Liens, News, et informations diverses et variées du moment
 

Liens, News, et informations diverses et variées du moment




 


Pour accéder au Tchat de ce site, cliquez [ici].



Si vous aimez
cette page
 : 


==============================================================================================================================================
                        RAPPEL : Tous les articles et informations de ce site sont © BlueMan - REPRODUCTION INTERDITE.

Puisque vous lisez actuellement cet avertissement, cela prouve déjà que vous êtes en train de commettre un acte de piratage par un procédé
de rétro-ingénierie visant à afficher et/ou décoder, puis s'accaparer tout ou partie du contenu de pages protégées par des lois nationales et
internationales sur les droits d'auteur. Il est encore temps de renoncer. Ne devenez pas un minable, un voleur ; cherchez, créez, inventez, apportez quelque chose au monde ! ==============================================================================================================================================



 


Cette page recense des liens et des informations étonnantes ou à connaître.

N'hésitez pas à les consulter, même si la brève semble dater : vous y trouverez des perles.

Bonne exploration !



 Sélection de News spécifiques  




Mot(s) clé(s) à rechercher :   

Vous pouver saisir un ou plusieurs mots clés qui seront rechechés dans toute la Base de Données des News (Les recherches ne sont pas sensibles à la casse).
Les mots tapés doivent être séparés par un espace, et représentent des mots clés partiels ou complets qui peuvent être contigus ou disjoints dans le texte.
Exemple 1 : macron - Exemple 2 : [maj - Exemple 3 : François Asselineau - Exemple 4 : crise financ banqu



 News # 14868 temporairement permanente 

Étienne Chouard explique pourquoi il votera UPR aux Européennes :

MAJEUR !

Une information à faire circuler !

En complément sur Étienne Chouard :

En complément sur UPR :

     

Pour afficher toutes les News du jour, cliquez [ici].

46 News

Mercredi 1er Mai 2019 - News # 17008 

 

 

Le génocide arménien perpétré par les Turcs :

Cela ne s'est pas passé il y a 1000 ans mais juste un siècle.

Le 24 avril marque le « Grand crime », c’est à dire le génocide arménien sous l’empire ottoman islamique turc, d’avril 1915 à juillet 1916. Environ 1 million 1/2 d’une population de 2 millions d’Arméniens ont péri.

Plus d’un million d’Arméniens ont péri par voies d’exécutions, famines, maladies, déportations et abus physiques. Un peuple qui vivait en Turquie occidentale depuis quelque 3000 ans, soit plus de deux fois l’occupation de l’Anatolie (connue maintenant comme la Turquie) par les envahisseurs islamiques turcs, a perdu son pays et a été profondément décimé par le plus grand génocide du XXème siècle.

Qu’est-ce que les gens savent du génocide arménien ? Certains livres scolaires américains en font mention. L’une de ses principales causes, peut-être même la cause fondamentale, est totalement méconnue : la religion. La guerre, bien sûr, est un autre facteur qui assombrit la face véritable du génocide arménien. Du fait que ces atrocités se sont produites pendant la première guerre mondiale, ainsi va donc l’argument, elle sont en fin de compte tout simplement un reflet de cela : la guerre, dans tout son chaos et toutes ses destructions, et rien de plus. Pourtant Winston Churchill, qui a décrit les massacres comme un « holocauste administratif » a correctement observé que « l’opportunité (la guerre) se présentait pour nettoyer le sol turc de la race chrétienne ». Même Adolf Hitler avait fait remarquer que « la Turquie prend avantage de la guerre pour liquider complètement ses ennemis internes, c’est à dire les Chrétiens indigènes, sans crainte d’être dérangée par une intervention étrangère ».

- Extrait d'un article de Raymond Ibrahim -

-----------------
IMPORTANT:
------------------
Contrairement à ce qui est noté sur l'image, la photo est tirée du film documentaire d’Oscar Apfel de 1919, « Auction of Souls » (Âmes aux enchères), adaptation du livre d’Arshaluys (devenue ensuite Aurora) Mardiganian, « Ravished Armenia » (Arménie ravie), où elle raconte son histoire de jeune fille chrétienne et du génocide arménien.

Source : LLP.

Ça vaut largement la Shoah...

Je trouve cela même bien pire : une telle barbarie... 

Atroce !

Les Turcs sont des criminels.

En complément sur Arménie :

       

Dimanche 31 Mars 2019 - News # 16124 

La Découverte des Planètes [2/2] - Par J'm'énerve pas, j'explique :

 

SOMMAIRE :

00:50 Rappels sur la définition de planète
02:31 Galilée
04:42 Uranus
11:06 La planète manquante
14:29 Astéroïdes
15:14 Neptune
19:44 Une neuvième planète ?
21:04 L'illusion d'une planète
22:18 Bilan
23:11 Conclusion

Une bonne vidéo, mais une petite erreur s'est glissée : lorsqu'on augmente le grossissement pour observer une étoile, sa luminosité d'augmente pas : elle baisse. Exactement, comme lorsque vous prenez une lampe de poche et que vous éclairez un mur en étant à très courte distance de lui (30 cm par exemple). Plus vous reculez, plus l'image du disque lumineux certes grossit, mais plus sa luminosité baisse.

En complément sur planète :

En complément sur J'm'énerve pas, j'explique :

     

Mardi 19 Mars 2019 - News # 15850 

Attentat – Brexit – Acte 18 des Gilets Jaunes – Loi pacte – Débat France TV – Entretien d'Actualité 75 de François Asselineau :

SYNOPSIS :

François Asselineau revent sur la riche actualité de ces derniers jours :

00:00:14 Attentat en Nouvelle-Zélande
00:19:57 L’acte XVIII des Gilets-Jaunes
00:33:44 La loi pacte a été voté à l’Assemblée
00:42:48 Point sur le Brexit 
01:00:40 L’UPR exclu du débat des têtes de listes aux européennes de France TV.

Regardez à 34:20 sur les privatisations : c'est absolument scandaleux, et nombre de députés de "l'opposition" sont des irresponsables !

En complément sur François Asselineau :

En complément sur Brexit :

En complément sur Acte 18 :

   

Samedi 2 Mars 2019 - News # 15389 

Les Gilets Jaunes gardé à vue - Acte 15 - Les Reportages de Vincent Lapierre :

Non évalué.

En complément sur Acte 15 :

En complément sur Gilet Jaune :

En complément sur Vincent Lapierre :

   

Lundi 25 Février 2019 - News # 15267 

«Des bombes d’excréments» : un syndicat policier dénonce «des actes prémédités» pendant l'acte 15, Voir [ici] ().

Finalement. certains Gilet Jaunes se sont finalement inspirés des techniques des bombes à merde en vigueur au Venezuela... 

En complément sur bombe à merde :

En complément sur Acte 15 :

     

Samedi 23 Février 2019 - News # 15244 

Acte 15 des Gilets jaunes : le cortège parisien se met en marche (EN CONTINU). Voir [ici] ().

En complément sur Acte 15 :

       

Lundi 18 Février 2019 - News # 15138 

Actu au Scalpel #32 - Propaganda : l'agression d'Alain Finkielkraut - Par LLP :

SYNOPSIS :

Cette vidéo a pour objectif de revenir sur l'agression d'Alain Finkielkraut lors de l'Acte 14 des #GiletsJaunes à Paris. La vidéo fait un peu plus de 40 minutes car elle se veut exhaustive afin de revenir sur l'emballement médiatique au mépris de la procédure judiciaire et de tous les précédents historiques qui ont démontré à de nombreuses reprises que certaines attaques antisémites très médiatiques étaient des coups montés. D'ailleurs, nous allons très vite savoir, contrairement à ce qu'affirme Benjamin Grivaux le porte-parole du gouvernement, qu'il n'a jamais été question de l'insulte « Sale juif » ! Il s'est rendu ainsi coupable de diffusion de fausses nouvelles.

Mais pour comprendre cette affaire il est essentiel de revenir sur le CV d'Alain Finkielkraut dont, il faut dire, la principale occupation est de s'attaquer à l'islam et aux musulmans. Les gens ont tendance à oublier des faits qui remontent à 15 ou 20 ans, c'est normal. Cette vidéo est là pour réparer ce petit défaut humain afin que les gens se rendent compte de la monstruosité de ce personnage qui se veut philosophe et qui en réalité n'est qu'un agent de subversion sioniste en France. 

Nous allons revenir sur tous ces dérapages médiatiques : les Antillais fainéants, l'équipe de France black-black-black risée de l'Europe, le soutien à Oriana Fallaci qui accusait les Arabes de se multiplier comme des rats, son analyse en tant que démocrates eugénistes de la multiplication des « enfants gazaouis surnuméraires », son soutien inconditionnel à l'entité sioniste criminelle quelles que soient ses exactions, son soutien insupportable et détestable au pédophile Roman Polanski... Bref, la liste est longue et explique beaucoup de choses.

Il se passe quelque chose de très malsain en France depuis quelques années. Nous observant sous nos yeux l'apparition d'une alliance entre juifs sionistes et l'extrême droite qui est une première historique et tout ceci sur le dos des musulmans. Pourtant, il suffit de voir les derniers actes antisémites constatés, on pouvait y observer le terme allemand « Juden » ou des croix gammées dessinées sur le visage de Simone Veil, on se demande bien quel est le rapport avec l'islam dans tout ça. L'affaire est encore plus loufoque lorsqu'il est question de lire les messages de Marine Le Pen qui essaie de nous faire croire que ses amis du Gud ne sont plus antisémites et que le seul péril qui menace les juifs de France serait l'islam !

Toute cette agitation politique, cette propagande inouïe qui fait bouger aussi bien l'exécutif avec le président en premier qui appellera personnellement Finkielkraut. Tout ce cirque médiatique dans lequel on lit des dizaines d'articles expliquant l'apparition de ce « nouvel antisémitisme » qui n'a rien à voir avec les heures sombres, les années 30... Cet hallali donne raison à mon livre « Ils aiment l'Islam » et lui donne que plus de force et d'intérêt car il démontre à quel point toute cette propagande est fausse et mensongère, car la réalité historique est exactement l'inverse. Effectivement, sans l'islam, selon certains historiens et penseurs occidentaux, les juifs auraient disparu petit à petit de la surface de la terre. C'est la conquête musulmane de la péninsule ibérique qui sauva les juifs des persécutions des Wisigoths au VIIIe siècle. C'est également l'islam et les musulmans qui accueilleront par centaines de milliers les juifs persécutés par Isabelle la catholique à la chute de Grenade quelques siècles plus tard. Aucun musulman n'a demandé de remerciements pour ces deux actes de sauvetages totalement gratuits et désintéressés mais il est tout de même injuste d'affirmer l'inverse aujourd'hui. Un peu de dignité messieurs...

Non évalué.

En complément sur LLP :

En complément sur Alain Finkielkraut :

     

Dimanche 17 Février 2019 - News # 15102 

Estimation de la participation à l’acte 14 des Gilets jaunes à 15h30 : 230.000 manifestants à travers toute la France d’après le décompte du syndicat France Police – Policiers en colère. Voir [ici] ().

En complément sur Acte 14 :

       

Mardi 12 Février 2019 - News # 14963 

Un message de Pierre-Yves Rougeyron :

Chers amis,

L'heure est grave. Nous apprenons que l'Express, ce pesant de papier hygiénique disponible en kiosque et pourtant d'une qualité douteuse, nous révèle que le jeune et brillant avocat Juan Branco (avocat d'Assange et ennemi personnel de Macron) notait la beauté des jeunes femmes sur 20 quand il avait 15 ans. Devant le caractère imparable de l'argument et l'imminence de la chasse aux soutiens des GJ, je tiens à faire un acte de contrition avant que les terribles limiers de monsieur Barbier, l'Homme d'après les Hommes, ne vous révèlent mes ténébreux secrets. Aussi voilà :

- A 7 ans je voulais faire parti de l'IRA 
- A 8 ans je voulais créer une organisation de sauvegarde de la nature avec une prédilection pour la défense des éléphants. 
- A 15 ans j'étais gothique 
- A 16 contrairement au culte macroniste je n'ai pas sauté ma prof 
- J'étais un sale gosse (2 conseils de discipline ajournés) 
- Et.... je le reconnais.... j'ai déjà rigolé à une vanne de Debbouze (mais une seule fois) 

Enfin je ne pense pas avoir de perversions sexuelles graves, je n'ai jamais supporté une seule ligne de Christine Angot.

C'est vrai que ça devient pathétique et inquiétant.

Le système et ses kapos ne savent plus quoi faire et dire de pertinent et légitime contre les vrais démocrates, et dès lors, emploient toute sortes de rhétoriques spécieuses voire débiles pour tenter de les contrer.

Pitoyable...

En complément sur Pierre-Yves Rougeyron :

En complément sur Juan Branco :

     

Dimanche 10 Février 2019 - News # 14907 

Estimation de la participation à l’acte 13 des Gilets jaunes à 15h30 : 240.000 manifestants à travers toute la France selon les estimations du syndicat France Police – Policiers en colère. Voir [ici] ().

En complément sur Gilet Jaune :

En complément sur acte 13 :

     

Samedi 12 Janvier 2019 - News # 14183 

UNE LISTE, qui circule sur Facebook, DES AVOCATS A CONTACTER PAR LES GILETS JAUNES EN CAS DE BESOIN :

- Sophia Albert Salmeron 06 33 68 73 44 (Vaucluse)
-Delattre-Arena Estelle (Bethune) 03 21 77 02 11
-Prevost Karine (La Rochelle) 05 46 87 59 02
-Lucie Tellier (Bethune) 03 21 54 34 14
-Cecilia Calvez (Paris) 06.43.53.74.32
-Aubéri Salecroix (Aix en provence) 06.81.08.18.94
-Valérie Lebon Kergaravat (Le Havre) 06 48 01 30 73
-Jerome Lavalois (Saint Quentin) 03.23.07.05.03
-Cindy FRIGERIO (Aix en provence) 06 17 08 10 89
-Tobailem Cendrine (Perpignan) 06 09 31 19 25
-Julie MULATERI (Aix en provence) 06 26 89 40 09
-Marc Olivier Chort (Dax) 06 51 63 21 48
-Marie Julie Kaloustian (Nimes) 06 16 31 74 31
-Marc Breard (Aix en provence) 06 99 09 50 00
-Thomas Vartanian ( Marseille) 06 27 75 16 21
-Schoner (Bethune) 06 43 38 46 32
-Marc WAHED (Marseille ) 04 91 98 96 58
-Cécile BERNHARD (Marseille) 04 91 52 30 25
-Virginie Girault ( Orléans ) 07 82 93 11 14
-Elizabeth HERTRICH ( Colmar ) 06 78 96 14 25
-Julia Massardier (Rouen) 06 33 09 38 52
-Loeiz Lemoine (Rueil malmaison ) 01 47 08 30 30
-Lizzie SACCHERO (Toulon) 06 03 31 38 72
-Lisa Lenglet ( Rouen ) 06 61 83 24 00
-Camir Kerifa (Valenciennes) 07.81.81.27.43
-Julie Dévé-Julia (Rouen ) 06 73 28 56 51
-Marion Chailleux Menage (Pontoise) 06 11 86 63 55
-Isa-lise Soulignac (Lille) 03 28 45 94 94
-Jamel Mallem (Roanne ) 07 81 28 92 83
-Corentin DELOBEL (Nice ) 06 17 79 05 22
-Cyril de GUARDIA (Perpignan) 06.67.38.06.72
-Loredana PUISOR (Roubaix) 06 98 40 71 07
-Laurent Roberval (Lille) 0328459492
-Najet MALLEM (Bourgoin jallieu) 0659101047
-Laurent BINET Pontoise 01 85 15 32 27
-Alex Vardin (Saint denis, Reunion) 0692888670
-Nadia lebeche (Rouen) 0232833626
-Bénédicte Bertrand (Saintes) 0546933939
-Céline Dépré (Martigues/étang de berre) 07.78.78.68.90
-Cédric BLIN (Valenciennes) 03.27.47.46.72
-Vanessa Landais (Versailles) 0173950341
-Sylvie FERVAL ( Narbonne) 0645275766
-Mathilde Sanson ( Rouen ) 06.62.80.40.95
-Laëtitia ANDRÉ (Val d’Oise) 06.95.93.45.57
-David Tobelem (Grasse) 0603975729
-Denis Lelièvre (Val d'Oise) 06 10 28 46 70
-Audrey GUERIN (Orléans) 0670442818
-Anne-Laure CHAZAN (Toulouse) 0651044226
-Phillipe Gonzalez (Paris) 01 40 50 11 78
-Caroline Garcia Ladrey (Toulon) 06.20.81.05.41
-Stéphane Schoner ( Bethune) 0643384632
-Anastasia Binoche (Pontoise) 0658133301
-Sabine Brunière (Compiègne) 0616434920 ou 0344400809

Ça peut servir...

En complément sur avocat :

En complément sur gilet jaune :

     

Samedi 5 Janvier 2019 - News # 13988 

Désinformation sur la participation à l’acte 8 des Gilets jaunes :

Saloperie de BFMTV, vous allez payer vos mensonges récurrents tôt ou tard...

En complément sur gilet jaune :

En complément sur Acte 8 :

     

Samedi 22 Décembre 2018 - News # 13734 

Acte 6 : Record de manifestants dans la capitale, les forces de l’ordre dépassées par le nombre :

Et bien sûr le gouvernement et certains médias disent le contraire...

En complément sur Acte 6 :

En complément sur gilet jaune :

     

Vendredi 21 Décembre 2018 - News # 13715 

LES GILETS JAUNES BÂILLONNÉS, ACTE 5 – Les Reportages de Vincent Lapierre :

SYNOPSIS :

Le samedi 15 décembre, les Gilets Jaunes se donnaient rendez-vous dans toute la France pour la cinquième fois consécutive afin de protester contre Macron et ses réformes. Mais entre la quatrième et cette cinquième manifestation, un certain nombre d’évènements ont semblé faire vaciller la cohésion des Gilets Jaunes : les promesses de Macron, la répression démesurée lors de l’acte IV, l’attentat de Strasbourg et son cortège de mesures liberticides, sans compter le rouleau compresseur médiatique tentant de dissuader les Gilets Jaunes de continuer le blocage de la France. Quel impact tout cela a t-il eu sur le mouvement des Gilets Jaunes ? C’est ce que Vincent et son équipe sont allés constater sur les Champs Elysées.

Non évalué.

En complément sur gilet jaune :

En complément sur acte 5 :

En complément sur Vincent Lapierre :

   

Mardi 18 Décembre 2018 - News # 13617 

Emmanuel Todd : "Le haut commandement et la police ont prévenu Macron qu'en aucun cas ils ne feraient tirer" sur les Gilets Jaunes :

Une bonne nouvelle.

Cette séquence est tirée de l'émission "Interdit d'interdire", visible [ici] ().

Merci à Compagnon pour l'info. 

En complément sur gilet jaune :

En complément sur Emmanuel Todd :

     

Vendredi 14 Décembre 2018 - News # 13539 

La vraie actu (S02E05 - spéciale Gilets Jaunes) par Michel Drac :

SYNOPSIS :

Commentaire de l'actualité par Michel Drac

La nature de l'évènement : 0:15
Une combinaison de facteurs : 5:15
Les faits tels qu'ils sont connus : 21:45
Conséquences vraisemblables : 39:15
Leçons utiles : 1:02:30
Annonce prochaines vidéos : 1:11:30

Non évalué.

En complément sur Michel Drac :

En complément sur gilet jaune :

     

Mercredi 12 Décembre 2018 - News # 13479 

George Soros : « un homme d'État sans État, il ne s'en cache pas ! » :

SYNOPSIS :

George Soros, bouc émissaire ou promoteur de la liberté ? Le pacte de Marrakech fait aujourd’hui débat : le financier est-il à la manœuvre ? Un entretien choc avec Pierre-Antoine Plaquevent, auteur de l'enquête "Soros et la société ouverte, métapolitique du globalisme" (éditions Retour aux sources, 2018).

Source : Sputnik.

Passionnant.

Une vidéo confirmant que George Soros est l'un des ennemis #1 des peuples et des nations.

À voir !

En complément sur George Soros :

       

Mardi 11 Décembre 2018 - News # 13447 

Gilets jaunes : Acte V du 15 Décembre 2018 :

En complément sur gilet jaune :

En complément sur acte 5 :

     

Samedi 8 Décembre 2018 - News # 13330 

Les Gilets jaunes préparent déjà l'acte 5 pour le 15 décembre : direction l'Élysée pour un "pot de départ de Macron". Voir [ici] ().

Merveilleux !

Et si, en même temps vous pouvez déloger Macron avec uin grand coup de pied au cul, ce serait fantastique ! 

En complément sur gilet jaune :

       

Lundi 19 Novembre 2018 - News # 12749 

Devant le CRIF, le ministère de l'Intérieur déterminé à poursuivre en justice le boycott des produits israéliens. Voir [ici] ().

Décidément ce Laurent Nuñez, secrétaire d’Etat auprès du ministère de l’Intérieur, est un malfaisant, et un vendu au sionisme.

Exactement comme je l'ai dit : ce type, je le sens pas du tout. Il va nous faire des choses terribles.

Quand aux arrêts rendus par la Cour de Cassation le 20 octobre 2015 (assimilant ces appels au boycott à de la «provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race, ou une religion déterminée»), c'est du foutage de gueule : c'est de l'instrumentalisation de la justice. 

En complément sur Laurent Nuñez :

En complément sur boycott israël :

En complément sur boycott :

En complément sur CRIF :

 

Samedi 6 Octobre 2018 - News # 11694 

Inégalités : La remontée de la pauvreté en France :

Transcription :

« Faire plus pour ceux qui ont moins », c'est avec ce slogan qu'Emmanuel Macron a présenté son plan anti-pauvreté. Mais que signifie précisément « être pauvre » en France aujourd'hui ? Quel est le niveau de la pauvreté, son intensité ? Pour mesurer le phénomène de pauvreté, il faut d'abord cerner le problème.

La pauvreté monétaire, une convention statistique

L'INSEE, s'est calé depuis 2008 sur la définition européenne de la pauvreté monétaire en situant son commencement à 60% du revenu médian, le revenu qui sépare la population en deux. C'est une définition plus large de celle retenue jusqu'alors en France où le seuil arrêté était de 50%. Aucun seuil n'est plus objectif que l'autre, il s'agit d'une convention statistique. Mais ce choix n'est pas neutre, car ce saut change tout. Dans un cas, pour une personne seule, être pauvre s'est disposé de 1 026 euros de revenu mensuel. Selon la composition du foyer le seuil de pauvreté varie ensuite et passe pour les familles monoparentales avec un enfant de moins de 14 ans à 1 334 euros jusqu'à 2 155 euros pour un couple avec deux enfants. Cela concerne près de 9 millions de personnes en France métropolitaine soit plus de 14% de la population. Toutefois à ces niveaux de vie on perçoit environ le double du RSA. On est donc très loin de la pauvreté ou du public contraint d'avoir recours aux associations caritatives comme les Restos du Cœur. Il y a donc là un amalgame entre population pauvre et catégories modestes. En resserrant, la définition au seuil de 50%, les balises monétaires passent de 855 euros pour une personne seule à 1 796 euros pour un couple avec deux enfants. Cela concerne quand même 5 millions de personnes, soit 8% de la population.

En tout état de cause en conservant la même définition dans la durée, cela permet de détecter les évolutions et les points d'inflexion. La tendance ne souffre d'aucune contestation. Avec la grande récession, la pauvreté a augmenté : au premier seuil de 50% de 628 000 personnes, au second de 60% de 824 000. La situation actuelle montre, ô combien, nous sommes en rupture avec la tendance historique.

L'intensité de la pauvreté s'élève

Bien entendu, il y a une composante démographique car la population française augmente. Il faut donc passer au taux de pauvreté pour mieux appréhender la tendance, c'est-à-dire rapporter le nombre de personnes pauvres à la population totale. La pauvreté a fortement reculé des années 70 jusqu'au début des années 90. La crise du début des années 90 qui commence avec la guerre du Golfe et dont l'épicentre se situe en 1993 en France marque une première rupture. Mais le mouvement reprend sa trajectoire naturelle et le taux de pauvreté descend à son plancher historique en 2002 (6,9%) et reste très bas jusqu'en 2004. Une seconde rupture intervient alors en 2005 et se consolide par la suite avec une nette accélération à partir de 2009.

Nous sommes bien là à un tournant de l'histoire sociale de la France. Augmentation de la pauvreté mais pas seulement. L'intensité de la pauvreté, qui permet d'apprécier à quel point le niveau de vie médian de la population pauvre est éloigné du seuil de pauvreté a eu tendance à s'élever depuis le début des années 2000 : la moitié des personnes pauvres à un niveau de vie inférieur à 707 euros, soit un écart de 17,3% au seuil de pauvreté. En 2002, date ou le taux de pauvreté touche sont plancher, l'intensité de la pauvreté était de 14,4%. Une pauvreté qui touche plutôt les jeunes : parmi les 5 millions de pauvres plus des 30% ont moins de 18 ans. Leur pauvreté est d'abord celle de leurs parents. C'est une caractéristique forte, la pauvreté se vit en famille : trois-quarts des pauvres vivent en famille avec ou sans enfants. Les femmes sont également plus frappées par la pauvreté, mais l'écart reste limité avec les hommes compte tenu de leurs poids dans l'ensemble de la population. Parmi les facteurs discriminants, l'emploi : 68% des pauvres de plus de 18 ans sont soit inactifs soit chômeurs. Enfin, en prenant les 25% des départements où le taux de pauvreté est le plus élevé une fracture très nette apparait : une partie se concentre au Nord, une autre en Ile de France (dont Paris) ce qui montre l'étendue des inégalités au sein de la capitale et de la région parisienne, et dans le Sud-Est.

Dans un pays comme la France dont la richesse s'élève à nouveau avec la reprise, la pauvreté ne cède aucun terrain, signe s'il en fallait de la montée des inégalités.

Source : Xerfi Canal.

Une évidence qui se fait jour de plus en plus crûment.

En complément sur inégalités :

En complément sur pauvreté :

     

Mercredi 26 Septembre 2018 - News # 11445 

Lilian Thuram, Aymeric Caron, Robert Guédiguian... 150 personnalités signent un "manifeste pour l'accueil des migrants". Voir [ici] ().

Ben voilà : exactement comme je l'ai dit hier à propos de Yann Moix (Voir [ici] ()) : Après la trahison des politiciens, après la trahison des médias, voici la trahison des chroniqueurs et des personnes en vue à la télévision...

Mais pour qui ils se prennent ces cons ? 150 personnes sur 67 millions... Et elles entendent dicter au peuple français ce qu'il doit faire... 

Des crypto-fascistes bobos, des bien-pensants antidémocrates, voilà la réalité de ces gens.

Le temps va leur donner de plus en plus tord.

Le temps va éclairer leur duplicité.

Le temps va permettre au peuple de reprendre le contrôle.

À bas les toutes les oligarchies (même intellectuelles, artistiques, et médiatiques) ! Vive le peuple souverain !

Merci à OS pour le lien. 

En complément sur migrants :

       

Lundi 20 Août 2018 - News # 10628 

Mauvais traitements : La Russie s'alarme des conditions de détention de Maria Boutina :

Les États-Unis sont véritablement un pays fasciste.

Inspecter une personne toutes les 15 minutes en la faisant être nue, et en l'empêchant de dormir, c'est de la torture. C'est injustifié et injustifiable.

Il ne s'agit pas d'agir selon les droits de l'homme qui sont une imposture visant à permettre toutes les perversités, toutes les dérives, et les abus, mais de traiter correctement les gens par humanité, ce qui est très différent.

Un système judiciaire juste ne peut en aucun cas à priori maltraiter et torturer des gens qui n'ont pas été reconnus coupables et condamnés. Tout châtiment doit être la conséquence exacte d'un jugement impartial et droit. Avant ce jugement, aucune maltraitance ne doit être autorisée. Seuls les gens violents, s'opposant aux forces de l'ordre, peuvent être contraints par la force, et dans une mesure raisonnable, et selon des procédures codifiées clairement définies par la loi.

En complément sur États-Unis :

En complément sur mauvais traitement :

     

Mercredi 15 Août 2018 - News # 10517 

Marie, la Vierge, éternelle Reine du Ciel : on est le 15 Août, fête de l'Assomption. Voir [ici] ().

Le Serpent des Grands Mystères est, indubitablement, l’aspect féminin du Logos, Dieu-Mère, l’Épouse de Shiva, Isis, Adonia, Tonantzin, Rhéa, Marie, ou pour mieux dire, Ram-Io, Cybèle, Opis, Der, Flore, Paule, Io, Akka, la Grande Mère du sanscrit, la déesse des Lha, Lares ou Esprits d’ici-bas, la Mère angoissée de Huitzilopochtli, l’Ak ou Déesse Blanche des Turcs, la Minerve chalcidique des Mystères Initiatiques, l’Aka-Bolzub du temple lunaire de Chichen-Itza (au Yucatan), etc.

Le V.M. Samaël Aun Weor, Avatar de l'Ére du Verseau, dans "La Doctrine secrète de l’Anahuac", Chapitre 8 : "Le Serpent Sacré".

Écoutez votre Mère Divine particulière, apprenez à lui obéir.

Elle est très exigeante, et peut vous châtier très durement, mais aussi vous récompenser de multiples façons.

Il faut apprendre à la découvrir, à lui parler, à la prier simplement sans chi-chi comme un enfant parlant simplement, à l'écouter, et à avoir une relation permanente de fils (ou fille) à Mère, exactement comme un enfant avec sa mère physique.

Saurez-vous faire cet apprentissage, et sortir du mental pour ouvrir votre coeur et votre esprit, là est la question...

Bonne chance !

En complément sur Marie :

En complément sur Vierge :

En complément sur Samaël Aun Weor :

   

Jeudi 26 Juillet 2018 - News # 10061 

Affaire Alexandre Benalla : Appel de François Asselineau aux parlementaires d’opposition pour qu’ils engagent l’article 68 de la Constitution :

Alors que le scandale de l’affaire Benalla révèle de nombreuses actions illégales et immorales, le président Macron annonce en être « le seul responsable » mais refuse de s’expliquer devant les Français et d’être auditionné par une commission d’enquête. Il se prévaut pour cela de l’immunité présidentielle posée par l’article 67 de la Constitution et nargue les Français en lançant qu’ils n’ont « qu’à venir le chercher ».

Il tente en parallèle d’éteindre l’incendie en verrouillant à son profit les auditions parlementaires en cours.

Face à cette situation intolérable, et rappelant qu’Emmanuel Macron a couvert de son autorité de nombreuses autres actions illégales ou attentatoires à la démocratie depuis son élection, François Asselineau lance ici un appel solennel aux parlementaires d’opposition pour qu’ils engagent la procédure prévue par l’article 68 de la Constitution.

Cette procédure – dite de destitution – est la seule qui permette d’obliger le chef de l’État à se justifier de ses actes devant une Haute Cour, constituée de parlementaires.

Il convient de rappeler qu’en 1974, le président américain Richard Nixon, menacé d’une procédure « d’impeachment » du fait du scandale du Watergate, fut contraint à la démission. Pourtant, les faits qui lui étaient reprochés (la pose illégale de micros au siège du Parti démocrate) étaient, somme toute, d’une moindre gravité que l’accumulation d’actions illégales ou anti-démocratiques imputables au président Macron.

Même si les chances de destitution du président sont quasi-nulles du fait de la composition des assemblées, le lancement de cette procédure parfaitement républicaine est le seul et unique moyen pour faire cesser le climat d’impunité totale et pour rappeler à l’ordre le chef de l’État sur ses responsabilités vis-à-vis du peuple souverain. Seul le lancement de l’article 68 permettra d’enrayer le favoritisme, la corruption et les dérives délictueuses et mafieuses qui salissent l’Élysée et la République.

À cet égard, la motion de censure du gouvernement prochainement présentée par LR est absurde puisque « l’affaire Benalla » ne relève justement pas de la responsabilité du gouvernement ! C’est la responsabilité du président de la République qui est ici directement en cause, comme l’a reconnu Macron lui-même.

Dont acte et dont mise en œuvre nécessaire de l’article 68 de la Constitution.

Source : UPR.

Super, sauf que personne ne bougera, excepté peut-être Nicolas Dupont-aignan.

En complément sur Alexandre Benalla :

En complément sur François Asselineau :

     

Jeudi 14 Juin 2018 - News # 9072 

Pédophilie : une news qui m'a été envoyée par laLyre :

États-Unis: un camp étrange soupçonné d'héberger des abus sexuels de mineurs

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2018/06/07/36466505.html#c74433095 ()

Tucson Child Trafficking Camp: Cemex- Clinton Foundation- Rothschild Ties

https://steemit.com/informationwar/@richq11/tucson-child-trafficking-camp-cemex-clinton-foundation-rothschild-ties ()

La pédophilie aux ÉTATS UNIS , en France, et partout
Le système Les membres des cultes donnent de l’argent au groupe, mais il faut beaucoup d’argent, et celui-ci vient donc aussi de divers trafics.  trafic de drogue à grande échelle, mais aussi la prostitution d’adultes et d’enfants ou encore la vente de pornographie et de pédopornographie snuffs movies.
En France des satanistes haut placés dans la société sont d’autant plus dangereux qu’ils ont un certain pouvoir comme les francs maçons ils dissimulent leur appartenance à ces groupes de dingues (autrement ils finiraient où hôpital psychiatrique) ASE Placements abusifs Se(r)vices Sociaux  et adoption abusive délaissement d'enfants.

https://comitecedif.wordpress.com ()

L’ASE est maltraitante poussant à l’adoption actes de maltraitances conduisant à la disqualification des familles et l’humiliation des enfants maltraitance dans la façon de s’adresser aux familles de les menacer, de cacher l’existence d’abus sexuels, de détourner de fonds, de perpétrer des violences psychologiques en foyers comme en famille d’accueil.

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2014/07/28/30326072.html ()

La plus haute corruption en ce monde n'est pas celle de l'argent qui passe en fait en seconde position, la première des corruptions est belle et bien la pédophilie sataniste organisée en réseau avec meurtre par et pour une partie de la haute élite mondiale (et non pas que belge ou française.
L'argent soutient l'ensemble mais il n'est pas en premier. Comme c'est discret, comme c'est souvent filmé, et comme ils se tiennent par le secret exigé par les sectes auxquelles ils appartiennent, et comme il agissent si nécessaire sur les ministères de la justice et de l'intérieur, toute affaire est rapidement mise au placard puisque finançant les partis politiques ils agissent sur ces derniers en cas de coup dur afin d'étouffer les affaires. 
C'est ainsi que fonctionne le monde, c'est ainsi que fonctionne la France, et bien d'autres pays : Belgique, USA, Royaume Uni, et peut-être même le Vatican.

Êtes-vous au courant de l'existence de l'un des lieux où ils pratiquent (ou pratiquaient jusqu'à il y a peu de temps). 

Le nom du château à la frontière franco-belge mais sur le territoire de la Belgique se nomme "Les Âmes Rois " il est situé au croisement de bcp de pays ainsi les hautes élites européenne pouvaient s'y rendre aisément. Le lieu aurait été absent des cartes pendant de nombreuses décennies.

https://reseauxpedocriminels.wordpress.com/2015/07/28/le-chateau-des-amerois-mother-of-darkness-castle 

Il semble que « le propriétaire » fait tout ce qu’il peut pour le maintenir invisible.Grâce à des recherches on sait que le château est la propriété des Solvay, ceux qui produisent des antidépresseurs controversés, comme le Prozac et la paroxétine. « Médicaments » qui ont été tenus pour responsables de l’épidémie de massacres dont on a été témoins dans les écoles et universités du monde entier.Les Solvay ont également créé des camps pour enfants à travers le monde et, fait intéressant à Bruxelles.

http://rvlations.forum-actif.info/t160-chateau-des-amerois-et-pedophilie-de-haut-niveau-protegee-a-haut-niveau-de-gouvernance ()

https://stopmensonges.com/un-proche-de-macron-implique-dans-un-enorme-scandale-de-reseau-pedophile-dans-un-centre-pour-enfants ()

Confessions d'un ex financier sur l'élite mondiale et ses pratiques

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2017/09/03/35643655.html ()

Les braves gens entendent malgré tout, il faut continuer. Il faut sortir de cauchemar éveillé, c'est ce que m'inspire ce système du moins le relais qui en est fait par la presse alignée, un cauchemar. Vous lire et suivre vos interventions demeure une lueur d'espoir et d'éveil.. S'il ils insultent c'est qu.ils sont gênés et dérangés sinon ils ne mentionneraient pas le fait qu'il puisse y avoir contradictoire... 
Le sort de ces enfants et des enfants victimes m'émeut au plus haut point.... 
Néanmoins et en dépit de tous les efforts de détournements mis en oeuvre, La vérité demeure et est inaltérable aussi dérangeante soit elle
Merci à vous de faire partie de ceux qui l'écrivent.

Marion Sigaut - Le nouvel ordre sexuel des barbares

Au cœur du Nouvel ordre mondial, la corruption des mœurs. Par la sexualisation des enfants, promue par l'abominable Dr Kinsey, les grandes agences onusiennes préparent la destruction de l'humanité.

https://fr.calameo.com/read/000260618 ()

Pour vérifier mes assertions : Un auditeur attentionné a vérifié tous mes dires et en a fait une série de liens. 
Les voici :
http://marionsigaut.com/wp-content/up ()
https://www.youtube.com/watch?v=s-v-d40cNhc ()

Merci d'informer même s il l'avenir reste sombre.

 

laLyre, merci pour ces informations qui intéresseront tous ceux qui sont inquiets du développement croissant de la pédophilie dans le monde.

En complément sur pédophlie :

       

Mardi 12 Juin 2018 - News # 9016 

Claude Guéant est au cœur du «pacte de corruption» avec Kadhafi, selon les juges. Voir [ici] ().

En complément sur Claude Guéant :

En complément sur Kadhafi :

     

Jeudi 7 Juin 2018 - News # 8941 

 

 Alerte majeure de censure forte déguisée : Internet, tel que nous le connaissons est en danger !

Oubliez le RGPD, la nouvelle proposition de l'Union Européenne sur le droit d'auteur sera un désastre complet et total pour Internet :

Aujourd'hui, c'est le jour du RGPD, et beaucoup de gens se réveillent dans un monde où la réglementation de l'UE a un impact généralisé (et pas toujours positif) sur le fonctionnement d'Internet. Comme nous l'avons détaillé au cours des dernières années, bien qu'il y ait beaucoup de bonnes idées dans le RGPD, il y en a aussi beaucoup de ridiculement mauvaises, combinées à une rédaction mal conçue, et nous en voyons déjà quelques-unes. Mais croyez-le ou non, la menace de l'UE est encore plus grande et elle a reçu peu d'attention: la nouvelle proposition de réforme du droit d'auteur de l'UE devrait être votée le mois prochain et elle sera vraiment désastreuse pour Internet. Tel qu'il est actuellement, Julia Reda, membre du Parlement européen, donne l'alerte et demande aux gens de s'exprimer. Comme elle le fait remarquer, beaucoup de gens qui se foutent maintenant du RGPD souhaitent qu'ils se soient impliqués il y a plus de deux ans lors de son débat. Et si vous êtes préoccupé par la problématique de cette nouvelle réforme du droit d'auteur pour Internet, il est temps de parler (oui, même si vous n'êtes pas dans l'UE):

En matière de droit d'auteur, vous avez maintenant la chance d'avoir une influence - une chance qui sera perdue depuis deux ans, quand nous serons tous «soudainement» confrontés au défi de devoir implémenter des filtres de téléchargement et le «lien» impôt » - ou courir dans de nouvelles limites sur ce que nous pouvons faire en utilisant les services Web sur lesquels nous comptons.

À l'opposé du RGPD, les experts s'accordent presque à dire que la loi sur la réforme du droit d'auteur, telle qu'elle est actuellement, est vraiment mauvaise . Alors que dans le cas du RGPD, les institutions de l'UE ont apporté de nombreux changements contre les efforts concertés de lobbying des grands groupes, dans la réforme du droit d'auteur, ils sont sur le point de leur donner exactement ce qu'ils veulent.

Le Parlement et le Conseil disposent de plus d'un an et demi pour corriger les vives lacunes de la proposition de la Commission - mais malgré leur complexité croissante , les dernières versions des deux institutions ne respectent pas les normes de base en matière de maniabilité et de proportionnalité

La publication de Reda détaille les nombreux problèmes de la proposition de copyright actuelle - dans laquelle un simple lien vers un site d'actualités peut nécessiter de payer de l'argent et où les inquiétudes sur la manière dont cela pourrait avoir un impact négatif sur Internet sont ignorées. Peut-être même pire est l'idée de filtrage obligatoire. Les grandes maisons de disques et studios de cinéma ont, bien sûr, poussé ce genre de chose pendant des années pour revenir à Google (principalement) et Facebook (un peu). Mais, voici la chose: à la fois Google et Facebook ont ​​déjà ces filtres (et dépensé des dizaines de millions de dollars sur eux). Ce genre de loi se fout de tout le monde .

Et, en fait, c'est même pire qu'une règle de filtrage obligatoire - parce que l'UE s'est rendu compte qu'une telle règle violerait d'autres lois de l'UE. Donc, au lieu de cela, il a décidé de réduire les protections de responsabilité intermédiaire pour rendre le filtrage obligatoire nécessaire:

Rendre les plates-formes directement responsables de toutes les violations de droits d'auteur par leurs utilisateurs, et leur proposer d'éviter cette responsabilité déraisonnable s'ils peuvent montrer qu'ils ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour empêcher le contenu protégé d'apparaître en ligne . 13, paragraphe 4 ). Ce qui reste totalement optionnel, bien sûr!

Tragiquement, le seul point de désaccord qui subsiste au Conseil est de savoir si cette proposition est assez mauvaise ou devrait être aggravée .

Nous avons déjà passé des années à expliquer comment cela conduirait à une censure généralisée en ligne, mais ce serait aussi un désastre pour la plupart des plates-formes non-Google / Facebook. Des entreprises de taille moyenne telles que Github ont déjà parlé de la façon dont cela pourrait effectivement détruire sa capacité d'exploitation , et beaucoup d'autres sites seraient également touchés. Tout type de site forum serait en danger sérieux. Reddit, Pinterest, Twitch, Imgur, Wordpress, Moyen, Vimeo. Cela créerait une responsabilité massive pour tous ces sites, rendant presque impossible pour beaucoup d'entre eux de fonctionner dans l'UE.

Reda note qu'un nouveau projet pourrait aggraver cette situation en notant que même avoir des filtres ne sera pas suffisant pour éviter la responsabilité:

La dernière version de M. Voss élargit le champ d'application de la proposition de censure à toutes les plateformes Web (a) dont l'objectif est de "donner accès au contenu protégé par les utilisateurs" et "d'optimiser" ce contenu. Qu'est-ce qui compte comme optimisation? Parmi une longue liste d'actions, nous trouvons que "afficher" les téléchargements rend déjà les plateformes juridiquement responsables de toute violation du droit d'auteur qu'elles pourraient inclure ( Considérant 37a ).

Et dans sa version, les services Web ne peuvent même pas éviter la responsabilité en mettant en œuvre des filtres de téléchargement . Pour se protéger d'une poursuite, ils devraient obtenir des licences de tous les détenteurs de droits existant sur la planète avant de permettre aux utilisateurs d'être mis en ligne, au cas où le téléchargement contiendrait (une partie de) leurs œuvres.

Il affirme également que la vérification de chaque téléchargement d'un utilisateur pour savoir s'il inclut l'une des centaines ou des milliers d'œuvres protégées ne constitue pas une "surveillance générale" ( considérant 39 ) , ce qui serait interdit.

Comme Reda le souligne également, la plupart des États membres de l'UE semblent soutenir ces idées horribles (ou même pousser à l'aggraver). Ce qui se dresse aujourd'hui entre cette horrible loi qui gâche Internet, c'est justement le Parlement de l'UE qui doit actuellement voter à ce sujet fin juin (probablement le 20 ou le 21). Si vous êtes dans l'UE, il est temps de prendre la parole . Si vous êtes en dehors de l'UE, cela aiderait aussi à prendre la parole et à faire savoir au Parlement européen que c'est une idée horrible qui aura des problèmes importants pour l'internet, la liberté d'expression et l'innovation.

Source : TechDirt () - Traduction amateur par BlueMan.

En clair : sous couvert d'invocation du droit d'auteur, du copyright, Internet va subir une transformation majeure par la censure, le filtrage, et les procédures judiciaires tout azimut pour violation de copyright. Le fair use (même avec un lien de renvoi vers l'article original) va disparaître si cette loi scélérate est votée...

Une fois de plus, on constate avec dépitement que nos politiciens et l'Union Européenne sont des traîtres...

Il faut comprendre que devoir payer pour un lien est démentiel et que cela a immédiatement une conséquence : cela empêche la libre diffusion de l'information...

Le seul point positif, si cette loi devait entrer en vigueur, c'est que cela va booster les sites alternatifs d'informations créant du contenu, et pousser ces sites et des millions de blogs à passer dans un mode collaboratif en mettant sur chacun de leurs articles ou vidéos une mention du genre Creative  Commons () de manière à échapper à ce problème législatif relié au droit d'auteur et au copyright :

Si cette loi est votée, je pense qu'Internet va se diviser en deux sphères :

Cette affaire va obliger chaque personne physique et moral à se positionner, à se définir : pour le profit ou pour l'Humanité.

Intéressant comme exercice, et comme période...

Affaire à suivre !

En complément sur Internet :

En complément sur Union Européenne :

En complément sur copyright :

En complément sur alerte :

En complément sur censure :


Dimanche 27 Mai 2018 - News # 8679 

 

Mise en esclavage des États et des peuples : "Le Système dette", une conférence d'Éric Toussaint :

SYNOPSIS :

etika, ATTAC Luxembourg, l’ASTM et les Amis du Monde Diplomatique Luxembourg avec le soutien de neimënster ont le plaisir de vous présenter la conférence :

Le Système dette, jeudi 3 mai 2018 à 18h30 en présence de Éric Toussaint.

De l’Amérique latine à la Chine en passant par la Grèce, la Tunisie et l’Égypte, la dette a été utilisée comme une arme de domination et de spoliation.

Le recours à l’endettement extérieur et l’adoption du libre-échange constituent à partir du XIXe siècle un facteur fondamental de la mise sous tutelle d’économies entières par les puissances capitalistes.

La Grèce des années 2010 est un exemple supplémentaire d’un pays et d’un peuple privés de liberté sous le prétexte de rembourser une dette illégitime.

Cette dictature de la dette n’est pas inéluctable. En deux siècles, plusieurs États ont annulé leurs dettes avec succès. L’auteur analyse les répudiations réalisées par le Mexique, les États-Unis, Cuba, le Costa Rica et la Russie des soviets. Il met en lumière et actualise la doctrine de la dette odieuse.

Ce récit captivant donne les clés indispensables pour comprendre la mécanique implacable de la dette et l’évolution du monde capitaliste au cours des deux derniers siècles.

Présentation de l’orateur : 

Éric Toussaint, historien et docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris 8, est porte-parole du CADTM international(Comité pour l’abolition des dettes illégitimes) et membre du Conseil scientifique d’ATTAC France.

Il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages dont Bancocratie (Éditions Aden).

Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 par la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015. Suite à sa dissolution annoncée le 12 novembre 2015 par le nouveau président du parlement grec, l’ex-Commission poursuit ses travaux et s’est dotée d’un statut légal d’association sans but lucratif.

Son dernier ouvrage "Le système dette" a été salué par la presse :

- Éric Toussaint revient sur l’histoire de l’endettement des pays dits « naissants » et explique le lien de subordination qui en découle au détriment des peuples. Politis.

- Accessible au grand public, cet ouvrage éclaire l’histoire des pays de la périphérie à la lumière de l’exploitation de leurs dettes extérieures par les puissances occidentales alliées au capitalisme financier. L’Humanité

- Enrichi par des documents d’archives et des comptes rendus officiels des échanges entre responsables politiques de tous bords et de tous pays, Le Système dette est une plongée historique qui montre que la lutte contre les « dettes odieuses », illégitimes, illégales et insoutenables n’est pas un combat naissant. Libération.

Une conférence de premier ordre, qui nous apprend beaucoup de choses nouvelles sur la mise en place des dettes souveraines par des stratagèmes iniques de banquiers et d'États occidentaux déloyaux, et leur possibles répudiations en tant que "dette odieuses".

Éric Toussaint a une expérience et une connaissance historique immenses en matière de dette, cette conférence vous en convaincra : il est super sérieux et crédible, et il est vraiment passionnant à écouter.

Un must incontournable, à ne surtout pas rater, et à voir entièrement !

En complément sur Éric Toussaint :

En complément sur dette :

En complément sur capitalisme :

En complément sur esclavage :

 

Mercredi 9 Mai 2018 - News # 8312 

Syrie : 15 morts dont huit Iraniens dans la frappe nocturne attribuée à Israël. Voir [ici] ().

Les Israéliens font n'importe quoi, ou plus exactement tout ce qu'ils veulent, au mépris du droit international.

En complément sur Syrie :

En complément sur Iran :

En complément sur Israël :

   

Vendredi 4 Mai 2018 - News # 8213 

 

Documentaire sur la présidentielle 2017 en France : "Macron à l'Élysée : le casse du siècle" :

SYNOPSIS :

Avec «Macron à l'Elysée : le casse du siècle», BFMTV poursuit sa production de documentaires sur la dernière présidentielle.

«Le casse du siècle» : la campagne Macron ou la réussite d'une «effraction».

Après le fiasco de François Fillon, plombé par les affaires et lâché par une partie de son camp, le banco d’Emmanuel Macron, porté par les circonstances et une incontestable opiniâtreté. Avec Macron à l’Elysée, le casse du siècle (1), documentaire de 52 minutes que BFMTV a de nouveau produit en interne, la chaîne continue de redérouler, au long, le fil de cette campagne qui restera dans les annales. Cette fois du point de vue du vainqueur, qui n’était au départ qu’un ministre ambitieux puis un challenger sans troupes et aux maigres chances. Si personne n’ignore l’issue du film, les très nombreux témoignages qui nourrissent le récit de cette victoire par «effraction» – terme admis par Macron lui-même – ne manquent pas d’intérêt.

Alors qu’Emmanuel Macron va souffler d’ici peu sa première bougie à l’Elysée, c’est aussi l’occasion de réaliser le chemin parcouru, à titre personnel, depuis l’affirmation de ses ambitions, l’annonce de sa candidature et enfin la bataille électorale qui l’a conduit à la victoire finale, face à l’extrême droite. De la petite équipe totalement dédiée à sa cause et revendiquant une culture start-up, aux démonstrations de force des meetings de fin de campagne, on mesure une nouvelle fois combien sa victoire n’était pas toute tracée.

«Vous ne serez jamais ministre»
Le film s’ouvre avec la réception donnée par François Hollande à l’Elysée, le 15 juillet 2014, en l’honneur de celui qui était alors secrétaire général adjoint et quittait le Palais après deux années. Gaspard Gantzer, en charge de la communication du président Hollande à l’Elysée, et Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de la dernière partie du mandat et l’un des parrains politiques de Macron, notamment, reviennent sur cette période. Les sourires sont bien présents, mais l’humeur du jeune conseiller en partance est quelque peu amère. Lui se serait bien vu ministre, comme Julien Dray ou Jacques Attali l’avaient conseillé à Hollande en parlant d’une «pépite», racontent-ils dans le film. «Trop tôt», «trop technocrate», aurait répondu à l’un comme à l’autre le chef de l’Etat. Attali affirme alors avoir joué un rôle : «Je lui ai dit : "Emmanuel, il faut partir parce que vous ne serez jamais ministre."»

Interrogé sur l’aigreur de Macron, l’ancien patron du PS Jean-Christophe Cambadélis, raconte une anecdote. Quelques mois avant son départ de l’Elysée, sortant d’une réunion, il aurait lancé au premier des hollandais et ministre, Stéphane Le Foll : «Tu sais, je reviendrai et j’attaquerai tout le monde au pic à glace…» Jouyet se souvient, lui, que son discours de départ de l’Elysée se finissait par quelque chose qui voulait dire «je reviendrai […], ce n’est qu’un au revoir». Faute de ministère, l’ancien banquier reprend sa liberté, pour monter une start-up avec son compère Julien Denormandie, aujourd’hui secrétaire d’Etat. On connaît la suite : six semaines plus tard, Arnaud Montebourg sort de route puis du gouvernement, Hollande rappelle Macron. «C’est Manuel Valls qui fait pression auprès de François [Hollande]», raconte Jacques Attali, qui reçoit quelques jours plus tard un coup de fil du Premier ministre : «Tu diras à ton protégé qu’il n’est qu’un ministre technique.» Nous sommes en août 2014.

«Macron se consacre à autre chose»
Depuis Bercy, c’est une nouvelle page qui s’ouvre pour le jeune ministre. Et une double vie politique. Autour d’Ismaël Emelien, une petite équipe soudée et totalement dévouée se démultiplie pour servir à la fois le pays et l’avenir de leur grand homme. Pendant ce temps-là, ça défile au ministère, se souvient l’ancien ministre du Budget Christian Eckert : «Le ministère de l’Economie a surtout servi de tremplin à son parcours présidentiel. People, journalistes, acteurs, chanteurs, écrivains… Il nous arrivait de croiser des personnes dont on pensait qu’elles n’étaient pas forcément au centre de l’actualité économique du pays.» A l’automne 2015, le film suit l’affirmation progressive des ambitions macroniennes. Michel Sapin raconte avoir mis en garde François Hollande : «Je lui ai dit : "Emmanuel Macron se consacre à autre chose… Et cette autre chose, ce n’est pas d’appuyer ta candidature."»

La constitution d’En Marche reste évidemment un moment important. Gaspard Gantzer revient sur les conditions dans lesquelles Macron l’a annoncée à Hollande. La scène se passe après une réunion portant sur la future campagne du président sortant et à laquelle Macron vient de participer. Il se lance : «Tiens au fait, je t’en avais parlé il y a quelques mois, mais cette fois, c’est fait, je vais lancer une forme de think tank avec des jeunes pour réfléchir à la politique», se souvient Gantzer, rapportant les encouragements de Hollande qui «se dit que quelque chose de positif peut sortir de cela». L’affaire est lancée, elle ne s’arrêtera plus. Fin août 2016, Macron sort du gouvernement et s’il laisse entendre qu’il soutiendra Hollande candidat c’est en fait déjà pour mettre sa campagne sur orbite. Michel Sapin ne sait d’ailleurs si Hollande a pêché par «aveuglement» ou s’il a dû faire semblant de croire à la fidélité de son ancien ministre par «incapacité de faire autrement».

Dans l’entourage de Macron c’est le temps de la déclaration de candidature pour soutenir les levées de fonds et couper l’herbe sous le pied de Hollande. Lequel annonce sous cette contrainte inédite qu’il ne tentera pas de briguer un second mandat. C’est le temps des ralliements politiques, ils sont nombreux. Le récit par l’ancienne journaliste Laurence Haïm, alors porte-parole de Macron, de celui de Bayrou, qui a failli s’étouffer à table, vaut le détour. Fort de ce soutien, de l’éclatement de la gauche et de l’effondrement du candidat Fillon, Macron accélère. La start-up devient une très grosse PME, l’accueil des nouveaux convertis par les croisés de la première heure ne se fait alors pas sans frustrations. Mais l’appel de la victoire est le plus fort : bouquet final pour Macron, ce candidat «parti de rien» qui a «terrassé toutes les têtes d’affiche» et «pulvérisé tous les partis», décrit le commentaire, volontiers tapageur. L’histoire d’un coup de maître ou d’une sacrée trahison, chacun jugera. Selon un proche Macron, au soir du second tour, le vainqueur lui aurait confié : «On vient de réussir un braquage. C’est comme dans Ocean’s Eleven, sauf qu’on était moins nombreux… Faut dire qu’on connaissait le proprio et qu’on avait les plans.» 

Source : Libération.

Un documentaire qui confirme définitivement que :

Maintenant, il faut aussi prendre conscience que c'est ahurissant et vraiment ironique, pour ne pas dire du foutage de gueule, que ce soit BFMTV qui fasse un  pareil documentaire, alors même que c'est la chaîne qui a le plus contribué à permettre l'élection d'Emmanuel Macron... 

Une petite meute de jeunes diplômés, capables intellectuellement, mais dévoyés, sans éthique, cyniques, inconscients, ont travaillé intensément à propulser un traître à la France, un traître aux intérêts français (il faut voir comment Macron a vendu l'un de nos fleurons industriel Alstom), et un traître aux français. Terrible.

Cette histoire est un véritable drame pour la France, et je n'exagère pas. Il faut prendre conscience que non seulement ce gouvernement ne va rien faire d'utile pour le pays mais va même détruire ses services publics, fragiliser encore plus les maigres revenus de français moyens ou pauvres, faire la volonté du MEDEF, des capitalistes et de la politique néolibérale de l'Union Européenne, mais qu'en plus, le petit groupe de connards qui ont travaillé pour porter Macron au pouvoir sont maintenant aux manettes de notre pays, et qu'ils vont en plus s'incruster durablement : on les retrouvera ici ou là dans les rouages de la république travaillant à leur propre carrière, à celle de leur amis et intérêts, etc. C'est très grave. Les loups sont entrés dans la bergerie, et vont tout faire pour y rester, soyez-en persuadés.

Où est l'intérêt du peuple dans toute cette gabegie ? Nulle part ! Le peuple, n'existe pas pour ces gens. Seul compte pour eux le pouvoir. L'épisode de Macron disant à François Hollande à son départ de Bercy qu'il va le soutenir pour les présidentielles donne la mesure de la duplicité, de la trahison et du cynisme du personnage Macron. À gerber !

Un must très révélateur.

À voir absolument ! à ne surtout pas rater !

En complément sur Macron :

En complément sur présidentielle 2017 :

     

Vendredi 30 Mars 2018 - News # 7365 

"La crucifixion" par le peintre italien de la renaissance Andrea Mantegna (1431 - 13 septembre 1506)

 

En ce Vendredi Saint, je n'hésite pas une seconde à vous proposer ce monument de la musique baroque sacrée : "La passion selon Saint-Jean" de Jean-Sébastien Bach, interprété par le Bach Collegium Japan dirigé par Masaaki Suzuki :

Une oeuvre superbe, dramatique, sensible, et profonde (L'introduction ou partie 1 - 1 : "Herr, unser Herrscher", c'est-à-dire "Père, Seigneur et Maître", est de toute beauté).

Au delà de la musique, comment peut-on crucifier un être humain ?! Quelle barbarie... C'est inhumain de faire une pareille chose...

Il faut avoir la conscience profondément endormie, le coeur fermé, et dur comme de la pierre, et l'âme remplie de nombreuses Ténèbres, être donimé par le Mal, pour commettre un pareil acte de cruauté.

En complément sur musi :

En complément sur Jean-Sébastien Bach :

     

Lundi 26 Mars 2018 - News # 7260 

Affaire Skripal : un résumé des actions diplomatiques pathétique et iniques des pays de l'Union Européenne envers la Russie... :

Source : Russia Today ().

Un "joli score"... Consternant.

 

Message au peuple russe :

 

À titre personnel, je dénonce et renie totalement cette politique diplomatique démentielle et injuste de l'Union Européenne et du président Macron envers la Russie, et je déclare apporter tout mon soutien à votre peule, et à votre président héroïque Vladimir Poutine, dans cette bien triste affaire.

L'iniquité de ce monde satanique est sur vous, tenez bon valeureux défenseurs de la Vérité, de la Justice, et des valeurs du Christ !

Vous avez mon cordial et fraternel soutien !

Vive la Sainte Russie ! Vive le grand peuple russe !

En complément sur Skripal :

En complément sur Russie :

     

Mardi 20 Mars 2018 - News # 7168 

Empire américain, État profond, et journalisme d'investigation : "Le plus gros secret", par James Risen. Voir [ici] ().

Un article très long, mais super intéressant.

Le témoignage suivant du visiteur "Bibendum" résume bien la situation :

J’ai éprouvé quelques difficultés à entrer dans le scénario. C’est lourd, chronophage, presque indigeste. Mais édifiant.

Puis:

«Nous sommes un empire à présent, et quand nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous essayez d’étudier la réalité –peut-être même avec succès–, nous agissons encore, créant d’autres nouvelles réalités, que vous pourrez également étudier, et c’est ainsi que les choses avanceront. Nous sommes les acteurs de l’histoire… et vous, vous tous, il ne vous reste plus qu’à étudier ce que nous faisons.»

Voilà comment ils occupent, détournent, un grand nombre de cerveaux brillants, aux coeurs valeureux, en laissant fuiter des informations choisies et quelques notions d’angoisse. Garder un coup d’avance en les scotchant dans ” l’histoire”.

Là où c’est pathétique, c’est lorsqu’on mesure que ce gaspillage de temps, d’énergie, de ressources, de puissance et surtout de vie ne sert qu’une réalité cauchemardesque, dégénérative et auto- destructrice.

Certes, ils sont un empire. Quelle honte !

En complément sur Empire :

En complément sur État profond :

En complément sur journalisme :

   

Samedi 17 Mars 2018 - News # 7110 

Bon j'ai récupéré ma machine, mais j'ai perdu mon raid de type 1... 

Ça fait peur... Même avec des disques durs professionnels montés en miroir, on est pas assuré de garder ses données et ses applications car le raid peut devenir défaillant et être non récupérable... (on ne peut plus reconstruire le raid même en changeant l'un des disques par un disque neuf)

Voilà un "beau résultat" de l'informatique de marchés et de la libre-concurrence : même les systèmes prévus pour être les plus sûrs pour conserver des données en informatique sont devenus caduques.

Et nous nous engageons vers une société du tout numérique, où tout est dématérialisé... Des catastrophes immenses nous attendent...

Quand j'ai découvert l'informatique, c'était encore une science pure, mathématique, exacte, sûre. Même la mémoire était contrôlée en temps réel par un bit supplémentaire de parité. Quelques décennies plus tard, l'informatique est devenue un cloaque hyper-complexe, constitué d'innombrables couches, de services, le tout d'une effrayante fragilité, et piraté de toute part par la publicité, les trackers, les cupides, et bien sûr les services secrets. Et le monde est en train de tout bâtir sur ce sable pervers et vicié... C'est de la folie...

Pour le moment, je continue tant que mon disque dur unique tient. Je jour où il tombe en rade, game over.

Cette histoire m'a démoralisé, même si j'ai retrouvé une demi-machine. C'est le troisième disque dur que je perd en 10 ans. Plus les milliers de vidéos hébergées sur Dailymotion, YouTube, Et UBest1. Ça commence à faire beaucoup...

Et ouais, le site a 10 ans. Je l'ai commencé le 4 Janvier 2008. C'est un immense travail. Et j'ai oublié d'en fêter l'anniversaire en Janvier dernier...

J'espère que vous en avez bien profité, car il ne durera pas éternellement. À la fois pour les raisons techniques que je viens d'évoquer, et aussi parce-que je vieillis, que je suis fatigué, et que cela me coûte de plus en plus de mettre à jour le site.

Pour le moment je continue, modestement.

Je ne met pratiquement plus de vidéos en ligne sur la page des Vidéos Remarquables : ça me coûte trop. Aussi, je ne fait l'effort que pour des vidéos ou des musiques qui en valent le coup (de mon modeste point de vue).

Alors je vous met des infos et des vidéos ici, sur la page des News, grâce à un outil WYSIWYG () très pratique que j'ai développé à partir de CKEditor (), et qui me permet de saisir du texte, d'appliquer des styles, des effets divers, d'insérer des images, et des vidéos, facilement, comme avec un traitement de texte :

Voilà, c'était BlueMan, en direct du Site de BlueMan, pour un petit compte rendu sur mon moral au plus bas, et l'état technique déplorable de mon informatique, et du monde.

[MAJ du 19 Mars 2018] : L'un de mes chers visiteurs, HEMERIC, m'a laissé le message suivant sur le Tchat () du site :

Bonjour,

J’ai été très touché par votre témoignage « news#7110 ».

Je suis votre site depuis 2012 qui reste pour ma part la première source d’information fiable qui touche un spectre aussi large dans tous les domaines.

Nous vivons une époque de transition qui fait remonter une forme de noirceur nécessaire à sa libération.

Les nouvelles sont alarmantes et pourtant elles ne sont pas l’unique reflet de ce qui se construit lentement et sûrement et qui devient beaucoup plus équilibré.

La noirceur exerce une forte attractivité qui nous fait souvent oublier toutes les démarches positives et bonnes nouvelles aussi.

L’époque est complexe et difficile c’est vrai. Elle nous demande de prendre soin de nous encore plus et de croire au changement ! .

Vous êtes dans mon regard un éclaireur de conscience et je salue votre travail de fond et votre engagement pendant toutes ces années pour nous venir nous toucher nous réveiller et nous distraire :

Je vous souhaite une belle fête d’anniversaire !! 

Je vous remercie du fond du cœur pour tout votre travail de collecte et espère pouvoir vous lire encore et encore ! .

Belle journée à vous 

Hervé.

 

Merci Hervé.

Je relaie votre gentil message sur la News.

Le monde court à sa perte, et cela est certain à 100%.

Certes, il y a des initiatives heureuses mais tout se complexifie en raison de la méduse psychologique qui grandit dans l'homme, et qui développe de nouveaux aspects pervers en chacun de nous, alors même que cette chose monstrueuse et individuelle (Chacun a la sienne) vit dans la psyché de chaque être humain sans être connue de l'Humanité. C'est terrible, c'est épouvantable, et c'est plié. Même l'Assemblée des Dieux a déjà réglé notre cas, c'est dire si c'est plié.

Il ne reste que quelques Dieux Saints et quelques Maîtres de compassion qui luttent intensément sous l'égide du Christ, du Fils cosmique, pour nous venir en aide et sauver ce qui peut l'être encore.

Mais pour la majorité d'entre nous, c'est fini de chez fini : game over.
Avec l'abîme au bout : une terrible et douloureuse involution jusqu'aux affres de la seconde mort.

Encore merci de votre message et de votre gentillesse ! Merci vraiment !

Très cordialement,

BlueMan.


Jeudi 1er Février 2018 - News # 6518 

Une très étrange affaire : le gouvernement américain aurait fait fabriquer en Chine 30.000 guillotines qui auraient été ensuite livrées à l'armée américaine puis réparties dans certains camps de la FEMA...

Je n'ai aucune preuve absolue de cette information, mais seulement quelques articles étranges et des lois suspectes incompréhensibles :

Maintenant, voilà les faits que j'ai pu déterminer avec certitude :

En complément, voyez cette vidéo :

Tout cela pue...

Je veux dire que, pour être un observateur attentif de ce qui se passe aux États-Unis, je n'ai cessé de voir une montée en puissance de la surveillance et du contrôle étatique, de la disparition des libertés, et de l'instauration d'un régime de terreur dans ce pays. Depuis des années, les fascistes qui sont au pouvoir là-bas se préparent à faire face au chaos social et politique que leur incompétence, leur cupidité extrême, et leur cynisme, sont en train d'engendrer. Tous les moyens de l'État, militaires et civils, sont orientés significativement depuis le 11 Septembre 2001 (qui n'est qu'un prétexte) par une oligarchie de fascistes et de ploutocrates pour dominer totalement la population et assurer la survie de leur gouvernement antidémocratique et inique QUOI QU'IL ARRIVE.

Si vous arrivez à trouver des informations complémentaires, merci de me contacter () : je mettrais à jour cette News.

En complément sur FEMA :

       

Lundi 11 Décembre 2017 - News # 5795 

Allemagne nazie et français vichystes : "Quand la gauche collaborait, 1939-1945" :

SYNOPSIS :

Quel est le point commun entre Jacques Doriot, Marcel Déat, Charles Spinasse, Jean Luchaire ou Marc Augier ? Avant de faire le grand écart et de choisir la collaboration avec l'Allemagne nazie, ils ont été des figures de la gauche de l'entre-deux-guerres, pacifistes, communistes ou socialistes.

Il aura fallu du temps, beaucoup de temps, et le travail acharné des chercheurs pour déconstruire la vision caricaturale d’une des périodes les plus troubles et les plus ambiguës de notre histoire. Celle d’une France, sous Vichy, coupée idéologiquement en deux, entre une gauche résistante et une extrême droite collaborationniste.
Une vision sans nuance qui perdura pendant des décennies dans la mémoire collective. « Les sociétés préfèrent percevoir leur passé en termes stables. La notion de ­mutation est inacceptable », explique l’historien Simon Epstein, auteur d’Un paradoxe français et des Dreyfusards sous l’Occupation (Albin Michel), que l’on retrouve, sans surprise, auprès de Pascal Ory et d’Olivier Wieviorka dans le second volet du documentaire de Florent Leone et Christophe Weber consacré, après l’extrême droite entrée en résistance, aux hommes de gauche (socialistes, radicaux, communistes, syndicalistes) qui versèrent dans la collaboration.

Dérive idéologique
Un documentaire classique dans sa forme, qui tient autant, ­sinon plus, aux analyses du trio d’experts qu’aux archives – même si certaines, notamment sonores ou d’actualité, sont ­assez rares. Telle celle sur l’attentat perpé­tré par un résistant le 27 août 1941 contre Pierre Laval et Marcel Déat lors d’un défilé de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme (LVF).

A raison, les deux auteurs s’attardent longuement sur la période de l’entre-deux-guerres, tout particulièrement celle des années 1930 où s’effectua le basculement de deux futures figures de la collaboration : Marcel Déat, député socialiste qui rompt en 1933 avec Léon Blum avant d’être exclu de la SFIO – ce qui n’est pas précisé – après avoir formé les « néosocialistes » dont le slogan est : « Autorité, ordre et nation ». Et Jacques Doriot, expulsé du Parti communiste français en 1934 après avoir créé le Comité de défense antifasciste avec des membres de la SFIO et du Parti radical.

Par leur parcours et leur dérive idéologique, qui se matérialisera respectivement par la fondation du Rassemblement national populaire (RNP) et du Parti populaire français (PPF), ces deux hommes incarnent les deux grands courants – pacifisme forcené et anti-bolchévisme – qui forcent les revirements à gauche. Et l’éclatement d’un paysage politique qui finira par être totalement « démantibulé » à la faveur des événements. A commencer par les accords de Munich, en septembre 1938, votés par la gauche (hormis les communistes), qui ouvrent une brèche entre pacifistes convaincus et pacifistes de raison. Et, le 23 août 1939, le pacte germano-soviétique qui déchire le Parti communiste français devenu, de fait, l’allié de l’Allemagne nazie.
Loin de rester attachés aux seuls Déat et Doriot et à leur ­combat acharné et revanchard pour ­conquérir le pouvoir, ou à Jean ­Luchaire, dreyfusard, héritier d’Aristide Briand, devenu ministre de l’information sous Vichy, ou encore le radical-socialiste René Bousquet, grâce auquel Olivier Wieviorka analyse la position des fonctionnaires, Florent Leone et Christophe Weber mettent en lumière d’autres personnalités politiques moins connues. Telle Marc Augier, membre du cabinet de Léo Lagrange dans le gouvernement du Front populaire en 1936 puis combattant dans la LVF et la Waffen SS, ou René Belin, dirigeant de la CGT, avant d’être le principal inspirateur de la Charte du travail et le cosignataire du statut des juifs en 1940. A ce titre – et c’est le seul bémol –, on peut regretter que le basculement dans l’antisémitisme de ces hommes de gauche, dreyfusards et philosémites, soit si peu évoqué et analysé.

Source : Le Monde.

Ce documentaire n'a pas encore été évalué.

En complément sur gauche :

En complément sur nazi :

     

Samedi 9 Décembre 2017 - News # 5771 

"Sécurité nucléaire : Le grand mensonge" :

SYNOPSIS :

Alors que les accidents de Tchernobyl ou de Fukushima ont alerté sur la sûreté nucléaire, la sécurité des installations, classée secret défense, reste encore entourée d’un épais mystère. 
Pourtant, au-delà de la vulnérabilité des sites mise en lumière par les opérations de militants écologistes, l’enquête sur les attentats de Bruxelles de mars 2016 a révélé que le nucléaire belge constituait bien une cible potentielle pour des terroristes en quête d’armes de destruction massive. 
De l’attentat-suicide et la chute d’un avion de ligne sur un réacteur aux cyberattaques en passant par les drones, les actes de sabotage ou la fabrication artisanale de bombes sales un mélange d’explosifs et de matières radioactives , les menaces, reconnues par les experts, sont réelles. 
Dès lors, comment nos installations sont-elles protégées pour affronter ces risques multiples et comment la communauté internationale s’organise-t-elle pour sécuriser les matières et éviter les trafics ?

Glaçant
Des États-Unis à l'Allemagne en passant par la France et la Belgique, cette enquête révèle les failles abyssales des systèmes de protection de sites nucléaires, conçus pour la plupart avant les attaques du 11 Septembre. 
Interrogeant experts, politiques et activistes de Greenpeace, le film montre aussi comment l’industrie nucléaire, aujourd’hui souvent déficitaire et surendettée, peine à mettre en œuvre des mesures efficaces et forcément coûteuses face au risque terroriste. 
On découvre ainsi qu'aucune norme internationale n'est imposée aux États nucléarisés, notamment pour ce qui concerne la sécurisation des matières les plus dangereuses, malgré les tentatives de Barack Obama, initiateur du Sommet mondial sur la sécurité nucléaire... 
Le silence qui entoure cette menace au nom de la confidentialité face à un ennemi potentiel prive de surcroît la société civile du légitime débat sur sa sécurité, quand les décisions pour la garantir relèvent du politique. 

Une investigation glaçante sur l’un des secrets les mieux gardés au monde.

Cette vidéo n'a pas encore été évaluée.

En complément sur sécurité nucléaire :

En complément sur sécurité :

En complément sur nucléaire :

En complément sur mensonge :

En complément sur menteur :


Mercredi 29 Novembre 2017 - News # 5648 

Surveillance dans la population à travers l'argument "je n'ai rien à cacher" : le documentaire "Nothing to hide" :

SYNOPSIS :

« NOTHING TO HIDE est un documentaire collaboratif écrit et réalisé par les journalistes Mihaela Gladovic et Marc Meillassoux. Le film est dédié à la question fondamentale et encore jamais posée de la surveillance de masse : son acceptation dans la population. Après s’être rencontrés lors d’évènements dédiés à la surveillance sur internet, Mihaela et Marc ont décidé de travailler sur ce qui leur est apparu être la clé de voute de la surveillance moderne: son acceptation et sa justification dans une partie croissante de la population à travers l’argument “je n’ai rien à cacher”.

L’argument du « rien à cacher » Malgré les révélations d’Edward Snowden sur la surveillance de masse – de nature étatique ou commerciale -, la réponse de beaucoup d’entre nous à ces intrusions dans notre sphère privée est progressivement devenue : « la surveillance ? Je n’ai rien à cacher ! ». Les gens s’accordent généralement à dire que les régimes de surveillance sont intrinsèquement dangereux et liberticides.
Pourtant, nous utilisons un nombre croissant de services en ligne et d’applications gratuites, dont nous savons depuis les documents révélés par Snowden qu’elles servent de matière première à la surveillance d’Etat.

Nombre d’entre nous justifions alors notre approche de la façon suivante : « de toute façon, je n’intéresse personne » et finalement « Ils peuvent regarder, je n’ai rien à cacher ». Quelle société sommes-nous en train de construire ? Alors que la plupart des reportages et documentaires sur la surveillance se sont focalisés sur ses aspects techniques et pratiques, NOTHING TO HIDE interroge les implications sociologiques de la surveillance.

L’assertion « je n’ai rien à cacher » n’a été traité que de manière ponctuelle et désorganisée sans jamais faire l’objet d’un questionnement en profondeur, ni réussir à atteindre le grand-public. Ignorer cette question nous empêche pourtant de répondre à une autre : quelle société sommes-nous en train de construire en répétant que notre sphère privée n’a plus d’importance? Les conséquences de la surveillance sont particulièrement difficiles à appréhender.

La surveillance est quasiment imperceptible au quotidien, ses implications paraissent lointaines et abstraites et nous nous sentons impuissants face à sa dimension technique. Nous avons essayé de démêler ces fils un à un pour répondre aux questions suivantes : les traces que nous laissons en ligne pourront-elles un jour se retourner contre nous? La surveillance de masse est-elle objectivement efficace pour combattre le terrorisme ?

A quoi pourrait ressembler notre société dans dix ans si rien n’est fait pour préserver notre sphère privée? Un film pour agir Dès le début du projet, les auteurs de NOTHING TO HIDE se sont attachés à chercher des clefs de compréhension et des outils pratiques pour que chacun puisse, s’il le souhaite, faire le premier pas vers un monde virtuel plus libre.Le film présente les différentes étapes qui permettent cette « capacitation » des citoyens : les bonnes pratiques sur internet, la navigation anonyme et sécurisée, et des outils plus avancés de chiffrement (pour téléphone, email et périphériques). »

Documentaire sous licence Creative Commons CC-BY-NC-ND.

Donations : leetchi.com/c/project-nothing-to-hide ().

La licence Creative Commons – Attribution – Non Commercial – No Derivatives (CC-BY-NC-ND) permet:

- de voir et de partager gratuitement le film en ligne en quatre langues (anglais, français, allemand, espagnol) si les auteurs et le site internet (nothingtohidedoc.wordpress.com/) sont cités.
- d’organiser des projections publiques si celles-ci sont gratuites et ouvertes à tou(te)s. Les lycées peuvent télécharger et projeter le film sans formalités.
- pour les séances ou diffusions commerciales, les distributeurs sont invités à contacter les auteurs. Les diffusions organisées par des associations requérant des cotisations annuelles ou organisées dans le cadre d’un évènement payant (conférence, symposium) sont considérées comme commerciales.
- chacun est invité à faire un don pour contribuer à payer la production du film et de sa suite en cours d’écriture.

La licence Creative Commons ne permet pas d’éditer, d’extraire et de remixer les images du film sans l’autorisation explicite des auteurs.

Cette vidéo n'a pas encore été évaluée.

En complément sur surveillance :

En complément sur contrôle :

En complément sur NSA :

   

Mercredi 5 Juillet 2017 - News # 5056 

Comment la gauche déforme la réalité : le cas Simone Veil, l'avortement, et la manif pour tous :

SYNOPSIS :

La gauche ne soutient pas la véritable Simone Veil. Elle a érigé une FIGURE de Simone Veil sur laquelle elle projette son idéologie progressiste de telle sorte que l’opinion publique CONFONDE les deux. A-t-on interrogé Simone Veil, récemment, sur la politique mise en place pour l'IVG ? Surtout pas ! La gauche garde ses propos de 1974, tronqués et déformés, accolés à une photo à l’Assemblée : l’histoire est écrite. Les propos réels de Simone Veil ne correspondent pas à la pratique actuelle de l'IVG. Même technique de la part des média pour couvrir un acte gênant de Simone Veil : sa participation à La Manif Pour Tous, afin de défendre la famille traditionnelle. Afin de conserver intacte la Simone idéologique, brandie comme un étendard pour porter sa bonne parole, la gauche prétend alors qu’elle n’avait plus toutes ses facultés mentales et qu’elle a été forcée de défiler par son mari… Mise en lumière d’un procédé de manipulation et de falsification du réel utilisé de manière récurrente par le système.

ABSTRACTION SIMONE VEIL : COMMENT LA GAUCHE A FALSIFIÉ SA PENSÉE RÉELLE :

Lors du débat précédant son adoption, la loi Veil (promulguée le 17 janvier 1975) se voulait provisoire, le temps de trouver une autre solution. Elle interdisait « l'incitation à l'avortement par quelque moyen que ce soit car cette incitation reste inadmissible ». Simone Veil souhaitait sa légalisation afin de le contrôler mais elle demeurait dans l’optique de toujours en « dissuader la femme ». Que l’on soit d’accord ou non avec Simone Veil relève d’un autre sujet. Ce qu’il convient ici de démontrer est le processus de falsification de sa pensée originelle. La gauche a érigé un véritable “mythe Simone Veil.

Que de changements, depuis ! L’avortement a été « modernisé » en 2001 : il est devenu un « droit ». En 2014, la « condition de détresse de la femme enceinte » a été supprimé. Le 17 février 2017, le Parlement adopte le « délit d’entrave numérique à l’IVG » : est désormais puni par la loi le fait d’informer les femmes afin de leur proposer une autre solution et les dissuader d’avorter. 225 000 avortements sont pratiqués chaque année. Quel progrès ! Que dirait Simone Veil ? Malheureusement, ses propos n’ont pas été recueillis. Elle est morte aujourd’hui, vendredi 30 juin 2017. Et l’IVG –le terme « novlangue » qui dissimule mieux la réalité sous le paravent médical- est désormais anonyme, gratuit, libre et remboursé par la Sécurité Sociale. Quel progrès ?...

Il s’agit même d’un « Droit fondamental », soit un Droit de l’Homme, la catégorie de Droit la plus sacrée pour la République des Lumières. En jargon juridique, il s’agit d’un Droit garantit par l’Etat dit Etat de Droit, car pour protéger les citoyens du pouvoir arbitraire, il se soumet également à ces règles de droit. Parmi les lois, certaines ont une valeur supérieure à d’autres : les lois constitutionnelles. Depuis 1958, les Droits fondamentaux sont inclus dans le bloc de Constitutionnalité (Préambule de 1946, DDCH, etc.) ce qui leur donne une place privilégiée par rapport aux lois ordinaires. La Constitution, qui comprend ce bloc, prévaut désormais sur les lois. Mais elle intègre aussi des normes adoptées lors de la ratification de Conventions européennes ou internationales, qui sont transposées dans le droit national. L’Etat est donc soumis à ces Droits fondamentaux et aux autres Conventions internationales ratifiées par la France.

Il faut savoir que l’article 2 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme ne remet aucunement en cause le “droit à l’avortement” :

Art. 2 – Le droit à la vie : « Le droit de toute personne à la vie est protégé par la loi. La mort ne peut être infligée à quiconque intentionnellement, [sauf en exécution d’une sentence capitale prononcée par un tribunal au cas où le délit est puni de cette peine par la loi. »

Les dispositions de cet article s’entendent dans un « sens étroit ». Seul « le droit de toute personne à la vie » est protégé par la loi. Or, la loi ne considère pas le fœtus comme une « personne ». Pour avoir des droits, il faut posséder une personnalité juridique : elle apparaît dès l’instant où l’être humain naît « viable et vivant ». La vie du fœtus n’a donc pratiquement aucune protection juridique, même à 8 mois de grossesse. Dans son arrêt rendu le 10 avril 2007, la Cour Européenne des Droits de l’Homme déclare donc sans surprise que « l’Art. 2 de la Conv. EDH qui protège le droit à la vie ne protège pas l’embryon ».

Hisser l’avortement au rang de « droit fondamental » revient à interdire toute remise en question de la pratique, parce que l’on touche ici à un principe sacré pour l’idéologie de gauche, en ce qu’il constitue le fondement de la société régénérée.

Non seulement l’acte d’amour est dissocié de la mise au monde d’un enfant –je préfère ces termes aux froids et mécaniques mots de « sexe » et de « procréation »- mais l’enfant, fruit d’un amour entre un homme et une femme (cette réalité, vous le savez, est remise en question !), se voit chosifié. Le citoyen a donc le « droit fondamental » (c’est-à-dire que personne ne peut s’y opposer, pas même l’Etat) de s’en débarrasser. Pour rappel, la liberté, pour la gauche, consiste à obéir à l’idéologie sacrée (République) tout en se croyant libre d’accomplir sa propre volonté, parce que le citoyen (créature) a reçu l’éducation nécessaire pour vouloir la volonté de la République (le seul bien possible). A ce seul prix, il est libre de jouir conformément aux pratiques de la société nouvelle, et de s’exprimer, parce qu’il ne remettra jamais cette idéologie en cause. Il ne pourra pas transgresser ses « valeurs » (morales) sous peine de péché mortel (voir mon précédant article).

Ce « droit fondamental » consacre en réalité le divorce entre le matériel et le spirituel : les voici présentées comme deux sphères étrangères l’une à l’autre, n’ayant aucun lien, aucun rapport. L’âme du fœtus est niée en ce qu’il devient une simple matière en formation. Or, « un corps et une âme », deux éléments indissociables avant la mort, caractérisent précisément la nature de l’être humain créé par Dieu. Cette négation de la nature humaine à la fois ancrée dans le matériel (dans sa chair, sans la Terre) et le spirituel (par son âme, son essence), qui en faisait ainsi un « homme complet » pour reprendre le mot de Marcel De Corte, s’avère nécessaire pour mettre en place le règne de « l’Homme nouveau » (Jacobin). Il fabrique ou interrompt lui-même la vie. L’Homme-Dieu se retourne contre Dieu, de la même manière que Satan se rebelle contre son créateur pour ériger une partie de lui-même en dieu ainsi que l’explique Marcel De Corte. Toutes les limites biologiques, qui rattachaient l’homme à sa nature, doivent être abolies. Cela vous explique la raison de l’anti-Catholicisme de la République dite française. C’est le « progrès » ! Ou plus justement, le progressisme de la gauche (terme adéquat et idéologique, le nom de « progrès » étant en réalité novlangue car il recouvre une réalité autre que son sens original). Corollaire de l’anthropocentrisme, le progressisme vise en réalité à abolir toute limite biologique, tout ordre naturel, toute attache au spirituel (à Dieu). Plus l’Homme nouveau (dit moderne) est coupé de Dieu, plus il devient esclave de l’homme...

L’exemple de l’IVG corrobore ainsi l’infinie radicalisation de la gauche : pour un homme du Moyen Âge, le sans-culotte paraitrait très « moderne », mais il semblerait complètement « rétrograde » en comparaison d’un homme né au XXIème siècle. De la même manière, Simone Veil fut « révolutionnaire » en son temps. Presque quarante ans après, elle passerait sans doute comme « conservatrice » ou périmée. Qu’importe, la pensée de gauche a une mémoire sélective. Elle vit dans une dimension abstraire et imaginaire, peuplée de fantômes. Elle brandit toujours le nom de l’abstraction Simone Veil comme un étendard dès qu’il est question d’IVG. Qu’importe la pensée réelle de cette militante. La gauche est spécialiste de la falsification du réel. Elle le déforme, elle reprend à son compte tout ce qui peut servir son idéologie. Elle a besoin, ainsi, de falsifier constamment les évènements, d’opérer un tri sélection, et de manipuler les esprits... parce que le naturel reviendrait au galop.

Virginie Vota.

L’idéologie, c’est toujours de la merde, une prison pour le mental, de la manipulation de l’opinion publique, du mensonge patenté et officialisé.

À fortiori pour l’idéologie de gôche..., qui s’avère encore plus dangereuse parce-que drapée dans un soi-disant "progressisme" alors que, bien souvent, il s’agit d’une régression, et même parfois d’une dégénérescence, d’une involution, comme tout ce qui touche aux "droits" LGBT.

L’idéologie empêche les gens de penser par eux-mêmes, et contient les germes du négationnisme et du révisionnisme  : nier les faits pour réécrire l’histoire dans un but manipulation des foules.

Le cas Simone Veil en est un exemple, de même que le cas Jean-Luc Mélenchon (Voir cette [vidéo] ()), un chantre du négationnisme et du révisionnisme.

En complément sur Simone Veil :

En complément sur avortement :

En complément sur gauche :

   

Dimanche 25 Juin 2017 - News # 4925 

 Attention danger pour les peuples ! :


L’accord top secret qui doit dépecer les services publics :
 

Les États-Unis, les pays de l’UE et une vingtaine d’autres États ont entamé à Genève des négociations sur le commerce des services. Signe particulier : ces tractations devaient rester secrètes pendant cinq ans. WikiLeaks a réussi à lever en partie le voile sur leur contenu.

Tout devait rester entièrement secret. Rien ne devait filtrer des négociations sur l’accord sur le commerce des services (ACS - NDR : ou TISA en anglais) entamées depuis deux ans à l’ambassade d’Australie à Genève entre les États-Unis, l’Union européenne et une vingtaine de pays. Une vaste entreprise de libéralisation qui touche jusqu’aux services publics fondamentaux. Des mesures assurant une confidentialité totale des discussions ont été prises, dans un langage digne d’un scénario à la James Bond. Les textes établissant l’avancée des pourparlers ont été « classifiés », selon un jargon utilisé généralement pour les dossiers secret-défense. Ils doivent être « protégés de toute diffusion non autorisée » et stockés dans un système d’ordinateurs lui-même classifié et maintenu « dans un building ou un container clos » sous haute surveillance. L’objectif déclaré est que rien ne puisse transpirer du contenu de ces tractations « jusqu’à cinq ans après la conclusion d’un accord » ou la fin des négociations si celles-ci devaient finalement ne pas aboutir.

C’était sans compter sur la dextérité des lanceurs d’alerte de WikiLeaks qui sont parvenus à récupérer une partie des textes surprotégés. Ils ont publié ainsi le 19 juin sur leur site l’annexe du traité en préparation consacré aux services financiers.

https://wikileaks.org/tisa-financial/ ()

Ces révélations soulignent, en fait, l’ampleur de l’offensive engagée par Washington, suivi par les États membres de l’Union européenne, pour permettre aux multinationales de truster, le moment venu, le commerce des produits financiers mais aussi celui de tous les services sur les grands marchés transatlantique et transpacifique, dont les négociations, on le sait, avancent au même moment, dans la plus grande discrétion.

Contourner les résistances populaires et réfractaires de l’OMC

Les pourparlers secrets pour parvenir à un accord sur le commerce des services (ACS) ont démarré en 2012 et leurs initiateurs entendent tout faire pour les conclure avant la fin 2015. Ils sont en fait destinés à contourner l’obstacle que constituaient les résistances de forces progressistes, de mouvements sociaux, de syndicats et de plusieurs pays en développement pour la conclusion d’un accord global sur le commerce des services (AGCS) au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Devant la paralysie du processus multilatéral lancé en 2001 dans le cadre du cycle dit de Doha de l’OMC, un groupe de pays a décidé, sous l’impulsion des États-Unis et des États membres de l’UE, d’entamer, il y a deux ans, une négociation parallèle.

Autrement dit : désavoué démocratiquement et donc sorti par la porte, l’AGCS pouvait ainsi rentrer par la fenêtre sous l’impulsion d’une cinquantaine de gouvernements. Les négociateurs autoproclamés ont l’espoir de définir dans un cadre plurilatéral des normes pour qu’elles s’imposent, à terme, comme unique référence internationale. Ils misent d’évidence sur leur poids économique – ils représentent ensemble près de 70 % du commerce mondial – pour rallier en fin de compte les pays récalcitrants de l’OMC court-circuités. Le lieu géographique des tractations a simplement été transféré de quelques rues à Genève, passant du siège de l’OMC aux locaux de l’ambassade d’Australie, pays opportunément tout acquis à la libéralisation.

Principale source d’inspiration du groupe : les « experts » de la « coalition globale des services » (GSC) au sein de laquelle on retrouve, côté états-unien, les géants du secteur (banque, Internet, énergie) mais aussi, côté européen, le Medef ou le poids lourd français, Veolia (voir ci contre). Le document diffusé par WikiLeaks, qui correspond au relevé de la négociation au 14 avril dernier, révèle le forcing déployé pour banaliser le commerce des produits financiers, comme si rien n’avait été retenu des causes du krach ravageur qui s’est produit seulement sept ans en arrière.

Échanges financiers, 
le retour du délire

Les normes proposées dans l’annexe du texte secret consacré au commerce des produits financiers visent d’abord à restreindre la capacité d’intervention de la puissance publique et se fixent ouvertement comme objectif un modèle « autorégulateur » de la finance. Les États signataires du futur ACS ne seraient quasiment plus autorisés à légiférer pour limiter les transactions financières transfrontalières (article X 3.2.).

Au nom de la libre concurrence les « monopoles d’État en matière de fonds de pension » – traduisez : les systèmes publics de Sécurité sociale – seraient, à terme, démantelés. Même « les assurances pour calamité naturelle » se devraient de ne plus fonctionner sous contrôle public.

L’approbation de l’autorisation de produits financiers innovants est recherchée (article X 2.1.). On sait combien le laxisme organisé à cet égard a nourri la boursouflure financière qui a éclaté, il y a sept ans. « Les CDS (credit defaut swaps), qui furent considérés comme des produits innovants, ont été au cœur de la crise », fait remarquer à juste titre Jane Kelsey, professeure à la faculté d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, sur le site de WikiLeaks.

Les firmes Internet états-uniennes font pression pour transmettre sans véritable garde-fou les données de leurs clients. En particulier celles qui sont présentes dans les systèmes dits « clouds » (nuages) qui permettent de stocker des documents hors du disque dur de l’ordinateur. Cette information-là suscite depuis le jour de sa divulgation par WikiLeaks, le 19 juin, une vive réaction dans la presse allemande où les révélations d’un autre lanceur d’alerte, Edward Snowden, sur l’espionnage de masse pratiqué par la NSA (National Security Agency), avec la complicité des géants états-uniens de l’Internet, avaient déjà suscité beaucoup d’inquiétudes dans l’opinion.

Privatisations interdites

Les orientations du texte secret stipulent que les sociétés étrangères ne sauraient être victimes d’un traitement dit « discriminatoire ». Autrement dit : elles doivent avoir accès au marché des pays signataires exactement dans les mêmes conditions que les prestataires locaux, qu’ils fournissent ou non un service public à la population.

Un géant de la fourniture d’eau ou de gaz, comme les français Veolia ou GDF Suez, aurait ainsi non seulement le droit de s’installer sur un marché tiers. Mais il pourrait aussi faire jouer une clause d’engagement au respect de la concurrence pour exiger de bénéficier de subventions d’un montant égal à celui versé par l’État en question au service public de l’eau ou de l’énergie.

Par ailleurs le retour à une nationalisation d’un service public privatisé, fût-il partiel, serait strictement interdit aux États signataires au nom des garanties accordées aux investisseurs afin de favoriser, explique-t-on, la fluidité des échanges. Ainsi deviendrait impossible une remunicipalisation de l’eau décidée en maints endroits en France comme à Paris, après la gabegie et l’explosion des factures des particuliers provoquées par les requins de la Générale et de la Lyonnaise des eaux, qui se sont longtemps partagé le marché de la capitale française.

Éducation, santé, transports, rien n’échapperait à l’appétit du privé

L’ACS doit s’appliquer à tous les domaines capables de fournir un service à l’échelle internationale. Selon l’Internationale des services publics (PSI), qui regroupe quelque 669 syndicats dans le monde entier, il englobe ainsi un champ immense : la fourniture transfrontière (le mode 1 de l’ex-AGCS) – telle que la télé-médecine, la formation à distance ou les paris sur Internet –, le tourisme (mode 2 de l’ex-AGCS), l’investissement étranger direct avec les principes et les conséquences que l’on vient d’exposer (mode 3 de l’ex-AGCS) et le mouvement temporaire des personnes physiques (mode 4 de l’ex-AGCS). L’objectif d’accords comme celui dont la négociation est secrètement engagée, dénonce Rosa Pavanelli, la secrétaire générale de la PSI, est « d’institutionnaliser les droits des investisseurs et d’interdire toute intervention des États dans un large éventail de secteurs ».

Santé, éducation, transports, rien n’échapperait à cette logique qui accélérerait, dans des dimensions inédites, la libéralisation des services publics. Selon une logique d’écrémage par le capital privé en mal d’acquérir de nouvelles ressources dans la phase actuelle de la crise où les débouchés se rabougrissent. Il cherche à s’accaparer les secteurs financièrement les plus prometteurs. Les cheminots français en lutte ont ainsi parfaitement discerné la menace qui pourrait conduire à une polarisation des investissements privés sur les tronçons voyageurs les plus rentables quand des dizaines de voies dites secondaires et donc de gares seraient condamnées à disparaître. Le 4e paquet ferroviaire de la Commission européenne n’est certes pas dans le traité secret en cours de négociation. Il n’en épouse pas moins la ligne dévastatrice pour l’avenir des services publics et, au passage, pour… un certain mode de construction européenne. Comme on devrait le savoir au moins depuis l’élection du 25 mai l’acharnement libéral, prêt à nier la démocratie au point d’agir caché contre les intérêts des citoyens, met pourtant l’Europe en danger.

Source : le journal l'Humanité ().

Le but final est de détruire les États, de les rendre impuissants face au marché. Ce sont, en fin de compte, les sociétés privées et les multinationales qui vont faire leur loi. Les peuples ne pourront plus rien faire car la puissance publique sera rendue impuissante, paralysée, sans aucun recours légal contre elles.

C'est très très grave !

Nos politiciens sont des traîtres, je l'ai toujours dit...

En complément sur service public :

En complément sur danger :

En complément sur grave :

   

Lundi 12 Juin 2017 - News # 4662 

Frédéric Lordon : "Il se forme une situation" :

Logiquement, tout avance de concert. Au moment où Macron est élu, nous découvrons que La Poste enrichit sa gamme de services d’une offre « Veiller sur mes parents » à partir de 19.90€ par mois (plusieurs formules : 1, 2, 4, 6 passages par semaine). Le missionné, qu’on n’appellera sans doute plus « l’agent » (tellement impersonnel-bureaucratique – old), mais dont on verra si la Poste va jusqu’à l’appeler l’« ami de la famille », passe en voisin, boit le café, fait un petit sms pour tenir au courant les descendants, bref – dixit le prospectus lui-même – « maintient le lien social ». Résumons : Pour maintenir le lien social tout court, c’est 19.90€. Et pour un lien social béton (6 visites par semaines), c’est 139.90€. Tout de même. Mais enfin il y va du vivre ensemble.

En 1999, des lignards d’EDF en vacances et même en retraite avaient spontanément repris du service pour rétablir le courant après la tempête. Ils l’avaient fait parce qu’ils estimaient que, dans cette circonstance exceptionnelle, il se jouait quelque chose entre eux, le service public dont ils étaient ou avaient été les agents, et la société dans son ensemble, quelque chose qui n’était pas de l’ordre d’un lien contractuel-marchand et procédait de mobiles autres que pécuniaires. Maintenant que nous en sommes à l’étape de la forfaitisation du lien social, nous percevons combien cette réaction qui fut la leur a été une tragique erreur. Puisqu’il est décidé que tout, absolument tout, est monnayable, la prochaine fois que les lignes sont à terre, on espère bien que toute demande de reprise de service obtiendra pour réponse, au mieux la renégociation en position de force du tarif des prestations extraordinaires, et plutôt d’aller se carrer les pylônes.

Le contresens anthropologique du lien social tarifé semble ne pas apercevoir que, précisément, la transaction contractuelle-marchande n’est au principe d’aucun lien, entendons autre que le lien temporaire stipulé dans ses clauses, dont l’échéance est fixée par le paiement qui, dit très justement l’expression, permet de s’acquitter – c’est-à-dire de quitter. Après quoi les co-contractants redeviennent parfaitement étrangers l’un à l’autre. C’est pourtant ce modèle « relationnel » que la société néolibérale, La Poste en tête, se propose de généraliser à tous les rapports humains, désastre civilisationnel dont le désastre électoral de ce printemps n’est que l’épiphénomène. Mais aussi l’accélérateur. Avec peut-être toutes les vertus des accélérations à contresens : déchirer les voiles résiduels, clarifier la situation, rapprocher des points critiques. Si l’on peut placer un espoir raisonnable dans la présidence Macron, c’est celui que tout va devenir très, très, voyant. C’est-à-dire odieux comme jamais.

Car il ne faut pas s’y tromper, la France n’est nullement macronisée. Les effets de levier composés du vote utile font à l’aise un président avec une base d’adhésion réelle de 10% des inscrits. Quant aux législatives, le réflexe légitimiste se joint à la pulvérisation des candidatures d’opposition pour assurer de rafler la mise. Par l’effet de cette combinaison fatale, le 19e arrondissement de Paris, par exemple, qui a donné Mélenchon en tête au premier tour avec plus de 30% est ainsi bien parti pour se donner un député macronien – on aurait tort d’en tirer des conclusions définitives. Mais en réalité, au point où nous en sommes, tout ça n’a plus aucune importance. La vérité, c’est que « la France de Macron » n’est qu’une petite chose racornie, quoique persuadée de porter beau : c’est la classe nuisible.

La classe nuisible est l’une des composantes de la classe éduquée, dont la croissance en longue période est sans doute l’un des phénomènes sociaux les plus puissamment structurants. Pas loin de 30% de la population disposent d’un niveau d’étude Bac+2 ou davantage. Beaucoup en tirent la conclusion que, affranchis des autorités, aptes à « penser par eux-mêmes », leur avis compte, et mérite d’être entendu. Ils sont la fortune des réseaux sociaux et des rubriques « commentaires » de la presse en ligne. La chance de l’Europe et de la mondialisation également. Car la classe éduquée n’est pas avare en demi-habiles qui sont les plus susceptibles de se laisser transporter par les abstractions vides de « l’ouverture » (à désirer), du « repli » (à fuir), de « l’Europe de la paix », de « la dette qu’on ne peut pas laisser à nos enfants » ou du monde-mondialisé-dans-lequel-il-va-bien-falloir-peser-face-à-la-Russie-et-aux-Etats-Unis. La classe demi-habile, c’est Madame de Guermantes à la portée d’un L3 : « la Chine m’inquiète ».

La propension à la griserie par les idées générales, qui donnent à leur auteur le sentiment de s’être élevé à hauteur du monde, c’est-à-dire à hauteur de gouvernant, a pour effet, ou pour corrélat, un solide égoïsme. Car la demi-habileté ne va pas plus loin que les abstractions creuses, et ignore tout des conséquences réelles de ses ostentations abstraites. En réalité, elle ne veut pas les connaître. Que le gros de la société en soit dévasté, ça lui est indifférent. Les inégalités ou la précarité ne lui arrachent dans le meilleur des cas que des bonnes paroles de chaisière, en tout cas aucune réaction politique. L’essentiel réside dans les bénéfices de la hauteur de vue, et par suite d’ailleurs la possibilité de faire la leçon universaliste aux récalcitrants. En son fond elle est un moralisme – comme souvent bercé de satisfactions matérielles. Sans surprise, elle résiste à la barbarie en continuant de boire des bières en terrasse – ou, plus crânement encore, en brassant elle-même sa propre bière.

Demi-habile et parfaitement égoïste, donc : c’est la classe nuisible, le cœur battant du macronisme. Elle est le fer de lance de la « vie Macron » – ou du vivre ensemble La Poste. Partagée entre les déjà parvenus et ceux qui continuent de nourrir le fantasme, parfois contre l’évidence, qu’ils parviendront, elle est la classe du capital humain : enfin un capital qui puisse être le leur, et leur permettre d’en être  ! Ceux-là sont habités par le jeu, ils y adhèrent de toute leur âme, en ont épousé avec délice la langue dégénérée, faite signe d’appartenance, bref : ils en vivent la vie. Ils sont tellement homogènes en pensée que c’est presque une classe-parti, le parti du « moderne », du « réalisme », de la « French Tech », du « projet personnel » – et l’on dresserait très facilement la liste des lieux communs d’époque qui organisent leur contact avec le monde. Ils parlent comme un journal télévisé. Leurs bouches sont pleines de mots qui ne sont pas les leurs, mais qui les ont imbibés si longtemps qu’ils ont fini par devenir les leurs – et c’est encore pire.

Cependant, l’égoïsme forcené joint à l’intensité des investissements existentiels a pour propriété paradoxale de faire de la classe de « l’ouverture » une classe séparée et claquemurée, sociologiquement minoritaire en dépit des expressions politiques majoritaires que lui donnent les institutions électorales – qui disent là comme jamais la confiance qu’elles méritent. La seule chose qui soit réellement majoritaire, c’est son pouvoir social – mais comme on sait, à ce moment, il convient de parler non plus de majorité mais d’hégémonie. Sans surprise, la sous-sous-classe journalistique en est le joyau, et le porte-voix naturel. L’élection de Macron a été pour elle l’occasion d’un flash orgasmique sans précédent, ses grandes eaux. Au moment où nous parlons d’ailleurs, on n’a toujours pas fini d’écoper. En tout cas la classe nuisible est capable de faire du bruit comme quinze. Elle sait ne faire entendre qu’elle et réduire tout le reste – ouvriers, employés, des masses elles bien réelles – à l’inexistence. Au prix, évidemment, de la sourde accumulation de quelques « malentendus », voués un de ces quatre à faire résurgence un peu bruyamment.

Il pourrait y avoir là de quoi désespérer absolument si le « progrès intellectuel » de la population ne fabriquait plus que des possédés, et se faisait le parfait verrou de l’ordre social capitaliste. Mais la classe nuisible n’est qu’une fraction de la classe éduquée. C’est qu’en principe, on peut aussi se servir de capacités intellectuelles étendues pour autre chose. Bien sûr on ne pense pas dans le vide, mais déterminé par toutes sortes d’intérêts, y compris matériels, à penser. De ce point de vue les effets du néolibéralisme sont des plus ambivalents. S’il fabrique de l’assujetti heureux et de l’entrepreneur de lui-même, il produit également, et à tour de bras, du diplômé débouté de l’emploi, de l’intellectuel précaire, du startuper revenu de son esclavage. La plateforme OnVautMieuxQueCa, qui a beaucoup plus fait que les directions confédérales dans le lancement du mouvement du printemps 2016 – qui a même fait contre elles… –, cette plateforme, véritable anthologie en ligne de la violence patronale, dit assez où en est, expérience à l’appui, une large partie de la jeunesse diplômée dans son rapport au salariat. Et, sous une détermination exactement inverse, dans ses propensions à penser. On peut donc ne pas tomber dans l’exaltation « générationnelle » sans manquer non plus de voir qu’il se passe quelque chose dans ces tranches d’âge. Si d’ailleurs, plutôt que de revoir pour la dixième fois The social network et de se rêver en Zuckerberg français, toute une fraction de cette génération commence à se dire « ingouvernable », c’est sans doute parce qu’elle a un peu réfléchi à propos de ce que veut dire être gouverné, suffisamment même pour apercevoir qu’il n’y a va pas seulement de l’Etat mais de l’ensemble des manières de façonner les conduites, auxquelles les institutions formelles et informelles du capitalisme prennent toute leur part.

Sur ce versant-là de la classe éduquée, donc, ça ne macronise pas trop fort – sans compter d’ailleurs tous ceux à qui l’expérience prolongée a donné l’envie de changer de bord : les cadres écœurés de ce qu’on leur fait faire, les dégoûtés de la vie managériale, les maltraités, les mis au rebut, à qui la nécessité fait venir la vertu, mais pour de bon, qui ont décidé que « rebondir » était une affaire pour baballe exclusivement, ne veulent plus se battre pour revenir dans le jeu, et prennent maintenant la tangente. Or ce contingent de têtes raides ne cesse de croître, car voilà le paradoxe du macronisme : en même temps qu’il cristallise la classe nuisible, son effet de radicalisation, qui donne à l’époque une clarté inédite, ouvre d’intéressantes perspectives démographiques à la fraction rétive de la classe éduquée.

Cependant le privilège social de visibilité de la classe éduquée, toutes fractions confondues, n’ôte pas qu’on ne fait pas les grands nombres, spécialement dans la rue, sans la classe ouvrière mobilisée. En l’occurrence affranchie des directions confédérales, ou du moins décidée à ne plus les attendre. Mais ayant par suite à venir à bout seule de l’atomisation et de la peur. Pas le choix : il faut qu’elle s’organise – se ré-organise... Et puis s’organiser avec elle. Caisses de solidarité, points de rencontre : dans les cortèges, dans de nouveaux groupements où l’on pense l’action en commun, tout est bon. En tout cas, comme dans la jeunesse, il se passe quelque chose dans la classe ouvrière : de nombreux syndicalistes très combatifs, durcis au chaud de plans sociaux spécialement violents, virtuellement en rupture de centrale, font maintenant primer leurs solidarités de lutte sur leurs appartenances de boutique, laissent leurs étiquettes au vestiaire et ébauchent un front uni. Si quelque jonction de la jeunesse décidée à rompre le ban ne se fait pas avec eux, rien ne se fera. Mais la détestation de l’entreprise, promise par le macronisme à de gigantesques progrès, offre d’excellentes raisons d’espérer que ça se fera.

Il n’est pas certain que le macronisme triomphant réalise bien la victoire à la Pyrrhus qui lui est échue. C’est que jusqu’ici, l’indifférenciation patentée des partis de gouvernement censément de bords opposés parvenait encore vaille que vaille à s’abriter avec succès derrière l’illusion nominale des étiquettes de « l’alternance ». Evidemment, l’alternance n’alternait rien du tout, mais il restait suffisamment d’éditorialistes abrutis pour certifier que la « gauche » succédait à la « droite, ou l’inverse, et suffisamment de monde, à des degrés variés de cécité volontaire, pour y croire. Le problème du macronisme, c’est précisément… qu’il a réussi : sa disqualification des termes de l’alternance prive le système de son dernier degré de liberté, assurément factice mais encore doté de quelque efficacité résiduelle. Quand il aura bien mis en œuvre son programme, poussé tous les feux, par conséquent rendu folle de rage une fraction encore plus grande de la population, où trouvera-t-il son faux alternandum et vrai semblable, l’entité faussement opposée et parfaitement jumelle qui, dans le régime antérieur, avait pour double fonction de soulager momentanément la colère par un simulacre de changement tout en assurant la continuité, quoique sous une étiquette différente ?

Résumons-nous : bataille terminale au lieu du noyau dur – le rapport salarial, via le code du travail –, intégration ouverte de l’Etat et du capital, presse « en plateau », extase de la classe nuisible et radicalisation antagoniste des défecteurs, colère grondante des classes populaires promises à l’équarrissage, fin des possibilités théâtrales de l’alternance, disparition définitive de toute possibilité de régulation interne, de toute force de rappel institutionnalisée, de tout mécanisme de correction de trajectoire : à l’évidence il est en train de se former une situation. À quelque degré, ce gouvernement-du-barrage-contre-le-pire doit en avoir conscience puisqu’il approfondit le mouvement, déjà bien engagé, de proto-fascisation du régime : avec les ordonnances du code du travail, la normalisation de l’état d’urgence en droit ordinaire a été logiquement sa première préoccupation. Ultime moyen de contrôle de la situation, lui semble-t-il, mais qui contribue plutôt à l’enrichissement de la situation. Et confirme que la question de la police va se porter en tête d’agenda, comme il est d’usage dans tous les régimes où l’état d’illégitimité n’est plus remédiable et où ne reste que la force armée, la seule chose opposable à la seule opposition consistante : la rue. Car il est bien clair qu’il n’y a plus que la rue. Si « crise » désigne le moment résolutoire où les trajectoires bifurquent, nous y sommes. Quand tout est verrouillé et que la pression n’en finit pas de monter, il doit se passer quelque chose. Ce dont les forces instituées sont incapables, seul l’événement peut l’accomplir.

Source : LundiMatin #108 ().

Une analyse brillante, comme bien souvent de la part de Frédéric Lordon, qui confirme la déliquescence de la démocratie et de la société française et la montée inexorable des tensions dans le pays.

En complément sur Frédéric Lordon :

En complément sur libéralisme :

En complément sur marchand :

   

Samedi 6 Mai 2017 - News # 3911 

Liste très complète mais non exhaustive des soutiens d’Emmanuel Macron, le candidat du Parti de la presse et de l’argent :

Patrons et banquiers

Responsables politiques

Responsables politiques étrangers (la plupart ont manifesté leur soutien après le 1er tour)

Intellectuels et journalistes

Artistes et vedettes de la télé

Sportifs

Personnalités ayant appelé à voter pour Emmanuel Macron après le 1er tour

Source : [Rutpures] ().

Une belle brochette de vendus et de personnes dont la grande majorité sont tout à fait détestables pour différentes raisons objectives...


Lundi 3 Avril 2017 - News # 3035 

 

Vu de Grande-Bretagne : « Macron, candidat fabriqué, chéri de l’élite parisienne, marié à une grand-mère, et sans un seul ami ». Voir [ici] ().

Ils sont bien ces Anglais : ils voient clair !

Et, en plus, ils ont osé rependre leur souveraineté en votant le Brexit. 

SAUVEGARDE DE L'ARTICLE SUR LES CONSEILS DE Dreuz.info :

3 avril, 15h05 : Avertissement. si vous lisez cet article, faites en une sauvegarde, il se peut que nous devions le supprimer à la demande de son auteur.

Ben Judah du Times britannique a accompagné Emmanuel Macron dans sa campagne électorale. Ce qu’il en dit, vu de Grande-Bretagne, est rafraîchissant, ce n’est certainement pas l’idolâtrie béate de BFMTV.

Extraits.

On est assis en seconde classe pour la seconde fois de sa campagne, et le politicien de 39 ans me serre la main. Son regard bleu perçant qui vous fixe avec persistance, au bout d’un moment, est dérangeant et donne envie de regarder ailleurs.

L’élection survient dans un climat de sentiment anti-européen croissant, de chômage massif, de terrorisme et de tensions ethniques latentes partout en France.

Une série d’attaques a répandu la peur des enclaves islamistes et des banlieues de non-droit. Parmi les sites internet politiques les plus fréquentés, 7 sont islamophobes ou antisémites. Pourtant, tandis que sa rivale parle d’écroulement social, Macron tente de vendre une vision optimiste.

Macron veut que la France soit de nouveau jeune et confiante. Imaginez Steve Jobs parlant de l’économie française. Et il répète sans cesse son mantra : la gauche et la droite sont épuisées, dépassées, usées. Nous avons besoin d’une rupture, d’innover, oser — ou risquer de nous écrouler complètement. Avec En Marche !, il a fait ce que beaucoup d’anciens proches de Tony Blair, de gauchistes démocrates et ce qui reste de Tories ont fantasmé : créer un nouveau parti qui soit devant dans les sondages.

Les pensées de Macron sont pour la France des banlieues, les pneus qu’on brûle et Charlie Hebdo. « Je ne veux pas tomber dans la guerre civile. » « L’argument de la droite et de l’extrême droite vise l’islam et mêle l’islam au terrorisme, c’est une erreur. C’est tomber dans le piège des jihadistes. Ca nous emmène vers la guerre civile. Vers le point où l’on doit dire que ces 4,5 millions de citoyens français musulmans sont le problème. »

Nous nous rendons à un meeting En Marche ! à Bordeaux. Assise près de lui, ressemblant à une Jane Fonda française, se trouve la femme qui est toujours à ses côtés : Brigitte Macron, 63 ans. C’est sa femme, pas sa mère — 24 ans son aînée. Parfum de scandale, elle était sa professeur d’art dramatique à l’école ; ils ont développé une relation intime quand il n’avait que 17 ans, et il avait le même âge que l’un de ses enfants [En France, l’âge limite pour une relation sexuelle délictuelle avec un mineur est relevé à la majorité civile (18 ans) dans le cas de relations entre un mineur et une personne ayant autorité par sa fonction. Il s’agit alors d’une circonstance aggravante et la peine de prison est relevée de deux à cinq ans]

« Emmanuel est très bon acteur, » dit-elle en plaisantant. « Il était dans ma classe. »

Ils ont l’air bizarres ensemble avec leur alliance identique en argent. Pourtant, plus vous les regardez, comment ils se touchent, échangent des regards et plaisantent ensemble, plus vous voyez leur amour l’un pour l’autre — et c’est une connexion qu’on ne peut pas feindre.

Macron prépare déjà son premier coup de téléphone à la Maison-Blanche [jusqu’à aujourd’hui, le président américain a refusé de prendre François Hollande au téléphone et de le rencontrer – alors qu’il a parlé et invité des dirigeants de pays bien moins importants sur la scène internationale comme l’Espagne]. « Trump a été élu par le peuple américain, » dit-il en souriant [et cette phrase est totalement creuse]. « J’attends de voir ce qu’il va confirmer en matière de stratégie. Par-dessus tout, j’attends de voir s’il clarifie sa stratégie concernant les relations internationales, car je n’ai pas l’impression que c’est totalement clair aujourd’hui. [Pourtant la stratégie du Président Trump est très claire au contraire : l’Amérique d’abord. Toute action doit passer par le test suivant : est-ce que cela peut bénéficier au peuple américain.]

Les plus déjantés pensent que Macron a une double vie en tant que franc-maçon — et, apparemment parce qu’il a travaillé à la banque Rothschild, qu’il est un agent de la conspiration juive pour dominer le monde, bien qu’il soit allé dans une école catholique. Tapez “Macron est-il…” dans Google et le premier résultat sera “juif” — Et juif, il ne l’est pas.

Macron est sans aucun doute l’une des personnes les plus fermées que j’ai rencontrées, et tellement lisse qu’il pourrait glisser d’une paire de menottes. La plupart des proches de Macron, des amis d’école et beaucoup de ses supporters n’arrivent pas non plus à mettre le doigt sur qui il est vraiment.

J’ai approché certains de ses amis qui le connaissent le mieux. De nos conversations, trois choses m’ont frappé.

Arnaud Dartevelle, un ami d’école à Amiens et maintenant professeur d’histoire dit de lui :

“Il garde une partie de lui secrète”. “Il a ce don de se faire facilement des relations depuis son plus jeune âge, sans jamais révéler toute sa personnalité, et en gardant ses distances.” 

“On parlait politique tous les jours depuis qu’on était très jeunes”. “Je ne suis pas surpris de le voir en politicien… Il a toujours aimé être le centre d’attention.”

“Il était littéralement philosophique, avec une voix douce et des cheveux longs,” se souvient son ancien copain de classe Antoine Joannes, qui travaille maintenant à la télévision. “Et un jour, j’écarquille les yeux et je le vois à la télé, complètement coincé, avec une cravate serrée, parlant d’économie comme conseiller du Président Hollande.”

Au lycée jésuite d’Amiens La Providence, Macron, Dartevelle et Joannes étaient dans le groupe de théâtre de Madame Brigitte Auzière. La relation d’amour interdite entre Emmanuel et son professeur commença lors d’une pièce de théâtre au sujet d’un politicien rendu fou par un dramaturge. Il avait 17 ans.

 Macron se disait “transporté par l’ambition dévorante des jeunes loups de Balzac” 

Ceux qui ne sont pas envoûtés par son magnétisme, comme Dartevelle, voient en Macron quelque chose comme l’anti héros de Balzac Eugène de Rastignac, l’intrigant provincial que rien n’arrêtera pour séduire les femmes et réussir à Paris.

“C’est un séducteur très doué,” dit de lui Christian Monjou, son ancien professeur d’Anglais à Henri-IV.

Macron a commencé à travailler comme assistant pour le philosophe Paul Ricœur, lequel le poussa à entrer à Sciences Po. Là, il enterra ses ambitions littéraires et arrêta d’écrire de la poésie pour la politique. Ses dissertations étaient sur Machiavel, et il écrit dans un manifeste qu’il était “transporté par l’ambition dévorante des jeunes loups de Balzac”.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

En parlant avec Macron dans le train, une chose répétitive devenait claire. Il est évasif quand il s’agit de politique, transformant tout en questions philosophiques, abstraites, ou en bottant en touche avec une avalanche de données.

Quand on parle d’Histoire de France, il contrôle la situation, et me regarde dans les yeux, mais en politique étrangère, j’ai l’impression qu’il récite un discours. Je m’en suis encore rendu compte durant son premier débat télévisé avec les cinq principaux candidats. Le Pen lui a lancé : “Vous avez un talent fou. Vous avez parlé pendant sept minutes, et vous n’avez rien dit.” Des proches de Macron ont avoué qu’elle avait fait mouche.

Bien qu’il fait campagne contre le système, Macron est en réalité son plus parfait produit. Et je réalise à quel point la fusion du technocrate et du banquier sera efficace pour les négociations de Brexit.

Assis avec Macron, il est impossible de ne pas voir le jeune Tony Blair, qui n’avait que 43 ans lorsqu’il est entré à Downing Street. “J’ai beaucoup de respect pour ce qu’a fait Tony Blair,” dit Macron.

Inquiet, Jacques Attali qui l’a présenté à François Hollande fait remarquer que malgré les slogans, il n’y a rien de moins révolutionnaire que les employeurs de Macron, ses réformes structurelles libérales, et les modestes réparations qu’il veut apporter au système. “Soit maintenant, soit dans cinq ans, une de ces deux choses va se produire — soit on fait les réformes nécessaires, ou nous élisons le Front National et nous quittons l’Union européenne et l’euro, et on doit tout recommencer.”

En arrivant à Bordeaux pour le meeting, je me glisse au premier rang, regardant Brigitte regarder Emmanuel. Ils se regardent constamment pendant qu’il parle. Le prof d’art dramatique l’évalue continuellement en hochant de la tête.

Les yeux d’Emmanuel lui disent qu’il fait du mieux qu’il peut.

Avec l’air des mauvais jours de Barack Obama, il change subitement de rythme. Il affronte Le Pen : “il ne faut rien céder au parti de la haine.” Quelque chose rempli ses yeux, Brigitte tombe en pleurs, et comme la foule (la salle est moins que pleine) chante “Macron président !” — on peut voir qu’ils sont terrifiés de ce qui les attend à l’automne.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduit et adapté de l’anglais par Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Source : thetimes.co.uk ()


Mardi 5 Janvier 2016 - News # 1227 

222 actes islamophobes commis depuis les attentats de Novembre 2015 selon le CCIF. Voir [ici] ().


Mercredi 30 Décembre 2015 - News # 1214 

Nucléaire civil français : une loi bien étrange a été publiée le 29 Décembre 2015 au journal officiel : elle rend responsable l'État français des accidents sur les centrales nucléaires françaises à hauteur de 700 millions d'euros par site, en lieu et place de 91 millions. Voir [ici] (). L'État profond craindrait-il des attentats dans les centrales ou est-ce juste une opération de lobbying pour que les acteurs de la filières se dégagent de leurs responsabilités financières ? En tout cas, la date de passage de ce texte en dit long sur l'état de la "démocratie" française.


Pour afficher toutes les News du jour, cliquez [ici].


Si vous aimez
cette page
 : 




Si vos moyens vous le permettent,  supportez ce site !  Faites régulièrement un don, même très modeste :  $CA 

[Mur des donateurs]   [À propos de la publicité]



Le Design, les Articles et Commentaires de ce Site sont © 2008-2019 BlueMan
Reproduction interdite - Tous droits réservés.




Pour toute question ou commentaire, n'hésitez pas à m'écrire en utilisant cette [PAGE] .