Liens, News, et informations diverses et variées du moment
 

Liens, News, et informations diverses et variées du moment




 


Pour accéder au Tchat de ce site, cliquez [ici].



Si vous aimez
cette page
 : 


==============================================================================================================================================
                        RAPPEL : Tous les articles et informations de ce site sont © BlueMan - REPRODUCTION INTERDITE.

Puisque vous lisez actuellement cet avertissement, cela prouve déjà que vous êtes en train de commettre un acte de piratage par un procédé
de rétro-ingénierie visant à afficher et/ou décoder, puis s'accaparer tout ou partie du contenu de pages protégées par des lois nationales et
internationales sur les droits d'auteur. Il est encore temps de renoncer. Ne devenez pas un minable, un voleur ; cherchez, créez, inventez, apportez quelque chose au monde ! ==============================================================================================================================================



 


Cette page recense des liens et des informations étonnantes ou à connaître.

N'hésitez pas à les consulter, même si la brève semble dater : vous y trouverez des perles.

Bonne exploration !



 Sélection de News spécifiques  




Mot(s) clé(s) à rechercher :   

Vous pouver saisir un ou plusieurs mots clés qui seront rechechés dans toute la Base de Données des News (Les recherches ne sont pas sensibles à la casse).
ATTENTION,
les accents comptent : taper "experience" au lieu de "expérience" fera échouer votre recherche : AUCUN résultat ne sera trouvé.
Les mots tapés doivent être séparés par un espace, et représentent des mots clés partiels ou complets qui peuvent être contigus ou disjoints dans le texte.
Exemple 1 : insolite - Exemple 2 : [maj - Exemple 3 : humour noir - Exemple 4 : crise financ banqu



Pour afficher toutes les News du jour, cliquez [ici].

65 News

Lundi 4 Novembre 2019 - News # 21924 

Monnaie européenne : Une bombe dans l’univers feutré de la finance mondiale : Gyorgy Matolcsy, Gouverneur de la Banque centrale de Hongrie, affirme : « NOUS DEVONS ADMETTRE QUE L’EURO ÉTAIT UNE ERREUR ». Voir [ici] ().

Petit à petit, les langues vont se délier, et il va y avoir de plus en plus de déclarations de ce genre.à

Youpiiiiiiii, l'euro c'est bientôt finiiiiiiiiii.

Vive le Franc !

Par contre, il faut urgentissimement que la France sorte de l'Union monétaire sinon elle va payer les pots cassés des soldes TARGET2.

En complément sur monnaie :

En complément sur monétaire :

En complément sur Banque centrale :

   

Mardi 29 Octobre 2019 - News # 21716 

Banque centrale américaine : Panique à la Réserve Fédérale (la FED) ! Avec Charles Gave :

SYNOPSIS :

Depuis le 17 septembre, la fed de New York a injecté des milliards de dollars sur le marché interbancaire [Repurchasing market], la première intervention de ce type depuis 2009. La Fed a annoncé qu’elle continuera à injecter jusqu’à 75 milliards de dollars par jour sur le marché interbancaire, jusqu’au 4 novembre.

Que se passe-t-il ? Pour quelle raison la FED continue à injecter des milliards de $ sur les marchés financiers ?

Non évalué.

En complément sur banque centrale :

En complément sur FED :

En complément sur Charles Gave :

   

Lundi 21 Octobre 2019 - News # 21455 

Banques centrales : Fronde des banquiers centraux contre la BCE et Mario Draghi - Poléco 233 avec Vincent Brousseau (UPR) :

SYNOPSIS :

Ancien haut fonctionnaire à la BCE pendant 15 ans devenu conseiller économique de l'UPR, Vincent Brousseau évoque la tribune au vitriol d'un groupe d'anciens membres de la Banque centrale européenne ou de banques centrales nationales sur l'action menée par Mario Draghi, futur ex-président de la BCE.

Ils dénoncent sa politique dévastatrice de taux d'intérêt négatifs, accommodants certains gouvernements lourdement endettés, notamment celui de son pays, l'Italie... Vincent Brousseau est l'invité de "Politique-Eco".

Passionnant !

À voir absolument pour comprendre ce qui ce joue.

Les européistes ont définitivement perdu sur le plan monétaire de l'Euro : la preuve est faite que la BCE ne sert plus les intérêts de tous mais seulement ceux de l'Italie, au point de sacrifier littéralement tous les épargnants et toutes les économies des pays membres de la zone Euro.

Ahurissant !

À ne pas manquer !

En complément sur Vincent Brousseau :

En complément sur BCE :

En complément sur Mario Draghi :

En complément sur banque centrale :

 

Jeudi 17 Octobre 2019 - News # 21318 

Banque Centrale Européenne (BCE) : « Pourquoi Mario Draghi est le pire criminel au monde pour Felix Zulauf » par Charles Sannat. Voir [ici] ().

En complément sur BCE :

En complément sur Mario Draghi :

En complément sur Charles Sannat :

   

Dimanche 13 Octobre 2019 - News # 21238 

Table ronde de l'Université d'Automne 2019 : Le monde est-il au bord d’une crise économique et financière majeure ?

Les intervenants :

Vincent BROUSSEAU
Diplômé de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud et titulaire de deux doctorats, l’un en mathématiques de Panthéon-Sorbonne et l’autre en économie de Paris-Dauphine.  Après avoir travaillé dans une grande banque d’affaires française, il a travaillé pendant 15 ans à la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort, et notamment pendant six ans au service de la politique monétaire. Ayant peu à peu réalisé l’erreur historique et l’impasse technique que constitue la monnaie européenne, il a adhéré à l’UPR puis s’est résolu à démissionner de la BCE pour mettre ses actes en conformité avec ses pensées.  Tête de liste UPR (circonscription Massif Central-Centre) aux élections européennes de mai 2014, il est actuellement responsable national de l’UPR en charge de l’euro et des questions monétaires.

Philippe BÉCHADE
Analyste financier français, analyste technique et arbitragiste de formation, rédacteur en chef à la chronique Agora, chroniqueur économique sur BFM depuis 1996, rédacteur de la lettre économique Pitbull. Il a une formation en droit à l’université Paris Ouest Nanterre. Il a été responsable produits dérivés à Fidinvest de 1989 à 1993.  Il a créé avec Jacques Meaudre le fil d’actualités économiques commentées cerclefinance.com. Il fut l’un des tout premiers « traders » en France (il fut parmi les 40 premiers traders à avoir un agrément sur les marchés dérivés). Il est également formateur de spécialistes des marchés à terme. Il est considéré comme un analyste « hétérodoxe », comme Olivier Delamarche dont les analyses sont assez proches, bien que Philippe Béchade soit plus proche d’une tendance social-démocrate (opposition aux paradis fiscaux, critique de l’ultralibéralisme américain, exigence d’un meilleur équilibre entre capital et travail).  En juin 2014, il a été nommé président du think tank Les Econoclastes.

Charles SANNAT
Diplômé de l’Ecole supérieure du commerce extérieur (ESCE) et du Centre d’études diplomatiques et stratégiques (CEDS). Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis « manager » au sein du Groupe Altran – Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance).  Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d’affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d’AuCoffre.com en 2011. Il rédige quotidiennement Insolentiae, son blog personnel « contrarien » disponible à l’adresse https://insolentiae.com. Il enseigne l’économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l’actualité économique.

Charles GAVE
Né le 14 septembre 1943, à Alep (Syrie), Charles Gave est le fils de Pierre Gave, rallié à la France Libre en août 1941 après les combats en Syrie, et condamné à mort par contumace par le régime de Vichy.  Diplômé de l’Institut d’études politiques (IEP) de Toulouse (promotion 1967), il obtient une bourse de l’université de Binghamton aux États-Unis, dont il sort avec un MBA de finance et gestion.  Essayiste, financier et entrepreneur, il a consacré sa carrière à la recherche économique, dont il a fait son métier en créant Gavekal, une société de conseil en allocation d’actifs aux gérants de fonds.  Il est l’auteur de plusieurs essais économiques, où il partage la synthèse de sa recherche économique et de son expérience de financier. Dans ses écrits, Charles Gave annonce notamment la fin du modèle de l’État-providence et la faillite de l’euro.  Rencontrant du succès sur Internet, Charles Gave se décrit comme un libéral-conservateur.

L’animation et la modération du débat sont effectuées par Jacques CHEVALLIER, qui a fait toute sa carrière comme banquier, et notamment banquier d’affaires.  Aujourd’hui jeune retraité et libre de ses propos, fidèle adhérent de l’UPR depuis 2014, il est actuellement adjoint de délégation de l’UPR pour la 6e circonscription des Yvelines.

J'en ai visionné à ce jour 50% et c'est passionnant.

Mais quel système de merde que le système financier... Et ce n'est qu'un tout petit aspect. Quelle complexité... Et tout ça juste pour spéculer. Ahurissant.

En complément sur Vincent Brousseau :

En complément sur Philippe Béchade :

En complément sur Charles Sannat :

En complément sur Charles Gave :

En complément sur crise :


Dimanche 13 Octobre 2019 - News # 21231 

La De Nederlandsche Bank (DNB), ou Banque centrale néerlandaise : « Si tout le système s’effondre, l'or sera nécessaire pour tout recommencer ». Voir [ici] ().

En complément sur l'or :

En complément sur banque centrale :

     

Mercredi 9 Octobre 2019 - News # 21115 

« Mort aux pauvres » : le banquier au coeur de l’affaire Kerviel estime que les taux négatifs ne doivent pas s’arrêter au bilan des banques. Voir [ici] ().

Il est évident que les comptes de plus de 100.000 euros ne seront pas les seuls taxés. La barre descendra inévitablement… et le piège se refermera sur tous les déposants.

Tout est dit.

Les taux négatifs sont une façon de faire payer à tous les citoyens les planches à billets insensées des banques centrales et leurs monceaux de dettes dans le but, au final, de permettre que les marchés financiers ne s'effondrent pas et que les grandes banques commerciales et les grands spéculateurs continuent à se gaver en jouant en bourse.

En complément sur taux négatif :

       

Samedi 5 Octobre 2019 - News # 20981 

Comment les banques centrales enfument le monde. Voir [ici] ().

En complément sur banque centrale :

       

Jeudi 3 Octobre 2019 - News # 20942 

Baisse du Livret A à 0,50% en février 2020 : Bruno Le Maire défend le choix du gouvernement. Voir [ici] ().

0,50 %...

Mais on vit dans un monde de dingues !

Voilà où nous mènent les banques centrales avec leur planches à billets et les incompétents de traîtres de politiciens : au taux négatifs qui font baisser tous les rendements de l'épargne.

En complément sur épargne :

En complément sur Bruno Le Maire :

     

Lundi 23 Septembre 2019 - News # 20631 

FED et BCE : C'EST CASH ! Avec Olivier Delamarche - Les banques centrales peuvent-elles relancer l'économie mondiale ?

SYNOPSIS :

Pour débattre de ces questions, Olivier Delamarche et Thomas Bonnet reçoivent Christophe Blot, économiste à l'OFCE.

Olivier est toujours aussi incisif et pertinent, mouchant les invités.

Mais un peu trop : il gagnerait à être plus courtois et patient avec eux, car ça met objectivement un climat de merde. Si ça continue, plus personne ne viendra à l'émission.

En complément sur Olivier Delamarche :

En complément sur banque centrale :

En complément sur FED :

En complément sur BCE :

 

Lundi 23 Septembre 2019 - News # 20620 

Pierre Jovanovic : Un TSUNAMI de fausse monnaie ! - Politique et Éco n°229 :

SYNOPSIS :

Pierre Jovanovic  et Olivier Pichon explorent les conséquences destructrices de l’assouplissement monétaire par les banques centrales (BCE - FED)

1) Le modèle économique des banques de dépôt en voie de destruction accélérée
- Paradoxe explicable, le déversement de liquidités ne suffit plus à pallier la perte de liquidité interbancaire.
- La FED a déversé plus de 100 milliards en urgence au profit des banques en panne de liquidités.
- Europe, non seulement les clients payent des impôts, mais en plus la banque va les taxer sur leurs dépôts, un impôt déguisé de la BCE qu'on pourrait appeler la taxe "planche à billets".
- Les riches vont pleurer, la BCE lance la planche à billets : 20 milliards d'euros !
- Les emprunts à 100 ans !
- Mario Draghi, gouverneur de la BCE, juste avant de rendre son tablier, a donné une conférence la semaine passée et expliqué à quel point il est fier de son action depuis presque 10 ans à la tête du monstre de Francfort. La presse allemande ne l'a pas épargné, l'appelant le vampire Dracula des économies des Allemands.
- HSBC ne tient plus en Europe à cause des taux négatifs et a décidé de vendre ses 250 agences pendant qu'il est encore temps de trouver un pigeon. 
- Dans une nouvelle série de messages publiés sur Twitter, Donald Trump a souligné que "des taux négatifs permettraient de réduire le coût de la dette pour l'Etat fédéral".
- La Banque Postale, en panne de cash, bloque les paiements pendant une journée.
- De notre lecteur Norman:"Aujourd'hui, je vais à la Banque Postale et les opérations comptables ou commerciales sont bloquées, personne derrière les guichets et ma paye à près d'une semaine de retard".
- A propos de la dette sur PIB par pays : la Russie n'a plus de dette.
- Du 17 au 20 septembre 2019 : Notre lecteur a eu raison de nous faire ce rappel :"Dette publique de la Russie : 13,5 % du PIB. Je dis bien : 13,5 % du PIB (Trading Ecomics).
Dette : voici la liste des autres pays :
Dette publique de l'Espagne : 97,1 % du PIB 
Dette publique de la France : 98,4 % du PIB
Dette publique de la Belgique : 102 % du PIB
Dette publique de Chypre : 102,5 % du PIB
Dette publique des États-Unis : 106,1 % du PIB
Dette publique du Portugal : 121,5 % du PIB
Dette publique de l'Italie : 132,2 % du PIB
Dette publique de la Grèce : 181,1 % du PIB
Dette publique du Japon : 238,2 % du PIB
- Un risque de banque run ?
- Absurdité totale d’une situation bancaire où les banques ne veulent plus des dépôts et font payer leurs clients qui déposent.

2) Déclinaison fatale des taux d’intérêts négatifs
- Témoignages de professionnels et de lecteurs et téléspectateurs.
- Privatisation de la sécurité SNCF !!!!
- De notre lecteur Guillaume venu au Salon (Nancy) :"Nous sommes 3 000 agents de la police ferroviaire, un corps qui existe depuis longtemps. Eh bien ils veulent nous privatiser dès l'année prochaine".
- Assurance vie, cash, virements, bientôt impossibles.
- Rappel du livre 777 de Pierre Jovanovic.
- Du veau d’or aux toilettes en or volées au musée.
- Inflation ou déflation, sainte colère de Pierre Jovanovic!
- Monnaies numériques publiques, pensées par la Commission Européenne, nouveau désaccord de Pierre Jovanovic !
- Même les obligations des firmes sont menacées comme celles des États.
- Les valeurs refuge : Immobilier, block chain.
- Tracfin se transforme en Gestapo moderne pour le compte des banques en faillite.
Tracfin est en train de devenir une nouvelle entité d'espionnage, en plus de la DGSE, de la DCRI et d'autres entités militaires... tout retrait supérieur à 1 000 euros déclenche automatiquement un signalement chez eux! 

Non évalué.

En complément sur Pierre Jovanovic :

En complément sur dette :

En complément sur monnaie :

En complément sur monétaire :

 

Samedi 21 Septembre 2019 - News # 20578 

Ces financiers qui dirigent le monde - BlackRock, le monstre de Wall Street :

SYNOPSIS :

En dehors de Wall Street, qui connaît BlackRock, le plus puissant gestionnaire d’actifs de la planète ? Enquête sur un acteur discret mais influent de la vie économique et politique mondiale.

Si l’argent ne fait pas le bonheur, il ouvre sans nul doute les portes du pouvoir. Une maxime que le groupe de gestion d'actifs BlackRock, avec ses 6 000 milliards de dollars américains passés, soit plus de deux fois le PIB de la France, connaît bien. Sociétés, gouvernements et banques centrales : l'entreprise tentaculaire ne cesse d'étendre son influence dans toutes les directions, depuis sa création, en 1988, par Larry Fink. La force de ce géant américain de la gestion réside dans les milliards de dollars que lui confient ses clients, pour la plupart des gros poissons de la finance : multinationales, institutions financières et fonds d’investissement ou de pension. Grâce à cette manne financière, le groupe a mis le grappin sur de nombreuses multinationales. Actuellement, BlackRock est entre autres présent dans le capital d’Apple, de Microsoft, de Facebook, de McDonald’s, de Siemens, ainsi que de nombreuses entreprises du CAC 40. Non content d’investir dans les entreprises les mieux cotées du monde, le gestionnaire d'actifs est aussi dans les petits papiers de gouverneurs de banques centrales, de ministres des finances et même de chefs d’État, à qui il prodigue de précieux conseils. Et pour cause : il dispose non seulement des meilleurs experts financiers, mais aussi d’un algorithme de prévision conjoncturel sans égal, Aladdin. Lors de la crise financière de 2008, de nombreux gouvernements proches du naufrage avaient fait appel au groupe de Larry Fink, ce qui lui a permis de renforcer son emprise sur l’économie mondiale et de présenter à tous le visage d'une entreprise providentielle…

Documentaire complet de Tom Ockers (Allemagne, 2019, 1h30mn)

Déjà, et pour commencer, rien que le nom de "pierre noire" fait référence dans l'Islam à la pierre noire du péché, la Kaaba, ce qui n'est vraiment pas bon signe, puisque c'est la pierre blanche devenue noire, mauvaise, satanique.

Un documentaire majeur vu l'importance de BlackRock dans le monde de la finance.

Franchement, ça fait peur.

Concernant le concept de muraille de Chine, c'est évidemment une pantalonnade ! Bien sûr que BlackRock utilise pour spéculer les données sensibles que lui donne la BCE. C'est complètement dingue. Soit le directeur général de la BCE est un naïf crédule (ce que je crois) soit il est complice.

La dernière partie sur les liens de la multinationale avec nombre de traîtres de politiciens mexicains donne la nausée. Comment, dans ces conditions de compromission généralisée le bien commun et l'intérêt général peuvent être poursuivis ? Impossible !

Enfin, toute forme de pantouflage doit être interdite : cela ne crée que des conflits d'intérêts contraires, une fois encore, à la défense du bien commun et de l'intérêt général.

Un documentaire de plus montrant qu'il faut impérativement, et de manière urgente, en finir avec le capitalisme et les bourses telles que nous les connaissons. Oui à la libre entreprise, mais le concept d'action que l'on peut revendre et s'échanger, et tout ce qui s'en suit mécaniquement sous l'impulsion de la cupidité, est la source principale de tous nos maux économiques et de toute cette folie financière démentielle.

Faire de l'argent avec de l'argent sans apporter un quelconque service ou produit physique est une action de parasite, de vampire, de nuisible à la société. Il faut l'interdire sous toutes ses formes.

Un excellent documentaire.

Un must.

À voir absolument !

Attention : vidéo disponible jusqu’au 16 décembre 2019.

En complément sur Wall Street :

En complément sur finance :

En complément sur BlackRock :

En complément sur spéculation :

En complément sur capitalisme :


Jeudi 19 Septembre 2019 - News # 20523 

La Fed (la Federal Reserve, la banque centrale des États-Unis) lâche des milliards sur Wall Street : crash évité de justesse ou simple «problème technique»? Voir [ici] ().

203 milliards de dollars en 3 jours... 

Non mais vous vous rendez compte de la taille de la planche à billets ?

Tout ça juste pour qu'un marché ne s'effondre pas et qu'une poignée de malfaisants puissent continuer à spéculer et à s'empiffrer...

FERMONS LES BOURSES !

Le peuple n'en a pas besoin !

Seuls les parasites, les gens friqués, les incapables, en ont besoin.

En complément sur planche à billets :

En complément sur FED :

     

Vendredi 13 Septembre 2019 - News # 20302 

«Ruine» du système financier et taux négatifs : la Banque centrale européenne (BCE) rappelle la Deutsche Bank à l’ordre. Voir [ici] ().

En complément sur BCE :

En complément sur Deutsche Bank :

En complément sur taux négatif :

   

Jeudi 29 Août 2019 - News # 19852 

Tombereaux de fausses monnaies et d'argent "gratuit" pour les banques : Quand l’argent est fictif… ses effets le sont aussi - Par Bruno Bertez. Voir [ici] ().

Je suis toujours aussi étonné de voir que les économistes, les analystes, et les "experts" financiers ne comprennent toujours pas l'évidence suivante : toutes ces opérations de quantitative easing n'ont pas pour but l'économie mais seulement de permettre aux banques et aux riches de continuer à spéculer.

Les banques centrales sont pilotées par des gens qui aident leurs amis de la haute finance, leur classe, pas l'économie réelle ni les les peuples. Il faut arrêter de croire au Père Noël...

Rappel : la FED (la Réserve Fédérale américaine) n'est pas un organisme de l'État américain, mais un cartel de banques privées qui se sont arrangées pour devenir la banque centrale obligée pour le gouvernement des États-Unis. Ces enfoirés ont comploté avec succès pour faire passer des lois en leur faveur.

En complément sur banque centrale :

En complément sur fausse monnaie :

En complément sur argent gratuit :

   

Mercredi 31 Juillet 2019 - News # 19250 

Banque centrale américaine : La Fed va baisser ses taux pour la première fois en onze ans. Voir [ici] ().

C'est dire combien la situation est dramatique...

Et compte tenu de la dette qui ne cesse d'augmenter, ils ne pourront plus les remonter ensuite, sinon ils feront exploser le système.

En complément sur banque centrale :

En complément sur FED :

     

Lundi 29 Juillet 2019 - News # 19184 

Politique & Eco N° 225 : Anticiper l'effondrement monétaire avec Charles Sannat :

SYNOPSIS :

Olivier Pichon et Pierre Bergerault reçoivent Charles Sannat, animateur du Blog : insolentiae.com ()

1) L’économie mondiale en soin palliatifs monétaires
- Les crédits des particuliers seront-ils dus en cas de faillite de la banque ?
- Ces dettes sont des actifs susceptibles d’être rachetés et donc dus
- La Deutsche Bank en question, Bad Bank pour les actifs pourris
- Socialisation des pertes, privatisations des gains, une très vieille histoire
- Genèse de la dette mondiale, un phénomène observable au japon en Europe et aux Etats-Unis
- La planche à billets pour soutenir la croissance
- Un problème de ressources énergétiques, la recherche effrénée de l’énergie peu chère
- Non pas un problème de ressources mais un problème d’avidité
- 2030 : l’Arabie Saoudite n’a plus de pétrole
- Les banques centrales,  le QE pour masquer la non croissance
- Les systèmes de retraite et les taux zéro
- La monnaie n’est plus que de la dette sans l’étalon or
- Les USA examinent de près les chiffres de la croissance et de l’emploi
- Financer la guerre : Irak 5 000 Milliards de dollars, analogie avec le Vietnam

2) Géopolitique de la crise monétaire
- Hausse et baisse des taux de la FED aux USA
- Petits mensonges statistiques
- La pauvreté aux USA les Food Stamps : 36 millions de bénéficiaires de bons alimentaires (+ de 11% des Américains)
- Une illusion de croissance : deux points de croissance pour trois de dette. L’expérience courte d’octobre 2018 sur la remontée des taux vite abandonnée
- Le prix du pétrole trop bas, les types de pétrole et de sites pétroliers
- Après l’Irak, la  Libye, l’Iran, le Venezuela ?
- Guerre pour la démocratie ou la ressource énergétique ?

3) Pourquoi il n’y pas (encore) effondrement ?
- Séquençage de la crise à venir : phase d’accélération
- Deux explications au non effondrement : la planche à billet et le vol de l’énergie à ceux qui la détiennent
- Les contradictions du discours officiel
- La fabrique du méchant
- Une fenêtre de tir dans le détroit d’Ormuz ?
- La Turquie  fait bande à part dans l’Otan
- Poutine : Iran versus Ukraine
- Chine : une croissance stationnaire
- La dédolarisation en question ?
- Privilèges d’extraterritorialité du dollar
- Europe : Lagarde va continuer à faire des bulles (monétaires)
- Les cryptomonnaies, le bitcoin : peu de choses
- Levée de boucliers contre LIBRA (Facebook), vers les cryptomonnaies publiques ?
- Vers un changement de paradigme monétaire et économique

Non évalué.

En complément sur Charles Sannat :

En complément sur effondrement :

     

Dimanche 21 Juillet 2019 - News # 18997 

Olivier Delamarche : "Les banques centrales sont tenues par les marchés !" :

Le but de tout cela est pourtant clair : que le petit nombre qui tire des fortunes de la spéculation puissent continuer à se gaver comme des porcs, quels que soient les dommages causés aux économies réelles et au peuples.

Tout ceci n'a donc rien à voir avec l'économie, la croissance, le développement, etc, contrairement à ce que tous les menteurs et les demeurés des services économiques des médias mainstream nous rabâchent à longueur d'année.

À un moment, il faut avoir le courage d'ouvrir les yeux pour regarder en face la terrible réalité.

En complément sur Olivier Delamarche :

En complément sur banque centrale :

En complément sur BCE :

En complément sur FED :

 

Vendredi 5 Juillet 2019 - News # 18639 

"La vérité des prix", ou capitalisme, la crise finale ? Une conférence de Michel Drac :

SYNOPSIS :

Conférence autrement nommée "La vérité des prix". 

Le Club du Mercredi recevait Michel Drac le Mercredi 29 Mai 2019. 

Auteur de nombreux livres, dont "Voir Macron : 8 scénarios pour un quinquennat", Michel Drac nous a présenté ses travaux les plus récents sur la crise du capitalisme et le bouleversement des prix. 

Le fonctionnement actuel des différentes banques centrales entraîne des changements sévères sur les marchés. Michel Drac dresse une analyse inédite, performante et percutante, nous interrogeant sur l'état du système libéral. Si tant est que ce dernier existe encore.

La conférence est suivie d'une séance de questions/réponses sur l'actualité, et notamment sur la crise des gilets jaunes.

Non évalué.

En complément sur capital :

En complément sur prix :

En complément sur Michel Drac :

   

Mercredi 26 Juin 2019 - News # 18421 

La Russie placée en tête de la dédollarisation mondiale par la Banque centrale européenne (BCE). Voir [ici] ().

En complément sur dollar :

       

Samedi 22 Juin 2019 - News # 18319 

Serge Federbusch sur la crise des Gilets jaunes : «Le pouvoir survit grâce à l'aide de la Banque centrale européenne» :

SYNOPSIS :

Entretien du 22/6/2019 avec Serge Federbusch, président de l'association Aimer Paris. Sur le plateau de RT France, il s'exprime sur l'acte 32 des Gilets jaunes du 22 juin, et sur la façon dont le gouvernement a résisté aux manifestations. Selon lui, «la répression finira par atteindre les limites de son exercice».

En complément sur Gilet Jaune :

En complément sur Serge Federbusch :

     

Vendredi 21 Juin 2019 - News # 18298 

Mise au point de l'UPR sur les mini-bots : la dislocation de l'euro commencerait-elle en Italie ?

SYNOPSIS :

Le 11 novembre 2018, Vincent Brousseau, qui a travaillé 15 ans à la Banque centrale européenne, prévenait que la première action de la dislocation de l'Euro pourrait commencer par le retour à la lire italienne par l'intermédiaire de la mise en place des minibots.

Les minibots sont ce que l'on pourrait appeler des chèques impôts. Ils sont acceptés par le fisc italien pour payer les impôts.

L'air de rien, ces minibots permettent à l'Italie de contrôler une monnaie nationale (sur sa valeur comme sur sa quantité), Chose qu'elle ne pouvait plus faire avec l'euro.

C'est un premier pas pour l'Italie vers le retour à une monnaie nationale et donc la dislocation de l'euro.

Ce sujet n'est pas à prendre à la légère, en cas de sortie de l'Italie de la zone euro (seulement possible en quittant l'UE), l'Italie pourrait bien laisser une dette, du fait des soldes Targets, de prêt de 600 milliards d'euros qui serait repartie entre les pays restant dans l'euro. Cela pourrait coûter environ 125 milliards à la France, qui aurait du mal à éviter la faillite.

Pour en savoir plus sur ce sujet, retrouvez les vidéos Vincent Brousseau [ici] ().

Bravo à Vincent Brousseau pour ses prédictions pertinentes et fondées.

À voir !

En complément sur mini-bots :

En complément sur Italie :

En complément sur Vincent Brousseau :

   

Lundi 27 Mai 2019 - News # 17705 

Olivier Delamarche : la croissance par la dette prépare un cataclysme - Poléco n°217 :

SYNOPSIS :

1) Un modèle économique basé sur la dette
- La socialisation des dettes, un processus sans fin depuis 2008
- La reprise des facilités monétaires, la FED comme la BCE, depuis octobre 78
- Obama, destructeur de la classe moyenne américaine
- Les Chinois n’achètent plus les bons du trésor américains
- Stopper à tout prix la hausse des taux
- Faut-il se moquer de la dette ?
- La dette est partout jusque dans vos retraites, vos livrets A, vos produits d’épargne
- Séparer banques de dépôts et banques d’affaires ?
- L’imposture des stress-tests, non les banques ne vont pas bien
- Après avoir fait payer les contribuables (2008), au tour des épargnants

2) Planche à billets à vie !
- Risque de faillites de banques en chaîne
- Nous sommes en récession, un risque de 30% du PIB
- L’examen de la croissance américaine, un chiffre sujet à caution
- Pour produire 1 $ de PIB, il faut 7 $ dollars de dette
- Pourquoi n’y a-t-il pas de croissance hors dette ?
- Les banques centrales vers 100% du PIB rachètent le capital des entreprises, ce n’est pas leur job
- La France attractive pour les capitaux ?
- Inflation probable, monnaie de singe en vue
- Pourquoi met-on en prison les faux monnayeurs et pas M. Draghi qui fait la même chose ?
- Le Cave se rebiffe : élections européennes
- L’euro : une chimère ?
- L’espace euro : une course de handicap, les mules courent avec les purs sangs
- La richesse du sud siphonnée par le nord
- Les pertes de pouvoir d’achat de la France et de l’Italie, Gilets Jaunes et votes italiens

3) Le jour où l’Italie partira
- Un récit édité chez Feltrinelli
- France, Italie, Espagne, victimes annoncées de l’euro
- L’Italie ne fera pas comme la Grèce, Salvini n’est pas Tsipras
- L’Italie prépare son coup. Faire porter la responsabilité de son départ à la Commission européenne
- La vérité nous oblige à dire que la sortie de l’euro ne sera pas un long fleuve tranquille
- La France devrait suivre ?
- Retour en France, la cinquième économie du monde et sept mois de révoltes populaires
- Un président autiste
- Crise de la dette, plus récession, un mélange explosif !
- La baisse des impôts selon Darmanin, un enfumage, la dette et l’Europe l’empêchent
- Les GAFA, la vraie question : pourquoi des firmes multinationales payent 5 à 6 % d’impôt sur les sociétés quand les PME en France en sont à 33% ?
- Les paradis fiscaux sont partout
- Ultime réflexion sur l’aveuglement de nos supposées élites

Non évalué.

En complément sur Olivier Delamarche :

En complément sur croissance :

En complément sur dette :

   

Mardi 30 Avril 2019 - News # 16989 

Politique & Eco n° 213 : L’éternelle truanderie capitaliste :

SYNOPSIS :

Olivier Pichon et Pierre Bergerault reçoivent Jean-François Bouchard, consultant international pour les grandes institutions financières : banques centrales, FMI, Banque mondiale.

Son livre : L’éternelle truanderie capitaliste, éditeur : Max Milo 2019

1) Le nouveau visage de la dictature capitaliste
- Petits et puissants
- 1 Milliard d’hommes dans la prospérité
- Les riches et les pauvres ceux qui profitent de la mondialisation
- La classe moyenne à la peine
- Absence de cadre de sanction
- Convergence d’intérêts : revolving doors : les allers-retours pouvoir / Banques
- Deux secrétaires d’Etat sur trois aux USA issus de Goldman Sachs
- TINA/ There is no alternative!
- La loi du marché redoutable pour les pays qui veulent s’y soustraire
- Le cas du Venezuela, de l’Argentine
- Comment s’appauvrir par la rente
- Afrique : les pays qui réussissent pourtant dépourvus de ressources
- La Grèce, chargée de subventions et appauvrie par elles
- L’économie financière domine la politique, un banquier ne défendra jamais l’intérêt général
- Lloyd BLankfein :"Je fais le travail de DIEU"

2) Capitalisme sans frontières
- Lehman Brothers exécutée par Goldman Sachs
- Rothschild et la France
- La banque Espirito Santo au Portugal
- BNP Paribas, première banque européenne, sa taille de bilan est supérieure au PIB français
- Too big to fail or to save
- UBS et la Suisse le double de son PIB
- Jefferson, troisième président des Etats-Unis : les banques et le peuple américain
- Premier créancier de l’Amérique, la Chine : on ne tue pas son créancier !
- Monnaies et marchés, si les marchés veulent abattre un pays, ils le peuvent
- Le cas du rouble
- Quand la finance ne va plus à l’investissement
- Qu’est-ce que le trading à haute fréquence ?
- Le cas Soros et la livre britannique

3) Qui veut (et qui peut) juger et réformer le capitalisme mondial ?
 - Que peut faire la justice ?
- Un cadre juridique qui n’existe pas, le seul juge, le marché
- Les amendes aux banques, le cas BNP 
- Les fonds vautours l’exemple d’Elliot
- La légende de la dette
- Ces dettes qui ne furent jamais payées, le cas de l’Allemagne.
- Quel est le bon niveau d’endettement ?
- La dette japonaise
- La dette française : no problem ?
- Quelques figures peu sympathiques de traders de haut vol
- Les  économistes improbables prédicateurs
- Le payeur ultime, le contribuable !
- 10% du PIB européen en 2008 pour sauver les banques

Conclusion : Postface la grande et belle figure de Kondratiev

Non évalué complètement.

"Il n'y a pas de complot en ce sens qu'il n'y a pas d'organisation. [...] Il n'y a pas de collusion entre les membres de ce je ne sais quel groupe, [...] ça, ca n'existe pas" : Soit ce type est à la masse... , soit c'est un propagandiste libéral.

En complément sur capitalisme :

       

Lundi 15 Avril 2019 - News # 16589 

Politique & Eco n° 211 - Allemagne : une sortie furtive de l’euro ? Olivier Pichon et Pierre Bergerault reçoivent Vincent Brousseau de l'UPR :

SYNOPSIS :

Olivier Pichon et Pierre Bergerault reçoivent Vincent Brousseau, ancien haut fonctionnaire à la BCE (banque centrale européenne), normalien, docteur en économie et mathématiques.

1) De la BCE à la critique de l’Euro
- BCE les raisons d’une démission
- Le référendum de 2005
- De Trichet à Draghi, les facilités monétaires en question
- Qu’est-ce que le mécanisme de Target ?
- Dettes et créances entre pays de la zone euro, le cœur du problème
- Les arrières-pensées allemandes
- Une faiblesse cachée voulue par les Allemands

2) Une sortie furtive, comment pourquoi ?
- Personne en France ne connaît ce risque, médias et politiques muets sur la question
- L’Allemagne paiera ?
- Banquiers centraux, universitaires, conseillers de la CDU, beaucoup de monde pour refuser les créances  des "pays du club méd"
- Weber, Stark, Weidmann, Schlesinger, anciens de la Bundesbank, tous en désaccord avec la politique de la BCE
- Weidmann, président de la Banque centrale allemande invente le concept de sortie furtive repris par les universitaires (ZIN spécialiste de Target)
- 3 scenarios : 1 possible refus des créances du sud, 2 restitution tous les ans par des titres, 3 échéancier en or
- Collatéralisation : mise en gage d’un actif en contrepartie des Targets
- Variations consécutives des cours de l’euro allemand ou de l’euro italien ou espagnol
- La monnaie unique n’est plus unique, c’est la fin de l’union monétaire

3) Apocalypse  ou scenario paisible ?
- Les échanges intra européens perturbés ? Réponse : non
- Les cas d’une sortie brutale : l’Italie ?
- Dramatisation politico médiatique
- La souveraineté ne se partage pas !
- Et si la Catalogne voulait se doter d’une monnaie ?
- Sortie de l’euro et sortie de l’UE
- La Grèce en question : révélations inédites de Vincent Brousseau
- Quel sort pour la BCE ?
- Problème des paiements extérieurs de la zone euro, la dédolarisation n’est pas pour demain
- Retour sur le Brexit, comment Th. May sabote le vote populaire
- No deal en question : laisser croire que les Anglais ne l’ont pas voulu
  Une sortie à quelle échéance ? Réponse impossible mais ce scénario furtif a été annoncé  précocement par Vincent Brousseau.

Une excellente émission.

À voir !

En complément sur Vincent Brousseau :

En complément sur BCE :

En complément sur Brexit :

En complément sur Frexit :

 

Mardi 12 Mars 2019 - News # 15622 

Économie et banque centrale américaines : "Comme par hasard, mesurés en or et non en dollars nominaux, le marché boursier américain et le PIB américain sont au même niveau qu'en 1961. Pas de croissance en termes d'argent réel" :

En clair : la FED a tellement imprimé d'argent (notamment par ses quantitative easings) que le dollar s'est dévalué au point d'annuler 60 ans de croissance ! 

C'est démentiel.

Ou dit autrement : comment les tombereaux de fausse monnaie de la FED ont détruit l'économie américaine. Les seuls gagnants : les banquiers et les grands spéculateurs (milliardaires, edge funs, fonds vautours, banques dites "d'affaire", etc.).

Merci à Compagnon pour le lien. 

En complément sur économie :

En complément sur fausse monnaie :

En complément sur FED :

   

Jeudi 7 Mars 2019 - News # 15510 

Dans la série les banques centrales sont complices de leurs amis banquiers : La BCE annonce de nouveaux prêts géants aux banques. Voir [ici] ().

Pour que les banques spéculent encore plus ?

C'est à ce genre de chose que l'on peut voir quelle est la vocation RÉÉLLE des banques centrales : servir leurs petits copains pour qu'ils continuent de jouer au casino mondial de la finance et des diverses bourses et marchés.

La BCE ferait mieux de prêter cet agent à taux zéro aux États, et que ceux-ci suppriment l'impôt sur le revenu (à l'exception des plus riches et avec une ponction progressive), et diminuent les taxes, ce qui permettrait à des millions de gens de mieux vivre, et de relancer l'économie. Rappel important : 70% du PIB des États, c'est la consommation des ménages.

Artisans, commerçants, petites et moyennes entreprises, et les autres, vous voulez du chiffre d'affaire ? Si les gens n'ont pas d'argent, avec quoi voulez-vous qu'ils achètent vos biens et services hum ?

Il nous faut redonner absolument de l'oxygène aux citoyens, ce qui vivifiera toute l'économie, et même les taxes récoltées par l'État. 

En complément sur banque centrale :

En complément sur BCE :

En complément sur banque :

En complément sur banquier :

En complément sur spéculation :


Lundi 25 Février 2019 - News # 15273 

Pierre Jovanovic est l'invité de Politique & Eco n° 204 : Récession en vue, genre tsunami :

SYNOPSIS :

Olivier Pichon reçoit Pierre Jovanovic pour sa revue de presse économique et financière.

1. Mauvaise santé des banques européennes
- Les commissaires européens : « les banques vont bien ! »
- Monte Paschi, Landesbank, Deutsche Bank, Commerzbank, Société Générale
- Un banquier a-t-il le droit de vous demander l’usage de vos retraits en liquide ?
- Le cash en France et en Allemagne comparaison
- L’inflation dissimulée
- L’INSEE et ses mensonges statistiques
- Qui peut désormais s’étonner des révoltes populaires ?

2. Le chômage, un génocide à bas bruit
- Le suicide des chômeurs, un chiffre jamais communiqué
- 100 000 chômeurs ont mis fin à leurs jours, comparaison avec les accidents de la route
- Un chômage mondial et structurel, automation et grand remplacement
- Licenciements dans l’industrie automobile, Audi WW, Ford Général Motors...
- L’antisémitisme comme diversion ?
- Les  « enterrements de pauvreté », un signe économique et social fort

3. Nos voisins européens font-ils mieux ?
- Les banques françaises très exposées sur le risque Italien
- La Société Générale continue à se défaire de ses succursales étrangères
- Salvini : si la BCI (Banque centrale Italienne) et l’autorité des marchés financiers italiens n’ont pas fait leur travail,  la prison pour leurs dirigeants !
- Chantage des banquiers sur les politiques, les épargnants en otage
- Retour sur le suicide à la Monte Paschi
- La Standard Chartered et Goldman Sachs, truanderie sur les devises
- Qui parle de la dette ?
- Paradoxe : les bons du trésor italiens ont trouvé preneurs !

4. Retour en France, la classe politique et les Gilets Jaunes
- Hollande financé par PIMCO, plus gros hedge found mondial... « mon ennemi c’est la finance ! »
- Conférences de M. Hollande à l’Hôtel Le Meurice : 200 000 euros
- Condescendance de la classe politicienne
- Les Gilets Jaunes : une tâche (de sang) sur le quinquennat
- BCE : le bilan gonflé  de rachat d’obligations
- Reprise des « facilités monétaires » des deux côtés de l’Atlantique
- La loi du 3 janvier 73 en question
- L‘adresse à M. Villeroy de Galhau à venir sur le plateau de Politique & Eco pour s’en expliquer
- Le service de la dette est égal à la moitié de la DGF aux collectivités locales, voilà l’explication aux fermetures de tribunaux, de maternité et de commissariats.

Conclusion : les Gilets Jaunes une répétition générale

Une excellente revue de presse montrant la déliquescence du pouvoir, et des "élites" de toutes sortes.

La réponse de la Banque de France est épique, et emblématique de la société du mensonge et de la tromperie dans laquelle nous sommes désormais. C'est consternant de voir de pariels traîtres..., et payés avec notre argent en plus.

En complément sur Pierre Jovanovic :

En complément sur récession :

     

Mercredi 13 Février 2019 - News # 14998 

Chroniques de la dégénérescence : Philippe Herlin dénonce, avec raison, un gâachis d'argent public :

Le mensonge et la fausseté, associés à la cupidité, principales égéries de notre monde caduque et dégénéré : après l'arnaque de la fausse monnaie crée par les banques centrales (appelé pudiquement Quantitative Easing) et les banques commerciales (appelée, c'est un comble, des prêts), l'arnaque et la fausseté de l'art contemporain...

Dans les deux cas, il y a des profiteurs, des parasites qui se gavent, mais c'est toujours le peuple qui paye et qui est baisé.

En complément sur Chroniques de la dégénérescence :

En complément sur art contemporain :

     

Mardi 12 Février 2019 - News # 14959 

L’Italie veut abolir la banque centrale et emprisonner les banquiers corrompus. Voir [ici] ().

Une super idée, mais là les vrais ennuis vont commencer pour Matteo Salvini et ses amis.

La seule façon de gagner, c'est de mettre toute la puissance de l'État dans la balance.

C'est possible puisque l'Islande a bien réussi à le faire.

En complément sur Italie :

En complément sur banque centrale :

En complément sur banquier :

   

Mardi 12 Février 2019 - News # 14958 

Viktor Orban supprime l’impôt à vie aux femmes ayant quatre enfants ou plus. Voir [ici] ().

Ahhhh, voilà une belle mesure en faveur de la natalité et des familles !

C'est quand même autre chose que les mesures immigrationnistes de merde des bobos, des gauchistes, et des Cédric Herrou qui font entrer illégalement des clandestins sur le territoire français.

Vive le populisme, la démocratie véritable !

À bas toutes les idéologies et l'abus des droits de l'homme qu'est le droit-de-l'hommisme !

Maintenant, l'idéal serait de supprimer l'impôt sur le revenu de tous les gens qui sont en dessous d'un certain plancher : cela permettrait aux gens de vivre décemment, et cela relancerait la consommation et vivifierait toute l'économie, 70% du PIB étant constitué par la dépense des ménages.

Et il y a largement tout l'argent qu'il faut pour le faire : 300 milliards d'euros et de fraude fiscale par an + 41 milliards de frais de la dette par an qui sont payés inutilement, si ce n'est pour engraisser des banques et des fonds spéculatifs, si les États pouvaient emprunter directement aux banques centrales à taux zéro et non au banques commerciales.

Comme quoi, il existe des solutions...

En complément sur Viktor Orban :

En complément sur impôt :

En complément sur taxes :

   

Dimanche 10 Février 2019 - News # 14912 

Changement de pied des banques centrales : les implications selon Olivier Delamarche :

En complément sur Olivier Delamarche :

En complément sur banque centrale :

En complément sur FED :

En complément sur BCE :

 

Lundi 12 Novembre 2018 - News # 12595 

Sanctions américaines : La Banque centrale d'Iran coupée du système SWIFT. Voir [ici] ().

Les américains sont vraiment de sales cons nuisibles, une plaie pour de nombreux peuples.

Les États se laissent trop faire. Concernant SWIFT, il faut les sortir du jeu ou en créer un nouveau.

En complément sur IRAN :

En complément sur SWIFT :

     

Vendredi 2 Novembre 2018 - News # 12363 

La Banque centrale russe acquiert un volume record d’or. Voir [ici] ().


Samedi 20 Octobre 2018 - News # 12006 

 

Banque centrales, spoliation des épargnants, de la classe moyenne et des pauvres : "Un graphique qui fait froid, bientôt vous allez grelotter…" Par Bruno Bertez. Voir [ici] ().

Un article majeur pour mieux comprendre la politique délétère de la FED et de la BCE.

En complément sur Bruno Bertez :

En complément sur spoliation :

En complément sur épargne :

En complément sur banque centrale :

En complément sur FED :


Lundi 15 Octobre 2018 - News # 11884 

 

Donald Trump vient d'entrer dans la zone d'assassinat :

Tous les présidents américains assassinés ont partagé quelque chose d'aussi inacceptable que possible, combattre le fléau de la dette de la banque centrale Rothschild : Lincoln, Garfield, McKinley, Kennedy.

Et maintenant, Trump déclare :
- "La Réserve fédérale est une cabale de banquiers centraux non élue qui dirige notre économie vers le sol, et la seule façon de régler nos problèmes économiques et financiers à long terme est de l'abolir."

En ce qui concerne la Fed qui continue à relever ses taux d’intérêt malgré les turbulences récentes du marché, Trump vient de l’accuser de «Going loco»… et de «Ils sont tellement tendus. Je pense que la Fed est devenue folle."

Fou, loco… abolir la Fed … whoa! Une chose que l’histoire garantit: jouez avec le privilège Rothschild et vous êtes mort.

Trump sera-t-il notre cinquième président pour savoir ce que l'histoire a garanti? L'histoire se répète à cause de la cabale qui afflige l'humanité pendant tant de siècles. En fin de compte, notre avenir dépend des personnes qui s’occupent de soulever des objets lourds….

Andrew Jackson aurait été notre premier président à être assassiné pour avoir attaqué ce privilège Rothschild; heureusement, les deux pistolets de l’assassin se sont égarés. Jackson a battu l'assassin avec sa canne jusqu'à ce que la foule prenne la relève…

Jackson était plus coloré en 1835, lorsque la liberté de parole était toujours saine:
- “Vous êtes un repaire de vipères. J'ai l'intention de vous mettre en déroute et par l'Éternel Dieu, je vous mettrai en déroute. Si la population comprenait seulement l'injustice de notre système monétaire et bancaire, il y aurait une révolution avant le matin."

Les États-Unis ont trois banques centrales contrôlées par Rothschild.
• La première banque des États-Unis (1791-1811);
• La deuxième banque des États-Unis (1816-1836);
• "La Réserve Fédérale" (jusqu'à la mort nous séparons)?

Jackson a opposé son veto au renouvellement de la charte de la Deuxième banque des États-Unis plusieurs années plus tôt, le 10 juillet 1832. Peu de temps après sa déclaration du «… repaire des vipères», Jackson a déclaré à son vice-président: «La banque, M. Van Buren, essaie de me tuer."

Chaque fois que l'on lui demandait ce qu'il considérait comme sa plus grande réussite, Jackson répondait toujours: "J'ai tué la banque."

Au lieu de contraindre les citoyens avec les intérêts de 24% à 36% demandés par les banquiers pour financer la guerre civile pour le Nord, Lincoln a proposé des «Greenbacks». 449 338 902 $ de ces billets au Trésor à pleine offre légale ont été imprimés.

Lincoln a expliqué:
- «Le pouvoir de l'argent s'attaque à la nation en temps de paix et conspire contre elle en période d'adversité. C'est plus despotique que la monarchie, plus insolent que l'autocratie, plus égoïste que la bureaucratie. Je vois dans un avenir proche une crise imminente qui me trouble et me fait trembler pour la sécurité de notre pays. Les sociétés ont été intronisées, une ère de corruption suivra et le pouvoir financier du pays s'efforcera de prolonger son règne en travaillant sur les préjugés du peuple, jusqu'à ce que la richesse soit agrégée entre quelques mains et que la république soit détruite.

Voici la réponse éditoriale du London Times concernant les Greenbacks:
- «Si cette politique financière malfaisante, qui trouve son origine dans la République nord-américaine, devenait indurée, alors ce gouvernement fournirait sa propre monnaie sans frais. Il va payer des dettes et être sans dette. Il aura tout l'argent nécessaire pour exercer son commerce. Il deviendra une prospérité sans précédent dans l’histoire des gouvernements civilisés du monde. Les cerveaux et la richesse de tous les pays iront en Amérique du Nord. Ce gouvernement doit être détruit, sinon il détruira toutes les monarchies du monde.»

Voici donc ce que la cabale, avec leurs banques centrales, insiste sur le fait qu'il doit être détruit:
- “Un gouvernement qui fournit son propre argent sans frais” (usure)
- “Un gouvernement qui règle ses dettes sans être endetté
- “Un gouvernement qui dispose de tout l'argent pour mener à bien son commerce, prospère au-delà des précédents dans l'histoire des gouvernements civilisés, attirant cerveaux et richesses de tous les pays

Pourrait-il y avoir une révélation plus claire de l’ennemi le plus profond des peuples?

De loin, les périodes les plus prospères que les États-Unis aient connues se situent entre les fléaux des banques centrales.

Lincoln a été assassiné en 1865.

Le président Garfield a mis en garde contre les dangers pour les États-Unis si ces banquiers centraux européens gagnaient le pouvoir: «Quiconque contrôle l'argent de la nation, contrôle cette nation et est le maître absolu de toute industrie et de tout commerce. Lorsque vous réaliserez que le système tout entier est très facilement contrôlé, d'une manière ou d'une autre, par quelques hommes puissants au sommet, vous n'aurez pas besoin de savoir à quoi ressemblent les périodes d'inflation et de dépression."
Garfield a été assassiné en 1881.

Le président McKinley a commencé son attaque contre les chancres centraux avec le secrétaire d'État John Sherman. Ils ont utilisé la Sherman Antitrust Act contre les Rothschild, l’empire financier de JP Morgan, connu sous le nom de Northern Trust, qui, à la fin du XIXe siècle, possédait la quasi-totalité des chemins de fer américains.
McKinley a été assassiné en 1901.

Le président Kennedy a été le dernier président à créer un système monétaire américain au mépris du privilège Rothschild.
Le 4 juin 1963, Kennedy a signé le décret exécutif 11110 et le Trésor a mis en circulation des billets américains d'une valeur de 4,3 milliards de dollars («certificats d'argent»).
Kennedy a été assassiné en 1963.

Le président Woodrow Wilson a sûrement plongé un orteil dans la zone d'assassinat avec son:
- «Depuis que je suis entré en politique, je me suis surtout fait confier des vues d’hommes. Certains des plus grands hommes aux États-Unis - dans les domaines du commerce et de la fabrication - ont peur de quelqu'un. Ils savent qu'il y a un pouvoir quelque part si organisé, si subtil, si vigilant, si imbriqué, si complet, si omniprésent, qu'il vaut mieux ne pas parler à tue-tête pour le condamner.»
De même que:
- «Un grand pays industriel est contrôlé par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré entre les mains de quelques hommes. Nous sommes devenus l'un des pires gouvernés, l'un des gouvernements les plus complètement contrôlés et dominés au monde - non plus un gouvernement d'opinion libre, plus un gouvernement par conviction et le vote de la majorité, mais un gouvernement par l'opinion et la contrainte de petits groupes d'hommes dominants."

Wilson a survécu en manipulant les États-Unis pendant la Première Guerre mondiale et en nous condamnant en 1913 avec la troisième banque, la «Réserve fédérale», probablement la banque terminale Rothschild, et l'IRS … De l'argent évoqué de toutes pièces. Ce privilège Rothschild.

Argent de rien et votre dette pour de vrai.

Trump fait des choses incroyables concernant l'exposition du mal profond (cabale), naviguant apparemment entre le fait d'aider le peuple et le service de la cabale.
Peut-il réellement contester - même "abolir" le nourri et survivre?

L'histoire s'accumule contre lui.
___
Rand Clifford, spécialisé dans la vérité.

Source : Veterans Today - Traduction amateur par BlueMan.

Un article majeur, factuel, et crédible.

Que va faire réellement Donald Trump ? Va-t'il oser dissoudre la FED ?

Une affaire d'importance à suivre.

En complément sur FED :

En complément sur assassinat :

     

Vendredi 12 Octobre 2018 - News # 11826 

Économie : Donald Trump attaque la FED, le dollar fléchit - Avec Olivier Delamarche :

SYNOPSIS :

«Je pense que la Fed est devenue folle». C'est sur ces termes que Donald Trump a critiqué la Réserve fédérale, après une nouvelle remontée des taux d’intérêt qui se situent désormais entre 1,75 % et 2 %. Le président américain prétend ainsi dénoncer la banque centrale américaine qu’il juge «agressive» et responsable de la chute de Wall Street le mercredi 10 Octobre. Invité du JT de RT France, Olivier Delamarche, membre fondateur des Éconoclastes, apporte d’importantes précisions sur l’agitation qui sévit actuellement sur les marchés boursiers américains et asiatiques.

En complément sur Olivier Delamarche :

En complément sur Donald Trump :

En complément sur FED :

En complément sur dollar :

En complément sur économie :


Mercredi 12 Septembre 2018 - News # 11125 

FED et BCE : "Au bout de la bêtise" : Olivier Delamarche : Destruction de l'économie par les banques centrales ? "Oui !" :

En complément sur Olivier Delamarche :

En complément sur banque centrale :

En complément sur FED :

En complément sur BCE :

En complément sur économie :


Vendredi 10 Août 2018 - News # 10416 

"Histoire de la monnaie des origines au Bitcoin" par Simone Wapler :

SOMMAIRES DES ÉPISODES :

ÉPISODE 1
- De la nuit des temps à 1 750 avant JC
- Au commencement était le troc et le crédit (la dette)
- 3 000 ans avant Jésus Christ, Sumer
- 1 750 avant Jésus Christ, Babylone

ÉPISODE 2
- 1440 avant JC, le jubilé naît chez les hébreux
- De 1 750 avant JC à 560 avant JC
- La monnaie d’Etat et les premières escroqueries
- 560 avant Jésus Christ, Lydie : première monnaie d’État
- 560 avant JC : le jubilé naît chez les Hébreux

ÉPISODE 3
- De 560 à 200 avant JC
- Platon et Aristote : deux vues sur la monnaie
- Monnaie, crédit, fiscalité : un triangle indissociable
- La monnaie selon Platon repose sur un mythe
- La monnaie selon Aristote doit être une marchandise
- Les monnaies marchandises en concurrence
- Monnaie-crédit ou monnaie-marchandise : une différence essentielle

ÉPISODE 4
- De 200 avant JC à 337
- L’avilissement de la monnaie métallique
- L’inflation due à la cupidité ?
- L’inflation est due à la perte de confiance dans l’Etat et sa monnaie

ÉPISODE 5
- 1ère monnaie de papier
-Faillite d'une banque centrale.

Source : La Chronique Agora ().

Une série intéressante et didactique.

À voir.

En complément sur Simone Wapler :

En complément sur monnaie :

En complément sur monétaire :

En complément sur histoire :

 

Mardi 31 Juillet 2018 - News # 10222 

Économie : Le gouvernement renonce à son objectif de 2% de croissance, annonce Bruno Le Maire. Voir [ici] ().

Non, c'est pas possible ? 

Ah, qu'est-ce que je suis déçu... Mais alors déçu de chez déçu... 

Chaque année, ils nous font le même coup : en début d'année, les gouvernements et les banques centrales nous annoncent des taux de croissances avantageux, et quelques mois après ils annoncent à chaque fois des chiffres inférieurs. Et les médias de relayer sans vergogne leurs mensonges...

On nous prend pour des cons, voilà la conclusion.

Quand à Bruno Le Maire, il a fait normale sup LETTRES : qu'est-ce qu'il y connaît en économie ? RIEN ! C'est un crétin qui est idiot, qui ne sait même pas faire une règle de trois ! Il a récemment déclaré que lorsqu'on avait un avoir qui perd 1/3 de sa valeur, alors on perdait 3 fois son capital !  Et ce type est propulsé par Macron Ministre de l'économie ?? Le règne des incompétents, des aveugles, des inconscients, et des immatures. On va droit dans le mur...

En complément sur économie :

En complément sur croissance :

En complément sur Bruno Le Maire :

   

Mercredi 4 Juillet 2018 - News # 9536 

 

Olivier Delamarche : “Parallèle entre l’économie mondiale et le Titanic !” :

SYNOPSIS :

Agora Culture à reçu Olivier Delamarche le mardi 13 mars 2018 à Nantes pour une conférence intitulée « Parallèle entre l'économie mondiale et le Titanic ».

Source : Agora Culture.

Partie 1 : La conférence (sans images) :

Partie 2 : Les questions/réponses :

Une bonne conférence de synthèse.

Seul bémol : Olivier Delamarche prend trop les financiers de haut niveaux, les banquiers, et ceux qui travaillent dans les banques centrales pour des cons. Jamais il n'aborde le fait que leurs politiques absurdes, en apparence, n'ont en réalité qu'un seul but : leur permettre, ainsi qu"à leurs amis, de continuer à spéculer et donc à se faire des montagnes de pognon sur le dos des petits porteurs et des travailleurs de l'économie réelle.

Il ne s'agit donc pas pour ces gens, qui sont pour la plupart bien plus malins qu'Olivier Delamarche soyons sérieux deux minutes, de sauver l'économie, ou de relancer la croissance, ou je ne sais quoi, mais SEULEMENT de maintenir une système dont ils profitent heure après heure et qui leur rapporte des fortunes sur le dos du reste de l'Humanité.

Or curieusement, jamais Olivier Delamarche n'en parle.

Olivier Delamarche est un bon vulgarisateur, et sait décoder intelligemment certains faits, mais il se croit trop "arrivé", et ne fait plus l'effort de poursuivre ses investigations, ses recherches, et de comprendre les choses plus profondément. Dommage...

Une bonne conférence à voir.

En complément sur Olivier Delamarche :

       

Mardi 10 Avril 2018 - News # 7614 

 

Création monétaire : entente illégale entre banques centrales et commerciales sur fond de silence politique. Par Liliane Held-Khawam. Voir [ici] ().

La loi et les règles, les banquiers centraux s'assoient dessus...

Rappelez-vous Jean-Claude Trichet.

Qui paye ? Le monde.Les quantitive easings n'ont qu'un seul but : permettre aux banques et aux riches de continuer à spéculer. Tout le reste c'est du baratin, des rhétoriques spécieuses. Et tout cet argent qu'ils amassent, et dont ils n'ont absolument pas besoin, ce sont au bout du compte les peuples qui le payent.

En complément sur monnaie :

En complément sur monétaire :

En complément sur BCE :

En complément sur FED :

En complément sur Liliane Held-Khawam :


Vendredi 6 Avril 2018 - News # 7498 

Crise économique et financière : la plus grande destruction de richesse de l'histoire a commencé et durera plusieurs années. Voir [ici] ().

Les criminels des banques centrales, en émettant des trilliards de fausse monnaie, sont en train de détruire l'économie.

Contrairement à ce que ces voyous en cols blanc affirment, les quantitative easings ne servent pas l'économie mais seulement leurs petits copains : banques, hedge funds, spéculateurs, et ploutocrates.

En clair : ils fabriquent de la fausse monnaie pour continuer à spéculer, car s'ils ne le faisaient pas les marchés s'effondreraient. Non seulement tous les parasites spéculateurs (moraux ou physiques) ne pourraient plus gagner des fortunes sans ne rien faire, mais en plus, tout le monde verrait alors que le roi est nu et que la situation financière est catastrophique.

La FED et la BCE sont des organisations criminelles qui jouent le petit nombre des spéculateurs contre la vie même du reste de l'Humanité. Démentiel !

En complément sur spéculation :

En complément sur BCE :

En complément sur FED :

En complément sur crise économique :

En complément sur crise financière :


Jeudi 8 Mars 2018 - News # 7026 

Système monétaire actuel : "La Fin d’un Système de Monnaie Dette" - Par Olivier Delamarche et Philippe Béchade :

Leur deuxième intervention "Refondation, Nos Scenarii" :

SYNOPSIS :

Présentation de Olivier DELAMARCHE, Économiste, membre fondateur des Econoclastes, Chroniqueur, rédacteur de la lettre « Le Delamarche », Dirigeant de Triskelion wealth Management.

En tandem avec Philippe BÉCHADE Président des « Econoclastes » ; Chroniqueur actualité macroéconomique, Rédacteur en Chef de la Chronique AGORA.

À voir absolument !

Le but des banques centrales n'est pas de contrôler l'inflation ou de faire redémarrer l'économie mais de permettre à leurs amis ploutocrates de continuer à spéculer et à s'enrichir ! Qu'on se le dise !

À noter les remarques fort intéressantes sur le Bitcoin vers la fin de la deuxième partie. Ne les ratez pas : vous comprendrez pourquoi il ne faut pas investir ou utiliser de crypto-monnaies.

En complément sur Olivier Delamarche :

En complément sur Philippe Béchade :

En complément sur monnaie :

En complément sur monétaire :

En complément sur dette :


Mardi 6 Février 2018 - News # 6621 

Olivier Delamarche, interrogé dans une émission économique ayant pour thème "Pourquoi la probabilité d'un krach obligataire a nettement augmenté" déclare: « Si les banques centrales interviennent massivement, les devises finiront par ne plus rien valoir ! » :

En complément sur Olivier Delamarche :

       

Jeudi 25 Janvier 2018 - News # 6399 

États-Unis : Jerome Powell a été confirmé par le Sénat comme nouveau président de la Fed, la banque centrale américaine (un faux nez, un cartel de banques privées en réalité). Il prendra ses fonctions à partir du 4 Février 2018, succédant à Janet Yellen. Voir [ici] ().

En complément sur FED :

En complément sur banque centrale :

En complément sur États-Unis :

   

Dimanche 21 Janvier 2018 - News # 6314 

Économie, finance, et monnaie : Egon Von Greyerz : « Voilà pourquoi 2018 sera une année absolument terrifiante ! ». Voir [ici] ().

L'épisode d'une nouvelle cryto-monnaie crée pour cacher la perte quasi-totale de valeur du billet vert est un stratagème brillant et absolument redoutable. Je suis sûr que les banques centrales et les ploutocrates vont y recourir. C'est imparable ! : il y aura toujours des connards pour y souscrire et l'utiliser, le Bitcoin et autres monnaies du même genre en étant des exemples oh combien criants. Après, l'étape naturelle et logique, c'est bien évidemment le retrait du cash, ça coule de source. Et alors, Game Over pour les peuples !

Ah, c'est brillant et machiavélique ! Une affaire de première importance à suivre donc ! : dès qu'on entend des autorités politiques et/ou bancaires, des organisations mondiales comme le FMI, la Banque Mondiale, ou autres, parler de la mise en place d'une crypto-monnaie internationale, c'est l'annonce du début de la fin totale de la démocratie sur la Terre, et de l'instauration d'une dictature mondiale absolue.

Maintenant, rien ne dit que cela arrivera en 2018 comme le prétend l'article. Que ce soit 2 ou 5 ans (même 10 ans) plus tard ne change rien à l'affaire : on sera fait comme des rats.

En complément sur Egon Von Greyerz :

En complément sur économie :

En complément sur finance :

En complément sur monnaie :

En complément sur crypto-monnaie :


Vendredi 12 Janvier 2018 - News # 6131 

Les Économistes Atterrés sortent un nouvel ouvrage : "La monnaie un enjeu politique". Voir [ici] ().

SYNOPSIS :

Notre nouvel ouvrage est sorti! Organisé comme un manuel classique, il aborde successivement les fonctions de la monnaie, les mécanismes de la création monétaire, les principales théories, la conduite de la politique monétaire par les banques centrales, la régulation du système et des pratiques bancaires, le système monétaire international. Mais c’est le premier d’un genre nouveau, puisqu’il assume une approche critique de l’enseignement abstrait et néolibéral de ces questions, qui domine aujourd’hui les facultés. Ce manuel s’inscrit dans le sillage de Marx, Mauss, Keynes et Polanyi. Au-delà de la "technique" - au demeurant présentée avec pédagogie - il montre comment la monnaie est au cœur des des crises récurrentes du capitalisme. Il invite ainsi les citoyens à s'emparer des questions monétaires.

En complément sur monnaie :

En complément sur monétaire :

     

Mercredi 13 Décembre 2017 - News # 5837 

Entretien en direct avec Vincent Brousseau, responsable UPR des questions monétaires : les questions des internautes  - 13 Décembre 2017 :

SYNOPSIS :

Vincent Brousseau, notre responsable en charge des questions monétaires et du retour au franc, répondra à vos questions à partir de 21h ! Économiste à la Banque centrale européenne pendant 15 ans, il a constaté l'impasse de la construction européenne et a démissionné en 2014 pour rejoindre l'UPR. Il est l'un des meilleurs experts français de l'Euro. Il répondra aux questions portant sur l'économie et l'Euro.

L'entretien commence à 7:14.

Pleins de réponses intéressantes sur nombre de sujets liés à l'argent et à la monnaie. Ne vous laissez pas distraire par son style particulier d'expression : Vincent Brousseau est manifestement quelqu'un de très compétent.

À voir !

En complément sur Vincent Brousseau :

En complément sur UPR :

En complément sur monnaie :

En complément sur monétaire :

 

Vendredi 1er Décembre 2017 - News # 5678 

Pierre Jovanovic : "Adolf Hitler ou la revanche de la planche à billets" :

SYNOPSIS :

Comment Adolf Hitler a pris le pouvoir grâce aux banquiers qui ont fabriqué sans interruption de la fausse-monnaie et comment l’Histoire a été réécrite pour totalement effacer leur rôle dans le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale et de l’Holocauste.

Si à l’époque de Napoléon, une guerre durait en général à peine quelques jours, grâce à la planche à billets utilisée à partir de 1914 par les banquiers français et allemands, la Première Guerre mondiale a duré presque 5 ans, envoyant « gratuitement » des millions d’hommes dans les tombes.

Et c’est précisément l’usage massif de cette fausse monnaie dès 1914 qui a créé Hitler de toutes pièces le 11 novembre, le « Destin » ou « La Providence » se chargeant ensuite de le protéger, en lui permettant d’échapper grâce à « sa voix intérieure » à des balles, à des obus, à des bombes, au total à plus de 40 tentatives d’assassinat, et cela pendant 27 ans ! 

Mais jamais Hitler n’aurait pu prendre ne serait-ce qu’un semblant de pouvoir sans la seconde planche à billets des banquiers centraux de la République de Weimar, sans l’explosion de Wall Street, et ensuite sans l’aide de la Banque Centrale suisse.

Dans ce livre, Pierre Jovanovic aborde un sujet plus tabou encore que la planche à billets grâce à un rapport unique de l’OSS (devenue CIA) jamais publié en français, sur la personnalité hors normes de celui qui allait mettre l’Europe à feu et à sang et déclencher l’Holocauste en entendant « des voix ».

Pour la première fois, un livre montre le rôle primordial des banquiers qui ont permis de prolonger de plusieurs années aussi bien la Première que la Seconde Guerre mondiale, juste par avidité, devenant par ce fait les plus grands criminels de guerre de tous les temps.

Sortie officielle le 17 novembre 2017...

Tout à fait passionnant.

Pleins d'informations importantes pour se déniaiser et se laver la tête des clichés véhiculés de façon répétitive par la propagande du système, des médias, et de la religion de la Shoah.

À voir absolument !

En complément sur Pierre Jovanovic :

En complément sur Hitler :

En complément sur banquier :

En complément sur planche à billet :

 

Mercredi 21 Juin 2017 - News # 4857 


La thérapie de choc

du Premier ministre Narendra Modi

contre la population indienne :

 

C’est passé plutôt inaperçu ici mais, voici quelques mois, l’Inde a été confrontée à une thérapie de choc qui a provoqué bien des souffrances parmi la population indienne.  

En 2014, l’Inde connaissait un véritable tremblement de terre politique. Au cours des dix années précédentes, le parti du Congrès national indien (le parti de Gandhi et Nehru, premier Premier ministre indien) avait dirigé le pays en compagnie de quelques autres partis du centre et du centre gauche. Il avait mené une politique néolibérale et fait prospérer la corruption. Mais il était alors apparu que ministres et lobbyistes avaient conclu des arrangements téléphoniques et que 24 milliards d’euros avaient été détournés lors de l’octroi des licences 2G aux entreprises de télécommunication. Partout, des gens étaient descendus dans la rue contre cette corruption. 

Un séisme politique

Lors des élections de 2014, le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP, voir encadré) de Narendra Modi tirait profit de la colère du peuple. Modi parvenait à reléguer l’extrémisme religieux de son parti à l’arrière-plan et à faire passer à l’avant-plan sa « lutte contre la corruption ». Il révélait que les grandes entreprises ne payaient pas une roupie d’impôt sur leurs milliards de bénéfices et qu’elles transféraient ces mêmes bénéfices vers des banques suisses. Il promettait au peuple de récupérer tout cet argent noir. 

Le BJP obtenait bien vite une majorité au Parlement. Il formait un nouveau gouvernement, avec Modi comme Premier ministre. D’emblée, ce gouvernement faisait repasser au premier plan un nationalisme fortement teinté de religion. Ceux qui exprimaient des critiques contre les idées conservatrices hindoues ou se déclaraient athées se faisaient agresser, voire tuer par les milices du BJP. La répression des minorités linguistiques et religieuses devenait un point important de l’agenda du gouvernement. Désormais, on voyait très clairement ce que le parti voulait : se débarrasser du cœur de l’Inde, à savoir « l’unité dans la diversité ».

200 milliards d’euros disparaissent en une seule nuit

Fin 2016, le gouvernement annonçait qu’il voulait retirer de la circulation les plus grosses coupures indiennes (de 500 et de 1 000 roupies, respectivement 7 et 14 euros), prétendument dans le cadre de la lutte contre l’argent noir et la fausse monnaie. Les économistes appellent ce genre d’opération une démonétisation. Modi décidait d’appliquer une thérapie de choc.

La population disposait de quinze jours pour échanger ces coupures contre de nouveaux billets de banque de la même valeur. En outre, elle ne pouvait changer en nouveaux billets que pour 5 000 roupies en argent comptant. Le surplus devait être versé sur un compte. Les personnes qui rentraient plus de 250 000 roupies devaient venir expliquer d’où leur venaient de si gros montants. Modi et son gouvernement présentaient cette mesure comme révolutionnaire, mais quel impact a-t-elle eu sur la population ?

Celle-ci en avait ressenti les conséquences immédiatement, le jour même du lancement de la démonétisation. Les billets de banques de 500 et 1000 roupies représentent 86 % du total des devises du pays. En une nuit, 200 milliards d’euros en billets de banque ont perdu toute leur valeur. L’opération s’est déroulée sans la moindre efficacité car le gouvernement de Modi n’était pas prêt à les remplacer par de nouveaux billets de banque. Et ce, alors que l’économie indienne s’appuie sur de l’argent comptant. 88 % des habitants des zones rurales n’ont même pas de compte en banque. 2 ou 3 % à peine de la population indienne utilise des cartes de crédit ou des cartes de débit. De données de la Banque centrale indienne des réserves, il s’avère que 8 % seulement de toutes les transactions financières en Inde se déroulent via des cartes de banque électroniques. Pour 92 % des transactions, on utilise donc toujours de l’argent liquide. Dans une telle économie, si tout l’argent devient illégal en une seule nuit, cela provoque un choc colossal. 

Une guerre économique contre la population indienne 

Les petites et moyennes entreprises ont vu leur chiffre d’affaires se réduire de 50 %, leur main-d’œuvre de 35 %. Les grands fabricants ont noté, eux, une perte de chiffre d’affaires de 20 % et de leur emploi de 5 %. Les premières victimes ont été les travailleurs agricoles et les villageois, les ouvriers d’usine, les petits paysans, les petits commerçants, etc.

Le rapport de l’AIMO (organisation des PME indiennes) a estimé qu’à la fin de l’année comptable 2017, le chiffres d’affaires aura régressé de 55 % et l’emploi de 60 %. Cela va modifier complètement la vie des 250 millions de travailleurs agricoles et de paysans pauvres, des 45 millions de travailleurs de la construction, des 2 millions d’ouvriers des plantations et des 32 millions de travailleurs des secteurs non organisés. Et les gens qui possédaient des cartes de crédit n’ont pu utiliser les distributeurs automatiques car ceux-ci n’étaient pas encore pourvus des nouveaux billets.

Il y a donc eu des files interminables devant les banques. Mais celles-ci n’avaient pas reçu suffisamment d’argent du gouvernement. Au point que des gens ont fini par mourir de faim, car leur argent péniblement gagné était devenu sans valeur. Bien des gens sont morts alors qu’ils faisaient la file – parfois depuis plusieurs jours – devant les banques. Il est devenu très clair aux yeux de la majorité de la population que Modi se moquait d’elle. De plus, le gouvernement ne s’est jamais excusé pour tous ces décès.  

Pas de lutte contre la corruption

Il a continué à défendre ses mesures de choc et sa répression en les qualifiant de « particulièrement efficaces ». Mais c’est inexact. Plusieurs enquêtes avaient prouvé que l’argent noir provenait en premier lieu des activités frauduleuses des grandes entreprises. Plus de 80 % de l’argent illégal qui sort de l’Inde provient de ces activités frauduleuses. Il s’agit dans ce cas de sous-déclaration de volumes de production et de sur-déclaration de coûts du travail et autres afin de renseigner moins de profit et de payer ainsi moins d’impôts. De cette façon, l’argent noir s’accumule. A cela s’ajoutent les énormes fuites de capitaux vers l’étranger. 

La façon la plus récurrente de faire sortir de l’argent du pays consiste à sous-facturer les exportations et à sur-facturer les importations. Mais ni le gouvernement Modi ni les précédents gouvernements fédéraux n’ont jamais entrepris la moindre action contre les grands délinquants du monde des affaires.

Modi avait promis de récupérer tout l’argent noir. Mais rien n’a été fait. La quasi-totalité des billets de banque déclarés sans valeur ont été rapportés aux banques. Ceci prouve que la majorité de l’argent noir n’avait pas abouti dans les mains des travailleurs et certainement pas en argent comptant. 

La véritable raison de cette guerre économique contre le peuple 

De très nombreuses entreprises cotées en bourse ont contracté d’énormes prêts auprès des banques indiennes, pour quelque 160 milliards d’euros. Au lieu de forcer les grandes entreprises à rembourser l’argent emprunté, le gouvernement a suivi une autre voie. La démonétisation avait donc pour but de sauver les banques d’une faillite provoquée par leurs prêts irresponsables aux entreprises. 

L’État pille l’argent des pauvres pour le céder aux riches. En rendant les billets de banque sans valeur, les autorités ont forcé les gens à verser leur argent liquide aux banques. C’est une sorte de prêt non officiel (un « bail-out », autrement dit un renflouement) aux banques mais, par ailleurs, le gouvernement n’a pas l’intention de forcer les grandes entreprises à rembourser leurs emprunts. 

De plus, le gouvernement a contribué à ce que le marché indien passe de façon abrupte d’une économie scripturale à une économie digitale, estimée à quelque 500 milliards d’euros en 2020. C’est un marché gigantesque pour des entreprises comme Visa, Mastercard ainsi que pour bien d’autres institutions financières internationales.

Pour tout achat ou utilisation de la carte, les deux entreprises américaines Visa et Mastercard perçoivent des frais de transaction de 2 à 3 %. Des milliards sont transférés de la sorte de la population indienne vers les actions aux Etats-Unis. Le gouvernement indien avait créé un lien de collaboration en ce sens, appelé Better Than Cash, avec USAID, Visa, Mastercard, Citi, etc.

En juillet-septembre 2015, USAID (United States Agency for International Development, agence du gouvernement américain pour le « développement ») avait mené une enquête en Inde pour examiner jusqu’où l’on pouvait accroître le recours aux paiements digitaux, surtout parmi les consommateurs à bas revenu. S’agissait-il déjà des préparatifs de la démonétisation ? La démonétisation est un exemple classique du mariage entre le néolibéralisme et l’autoritarisme. Via cette thérapie de choc qui l’a plongée dans un chaos complet tout en valant bien des souffrances à ses millions de pauvres, l’Inde a montré au monde qu’elle se muait en toute jeune alliée de l’impérialisme américain.  

Le Bharatiya Janata Party

Le Bharatiya Janata Party n’est pas vraiment tolérant sur le plan religieux. Il a des liens historiques avec le groupe paramilitaire d’extrême droite Rashtriya Swayamsevak (RSS). Nathuram Godse, l’assassin du Mahatma Gandhi, était membre de ce RSS. Bien que le RSS le nie, son frère Gopal Godse, co-suspect dans l’assassinat, écrit dans sa biographie qu’ils faisaient tous deux partie de ce groupe. 

Le BJP a joué un rôle important dans la destruction de Babri Masjid, un lieu saint des musulmans, d’une grande importance historique. Le parti avait annoncé qu’il allait construire au même endroit un temple au dieu hindou Ram. Cette destruction est considérée comme la principale raison de toutes les tensions religieuses. 

Le BJP a choisi le très controversé Narendra Modi comme dirigeant des élections de 2014. Quand les groupes terroristes hindous de droite ont assassiné des milliers de musulmans et en ont chassé des centaines de milliers de leur lieu de naissance à Gujarat, Narendra Modi était le Premier ministre de cette province. Et il plane sur sa personne de sérieuses présomptions d’abus de pouvoir et d’aide reçue de la part de groupes terroristes.

Source : Solidaire.org ().


Ou comment un seul homme, un véritable enculé, a ruiné tout un peuple...

Il pillé des millions de pauvres au profit de banques, de multinationales, et d'intérêts étrangers comme VISA.

Ahurissant...

Le prototype du politicien traître dans toute sa "splendeur".

Un sale con à pendre haut et court en place publique.

Un article à lire absolument dans son intégralité !

En complément sur Inde :

En complément sur ruine :

En complément sur faillite :

En complément sur trahison :

En complément sur traître :


Jeudi 8 Juin 2017 - News # 4598 

Monnaie et échange via la BCE dans l'Union Européenne : une rapide initiation au système Target2 de la zone euro et le risque systémique associé :

En bref, on court à la catastrophe.

En complément sur Target2 :

En complément sur monnaie :

En complément sur banque centrale :

En complément sur Union Euopéenne :

En complément sur BCE :

 


Jeudi 18 Mai 2017 - News # 4192 

Comment la BCE est devenue plus grosse que la FED : le bilan de la Banque Centrale Européenne a explosé à 4.157 milliards d’euros au point de dépasser celui de la Réserve Fédérale et de la Banque du Japon... Voir [ici] ().

En complément sur la BCE :

En complément sur la FED :

     

Lundi 15 Mai 2017 - News # 4121 

Le bitcoin poursuit son ascension et inquiète la Banque centrale allemande. Voir [ici] ().

En complément sur le Bitcoin :


Mardi 18 Avril 2017 - News # 3409 

Pourquoi l’euro est condamné – Analyse de Vincent Brousseau, Responsable national de l’UPR pour l’euro et les questions monétaires, ayant travaillé pendant 15 ans à la Banque Centrale Européenne (BCE). Voir [ici] ().


En complément sur l'euro :


Mercredi 5 Avril 2017 - News # 3063 

Étienne Chouard : « L’argent des Banque Centrales n’est donné qu’aux malfrats ». Voir cette [vidéo] ().


Mardi 7 Mars 2017 - News # 2559 

« ÉNORME ! La Banque centrale allemande accélère le rapatriement de son or car elle craint une explosion de l’euro !! » L’édito de Charles Sannat. Voir [ici] ().


Dimanche 5 Mars 2017 - News # 2522 

Egon Von Greyerz : "50% de l’or des banques centrales occidentales a-t-il disparu ?". Voir [ici] ().


Lundi 30 Janvier 2017 - News # 2112 

Quand un employé de la FED «minait» des Bitcoins depuis un ordinateur de la banque centrale. Voir [ici] (). Une affaire édifiante montrant, une fois de plus, que lorsqu'on tente de toucher au grisbi de quelque manière que ce soit (et là c'est inoffensif), les nantis tenant du système se fâchent.


Samedi 29 Novembre 2014 - News # 1037 

La BCE s'installe dans sa nouvelle tour qui a coûté 1,2 milliard d'euros. Voir [ici] (). Symboliquement, et compte tenu de la forme particulière de la tour, cela signifie que la BCE prend le pouvoir en Europe, que la direction de la banque centrale européenne est perverse (le haut de la tour est en biais), et va nous faire des coups tordus (notez bien l'étrange forme tordue de la tour). Bref, que de très mauvais signes pour les peuples européens qui vont devenir dominés par la BCE et les actions perverses de ses dirigeants. Rappel : Mario Draghi est un ancien de la très nuisible banque américaine Goldmann Sachs ayant pris le contrôle un peu partout dans le monde.


Mercredi 13 Août 2014 - News # 939 

Une femme pense avoir la solution contre les crises bancaires. Et Wall Street tremble... Voir [ici] (). Soyons clairs : les banques empruntent aux banques centrales au maximum à 1% et spéculent avec ces tombereaux de fric, majoritairement grâce aux produits dérivés de tous types qui ont atteint en 2014 la somme hallucinante de 2 millions de milliards de dollars ! Pour mémoire, le PNB mondial n'est que de 65.000 milliards de dollars. L'argent en sert pas à spéculer mais à être prêté aux particuliers et aux entreprises. La mesure de cette femme est donc excellente, et nécessiterait même d'être amplifiée : que les banques aient l'obligation d'augmenter d’au moins 50% leurs financements sous forme de fonds propres. La spéculation, l'argent facile, l'économie de casino, sont en train de ruiner le monde, et ont créée une économie parallèle grandement virtuelle et hypertrophiée qui menace l'économie réelle et l'ensemble des citoyens de la planète. Qu'on se le dise !


Dimanche 6 Juillet 2014 - News # 880 

La Banque des règlements internationaux (BRI), basée en Suisse, a déclaré que les politiques actuelles des banques centrales et des autorités monétaires pourraient mener à une autre crise financière, potentiellement pire que celle de 2008. Voir [ici] ().


Mercredi 5 Juin 2013 - News # 520 

Les banques centrales sont en train de perdre le contrôle : "Cela va très mal finir ! Et la “fin de la partie” est pour bientôt !".  Voir [ici] ().


Mercredi 16 Janvier 2013 - News # 350 

L'Allemagne va rapatrier tout son or de France et une partie des États-Unis.  Voir [ici] (). Ça pue... Comme je ne cesse de le dire, il est clair que pour restaurer la confiance partout dans le monde, revenir à un étalon or est indispensable. Les banques centrales, et certains pays comme notamment aussi la chine, s'y préparent, vous êtes prévenus ! Pour en savoir plus, voyez cette [vidéo] (). La monnaie flottante, imprimée à l'infini par des faux-monnayeurs institutionnels, ça suffit !


Mercredi 16 Mai 2012 - News # 182 

De mieux en mieux :  la BCE (Banque Centrale Européenne) cesse ses opérations avec certaines banques grecques... Voir [ici] ().


Pour afficher toutes les News du jour, cliquez [ici].


Si vous aimez
cette page
 : 




Si vos moyens vous le permettent,  supportez ce site !  Faites régulièrement un don, même très modeste :  $CA 

[Mur des donateurs]   [À propos de la publicité]



Le Design, les Articles et Commentaires de ce Site sont © 2008-2019 BlueMan
Reproduction interdite - Tous droits réservés.




Pour toute question ou commentaire, n'hésitez pas à m'écrire en utilisant cette [PAGE] .