"SIDA : Le doute"
 

Des vidéos remarquables à voir absolument




 


Pour accéder au Tchat de ce site, cliquez [ici].



LIENS & INFORMATIONS DIVERSES ET VARIÉES DU MOMENT

Pour un meilleur confort visuel et de navigation, vous pouvez consulter dans une pleine page toutes les informations contenues dans le cadre ci-dessus, en cliquant [ici].

 

==============================================================================================================================================
                        RAPPEL : Tous les articles et informations de ce site sont © BlueMan - REPRODUCTION INTERDITE.

Puisque vous lisez actuellement cet avertissement, cela prouve déjà que vous êtes en train de commettre un acte de piratage par un procédé
de rétro-ingénierie visant à afficher et/ou décoder, puis s'accaparer tout ou partie du contenu de pages protégées par des lois nationales et
internationales sur les droits d'auteur. Il est encore temps de renoncer. Ne devenez pas un minable, un voleur ; cherchez, créez, inventez, apportez quelque chose au monde ! ==============================================================================================================================================


Cette collection de vidéos a été mise à jour le Mercredi 13 Mars 2019 à 20:56:11



Afficher l'aide




Visionnez les vidéos de YouTube protégées parce-qu'en mode sécurisé grâce à cette [PAGE] ().


 


 FILTRES DE RECHERCHE 

Les mots tapés dans les champs TITRE et/ou COMMENTAIRE, et qui doivent être séparés par des espaces, représentent des mots clés, partiels ou complets, qui peuvent ainsi être contigus ou disjoints dans le texte.
Vous pouvez aussi spécifier des
mots entiers en les faisant précéder du caractère $ (par exemple : $Dieu)
Lorsqu'une présentation du résultat "En Liste" est demandée, ces deux champs doivent impérativement être constitués d'au moins 3 caractères pour permettre une recherche.
ATTENTION,
les accents comptent : taper "experience" au lieu de "expérience" fera échouer votre recherche : AUCUN résultat ne sera trouvé.
Pour en savoir plus sur les possibilités offertes par cette section, affichez l'aide ci-dessus (le petit bonhomme jaune).

NumVideo :   Titre :   Commentaire :

Tri :   Catégorie :

Présentation du résultat : Normale En LISTE    




 

"SIDA : Le doute"

Vidéo # 2385 en Français () insérée le Samedi 29 Janvier 2011 à 15:52:52 dans la catégorie "Santé & Médecine"

Durée : non renseignée


 Évaluation des visiteurs  :
Réception des données en cours... Si rien finalement ne s'affiche, c'est que le serveur de notation est actuellement indisponible. Réessayez ultérieurement.

Afin de ne pas désinformer autrui, merci d'avoir la gentillesse et la sagesse de ne voter qu'après avoir regardé entièrement cette vidéo.


Cette vidéo est un documentaire de Djamel Tahi sur le SIDA et les légitimes questions que pose cette maladie tant les progrès pour la guérir sont très minimes, il faut bien le reconnaître. Et nous sommes déjà en 2011 alors que le virus a été découvert en 1983... 28 ans de recherches, de centaines de millions de dollars déepnsés, et toujours pas de traitement véritable ou même de vaccin...

Il faut savoir que ce documentaire fut présenté début 1996 lors d'une soirée spéciale SIDA sur la chaîne franco-allemande "ARTE", et que la discussion qui a suivi sa diffusion fut, selon les téléspectateurs, absolument pathétique, car aucune des questions soulevées par le film ne reçu de réponse. Quand aux témoins privilégiés, c'est-à-dire les malades ayant survécu, et autres critiques présents sur le plateau, ils ne purent pas s'exprimer librement, le professeur Luc Montagnier () ayant demandé à ce qu'on leur donne la parole le moins possible. Un bel exemple de démocratie et de respect des autres que nous donne là ce mandarin de la science...

Synopsis :

Pour tout un chacun, il est communément reconnu que la cause du Sida est un virus, le HIV, qui détruit le système immunitaire des personnes infectées. Or, depuis l'identification du virus dit du Sida, voilà aujourd'hui onze ans, il n`a pas été possible pour la communauté scientifique, d'expliquer et de démontrer précisément, l'étiologie du virus. Cette question essentielle divise largement les chercheurs toujours en quête d'une explication. De ce fait, scientifiquement parlant, la théorie du virus HIV comme cause du Sida, n`est alors qu'une hypothèse. Soutenue il est vrai par la majorité des chercheurs, mais cela reste néanmoins une hypothèse.

Pour cette raison certains chercheurs, comme le Professeur Luc Montagnier de l`lnstitut Pasteur, ou le Professeur américain Robert Root-Bernstein de l'université du Michigan, ont invoqué l'implication d'autres agents dans la maladie, les cofacteurs, en attribuant qu'un rôle secondaire au virus HIV. Ce n'est également qu'une hypothèse.

D`autres chercheurs sont allés plus loin, et avancent que le virus HIV n'est pas la cause du Sida. Pour ces chercheurs, appartenant à l'élite scientifique, toutes les connaissances accumulées sur le Sida au cours de ces dix dernières années, permettent d'affirmer que ce n'est pas une maladie infectieuse, et que son évolution pathologique et épidémiologique le prouve. Leur hypothèse est que le Sida est une maladie due à plusieurs facteurs liés au mode de vie des personnes atteintes, qui provoquerait un désordre immunitaire irréversible.

Dans ce film consacré au Sida, il ne s'agit pas bien sûr de tenter de démontrer quelle est la théorie qui l'emporte sur l'autre, mais plutôt de faire un état des lieu des connaissances, des doutes, et des interrogations qui persistent après toutes ces années de recherche. Pour cela nous développerons les arguments qui questionnent la cause du Sida. Nous lèverons le voile sur la controverse qui règne, presque à huis clos, au sein de la communauté scientifique. Et à travers les portraits des principaux acteurs qui animent ce débat, nous tenterons de comprendre pourquoi, ils n'acceptent pas ce qui reconnu par tous.

Source : http://leweb2zero.tv/video/deestroy_4846adfcd46f784 ().

Le mot du réalisateur :

Note d'intention

"La chose la plus importante, c'est de ne jamais cesser de se poser des questions." Albert Einstein

Pour tout un chacun, il est communément reconnu que la cause du Sida est un virus, le HIV, qui détruit le système immunitaire des personnes infectées. Or, depuis l'identification du virus dit du Sida, voilà aujourd'hui onze ans, il n`a pas été possible pour la communauté scientifique, d'expliquer et de démontrer précisément, l'étiologie du virus. Cette question essentielle divise largement les chercheurs toujours en quête d'une explication. De ce fait, scientifiquement parlant, la théorie du virus HIV comme cause du Sida, n`est alors qu'une hypothèse. Soutenue il est vrai par la majorité des chercheurs, mais cela reste néanmoins une hypothèse.

Pour cette raison certains chercheurs, comme le Professeur Luc Montagnier de l`lnstitut Pasteur, ou le Professeur américain Robert Root-Bernstein de l'université du Michigan, ont invoqué l'implication d'autres agents dans la maladie, les cofacteurs, en attribuant qu'un rôle secondaire au virus HIV. Ce n'est également qu'une hypothèse.

D`autres chercheurs sont allés plus loin, et avancent que le virus HIV n'est pas la cause du Sida. Pour ces chercheurs, appartenant à l'élite scientifique, toutes les connaissances accumulées sur le Sida au cours de ces dix dernières années, permettent d'affirmer que ce n'est pas une maladie infectieuse, et que son évolution pathologique et épidémiologique le prouve. Leur hypothèse est que le Sida est une maladie due à plusieurs facteurs liés au mode de vie des personnes atteintes, qui provoquerait un désordre immunitaire irréversible.

Dans ce film consacré au Sida, il ne s'agit pas bien sûr de tenter de démontrer quelle est la théorie qui l'emporte sur l'autre, mais plutôt de faire un état des lieu des connaissances, des doutes, et des interrogations qui persistent après toutes ces années de recherche. Pour cela nous développerons les arguments qui questionnent la cause du Sida. Nous lèverons le voile sur la controverse qui règne, presque à huis clos, au sein de la communauté scientifique. Et à travers les portraits des principaux acteurs qui animent ce débat, nous tenterons de comprendre pourquoi, ils n'acceptent pas ce qui reconnu par tous.

L'histoire :

Onze ans déjà!

Washington D.C. 23 Avril 1984. La salle de conférence de presse est bondée par les journalistes et les caméras de télévision. Margaret Heckler, alors Secrétaire à la santé du gouvernement Reagan, et Robert Gallo Professeur de virologie à l'lnstitut Bethesda, annoncent au monde entier qu'ils ont identifié la cause du Sida. C'est une nouvelle grande victoire pour la recherche médicale des Etats-Unis. Le coupable est un rétrovirus qui détruit le système immunitaire des personnes infectées. Au cours de cette même conférence, le Professeur Robert Gallo déclare qu'un vaccin sera disponible dans les deux prochaines années.

La suite de l'histoire révélera que la découverte du virus n'appartenait pas au virologiste américain, qui fut condamné par ses pairs pour fraude scientifique. Et malgré les moyens mis en oeuvre, les années qui suivirent ne donnèrent pas le jour à un vaccin contre la maladie.

Les espoirs déçus

Au début, I'espoir de gagner la bataille contre le Sida ne laissait place à aucun doute. En moins de trois ans les chercheurs avaient identifié la cause de la maladie. Une véritable prouesse. Il fallait alors stopper l'épidémie. Tous les chercheurs travaillant aux quatre coins du monde, et les importants moyens investis dans la recherche, devaient mener la médecine vers une nouvelle victoire sur la maladie. La plus petite avancée sur le Sida était aussitôt disséquée, expliquée et commentée, par la presse et la télévision. Et le public retenait son souffle, prêt à entendre les mots fatidiques "Nous avons trouvé!".

Au fil des mois et des années, les déclarations se sont faites plus prudentes, les résultats moins prometteurs, et la presse moins patiente. Lors de la dernière conférence internationale sur le Sida, qui se tenait à Paris en Juin 1994, un quotidien de la capitale titrait "I'optimisme du début des années de la recherche sur le Sida, a laissé place aujourd'hui à un réel désarroi". Tous sont obligés de reconnaître qu'il n'y a toujours pas de remède, et que la recherche piétine. La course aux vaccins s'est soldée par un constat d'échec, et les lobbies pharmaceutiques hésitent à investir à nouveau. Pour ceux qui souffrent du Sida, le pronostic reste des plus pessimistes.

La polémique

Peut-on alors contester l'incontestable, la cause même du Sida, et du même coup supposer que la communauté scientifique internationale se soit trompée? Car, si le virus isolé par le Professeur Luc Montagnier est largement accepté comme étant la cause du Sida, d'autres hypothèses ont été avancées depuis déjà plusieurs années.

Dès 1986 certains chercheurs, et non des moindres, s'insurgent contre l'affirmation qu'un virus pourrait être la cause de cette nouvelle maladie. Parmi eux, Albert Sabin Prix Nobel de Biologie, Henry Gilbert Prix Nobel de Chimie, Harry Rubin et Peter Duesberg pionniers de la Rétrovirologie, Richard Strohman biochimiste émérite de Harvard, Robert Root-Bernstein Immunologiste, lauréat de cette même année. Pour cette poignée de chercheurs appartenant à l'élite scientifique américaine, I'affirmation faite par le Professeur Robert Gallo en Avril 1984 n'a jamais été prouvée, et de ce fait reste alors une hypothèse.

Contrairement à ses collègues qui ont timidement fait entendre leur désaccord, le Professeur Peter Duesberg clame publiquement que la recherche sur le Sida fait fausse route. Pour lui, c'est le début de la descente aux enfers. Hier reconnu par tous comme un des meilleurs virologistes du monde, il est aujourd'hui ignoré et exclu du débat scientifique.

Débat à huis clos

Mais la polémique ne disparaît pas pour autant. Bien au contraire, elle ne fait que s'amplifier, et soulève un malaise grandissant au sein de la communauté scientifique. Même les plus éminents chercheurs de la recherche sur le Sida restent impuissants à enrayer cet affrontement.

Autour du Professeur Peter Duesberg se forme un groupe de scientifiques, et sous l'impulsion du biologiste Charles Thomas Jr, ils créent le groupe «Reappraising Aids». Et dans une lettre commune, ils réclament la révision de l'hypothèse du Sida. En vain.

Mais les affrontements que soulève cette polémique ne peuvent plus être ignorés. En 1989 revue scientifique française Recherche & Immunologie, invite le Professeur Luc Montagnier et le Professeur Peter Duesberg à un débat dans ses colonnes. Tous deux acceptent le challenge. Peter Duesberg envoie ses réflexions à la revue, qui les publie. Luc Montagnier ne répondra Jamals.

Y a-t-il un scientifique dans la salle?

"Le virus est la cause du Sida. Il n'y a aucun doute sur ce point. Posez la question à cinq mille chercheurs, ils vous répondront tous la même chose". Cette réponse laconique, fut celle du Professeur Robert Gallo à un journaliste qui le questionnait sur les arguments de son virulent collègue, le Professeur Peter Duesberg.

Dans le domaine de la recherche scientifique, la parole de cinq mille chercheurs n'est pas suffisante. La science avance par hypothèses, qui sont soumises à des règles très strictes. Si une hypothèse est correlée par ces règles, celle-ci devient alors un fait, et donc une référence scientifique. Dans le cas contraire, elle reste une hypothèse.

L'histoire du Biochimiste Kary Mullis illustre bien le manque de preuves scientifiques qui entoure la théorie sur le Sida. En 1993, Kary Mullis obtient le Prix Nobel de Chimie pour son invention de la P.C.R. (Polymerase Chain Reaction). L'invention du Biochimiste américain permet de déceler la plus infime particule virale. Bien sûr cette nouvelle découverte devait servir la recherche sur le Sida, et Kary Mullis fut lui-même amené à travailler dans ce domaine.

Dés l'instant où il commença son travail, Kary Mullis voulut se procurer la référence scientifique qui stipulait que le virus était la cause du Sida. La réponse qu'il reçut était plutôt surprenante. Personne n'avait besoin d'une telle référence, tout le monde savait cela. Devant son insistance, on le dirigea vers le Centre des Maladies Infectieuses d'Atlanta. Là aussi, on ne lui apporta pas de réponse satisfaisante. Au cours d'un colloque international sur le Sida, Kary Mullis s'adressa directement au professeur Luc Montagnier, I'homme qui avait découvert le virus responsable du Sida. Le virologiste français avoua que cette référence n'existait pas. Depuis, Kary Mullis n'a cessé de questionner les arguments qui soutiennent la théorie sur le Sida. Il est à ce jour le troisième Prix Nobel à avoir rejoint le groupe "Reappraising Aids".

La notoriété du Biochimiste américain n'a fait qu'accroître l'embarras des responsables de la recherche sur le Sida, qui ont néanmoins réaffirmé qu'il n'y avait aucun doute sur le fait que le virus était la cause du Sida. Quiconque soutenant le contraire, encourageait les gens à risquer leur vie. Ce à quoi Kary Mullis rétorqua qu'il n'était pas un "lifeguard", mais un scientifique. En tant que tel il se devait de dire ce qu'il pensait, et il ne pouvait apporter son soutien à une théorie qui relevait plus de la religion, que de la science.

Paradoxe

Depuis le début de la recherche sur le Sida, les observations concernant l'étiologie du virus, les pathologies de la maladie, et de l'épidémie, soulèvent plusieurs paradoxes. Et l'inaptitude des chercheurs à les résoudre, renforce le doute sur l'origine du Sida. Mais la question qui reste peut-être la plus importante, et qui continue d'absorber les chercheurs, est de comprendre comment un virus presque introuvable, ou dormant, serait-il la cause de la destruction du système immunitaire des malades du Sida. Après plus de dix ans de recherche, des sommes colossales investies par les gouvernements et les laboratoires pharmaceutiques, la question reste posée. On ne sait pas comment agit le virus.

Avec les années, le Sida a un peu perdu de son caractère inéluctable. Les séropositifs qui ne développent pas le Sida alors qu'ils ont été infectés par le virus voilà dix ans et plus (surnommés les Long Term Survivors), sont en nombre croissant. Cette nouvelle réalité de la maladie déroute les chercheurs. Les hypothèses se suivent: un virus moins virulent, une immunité plus combative, .. mais l'énigme persiste. Autre dilemne: une étude faite dans plusieurs grandes villes occidentales montre, que les prostituées qui collectionnent les M.S.T., ne sont que très peu touchées par le virus du Sida. Là aussi, aucune explication convaincante n'est avancée.

En 1992, une étude américaine révèle l'exustence d'un petit nombre, non négligeable, de malades du Sida, chez qui il est impossible de retrouver la trace du virus. Ces personnes présentent tous les symptômes caractéristiques du Sida (immunodéficience, sarcome de Kaposi, pneumocistose), mais tous les tests restent négatifs à la présence du virus. Cette nouvelle déconcerte quelque peu les chercheurs. Le Sida pourrait-il apparaître sans le virus? Ces quelques cas furent baptisés ICL (Idiopathic CD4 Lymphopenia), et considérés comme une maladie particulière n'étant pas liée au Sida. A ce jour, aucune étude sérieuse n'a été entreprise pour déterminer le nombre exact de malades du Sida, n'ayant pas été infectés par le virus.

Autre paradoxce, cette fois soulevé par le dernier rapport du Réseau National de la Santé Publique Française. Ce rapport montre que, contrairement à toutes les prévisions, la progression de la maladie chez les hétérosexuels reste faible, et que l'on ne peut pas parler d'épidémie dans cette population. Les hémophiles échappent au mal, et dans les autres groupes à risques, homosexuels et toxicomanes, I'épidémie reste stable. Le constat est le même dans les autres pays d'Europe, ainsi qu'aux Etats-Unis. L'explosion de l'épidémie, tant annoncée, n'a pas eu lieu.

Confusion

Pour la majorité des chercheurs, le virus est la seule et unique cause du Sida, et tous les efforts pour trouver une solution à cette maladie convergent dans ce sens. Pour d'autres, une minorité, une poignée même, le virus n'est pas la cause du Sida. Une troisième théorie va venir semer la confusion dans ce débat déjà houleux.

Nous sommes à San Fransisco, en 1990, lors de la 3ème Conférence Internationale sur le Sida. Voilà plusieurs années que les chercheurs s'échinent à trouver un moyen pour neutraliser le virus. C'est au cours de cette Conférence que le Professeur Luc Montagnier, auteur de la découverte du virus du Sida, annonce que le virus n'est pas le responsable de la destruction du système immunitaire des malades. Pour le virologiste français, le virus n'est qu'un des éléments de la maladie. Seul, le virus est inoffensif. Le professeur Luc Montagnier invoque alors l'hypothèse des cofacteurs.

Cette déclaration, reprise par l'ensemble de la presse scientifique et internationale, fait l'effet d'un coup de tonnerre. Le Professeur Robert Gallo fustige le virologiste français, I'accusant de semer la confusion sur la cause du Sida, et ainsi soutenir les arguments du Professeur Peter Duesberg.

Isolé, et critiqué publiquement par ses confrères, le Professeur Luc Montagnier ne tempère pas moins ses propos. Au contraire. Aujourd'hui sa position est encore plus radicale. Pour lui, le Sida est une maladie opportuniste! Là, il faut mesurer la portée de ses paroles. Qu'est-ce que cela signifie? Tout simplement que le virus agit uniquement dans un milieu déjà prédisposé par d'autres agents infectieux (cofacteurs). Une personne saine, qui serait mise en contact avec le virus ne développerait pas le Sida. Mieux encore, elle éliminerait tout naturellement le virus.

Une récente déclaration du Professeur Robert Gallo faite à un quotidien britannique, ajoute à la confusion. Le virologiste américain reconnaît aujourd'hui, la possibilité qu'un ou plusieurs cofacteurs soient impliqués dans le processus de la maladie.

Chacun son Sida

Qu'est-ce que le Sida? Un test positif qui indique l'infection par le virus, un système immunitaire défaillant, I'apparition d'une des trente maladies opportunistes répertoriées sous ce sigle? Difficile de répondre à cette question, car la réalité de cette maladie est beaucoup plus complexe. Si le dénominateur commun reste la séropositivité, tous les autres paramètres diffèrent.

En France, comme en Europe et aux Etats-Unis, le Sida touche en majorité les hommes, huit fois sur dix, et presque toujours les homosexuels et les toxicomanes. Cela n'est pas compatible avec une maladie infectieuse, qui devrait se propager de manière équitable chez les personnes des deux sexes. Des études épidémiologiques ont montré que les homosexuels ne souffraient pas des mêmes maladies que les toxicomanes, ainsi que les rares hémophiles touchés par le Sida. Certaines de ces maladies semblent être liées au mode de vie propre à ces groupes, plutôt qu'à l'infection par le virus.

Nous avons tous en mémoire les premiers cas de Sida qui apparurent au début des années 1980, à San Fransisco, sur la côte Ouest des Etats-Unis. Bon nombre des homosexuels touchés par le Sida étaient atteints d'un cancer de la peau, le Sarcome de Kaposi, surnommé le "cancer gai", car seuls les homosexuels souffraient de ce mal. L'implication de cette maladie dans le Sida, est un des principaux arguments du Professeur Peter Duesberg contre la théorie du virus. Celui-ci remarque que si le Sarcome de Kaposi était provoqué par un agent infectieux, il devrait toucher les malades du Sida sans distinction de groupes à risques, d'âge et de sexe. Ce qui n'est pas le cas.

Depuis, le Sarcome de Kaposi a fait l'objet de nombreuses études, et il est maintenant bien établi que les drogues récréatives comme le Poppers, jouent un rôle important dans ce cancer de la peau. Le Docteur Haverkos, de l'lnstitut National des Drogues, est certainement un des premiers à avoir fait le lien entre ces drogues et le Sarcome de Kaposi, au point qu'il a longtemps soupçonné qu'elles pouvaient être la cause du Sida.

Bien que le rôle du virus dans le Sarcome de Kaposi reste obscur, cette maladie figure toujours sous le sigle du Sida. Mais reconnaître que cette maladie ne soit pas liée au virus du Sida, alors qu'elle en fut la marque effrayante durant des années, soulèverait certainement beaucoup de questions.

AZT, DDI, DDC, pour ou contre ?

Depuis les essais du programme Concorde de 1993, qui constituait la plus importante étude sur les effets de l'AZT, la méfiance vis à vis des thérapies contre le Sida est toujours présente. Cette étude avait démontré que l'AZT n'était d'aucune utilité pour les séropositif asymptomatiques, voire préjudiciable à leur santé.

Aujourd'hui l'AZT et les autres antirétroviraux sont mieux connus et mieux utilisés. Même si beaucoup s'accordent à reconnaître qu'ils ne constituent pas la panacée, leurs effets bénéfiques sur certains malades, sont limités mais réels. Mais, malgré toutes les études, leurs utilisations restent très controversées. Certains médecins, forts de leur e,xpérience sur le "terrain", soutiennent qu'il faut utiliser les antirétroviraux le plus tôt possible chez les séropositifs ayant une immunité en bon état. D'autres assurent obtenir de meilleurs résultats avec les personnes déjà atteintes par la maladie. Dans la réalité quotidienne, la prophylaxie du traitement est souvent tributaire de la réaction du patient aux médicaments. Pour l'un, c'est une bénédiction, pour l'autre, une souffrance supplémentaire.

Pour le Professeur Hoffmann, cancérologue à l'hôpital de San Diego, tous les antirétroviraux comme l'AZT, le DDI, .. ne peuvent être d'aucun secours pour les malades du Sida. L'AZT, le DDI, .. proviennent de la chimiothérapie cancéreuse, et leur action empêche la réplication cellulaire, et du même coup celle du virus. Mais les dégâts occasionnés dans le système cellulaire par ces médicaments sont trop importants en comparaison des maigres bienfaits, affirme le cancérologue américain. A long termne, ces médicaments peuvent accélérer l'issue fatale de la maladie.

L'Afrique toujours et encore

Ravagée depuis des décennies par la Tuberculose et la Malaria, I'Afrique doit aujourd'hui faire face à un nouveau fléau: Le Sida. D'aprés l'O.M.S. le continent africain compte le plus grand nombre de séropositifs. Ne pouvant bénéficier des mêmes soins que les malades occidentaux, si la communauté internationale ne fait rien, les morts se compteront par millions.

Neville Hodgkinson est journaliste au quotidien londonien, le Sunday Time. Il est spécialiste des questions médicales depuis vingt-cinq ans. Au cours de l'année 1993, il effectue un voyage en Afrique Centrale pour écrire une série d'articles sur la situation de ces pays face au Sida. Ce que Neville Hodgkinson découvre au cours de son voyage, le déconcerte profondément.

Contrairement à ce qui avait été rapporté au cours des années précédentes par les nombreuses équipes de reportages, I'Afrique ne semble pas mourir du Sida. Neville Hodgkinson ne vit aucune trace des villages dévastés par le Sida, quand les villages étaient déserts, des témoignages lui apprenaient que la population avait gagné la ville. Il ne croisa pas non plus les milliers d'orphelins, errant sans but sur les routes. Pas plus de traces des cimetières improvisés dans la brousse, supposés garder les dépouilles des victimes de ce nouveau mal.

Bien sûr l'Afrique est malade. Mais toujours et encore de la Tuberculose et de la Malaria. Bref, de sa pauvreté. Seul les noms ont changé. Maintenant cela s'appelle le Sida. Le nouveau mal est là, invisible, et partout à la fois. Dans tous les esprits et toutes les bouches, se confondant avec tout. L'impact psychologique du Sida sur les populations africaines est désastreux.

Censure

Dès son retour à Londres, le Sunday Times publie le fruit de l'enquête de Neville Hodgkinson, sous le titre provocateur "Sida en Afrique, le mythe d'une épidémie". La condamnation est sans appel, et unanime. Toute la presse londonienne s'insurge contre les faits relatés par le journaliste du Sunday Time. Le plus virulent de tous est John Maddox, rédacteur en chef de la plus prestigieuse revue scientifique du monde, Nature. John Maddox, fustige le quotidien Londonien dans un article au titre ironique "Qui a le droit de parler du Sida?"

Quelques années auparavant, et plus récemment encore, le Professeur Peter Duesberg fut directement attaqué pour ses propos sur le Sida, par ce même John Maddox. Et malgré les demandes de droit de réponse du virologiste américain, le rédacteur en chef de la prestigieuse revue scientifique n'en fit rien. Pour toute réponse il écrivit et publia, dans sa revue, un article dont le sujet était de savoir si oui ou non, le Professeur Peter Duesberg avait droit à la parole. Assurément, la réponse était non, car aujourd'hui encore le sujet reste tabou.

Que peut-on reprocher au journaliste londonien? Il a rapporté, honnêtement, les faits et les témoignages qu'il a rencontrés au cours de son voyage. Ni plus ni moins. Et Neville Hodgkinson n'a jamais contesté la théorie du Sida, ce qui renforce l'objectivité de son enquête en Afrique. Quand au Professeur Peter Duesberg, et ceux qui partagent son avis, en tant que chercheurs ils se doivent de questionner toutes hypothèses, pour ainsi faire avancer le débat scientifique. Après quinze ans de recherches sans grand succès, qui peut se prévaloir de connaître la vérité sur le Sida. Alors! qui a le droit de parler du Sida?

Positif or not positif?

L'annonce de la séropositivité est certainement une des expériences les plus traumatisantes qui soit. Elle signifie, à moyen ou à long terme, I'apparition de la maladie. La peur qu'engendre cette nouvelle provoquerait, une baisse des défenses immunitaires.

Aujourd'hui les laboratoires bénéficient de deux tests pour diagnostiquer si un patient a été infecté par le virus du Sida. Le test ELISA, et le test Western Blot. Si le test ELISA est positif, le Western Blot doit aussi être positif pour confirmer la séropositivité. A la fin des années 1980, la fiabilité des tests avaient été mise en doute. Depuis, dans certains pays d'Europe comme la Grande Bretagne, les laboratoires pratiquent plusieurs tests avant de prononcer la séropositivité. A la suite de la mise en vigueur de cette nouvelle loi, le nombre de séropositifs a été réévalué. Une personne sur trois avait été déclarée positive au test du Sida, alors qu'elle ne l'était pas. En France, la réglementation n'a pas changé, le test ELISA et le test Western Blot restent suffisants pour le diagnostic de l'infection par le virus du Sida.

Une récente étude faite en Centre Afrique par le Professeur Max Essex, a démontré que dans les régions où la lèpre sévissait de manière endémique depuis des décennies, le nombre de faux séropositifs au test du Sida était d'environ 50%. Les tests ELISA et Western Blot réagissaient positivement sur des personnes n'ayant pas été infectées par le virus du Sida, mais ayant des résidus du virus de la lèpre. C'est une réaction croisée. L'auteur de ce rapport concluait, en soulignant l'extréme prudence dont il fallait faire preuve, avant d'établir un diagnostic de séropositivité dans ces régions.

Cela nous pousse à nous interroger sur les statistiques de l'O.M.S. qui montrent l'Afrique comme la lanterne rouge de l'épidémie du Sida. Combien d'autres régions, combien d'autres pays, sont sujets à ces erreurs? Et l'Asie qui bientôt, d'après l'O.M.S., dépassera le continent africain. Mais en Occident et dans tous les pays dits industrialisés, où le milieu parasitaire est nettement inférieur à l'Afrique, tous s'accordent à reconnaître la fiabilité des tests du Sida. Enfin, presque tous.

Eleni Papadopulos est Biologiste Chimiste au Royal Hospital de Perth, en Australie. Cette Biochimiste australienne, avec son équipe, a consacré ces quatre dernières années à l'étude de la précision des tests du Sida. Le résultat de ce long travail a démontré que les tests ELISA et Western Blot n'étaient pas suffisamment spécifiques pour déterminer un diagnostic de séropositivité au virus du Sida. En d'autres termes, un résultat positif au test du Sida, ne prouve pas que l'on ait été infecté par le virus.

Evidemment, on mesure l'importance des résultats des travaux de l'équipe australienne. Si le seul moyen que nous possédons pour déterminer l'infection par le virus du Sida n'est plus fiable, tout s'effondre. L'explication de la maladie, les données épidémiologiques, les campagnes de préventions, tout! Comme Kary Mullis et Neville Hodgkinson, la biologiste australienne n'avait jamais contesté la théorie du Sida, c'est à travers ses recherches que le doute est apparu.

Eleni Papadopulos envoya le résultat de ses travaux à la revue scientifique Nature, qui ne les publia pas.

Le virus, fantôme ou cauchemar des chercheurs ?

Vivre avec le virus du Sida. Vivre avec cette menace perpétuelle, comme une épée de Damoclès suspendue au dessus de notre tête, ne sachant pas quand et comment, elle tombera. Quel avenir peut-on construire, ou plutôt quel avenir est-on en droit d'espérer?

Contrairement aux autres virus qui font apparaître les symptômes de la maladie quelques jours ou quelques semaines après l'infection, le virus du Sida semble rester en sommeil pendant une période qui peut varier de cinq à dix ans, voire plus, et tout à coup se réveiller et déclencher le processus de la maladie. Cette période de latence est une des questions majeures toujours restées sans réponse. Jusqu'au mois de Mars 1995.

Les Professeurs David Ho et Robert Shaw ont démontré, dans une étude très complexe qui a nécessité l'aide de mathématiciens, que cette période de latence n'existait pas. En fait, d'après le résultat de leurs travaux, le virus serait actif dès le début de l'infection et pendant toutes les années qui précèdent l'apparition du Sida. Le virus et le système immunitaire se livreraient un combat acharné, au cours duquel des milliards de particules virales et de cellules sont détruites chaque jour. Au bout de plusieurs années, le système immunitaire s'épuise, et le virus du Sida gagne la bataille.

Les résultats de ces travaux furent publiés dans la revue scientifique Nature, ainsi que par la presse internationale, et accueillis comme la plus grande découverte sur le Sida de ces dix dernières années. Les travaux des deux chercheurs américains répondaient aux questions soulevées, à juste titre soulignait la presse, par le groupe "Reappraising Aids", et du même coup éliminaient la thèse des cofacteurs si chère au Professeur Luc Montagnier. Le virus était bien la seule et unique cause du Sida.

Mais les nombreuses critiques que suscitent les conclusions quelque peu hâtives de ces résultats, tempèrent l'ardeur de ses supporters. Pour bon nombre de chercheurs, les conclusions de ces travaux sont en partie erronées, pour d'autres carrément irrecevables. Si bien que la revue scientifique Nature, qui les avait largement supportées, dut publier une partie du courrier les critiquant. Le moins que l'on puisse dire, c'est que les conclusions des deux chercheurs américains, ne faisaient pas l'unanimité.

Aujourd'hui, le débat sur le Sida a hérité d'un nouveau dilemme. Le virus est-il dormant au cours de toutes les années qui précèdent la maladie, ou alors est-il actif dès le début et au cours de l'infection? Cette question qui peut paraître sans grande importance pour les malades qui, eux, attendent une solution concrète, ramène les chercheurs à cette question insoluble et toujours d'actualité: Comment agit le virus du Sida? Et tant que cette question restera sans réponse, la solution au Sida risque de se faire encore longtemps attendre.

Hypothèse

L'hypothèse la plus répandue, est bien sûr celle qui affirme que le virus serait la seule et unique cause du Sida. Cette hypothèse se base sur le fait que tous les malades, ou presque, du Sida ont été infectés par le virus. Il n'en reste pas moins que son processus étiologique reste toujours inexpliqué.

Alors! Quel est la cause du Sida?

Pour le Professeur Peter Duesberg et le Professeur Kary Mullis, les données épidémiologiques et les caractéristiques du Sida, prouvent que les différentes maladies réunies sous ce sigle ne peuvent pas être le fait d'un agent infectieux. Les deux chercheurs américains soulignent que 60% des malades touchés par le Sida, sont des homosexuels qui mènent une vie sexuelle débridée, consomment régulièrement des drogues récréatives, de l'alcool, et des antibiotiques pour soigner ou prévenir les infections auxquelles ils sont exposés. Les toxicomanes, eux, représentent près d'un tiers des sidéens. La consommation de drogues dures (héroïne, cocaïne) durant plusieurs années, est un des facteurs de la destruction du système immunitaire. Ajoutez à cela, les multiples infections dues à l'échange des seringues, la malnutrition et l'insalubrité auxquelles les toxicomanes s'exposent, et vous avez des malades du Sida en puissance. Pas besoin d'un virus pour cela, assurent Peter Duesberg et Kary Mullis.

Les défenseurs de l'hypothèse des cofacteurs, comme le Professeur Luc Montagnier et le Professeur Robert Root-Bernstein, attribuent la cause du Sida à plusieurs agents infectieux, dont le virus du Sida ferait partie. L'action simultanée de tous ces agents infectieux provoquerait, après plusieurs années, une confusion dans le système immunitaire, qui alors s'auto-détruirait. C'est le phénomène de l'auto-immunité, et de l'apoptose. C'est pourquoi le Sida reste, après quinze ans, toujours confiné chez les mêmes groupes (homosexuels, toxicomanes) qui sont confrontés à toutes sortes d'infections. Donc, pour Luc Montagnier et Robert Root-Bernstein, le virus seul ne peut pas provoquer le Sida, mais reste néanmoins un des éléments importants du syndrome.

Mais ces deux hypothèses, qui apportent plusieurs éléments de réponses au Sida, soulèvent aussi certains paradoxes. Si la majorité des malades du Sida sont des homosexuels et des toxicomanes sujets à toutes sortes d'infections, les homosexuels ayant une vie saine, les hémophiles, les hétérosexuels, et aussi les enfants, sont victimes de la maladie. La, I'hypothèse des drogues et des cofacteurs n'est plus valable.

Pour ces malades, qui ne font pas partie des groupes à risques «classiques», il faut s'interroger sur le diagnostic du Sida dont ils sont frappés. Le`Sida représente aujourd'hui près de trente maladies distinctes, n'ayant souvent rien à voir entre elles, et dans un tiers des cas elles ne sont pas liées au système immunitaire du malade. La confusion réside dans le statut de la séropositivité, affirme le Professeur Peter Duesberg ainsi que les autres chercheurs. Toute personne déclarée séropositive, est un malade du Sida, quelque soit la maladie dont il souffre.

Crise scientifique

La guerre contre le cancer est perdue! C'est le constat fait par la communauté scientifique internationale. Après trente ans de lutte acharnée, ce mal fait toujours des milliers de victimes de par le monde.

La guerre engagée voilà onze ans contre le Sida serait-elle en train de suivre le même chemin? La science a-t-elle perdu ses pouvoirs? Ou est-elle en train de payer les erreurs de ses illustres prédécesseurs, Louis Pasteur et Robert Koch, qui ont posé les bases de la virologie, en désignant les virus comme étant la cause de tous nos maux.

Mais n'est-ce pas aussi notre médecine qui est en cause? En prônant l'utilisation massive des antibiotiques durant ces quarante dernières années, n'a-t-elle pas contribué à détériorer notre santé? C'est en tous cas l'avis du Professeur Montagnier, qui affirme qu'une telle pratique nous a rendu vulnérables à des virus restés jusque là inoffensifs.

Les sommes colossales investies dans la recherche, la pression exercée par les investisseurs à l'affût de résultats, et la starisation des chercheurs par les médias, ont définitivement changé le visage de la recherche scientifique. La science aurait-elle perdu son âme, et succomber au pouvoir et à l'argent, au point de ressembler à la politique?

Djamel Tahi.
Email : djameltahi@hotmail.com ().

Source : http://www.sidasante.com/journal/joudjam.htm ().

Cette vidéo n'a pas encore été évaluée mais s'annonce déjà comme très intéressante.


Pour toutes les vidéos de la catégorie "Santé & Médecine", cliquez [ici].

 POUR TOUT PUBLIC 

Le 21 Février 2013, vers 11h00, ma chaîne UBest1 a été supprimée avec ses 5101 vidéos.
Pour cette raison, si la mention "Error 404" apparait ci-dessous,
il m'est impossible de vous servir la vidéo demandée. Désolé, vraiment.




 


  Pour trouver d'autres vidéos parmi les 9002 actuellement recensées dans la Base de Données,
n'hésitez pas à modifier les filtres de recherche, puis à cliquer ensuite sur le bouton [ Rechercher ]
 



 



Si vos moyens vous le permettent,  supportez ce site !  Faites régulièrement un don, même très modeste :  $CA 

[Mur des donateurs]   [À propos de la publicité]



Le Design, les Articles et Commentaires de ce Site sont © 2008-2019 BlueMan
Reproduction interdite - Tous droits réservés.




Pour toute question ou commentaire, n'hésitez pas à m'écrire en utilisant cette [PAGE] .