Affichage de la News # 3054 




Mot(s) clé(s) à rechercher :   

Vous pouver saisir un ou plusieurs mots clés qui seront rechechés dans toute la Base de Données des News (Les recherches ne sont pas sensibles à la casse).
Les mots tapés doivent être séparés par des espaces, et représentent des mots clés partiels ou complets qui peuvent être contigus ou disjoints dans le texte.
Exemple 1 : macron - Exemple 2 : [maj - Exemple 3 : François Asselineau - Exemple 4 : crise financ banqu


Mardi 4 Avril 2017 - News # 3054 

 

 ALERTE MANIPULATION !

Lorsque la Commission Européenne se voit contrainte de faire de la propagande mensongère suite aux révélations de François Asselineau lors du Grand Débat organisé su BFM TV le 4 Avril 2017. Voir [ici] () (Dans le cas où la Commission modifierait sa page web, j'ai fait une sauvegarde de leur texte en PDF, [là] ()).

►►► Avant de lire plus avant mon commentaire, commencez par lire le texte de la Commission.

Alors où est l'anguille sous roche dans cet article de la Commission Européenne ? Et bien, c'est simple : par son titre "Bruxelles dicte sa politique économique à la France. Vraiment ?" et les explications qui suivent, elle fait croire aux Français que ce sont les États qui décideraient des grandes orientations de politique économiques (GOPÉ), mais le hic, c'est le passage suivant :

Il s'agit bien de recommandations et non pas d'obligations.
Certes on fixe des objectifs, mais les États membres sont libres de choisir les moyens d'y parvenir.
Bruxelles ne «dicte» donc pas sa politique économique aux États membres !

Un monument de désinformation ! Dans la même phrase, les manipulateurs pervers qui ont écrit ce texte nient que ce soient des obligations et, en même temps, affirment que :

Certes on fixe des objectifs, mais les États membres sont libres de choisir les moyens d'y parvenir.

Dit autrement, ce sont des objectifs à atteindre (impérativement puisqu'ils sont fixés) mais les États sont libres de choisir les moyens de parvenir à ces objectifs obligés. Ce ne sont pas les objectifs qui sont libres, mais seulement les moyens d'y parvenir. Donc c'est obligatoire ! Quel foutage de gueule ! De l'enfumage...

Juste pour que ce soit bien clair pour tous, je prendrais l'image suivante : si je vous dis que "l'objectif qui vous est fixé est de tuer votre voisin, mais vous êtes libres de choisir les moyens d'y parvenir", ça reste que vous devez impérativement tuer votre voisin, et que dans ce cas, c'est moi qui décide de l'objectif, pas vous. 

François Asslineau a donc bien raison lorsqu'il affirme que les GOPÉ sont des objectifs fixés aux États que ceux-ci sont obligés de mettre en oeuvre. Les États n'ont donc, en réalité, pas le choix.

CQFD.

Pour ceux qui voudraient connaître le contenu des GOPÉ, et comprendre à quelle sauce nous allons être mangés, voir [ici] ().

Enfin, pour ceux qui douteraient encore, malgré les preuves précédentes accablantes, voyez cette courte [vidéo] () où Viviane Reding, vice-présidente de la Commission européenne déclare :

Il n'y a plus de politiques intérieures nationales.

et aussi :

En réalité, la plupart des lois qui sont appliquées et mises en œuvre au niveau national
sont basées sur des lois européennes, des directives,
retranscrites ensuite sous la forme de lois nationales.

Tout est dit !


Pour afficher toutes les News du jour, cliquez [ici].