots tapés dans les champs TITRE et/ou COMMENTAIRE, et qui doivent être séparés par des espaces, représentent des mots clés, partiels ou complets, qui peuvent ainsi être contigus ou disjoints dans le texte.
Vous pouvez aussi spécifier des
mots entiers en les faisant précéder du caractère $ (par exemple : $Dieu)
Lorsqu'une présentation du résultat "En Liste" est demandée, ces deux champs doivent impérativement être constitués d'au moins 3 caractères pour permettre une recherche.
ATTENTION,
les accents comptent : taper "experience" au lieu de "expérience" fera échouer votre recherche : AUCUN résultat ne sera trouvé.
Pour en savoir plus sur les possibilités offertes par cette section, affichez l'aide ci-dessus (le petit bonhomme jaune).

NumVideo :   Titre :   Commentaire :

Tri :   Catégorie :

Présentation du résultat : Normale En LISTE    




 

"KRACH : Les dessous de la crise économique mondiale"

Vidéo # 2366 en Français () insérée le Lundi 24 Janvier 2011 à 10:48:09 dans la catégorie "Crises"

Durée : 02 hr 16 min 59 sec


 Évaluation des visiteurs  :
Réception des données en cours... Si rien finalement ne s'affiche, c'est que le serveur de notation est actuellement indisponible. Réessayez ultérieurement.

Afin de ne pas désinformer autrui, merci d'avoir la gentillesse et la sagesse de ne voter qu'après avoir regardé entièrement cette vidéo.


Cette vidéo est une série de 4 documentaires retraçant l'historique et les causes de la crise économique et financière mondiale.

Synopsis :

Épisode 1 : "Les architectes de la ruine" :
Dans ce premier épisode, la série nous transporte dans les coulisses de la finance mondiale où un redoutable mélange d'excès, de négligence et de criminalité a infecté le système financier et semé les germes de la catastrophe à venir.

Épisode 2 : "Le tsunami qui a balayé le monde" :
À New York, la faillite de la banque Lehman Brothers provoque une panique sans précédent dans les milieux politiques et financiers. Derrière les portes closes, les dirigeants de la planète tentent de sauver l'économie mondiale et de contenir la contagion.

Épisode 3 : "Le prix à payer" :
Les effets du krach se font sentir. Au Canada, des entreprises et des usines ferment leurs portes. En France, des employés kidnappent leurs patrons. Aux États-Unis, des milliers de familles sont jetées à la rue. En Islande, le gouvernement tombe. Partout la colère gronde.

Épisode 4 : "Des lendemains amers" :
L'indignation de la population mène à la création de nombreuses commissions d'enquête, afin d'identifier les responsables du krach. Les dirigeants politiques tentent de réinventer le capitalisme. Le monde se relève à peine, mais on s'inquiète déjà de la prochaine crise...

Source : Radio-Canada.

La série :

Les équipes des réseaux français et anglais de Radio-Canada ont parcouru le monde, de Wall Street à Dubaï, en passant par la Chine, pour comprendre les causes de la crise économique mondiale. KRACH, les dessous de la crise économique mondiale, est l’histoire de banquiers qui ont mené le monde à la ruine, de leaders qui ont lutté pour le sauver et de gens ordinaires qui ont tout perdu.

Dès septembre 2008, une incroyable série d’événements ébranlent le secteur financier : d'abord la prestigieuse banque d'investissement Lehman Brothers doit fermer, c'est la plus grande faillite de toute l’histoire. Puis le groupe Washington Mutual devient la plus grande banque de l’histoire à faire banqueroute. Enfin, un an plus tard, General Motors, monument de l'économie américaine, doit elle aussi déposer son bilan.

Cette déroute financière est ressentie dans le monde entier et on s'interroge sur les fondements de l’économie internationale. KRACH, les dessous de la crise économique mondiale, nous amène dans les coulisses des plus hautes sphères du pouvoir politique et de la finance où le degré de tension et de trahison est à son comble alors que le monde s’approche dangereusement d’une autre Grande Dépression.

KRACH, les dessous de la crise économique mondiale, raconte aussi l’histoire de victimes. En Californie, des propriétaires désespérés perdent leur maison, en Ontario, des travailleurs de l’industrie automobile perdent tout espoir et en France, des ouvriers en colère choquent le monde en séquestrant leurs patrons. Des trillions de dollars ont été dépensés pour sauver le système financier et relancer l'économie. Mais la reprise reste fragile. Plusieurs craignent une récession à double creux. Les millions de personnes qui ont perdu leur maison et leur emploi exigent des réponses : comment a-t-on pu en arriver là ? À qui la faute ? Ils ne décolèrent pas car jusqu’à maintenant aucune figure majeure du secteur bancaire, des autorités des marchés financiers ou d’un gouvernement n’a été reconnu coupable de délit. À ce jour, seuls quelques petits acteurs ont dû rendre des comptes.

Krach, les dessous de la crise économique mondiale trace un portrait approfondi de la première véritable crise économique à l’échelle mondiale.

Source : Radio-Canada.

Historique des évènements marquants de la crise :

1980
Aux États-Unis, de nouvelles lois sur les hypothèques autorisent des taux d’intérêt plus élevés et l’élargissement de la gamme de produits. Nombre de ces produits ciblent les emprunteurs ayant une mauvaise cote de crédit.
1986
La première ministre britannique, Margaret Thatcher, instaure le « Big Bang », un ensemble de mesures visant à déréglementer les marchés financiers de Londres.
1987
Alan Greenspan est nommé président de la Réserve fédérale des États-Unis. Il deviendra la personnalité la plus influente sur l’échiquier de l’économie mondiale.
1997

Wall Street s’oppose aux efforts visant à réglementer les nouveaux dérivés de crédits, et la Maison-Blanche les bloque.

1999

Le Congrès américain cède à un lobbying intensif qui a coûté 300 millions de dollars américains aux secteurs des banques et des services financiers et abroge la Loi Glass-Steagall, qui avait séparé les banques commerciales (les prêteurs) et les banques d’investissement (qui organisent les ventes d'actions et d'obligations).
2003
En Islande, les trois plus grosses banques ne disposent que de quelques milliards de dollars d’actif. Au cours des trois années et demie qui suivent, l’actif bancaire passe à plus de 140 milliards de dollars américains, sur papier. Entre 2003 et 2007, les cours de la Bourse islandaise sont multipliés par neuf. Et à Reykjavik, le prix de l’immobilier triple.
2004
  • Le PDG de Goldman Sachs, Hank Paulson, fait pression sur la Commission des valeurs mobilières des États-Unis pour qu’elle autorise les banques d’investissement à augmenter leur coefficient d’endettement de 12 pour 1 à 30 pour 1, voire plus.
  • Le directeur adjoint du FBI, Chris Swecker, soutient que l’explosion du marché hypothécaire, alimentée par des taux d’intérêt peu élevés et une augmentation des prix de l’immobilier, a attiré des professionnels peu scrupuleux et des organisations criminelles dont les activités frauduleuses pourraient engendrer des pertes de plusieurs milliards de dollars pour les institutions financières. « Cela pourrait devenir une épidémie », déclare Swecker.
2005
Le président de la Réserve fédérale américaine, Alan Greenspan, déclare dans son témoignage devant le Congrès : « Bien qu’une bulle immobilière généralisée paraisse peu probable à l’échelle du pays, on voit quand même de petites bulles se former dans certains marchés locaux, où les prix de l’immobilier semblent avoir atteint des niveaux qui ne peuvent pas se maintenir. »
2006
  • Aux États-Unis, la bulle immobilière se dégonfle brutalement. Les prix chutent. Les défauts de paiement augmentent. La faillite attend des dizaines de prêteurs hypothécaires à risque. CNN Money révélera par la suite que le pourcentage de débiteurs en défaut est cinq fois plus élevé pour les prêts hypothécaires à risque que pour les prêts préférentiels.
  • Ben Bernanke, universitaire spécialiste de la Grande Dépression, remplace Alan Greenspan à la présidence du Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale américaine.
  • Henry Paulson, ancien PDG de la banque d'investissement Goldman Sachs, est nommé secrétaire du Trésor américain. Paulson est obligé de vendre des actions de Goldman Sachs pour 500 millions de dollars pour se conformer aux lois régissant les conflits d'intérêts. Pendant le mandat de Paulson à la tête de Goldman Sachs, celle-ci a émis près de 37 milliards de dollars américains en obligations garanties par des prêts hypothécaires à risque ou par des hypothèques de second rang.
2007
  • 28 mars
    Le président de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke, déclare : « Présentement, malgré tout, il semble qu’il n’y aura pas de contagion du secteur des prêts immobiliers à risque au reste des secteurs économiques et financiers. »
  • 22 juin
    On apprend que deux fonds spéculatifs gérés par Bear Stearns sont en difficulté à cause d'investissements dans des obligations garanties par des prêts hypothécaires à risque.
  • Août
    Les problèmes des prêts hypothécaires à risque font boule de neige à l’échelle mondiale : en effet, il s’avère que les portefeuilles de banques et de fonds spéculatifs partout dans le monde contiennent beaucoup de titres adossés à des créances hypothécaires. Le 9 août, la banque française BNP Paribas annonce qu’elle n’est pas en mesure d’évaluer l’actif de trois de ses fonds spéculatifs.
  • 10 août
    Comme les marchés du crédit s’essoufflent dans le monde, les banques centrales se coordonnent pour injecter des liquidités dans ces mêmes marchés pour la première fois depuis les événements du 11 septembre 2001. La Réserve fédérale américaine, la Banque centrale européenne et les banques d’Australie, du Canada et du Japon injectent toutes de l'argent.
  • 13 septembre
    La BBC annonce que le prêteur hypothécaire et établissement bancaire Northern Rock a demandé un soutien d’urgence. Dans les minutes qui suivent ce communiqué, des clients commencent à se connecter au site web de Northern Rock et à retirer leur argent. Le site tombe alors en panne, et cela provoque une panique. Le lendemain matin, de longues files de clients retirent un total de 1 milliard de livres sterling dans la plus grande ruée ayant jamais eu lieu sur les banques en Grande-Bretagne en plus d’un siècle.
  • 9 octobre
    L’indice Dow Jones atteint un record de 14 164 points. En février 2009, il aura dégringolé pour s'arrêter à peine au-dessus de 6500 points.
2008
  • 17 mars
    Bear Stearns, cinquième banque en importance de Wall Street, est sauvée de justesse de la faillite par sa rivale JP Morgan grâce à une entente soutenue par le gouvernement américain.
  • 19 juin
    Deux responsables de Bear Stearns, Ralph Cioffi et Matthew Tannin, sont arrêtés et accusés de fraude. À ce jour, ce sont les seules grandes personnalités américaines de la finance à devoir répondre à des accusations criminelles relativement à la débâcle financière. Par la suite, ils ont été acquittés des accusations de délit criminel, mais ils font face à des accusations au civil.
  • 7 septembre
    Le gouvernement américain lance une bouée de sauvetage de 200 milliards de dollars américains à Fannie Mae et Freddie Mac, pressés de toutes parts. Les prêteurs hypothécaires détiennent des prêts résidentiels ou en sont garants pour un montant de 5000 milliards de dollars.
  • 15 septembre
    Lehman Brothers Holdings Inc. dépose son bilan. C’est la plus importante faillite de l’histoire américaine, qui dépasse celles de WorldCom et d’Enron.
  • 16 septembre
    La Réserve fédérale américaine annonce un programme de sauvetage de 85 milliards de dollars américains pour sauver de la faillite la plus grosse compagnie d’assurance du pays, AIG. Au total, son renflouement s’élèvera finalement à plus de 185 milliards de dollars américains.
  • 17 septembre
    Lloyds TSB annonce qu’elle va prendre le contrôle du plus grand établissement de prêts hypothécaires de Grande-Bretagne, la Halifax Bank of Scotland. Le 25 septembre 2008, les autorités de réglementation ferment l’établissement bancaire et prêteur hypothécaire Washington Mutual. C’est la deuxième faillite en importance de l’histoire américaine et la plus grosse faillite bancaire que les États-Unis aient jamais connue.
  • 29 septembre
    À Wall Street, l’indice Dow Jones dégringole de 778 points; c'est la chute la plus vertigineuse jamais enregistrée en un seul jour.
  • 3 octobre
    Aux États-Unis, après le rejet du plan de sauvetage des banques quelques jours auparavant, la Chambre des représentants approuve la Loi de stabilisation économique d'urgence, qui coûtera 700 milliards de dollars américains.
  • 4 octobre
    L’Allemagne vient au secours de son deuxième prêteur hypothécaire en importance, Hypo Real Estate, en lui versant 50 milliards d’euros.
  • 6 octobre
    • En Islande, le Parlement adopte une loi d’urgence pour permettre au gouvernement d’intervenir massivement dans le système financier islandais. C'est la mesure la plus radicale jamais prise dans l’histoire du pays. L'État utilise les pouvoirs d’urgence pour prendre le contrôle des trois plus grandes banques islandaises.
    • Devant la fragilité des marchés des actions et du crédit, la Réserve fédérale américaine fournit 900 milliards de dollars américains supplémentaires sous forme de prêts à court terme qu’elle met à la disposition des banques.
    • Le jour suivant, la Réserve fédérale américaine annonce des plans visant à prêter environ 1300 milliards de dollars à des sociétés n'appartenant pas au secteur financier. De 2008 à 2010, la Réserve fédérale et le Trésor américain auront engagé 4600 milliards de dollars pour sauver l’économie américaine.
  • 10 octobre
    Le Canada annonce qu’il achètera des blocs de prêts hypothécaires assurés par le gouvernement pour une valeur de 25 milliards de dollars. Il accroîtra son engagement à 125 milliards de dollars.
  • 12 octobre
    Devant l’imminence d’une crise à l’échelle européenne, le premier ministre britannique Gordon Brown va à Paris et parvient à persuader les pays de l’Union européenne d’adopter un programme de sauvetage.
  • 14 octobre
    Le gouvernement américain annonce un plan de 250 milliards de dollars pour acheter des parts dans un grand nombre de banques afin de tenter de rétablir la confiance dans ce secteur.
  • 17 octobre
    • À Dubaï, centre financier du monde arabe, les téléscripteurs boursiers dans les halls d'entrée et sur les façades des gratte-ciel des entreprises financières évitent de diffuser comme d'habitude les cours de la Bourse, préférant citer l’émir de Dubaï, qui soutient que l’économie et les banques de l’émirat sont saines.
    • En Chine, l’agence de presse Xinhua déclare qu’environ 80 % des usines de jouets de la province de Guangdong ont fermé leurs portes, tout comme la moitié des usines de chaussures.
  • 9 novembre
    La Chine annonce un plan de relance économique de 586 milliards de dollars américains. Il consiste à investir dans des projets d’infrastructure et des programmes sociaux et à réduire les impôts des sociétés, dans le but de relancer l'économie.
  • 19 novembre
    Les PDG des trois grands constructeurs automobiles (Rick Wagoner de GM, Alan Mulally de Ford et Robert Nardelli de Chrysler) partent à Washington pour demander un renflouement. Ils sont vertement critiqués pour s'y être rendus en jet privé.
  • 24 novembre
    Des milliers d’Islandais manifestent à Reykjavik pour réclamer la démission du premier ministre, Geir Haarde, et du gouverneur de la banque centrale, David Oddsson.
  • 26 novembre
    La Commission européenne annonce un plan de relance économique de 200 milliards d’euros.
  • 19 novembre
    Les gouvernements américain et canadien annoncent qu'ils consacreront plusieurs milliards de dollars à la remise à flot de l’industrie automobile.
  • 25 décembre
    À Dubaï, on commence à voir des voitures abandonnées par des expatriés endettés dans le parc de stationnement de l’aéroport.
2009
  • 15 janvier
    À Dongguan, en Chine, des batailles rangées ont lieu entre les ouvriers en grève d'une usine de textile et des agents de sécurité.
  • 20 janvier
    Le nouveau président des États-Unis Barack Obama prête serment. Il déclare aux Américains : « Notre économie est gravement affaiblie, conséquence de la cupidité et de l’irresponsabilité de certains, mais également à cause de l'impossibilité de faire collectivement certains choix difficiles. »
  • 26 janvier
    Le gouvernement islandais tombe et le premier ministre Geir Haarde démissionne.
  • 17 février
    Le président des États-Unis Barack Obama promulgue un plan de relance de l’économie de 787 milliards de dollars.
  • 25 février
    • La Caisse de dépôt et placement du Québec confirme avoir subi une perte de 25 % en 2008, soit près de 40 milliards de dollars.
    • La Caisse de dépôt est l'un des plus grands détenteurs de papier commercial adossé à des actifs non bancaires (PCAA) au Canada. Elle détient en fait, à elle seule, le tiers du marché canadien de PCAA.
  • 12 mars
    Bernard Madoff plaide coupable à 11 chefs d’accusation allant de la fraude en valeurs mobilières au parjure, relativement à la pyramide de Ponzi de 65 milliards de dollars qu'il a exploitée pendant des décennies. « J'ai envie de le lapider ! », a dit une des victimes de Madoff qui assistait au procès. Madoff sera condamné à 150 ans de prison.
  • 31 mars
    Après l'échec des négociations sur la restructuration des activités de Caterpillar à Grenoble, en France, les travailleurs prennent leurs patrons en otages. D'autres incidents de séquestrations de patrons se produisent dans plusieurs usines françaises.
  • Avril
    Au Sommet du G20 de Londres, les dirigeants réclament de nouvelles réglementations bancaires. Ils s'entendent aussi pour injecter 1100 milliards de dollars américains supplémentaires pour stimuler l’économie.
  • 30 avril
    Chrysler dépose son bilan. General Motors fait de même le 1er juin.
  • Mai
    L’une des plus grandes flottes maritimes de tous les temps est immobilisée dans le détroit de Malacca, entre Singapour et la Malaisie. Des centaines de navires de charge, plus nombreux que ceux de l’Armada espagnole, attendent leurs chargements.
  • 26 mai
    Le ministre canadien des Finances, Jim Flaherty, prévoit un déficit fédéral record de plus de 50 milliards de dollars.
  • 19 juin
    D’après l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, un milliard de personnes souffrent de la faim.
  • 7 juillet
    Confrontée à un déficit budgétaire abyssal, la Californie commence à payer ses factures en signant des reconnaissances de dette.
  • 25 novembre
    Dans une courte déclaration publiée juste avant les congés de l’Aïd el-Adha et de l’Action de grâces aux États-Unis, la société d'État Dubai World demande six mois de sursis pour s’acquitter de ses dettes. Beaucoup considèrent cela comme une défaillance d’un emprunteur souverain, en l’occurrence Dubaï.
2010
  • 16 avril
    La Commission des valeurs mobilières des États-Unis annonce qu’elle engage des poursuites contre Goldman Sachs et un de ses employés, Fabrice Tourre. La Commission prétend que la banque d’investissement a amplement déformé et dissimulé des faits dans des documents d’information sur un produit d’investissement dont elle est à l’origine.
  • 22 avril
    On apprend que le déficit de la Grèce est nettement plus important que ce que l'on croyait et qu’elle aura des difficultés à s’acquitter de ses dettes. 
  • 23 avril
    Tandis que les Grecs manifestent avec violence à Athènes, le premier ministre George Papandreou demande le soutien financier de ses partenaires européens et du Fonds monétaire international.
  • 2 mai
    Les pays de la zone euro et le Fonds monétaire international accordent une aide financière de 110 milliards d'euros (147 milliards de dollars américains) sur trois ans à la Grèce pour la remettre à flot et lui permettre de payer ses dettes.
  • 10 mai
    L’Union européenne et le Fonds monétaire international annoncent un fonds de sauvetage de près de 1000 milliards de dollars pour aider les pays européens confrontés à des problèmes de dettes.
  • 26 juin
    Les dirigeants mondiaux du G20 se réunissent à Toronto, qui devient le théâtre d’actes de protestations, de vandalisme et de violence. Ils s’engagent à élaborer des plans financiers qui devront réduire au moins de moitié les déficits d’ici à 2013 et qui stabiliseront ou réduiront le rapport dette/PIB des gouvernements d’ici à 2016.
  • 30 juin
    Après des mois de lobbying et d'âpres négociations, la Chambre des représentants des États-Unis adopte un projet de loi sur la réforme financière. Il est massivement rejeté par des économistes, par des commentateurs et par le public américain, qui le jugent inadéquat. Le 21 juillet 2010, Obama promulgue la loi.
  • 15 juillet
    Le Sénat américain adopte le projet de loi sur la réforme financière.
  • 16 juillet
    Pour régler les poursuites au civil pour fraude intentées contre elle, Goldman Sachs accepte de payer 550 millions de dollars américains et admet qu’elle a fourni des renseignements incomplets.
  • 28 septembre
    Le Parlement islandais décide de traduire l'ex-premier ministre Geir Haarde devant une cour spéciale pour négligence, en raison de l'effondrement du système bancaire de son pays à l’automne 2008. Il risque jusqu’à deux ans de prison.
  • 13 octobre
    Les 50 États américains lancent une vaste enquête sur les expulsions et les saisies immobilières pratiquées par les banques américaines au cours des derniers mois. Certaines banques n’auraient pas vérifié correctement tous les dossiers avant de procéder aux saisies, ou auraient utilisé des documents incomplets qui ne respectaient pas la réglementation.
  • 15 octobre
    L’ancien chef de la direction de Countrywide, Angelo Mozilo, a abouti à un règlement à l’amiable avec la Commission des valeurs mobilières des États-Unis relativement à des accusations de fraude en valeurs mobilières et de délit d’initié. Mozilo a convenu de payer 67,5 millions de dollars d’amendes et a accepté une interdiction à vie d’exercer la fonction de dirigeant ou de directeur d’une société ouverte. Dans le cadre du règlement, Mozilo n’a reconnu avoir commis aucun acte répréhensible.
Source :  Radio-Canada.

Le who's who du documentaire, et pour certains, du désastre financier mondial :

Alan Greenspan

Président de la Réserve fédérale américaine de 1987 à 2006

Alan Greenspan a été, pour un temps, le plus puissant décideur du monde économique. Fervent défenseur de la libéralisation et de la déréglementation des marchés, il croyait qu’il n’était pas nécessaire de légiférer contre la fraude à Wall Street et que les marchés étaient en mesure de s’autoréguler. Après la débâcle, Greenspan a reconnu que son modèle économique avait des failles.

Jimmy Cayne

PDG de Bear Stearns de 1993 à 2007

Jimmy Cayne a été décrit comme étant « l’un des pires PDG de toute l’histoire des États-Unis ». Il passait son temps à jouer au golf ou au bridge alors que Bear Stearns était en train de s’effondrer.

Dick Fuld

PDG de Lehman Brothers de 1994 à 2008

Dick Fuld a entraîné à fond Lehman Brothers dans le marché des prêts hypothécaires à haut risque. Il a également entraîné Lehman Brothers dans la plus grande faillite de l’histoire américaine. Malgré cela, Dick Fuld s’est alloué un salaire de plus de 450 millions de dollars US de 2000 à 2008 !

Angelo Mozilo

Cofondateur et PDG de Countrywide Financial Corporation de 1969 à 2008

Angelo Mozilo a fait de Countrywide le plus gros prêteur hypothécaire des États-Unis. Un de ses objectifs était de permettre aux classes défavorisées et aux minorités d’accéder à la propriété. Cependant, Mozilo n’a pas résisté à l’appât du gain que lui faisaient miroiter ces prêts hypothécaires à risque.

En octobre 2010, Mozilo est parvenu à un règlement à l’amiable avec la Commission des valeurs mobilières des États-Unis quant aux accusations de fraude et de délit d’initié qui pesaient sur lui. Mozilo s’est vu imposer une amende de 67,5 millions de dollars américains, dont 20 millions seront payés par Countrywide. Il n’a reconnu avoir commis aucun acte répréhensible. Countrywide a aussi dû payer des milliards de dollars en frais juridiques relativement à des pratiques de prêts à des conditions abusives.

Geir Haarde

Premier ministre de l’Islande de 2006 à 2009

Geir Haarde a assisté, impuissant, à l’effondrement de l’économie islandaise à l’automne 2008. Même si c’était son prédécesseur, David Oddsson, qui avait entraîné le pays dans la crise, les manifestants ont jeté le blâme sur Geir Haarde et l’ont forcé à démissionner.
Depuis, le Parlement islandais a décidé de le traduire devant une cour spéciale pour « négligence » à la suite de la crise financière qui a frappé son pays.

Cheikh Mohammed Ben Rachid Al-Maktoum

Émir de Dubaï de 2006 à ce jour

Le PDG autoproclamé de Dubaï Inc. a transformé le port peu connu du golfe Persique qu’était son émirat en un empire immobilier de renommée internationale. Mais cette prospérité ne dure pas : avec le krach, les propriétés perdent la moitié de leur valeur, et aujourd’hui, Dubaï n’arrive plus à rembourser ses dettes.

Joseph Cassano

Dirigeant d’AIG Financial Products de 1987 à 2008

Sous la direction de Joseph Cassano, AIG s’est mis à offrir un type de contrats d’assurance anti-pertes sur les titres adossés à des créances hypothécaires de Wall Street. AIG s’engageait à payer si des entreprises manquaient à leur obligation de rembourser.

Joseph Cassano misait surtout sur le fait qu’il était impossible qu’un grand nombre de banques et de sociétés de prêts hypothécaires de par le monde fassent faillite en même temps. Il avait tort. Le sauvetage d’AIG a coûté 185 milliards de dollars.

Lloyd Blankfein

PDG de Goldman Sachs de 2006 à ce jour

Le magazine Rolling Stone écrit à propos de la banque de Lloyd Blankfein : « Ce qu’il faut d’abord savoir sur Goldman Sachs, c’est qu’elle est partout. La banque d’investissement la plus puissante du monde est un calmar vampire géant qui enveloppe le visage de l’humanité et qui suce impitoyablement tout ce qui sent l’argent. » Au printemps 2010, Goldman Sachs verse la somme record de 550 millions de dollars pour régler un litige avec la Commission des valeurs mobilières, qui l’accuse d’avoir trompé les investisseurs.

Phil Angelides

Président de la Commission d’enquête sur la crise financière depuis 2009

Cet ancien trésorier de la Californie se voit confier le difficile mandat de faire la lumière sur les causes de la crise financière. C'est dans cette optique qu'il soumet à des interrogatoires serrés politiciens et banquiers ayant eu un rôle-clé dans la crise.

Hank Paulson

Secrétaire au Trésor de 2006 à 2008

Hank Paulson, surnommé « The Hammer » (le marteau), est l’ancien PDG de la banque d’investissement Goldman Sachs. Sous son mandat de PDG, Goldman Sachs a émis pour près de 37 milliards de dollars américains d’obligations adossées à des prêts hypothécaires à haut risque ou de second rang. Devenu secrétaire au Trésor, Hank Paulson fera tout pour sauver Wall Street et le système financier mondial, y compris son ancienne banque.

Christine Lagarde

Ministre française de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi depuis 2007

Christine Lagarde est très critique quant à la manière dont les États-Unis ont géré la crise, et particulièrement quant à la décision de laisser la banque d’investissement Lehman Brothers faire faillite. Elle est également à l’origine du mouvement français qui vise à redéfinir le capitalisme.

Marcy Kaptur

Représentante démocrate de l’Ohio au Congrès depuis 1982

Marcy Kaptur, une politicienne du centre industriel des États-Unis au caractère inflexible, a défié Hank Paulson au Congrès et a voté contre le plan de sauvetage des banques de 700 milliards de dollars. Elle a sommé les propriétaires des habitations saisies à ne pas bouger de chez eux et a demandé au FBI d’enquêter sur Wall Street.

Pierre Piccarreta

Délégué syndical et travailleur à l’usine de Caterpillar à Grenoble. Il a participé à la séquestration de ses patrons afin d'obtenir de meilleures indemnités pour ses collègues licenciés ou mis au chômage à la suite d'un plan de rationalisation de l'entreprise, qui a annoncé par ailleurs des profits records en 2008.

Marcus Kerriou

Les employés français de Molex, une entreprise américaine de connectique automobile, réagissent à l’annonce de la fermeture de leur usine et aux difficiles négociations qui s’ensuivent en séquestrant leur patron, Marcus Kerriou. Ce dernier garde un souvenir marquant de ses 26 heures de captivité.

Dominique Strauss-Kahn

Sous sa gouverne, le Fonds monétaire international a gagné en crédibilité et est paradoxalement sorti gagnant de la crise financière. Le directeur général du FMI a reçu du G20 le mandat de veiller à la réforme du système de réglementation financière au niveau mondial. Plusieurs voient en cet ancien ministre des Finances le prochain président de la France.

Source :  Radio-Canada.

Ces vidéos n'ont pas encore été évaluées, mais s'annoncent passionnantes.



VIDÉOS CONNEXES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER :

Ayant dans leur titre le mot clé "crach", cliquez [ici].

Ayant dans leur titre les mots clés "crise" et "économique", cliquez [ici].

Ayant dans leur titre le mot clé "bulle", cliquez [ici].

Ayant dans leur titre le mot clé "effondrement", cliquez [ici].

Ayant dans leur titre le mot clé "ruine", cliquez [ici].

Ayant dans leur titre le mot clé "banqueroute", cliquez [ici].

Ayant dans leur titre le mot clé "faillite", cliquez [ici].


Pour toutes les vidéos de la catégorie "Crises", cliquez [ici].

 POUR TOUT PUBLIC 


Épisode 1 : "Les architectes de la ruine".


Épisode 2 : "Le tsunami qui a balayé le monde".


Épisode 3 : "Le prix à payer".


Épisode 4 : "Des lendemains amers".




 


  Pour trouver d'autres vidéos parmi les 9002 actuellement recensées dans la Base de Données,
n'hésitez pas à modifier les filtres de recherche, puis à cliquer ensuite sur le bouton [ Rechercher ]
 



 



Si vos moyens vous le permettent,  supportez ce site !  Faites régulièrement un don, même très modeste :  $CA 

[Mur des donateurs]   [À propos de la publicité]



Le Design, les Articles et Commentaires de ce Site sont © 2008-2019 BlueMan
Reproduction interdite - Tous droits réservés.




Pour toute question ou commentaire, n'hésitez pas à m'écrire en utilisant cette [PAGE] .