Liens, News, et informations diverses et variées du moment
 

Liens, News, et informations diverses et variées du moment




 


Pour accéder au Tchat de ce site, cliquez [ici].



Si vous aimez
cette page
 : 


==============================================================================================================================================
                        RAPPEL : Tous les articles et informations de ce site sont © BlueMan - REPRODUCTION INTERDITE.

Puisque vous lisez actuellement cet avertissement, cela prouve déjà que vous êtes en train de commettre un acte de piratage par un procédé
de rétro-ingénierie visant à afficher et/ou décoder, puis s'accaparer tout ou partie du contenu de pages protégées par des lois nationales et
internationales sur les droits d'auteur. Il est encore temps de renoncer. Ne devenez pas un minable, un voleur ; cherchez, créez, inventez, apportez quelque chose au monde ! ==============================================================================================================================================



 


Cette page recense des liens et des informations étonnantes ou à connaître.

N'hésitez pas à les consulter, même si la brève semble dater : vous y trouverez des perles.

Bonne exploration !



 Sélection de News spécifiques  




Mot(s) clé(s) à rechercher :   

Vous pouver saisir un ou plusieurs mots clés qui seront rechechés dans toute la Base de Données des News (Les recherches ne sont pas sensibles à la casse).
ATTENTION,
les accents comptent : taper "experience" au lieu de "expérience" fera échouer votre recherche : AUCUN résultat ne sera trouvé.
Les mots tapés doivent être séparés par un espace, et représentent des mots clés partiels ou complets qui peuvent être contigus ou disjoints dans le texte.
Exemple 1 : macron - Exemple 2 : [maj - Exemple 3 : François Asselineau - Exemple 4 : crise financ banqu



Pour afficher toutes les News du jour, cliquez [ici].

30 News

Jeudi 29 Août 2019 - News # 19850 

Renversement d’alliance en Italie pour faire barrage à Matteo Salvini. Voir [ici] ().

Et voilà...

Mais quel con !

En complément sur Italie :

       

Mercredi 5 Juin 2019 - News # 17940 

 

GOPÉs : Fin de la plaisanterie médiatique du barrage à Macron lors des élections européennes : la politique économique et sociale de la France pour 2019-2020 est sortie ! L'analyse de l'UPR. Voir [ici] ().

En complément sur GOPÉ :

En complément sur UPR :

     

Vendredi 17 Mai 2019 - News # 17447 

L'interview complet d'Andréa Kotarac, ce cadre de la France Insoumise qui appelle à voter Rassemblement National :

Ça vaut son pesant de cacahuètes...

Ce type est courageux : contre vent et marées, au péril de son confort et de sa vie politique, il met l'intérêt de la France au dessus des niaiseries partisanes de la France Insoumise, bravo.

Effectivement, il faut faire à tous rpix barrage à LREM.

C'est comme moi aux présidentielles 2017 : j'ai voté François Asselineau au premier tour (ce qui ne surprendra personne ici je pense), et ensuite j'ai soutenu sur ce site et voté pour Marine Le Pen au second tour dans le but de faire barrage à Emmanuel Macron.

Dans la vie, il faut savoir oser et dépenser la bien-pensance et les convenances à la con, surtout lorsque le destion de la France, de tout un peuple, est en jeu. Mais beaucoup ne le comprennent pas, étant prisonniers de leurs affects et de leurs idéologies.

En complément sur Andréa Kotarac :

       

Jeudi 28 Mars 2019 - News # 16091 

«Choquant!», «un scandale!»: après ADP, l’État prêt à privatiser ses barrages. Voir [ici] ().

Criminel !

La grande braderie de la France, morceau par morceau...

Et tout cela a été payé par les Français, et donc leur appartient !

Traître de politiciens, vous allez finir Place de la Concorde !

En complément sur privatisations :

       

Jeudi 20 Décembre 2018 - News # 13682 

Je demande un droit de réponse loyal à ceux qui me calomnient.

Étienne Chouard.

 

Étienne Chouard demande un droit de réponse aux médias, notamment aux éditocrates serviles du système comme Jean-Michel Aphatie, Laurent Joffrin, etc., qui le calomnient :

[RIC POUR LES GILETS JAUNES (et les autres)] Les mœurs des « journalistes » en France, en 2018, avec les vrais opposants, c’est 2 qui tiennent et 3 qui cognent… et un bâillon pour qu’il se taise… Je demande le droit de nous défendre loyalement : en direct et en face à face

Je me fais une très haute idée de la fonction de journaliste. J’ai été très marqué par l’imaginaire de l’époque de la Révolution française, où les journalistes étaient considérés comme « les sentinelles du peuple ». Déjà, à Athènes, il y a 2500 ans, les citoyens, pour pouvoir tous jouer le rôle de « sentinelles de la démocratie », tenaient plus que tout à l’iségoria (droit de parole pour tous, à tout moment et à tout propos) car ce droit de parole permettait à chaque citoyen de chercher et surtout de dénoncer tous les éventuels complots contre la démocratie, pour la protéger. Grâce à l’iségoria, la démocratie était plus forte, la démocratie avait les moyens de se défendre contre les intrigants, contre les comploteurs.

Aujourd’hui, le croiriez-vous, les « journalistes » (ou en tout cas un grand nombre d’entre eux) traquent les lanceurs d’alertes comme des malfaiteurs, qu’ils appellent des « complotistes »… c’est-à-dire que les « journalistes », au lieu de protéger les citoyens vigilants (et d’en faire partie eux-mêmes !), les martyrisent ! On marche sur la tête.

#LeTermeComplotisteEstUneInsulteÀLintelligenceCritique

Et il n’est pas besoin d’être grand clerc pour comprendre le lien direct entre cette profonde perversion (mise à l’envers) de la fonction de journalisme et l’appropriation de tous les journaux par les plus riches (9 milliardaires ont acheté, comme on achète des bagnoles ou des baraques, TOUS les journaux du pays ; c’est une catastrophe, l’opinion n’est plus éclairée mais intoxiquée).

Par ailleurs, je constate à mon sujet que les mœurs des « journalistes », avec les opposants au système de domination parlementaire (à mon avis frauduleusement nommé «Gouvernement représentatif»), deviennent d’une brutalité et d’une déloyauté crasses : car enfin, depuis deux ou trois jours, tous les éditocrates de mon pays publient des « portraits » de moi comme si j’étais l’ennemi public n°1, fourbe, dangereux, complotant dans l’ombre, « trouble » (sic), « sulfureux » (resic), tissant sa toile (reresic)… (sans s’en rendre compte, mes accusateurs sont d’ailleurs précisément ce qu’ils dénoncent : « complotistes »…), mais sans m’avoir jamais appelé avant pour connaître ma version (les seuls à m’avoir appelé avant sont les journalistes de France Info, qui ont d’ailleurs écrit sur moi un article moins mensonger que les autres), sans m’avoir prévenu, et surtout sans me laisser la moindre chance de me défendre, sans me permettre d’expliquer la sottise et la fausseté de toutes ces accusations invraisemblables, et surtout sans jamais confronter nos arguments de fond.

J’ai demandé, sur Twitter, aux premiers de ces éditorialistes calomniateurs un débat à la loyale, en direct, face à face et sur le fond (des problématiques de la souveraineté, de la représentation, de l’initiative des peuples dans les lois auxquels ils consentent à obéir, de choses sérieuses, quoi), plutôt que sur des ragots extravagants qui tournent en boucle dans le milieu fermé des prétendus « antifas », dont tout laisse à croire que leur mission réelle est d’entretenir à gauche une profonde zizanie, à l’aide d’une redoutable police de la pensée ; zizanie qui coupe le peuple en morceaux et qui le condamne éternellement à l’impuissance (électorale).

Chacun commence à comprendre que de débat loyal sur le fond, ils n’en veulent pas. Serait-ce parce que tous ces éditorialistes n’auraient pas d’argument solide (et avouable) contre le RIC ? et qu’ils sont donc réduits à s’en prendre lâchement au messager, dans son dos et sans lui permettre de se défendre ?

Mais leur problème principal , c’est que, quoi qu’ils décident à propos de mon droit de réponse, en l’occurrence tuer le messager ne suffira plus, car il y a désormais dans le pays DES CENTAINES d’autres messagers tout aussi compétents et bons orateurs (c’est-à-dire respectueux des autres) pour prendre ma place : ce qui est né en France, avec les Gilets jaunes et le RIC comme première marche intellectuelle vers une aspiration populaire à un processus constituant populaire (débarrassé des professionnels de la politique), c’est une prise de conscience contagieuse, à la base de la société, que le niveau constituant est le meilleur pour engager les luttes sociales : le niveau législatif est mauvais pour nous émanciper car 1) il nous enferme dans une impuissance politique qui est verrouillée à un niveau supérieur, inaccessible, et 2) il nous empêche de fraterniser contre l’oppression des riches du moment par des disputes sans fin sur des sujets secondaires.

Le niveau législatif, celui où l’on décide quelles sont les lois qu’il nous faut aujourd’hui, thème par thème, est celui des disputes sans fin, alors que le niveau constituant, celui où l’on décide comment l’on va mettre au point les lois, qui va nous représenter, avec quel mandat, sous quels contrôles et avec quelles possibilités de révocation, ce niveau constituant est celui de la concorde facile car la plupart de nos aspirations y convergent, que nous soyons de droite, de gauche ou d’autre chose : tout le monde comprend à toute vitesse que NOTRE CAUSE COMMUNE, la cause commune des 99% partout sur terre, c’est : « NOUS VOULONS INSTITUER NOUS-MÊMES NOTRE PROPRE PUISSANCE ».

Il me semble que ce pourrait être la devise des Gilets Jaunes du monde entier.

Cette mutation universellement contagieuse va tout changer : les électeurs enfants sont en train d’aspirer à devenir citoyens constituants, et ils n’auront pas à le demander à leurs maîtres : il leur suffira de le vouloir vraiment, ensemble. Étienne de la Boétie l’avait excellemment prédit : soyez résolus de ne plus servir, et vous voilà libres.

Je peux me tromper, bien sûr, et je passe mon temps à chercher des contradicteurs pour trouver mes erreurs et progresser, mais il est extravagant de me faire passer pour un tyran qui avancerait masqué. Extravagant.

Je vais reproduire à la fin de ce billet un message important que j’avais rédigé en novembre 2014 (il y a 4 ans déjà), où je faisais le point sur les accusations à propos de Soral. Vous jugerez. Je souligne simplement que, personnellement, je ne parle JAMAIS de Soral, absolument jamais, et que, par contre, tous ceux qui m’accusent de le fréquenter (ce qui n’est pas vrai), eux, en parlent tout le temps… comme si c’était ces imprécateurs eux-mêmes qui étaient chargés de la promotion quotidienne du personnage qu’ils prétendent combattre.

Bref, devant ce torrent de haine recuite, tournant en boucle et auto-entretenue, de la part des « grands » éditorialistes du pays, je me dis que, finalement, être ainsi craint par ces gens-là, c’est un peu comme une Légion d’honneur, une marque de vraie résistance : il semble donc que je ne sois pas, moi, une opposition contrôlée (Cf. 1984 d’Orwell : une opposition dont le pouvoir n’a rien à craindre).

Finalement, il est assez logique que je sois détesté par cette bande de détestables : je rappelle que tous ces « journalistes » (ce sont les mêmes propagandistes qui défendaient tous le Oui pour le référendum contre l’anticonstitution européenne en 2005 et qui étiquetaient déjà « extrême droite » tous leurs adversaires défenseurs du Non, pour ne pas avoir à leur répondre sur le fond), tous ces « journalistes » qui me traitent de « facho », donc, défendent ardemment, depuis 40 ans (depuis le début des années 1980), à la fois le fléau du néo-libéralisme et celui du libre-échange, la catastrophe absolue qu’est la libre circulation des capitaux et donc l’évasion fiscale, les délocalisations et la désindustrialisation du pays, la dérégulation financière et la dépossession des États du pouvoir de création monétaire, le transfert scandaleux de la souveraineté nationale (qui ne leur appartenait pourtant pas) à des institutions supranationales tyranniques hors contrôle et corrompues jusqu’à la moelle, la flexibilité et l’austérité, la désindexation des salaires et des retraites, la rigueur et les coups de ceinture pour les pauvres, les cadeaux somptueux et obscènes pour les plus riches, insatiables pompes à fric, véritables siphons à pognon privant la société des signes monétaires nécessaires à la prospérité, l’asphyxie financière des services publics pour en faire à terme des centres de profit privé, la vente à vil prix des biens publics rentables (autoroutes, péages, aéroports, barrages, industries stratégiques…) aux parrains maffieux qui les ont mis en place à leurs micros, et j’en passe… Il est assez logique que ces défenseurs du capitalisme déchaîné ne nous aiment pas et qu’ils nous craignent, moi et les Gilets jaunes devenant constituants.

Mille mercis à tous ceux qui me défendent comme ils peuvent, sur les réseaux sociaux et dans les conversations, il est facile de comprendre combien pour moi c’est émouvant.

Et notamment merci à ceux qu’on appelle les gentils virus démocratiques, dont j’observe tous les jours le dévouement au bien commun et à la démocratie qui vient.

Merci aussi à RT, Russia Today, la chaîne de télé russe qui assume désormais quasiment seule en France le service public de Résistance à l’oppression, en donnant la parole à tout le monde et en permettant de bons débats de fond sur des sujets importants. J’ai rencontré leurs équipes et j’ai été frappé par leur professionnalisme et leur rigueur. Probablement parce qu’ils n’ont aucun droit à l’erreur (le gouvernement et ses complices « journalistes » les traquent depuis leur création), et aussi peut-être parce qu’ils ne suivent pas, eux, un idéal lié au profit ou à la domination.

Merci aussi à François Ruffin, pour son courage. Ce qu’il a fait ne m’étonne pas de lui : il est profondément honnête. C’est sans doute l’homme politique que j’admire le plus dans mon pays (malgré quelques profonds désaccords, notamment sur la très nécessaire sortie de l’UE). J’espère que ses amis (qui sont aussi les miens, dans ma tête en tout cas) ne le martyriseront pas pour ce qu’il a dit de moi (qui n’est quand même pas si grave).

Bon, les Gilets jaunes, on continue d’apprendre à constituer, sur les péages et les ronds-points ? On se fout de ces voleurs de pouvoir, on ne leur demandera pas la permission pour s’émanciper de leur domination. Il faut par contre qu’on s’entraîne, hein ? Allez, à tout à l’heure ! 
(ce soir jeudi à Bordeaux, vendredi à Périgueux, samedi dans le Lot, dimanche à Brignoles, ou à Toulon je ne sais plus 🙂 )

Amitiés à tous (vraiment à tous).

Étienne.

#GiletsJaunesConstituant

#CeNestPasAuxHommesAuPouvoirDÉcrireLesRèglesDuPouvoir

#PasDeDémocratieSansCitoyensConstituants


Quand le message est trop fort, attaquer le messager…

Bravo Étienne, beau discours !

Allez Étienne !

Le PEUPLE est avec toi !

À bas les faux démocrates et les kapos médiatiques de ce système politique injuste !

Amitiés !

PS : il y a une faute d'orthographe dans le nom de Jean-Michel Aphatie dans ton image jaune.

En complément sur Étienne Chouard :

En complément sur Jean-Michel Aphatie :

En complément sur Laurent Joffrin :

En complément sur médias :

En complément sur référendum d'initiative :


Samedi 15 Décembre 2018 - News # 13559 

Martine Donnette, "gilet jaune" et pasionaria du petit commerce contre les voyous de la grande distribution :

SYNOPSIS :

"Ils se battent contre l'injustice, comme moi!": Martine Donnette a revêtu son gilet jaune sur un barrage de Marignane (Bouches-du-Rhône). Cette retraitée qui avait un magasin de laine, est depuis des années en guerre contre les Carrefour, Ikea ou Leclerc, qu'elle accuse de tuer le petit commerce.

 

Une femme ultra-courageuse qui lutte depuis des années contre les voyous de la grande distribution, et les politiciens et l’administration corrompus.

Le RICETM (Référendum d'Initiative Citoyenne En Toutes Matières) et vite !!!

 

Pour en savoir plus sur l'association "En toute franchise" :

En complément sur Martine Donnette :

En complément sur gilet jaune :

En complément sur grande distribution :

En complément sur Référendum d'Initiative :

 

Samedi 15 Décembre 2018 - News # 13545 

Acte 5 : les Gilets jaunes se mobilisent dans toute la France (EN CONTINU). Voir [ici] ().

Je remarque dans ce fils qu'il y a une évolution défavorable dans le mouvement : des politiciens s'invitent dans les barrages ou les réunions. C'est une GRAVE ERREUR. Cela risque de morceler, de diviser le mouvement.

Il faut que les gilets jaunes aient la sagesse de refouler tout représentant politique, sinon à terme, c'est la fin du mouvement.

En complément sur gilet jaune :

       

Mardi 11 Décembre 2018 - News # 13439 

 

Bruno Jeudy de BFMTV : «Vous n'êtes pas un vrai gilet jaune» - 8 Décembre 2018 :

SYNOPSIS :

Dans la soirée du samedi 8 décembre, l’éditorialiste Bruno Jeudy prend à partie un gilet jaune présent sur le plateau de BFM-TV. Alors que celui-ci vient de dénoncer les privatisations mises en œuvre par le gouvernement, Bruno Jeudy reproche à son invité ses « obsessions politiques » qui ne sont pas « démocratiques », et l’accuse de ne pas être « un vrai gilet jaune ». Il illustre ainsi une tendance de certains éditocrates à vouloir distribuer les rôles, entre les bons et les mauvais gilets jaunes.

Le soir de la journée d’action du samedi 8 décembre, Christophe Couderc est invité sur le plateau de BFM-TV en tant que gilet jaune. Interrogé sur les annonces d’Emmanuel Macron, il fait savoir qu’il n’attend rien de celui qu’il présente comme le « président des riches ». Il évoque ensuite une information publiée dans Marianne selon laquelle des dizaines de députés LREM sont issus de grandes entreprises françaises. Il dénonce, enfin, la vente par le gouvernement d’Aéroports de Paris, de la Française des Jeux, ou encore de certains barrages. C’en est trop pour l’éditorialiste Bruno Jeudy, qui fond avec morgue sur son invité.

Cet échange est édifiant à plusieurs égards. À commencer par la manière dont Bruno Jeudy se réserve le droit de désigner lesquels de ses interlocuteurs seraient des « vrais » et des « faux » gilets jaunes.

Un jugement qu’il rend au nom de sa propre conception (toute condescendante) de ce que seraient les gilets jaunes : « Les gilets jaunes que je vois régulièrement, ici-même, ils ne parlent pas comme vous. Parce que vous, vous êtes un faux gilet jaune ».

Voire au nom des téléspectateurs, dont il semble connaître l’avis en temps réel : « Vous n’êtes pas un vrai gilet jaune, vous parlez comme un militant politique. Ecoutez, ça ne trompe aucun téléspectateur. »

Ou encore au nom de la « cause » des gilets jaunes, dont il serait le garant : « Vous devriez avoir honte […] Vous ne servez pas la cause de ceux qui, sur les ronds-points, se battent pour leurs fins de mois, se battent sans réfléchir… se battent sans penser... sans remettre en cause la démocratie. »

Car c’est bien connu : les « vrais » gilets jaunes ne sauraient articuler de propos « politiques », ou encore remettre en cause les institutions. Il faut dire que Christophe Couderc a commis un crime de lèse-majesté : taxer Emmanuel Macron du titre de « président des riches », et évoquer ses liens avec le pouvoir économique… Cela semble constituer, pour Bruno Jeudy, une véritable remise en cause de la démocratie.

Dès lors, on est tenté de souscrire aux propos de Christophe Couderc, lorsqu’il renvoie la balle à son interlocuteur : « Je réfute votre accusation : vous, vous n’êtes pas un vrai journaliste. » Et s’il y a de quoi douter de la qualité de journaliste de Bruno Jeudy, une chose est sûre : l’éditorialiste est un authentique chien de garde de l’ordre établi.

Au-delà de son seul cas, cet échange illustre parfaitement la morgue des tenanciers des grands médias face à toute remise en cause de l’ordre dont ils se font les gardiens ; mais aussi leurs prétentions à parler au nom de la majorité, et à désigner les porte-parole et revendications légitimes d’un mouvement qui ne cesse pourtant d’échapper à leurs catégorisations méprisantes et à leurs « analyses » trop souvent pleines de vide.

Frédéric Lemaire.

Source : ACRIMED.

Hallucinant !

Franchement, je pense que BFMTV regorge d'un nombre effarants de connards sectaires, partiaux, et ennemis du peuple et de la vraie démocratie, c'est consternant.

Ils sont mauvais, iniques, déloyaux, menteurs, et de mauvaise foi, comme jamais.

Ahurissant !

À un moment, et plus tôt qu'on ne le croie, je pense qu'ils vont le payer très cher.

À voir absolument !

En complément sur BFMTV :

En complément sur Bruno Jeudy :

En complément sur mauvaise foi :

En complément sur gilet jaune :

 

Mercredi 26 Septembre 2018 - News # 11465 

Danger de catastrophe potentielle : Dans le Jura, le barrage de Vouglans "peut péter instantanément" et inonder l'Ain et le Rhône. Voir [ici] ().

Inquiétant.

Il ne faudrait pas que des gens mal intentionnés le fasse péter. J'espère que l'État surveille et protège ce barrage.

En complément sur danger :

En complément sur barrage :

En complément sur catastrophe :

   

Mardi 24 Juillet 2018 - News # 10015 

Eugene Robinson, éditorialiste du Washington Post, appelle ouvertement l’État profond à la sédition contre Donald Trump. Voir [ici] ().

C'est grave.

C'est de la haute trahison.

Et toujours ces vaniteux qui justifient leurs trahisons, c'est effarant.

On a le sm^mes en France : rappelez-vous certains directeurs d'université qui appelaient à faire barrage à Marine Le Pen en envoyant des emails à tous les étudiants de leur faculté.

Ces gens n'ont plus aucun sens de leurs devoirs, de la droiture, et du respect de la hiérarchie et de la loi.

Et ça, c'est le début de la fin. Parce-que quand des gens éduqués et instruits à viennent à prôner la sédition et l'irrespect des lois, ils envoient un très mauvais signal à toute la population, ce qui favorise le même comportement délictueux chez certaines personnes au discernement affaibli, notamment chez les impulsifs et les cons.

En complément sur État profond :

En complément sur haute trahison :

     

Mercredi 11 Juillet 2018 - News # 9729 

 

Armes et manifestations : les gendarmes français, et les forces de l'ordre anti-manifestants, utilisent des grenades GLI-F4 qui sont dangereuses au point d'arracher des mains et de mutiler les gens :

 


Cette vidéo montre l'explosion d'une grenade GLI F4, retrouvée récemment dans un champ de Notre-Dame-des-Landes.

Cette grenade tirée contre les manifestants par les gendarmes contient 25 grammes de TNT.

Or, plusieurs milliers de GLI F4 ont été envoyées sur la ZAD en Avril et en Mai 2018.

Cette grenade est si forte, qu'elle a arraché la main d'une personne le 22 Mai dernier, et a mutilé le pied d'une autre l'été dernier à Bure.

Ces grenades ont aussi été envoyées contre des manifestants à Nantes qui se révoltaient suite à la mort d'Aboubakar Fofana.

Il est complètement aberrant que les forces de l'ordre utilisent de pareils engins contre des civils. Mais que fait la police ???

Inadmissible.

Chronologie des accidents :

- Le 25 janvier 2001, à Lille, Édouard Walczak, un pompier qui participe à une manifestation, ramasse une grenade GLI-F4 à la main pensant qu'il s'agit d'une grenade lacrymogène, elle explose, sa main est arrachée.
- Le 29 janvier 2009, un homme, Pascal Vaillant, manifeste pour le système de retraites dans les rues de Saint Nazaire, il se retrouve amputé de deux orteils, et reste handicapé à 75 % après avoir été touché par une de ces grenades.
- Début septembre 2012, lors de la manifestation à Chefresne, en Normandie, contre la ligne à très haute tension (ou THT), devant desservir la future centrale EPR de Flamanville, 25 personnes sont blessées, dont deux gravement, La plupart ont reçu des éclats en plastique ou en métal provenant de ces armes.
- En 2013, Mickaël Cueff, lors d'une manifestation en Bretagne contre les portiques écotaxes à Pont-de-Buis, une main est également arrachée.
- En 2014, lors de la manifestation des 25 et 26 octobre 2014 contre le barrage de Sivens, un manifestant, Rémi Fraisse, décède suite à l'explosion d'une grenade GLI. La police s'inquiète alors d'un possible retrait de ce type d'armes12. Bernard Cazeneuve, alors ministre de l'intérieur, refuse d'interdire la GLI-F4 et préfère durcir le protocole de son utilisation.
- Mardi 15 août 2017; lors d'une manifestation à Bure contre l'enfouissement de déchets nucléaires, plusieurs personnes sont grièvement blessées par cette grenade. Une victime risquait alors d'être amputée de plusieurs orteils malgré différentes opérations13. Un trou de 3 cm de profondeur et de 15 cm de diamètre a été creusé dans son pied, tous les os sont brisés et certains ont disparu. Le plastique de la grenade a également fondu dans la plaie, risquant de déclencher une infection.
- En septembre 2017, le gouvernement français d'Emmanuel Macron lance une commande pour 1.2 million de grenades tout en sachant qu'elles peuvent provoquer des blessures graves, des mutilations, et qu'elles sont responsables du décès de Rémi Fraisse à Sivens.
- Le 24 mai 2018, lors de l'évacuation par la gendarmerie de la Zone à défendre (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes, Maxime a la main arrachée par une GLI-F49. Le même jour, un avis d’attribution public de l'État français fait part de l'achat de 17 millions d'euros de grenades sur 4 ans, dont 12 millions d'euros à Alsetex, fabriquant des GLI-F4.

3000 grenades de ce type, dont une partie périmée, avaient été lancées sur cette ZAD en avril 2018.

Source : Wikipédia ().

En complément sur arme :

En complément sur grenade :

En complément sur manifestation :

En complément sur dangereux :

 

Samedi 7 Juillet 2018 - News # 9617 

Stephen Smith : «La migration de masse n'a pas encore eu lieu». Voir [ici] ().

C'est bien le problème.

Et comme on est pas prêt, ça va être un carnage.

C'est maintenant qu'il faut mettre en place les mesures adéquates.

Ce n'est pas quand l'eau arrive qu'il faut construire des barrages...

En complément sur migrants :

       

Mardi 29 Mai 2018 - News # 8711 

La dictature européiste se rebiffe : La Banque d'Italie met en garde sur les finances publiques. Voir [ici] ().

C'est vraiment intéressant cette période : tous les traîtres, tous les faux culs, tous les ennemis du peuple et de la démocratie véritable, tous les antidémocrates et les crypto-fascistes, sortent du bois à l'occasion de la victoire du peuple en Italie.

Ouvrez grand les yeux, et regardez : ils se dévoilent à cette occasion, et certains intérêts cachés aussi...

Édifiant !

Cela montre aussi combien des opérations souterraines de trafic d'influence ont lieu à l'insu de, et contre, le peuple : il est bien évident que cette déclaration n'intervient pas par hasard, et que des oligarques antidémocratiques se sont rencontrés pour parler du problème qu'ils ont, et de comment ils allaient opérer pour faire barrage à la volonté populaire. Des traîtres je vous dis. Et ces enculés de parader fièrement dans leur costume trois pièces pour faire croire au peuple qu'il seraient des gens respectables... Mon cul ! Même le président italien est un voyou qui ne respecte pas la démocratie et le peuple de son propre pays.

D'immondes traîtres comploteurs ! Voilà la réalité de nos traîtres de politiciens !

En complément sur Italie :

En complément sur européisme :

     

Lundi 21 Mai 2018 - News # 8553 

Italie : la Ligue et le Mouvement 5 étoiles s'allient pour gouverner avec un programme ambitieux anti-Union Européenne et anti-migrants :

SYNOPSIS :

Le  parti anti-système du Mouvement 5 étoiles et le rassemblement anti-immigration de la Ligue ont rendez-vous lundi 21 mai avec le président Sergio Mattarella. Objectif : définir qui sera le chef de la future coalition gouvernementale.

Selon la presse transalpine, le juriste de 54 ans Giuseppe Conte, inconnu du grand public, est pressenti pour diriger le pays.

Source : RT.

Espérons qu'ils vont réussir.

Je dis cela parce-que les scélérats antidémocratiques et les crypto-fascistes, tous européistes, vont sortir du bois, et faire feu de tout bois contre cette belle alliance populaire, comme on a pu déjà le voir à l'occasion du Brexit, ou lors de l'entre deux tours de la présidentielle en France entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen (je pense notamment à des faux culs de première, des recteurs d'université ayant appelé à faire barrage à Marine Le Pen, une opération scandaleuse qui a révélé qui sont véritablement les fascistes...).

Il faut comprendre une fois pour toutes que seule l'union sacrée du peuple, notamment l'union majoritairement des vrais gens de gauche (la gauche du travail, pas les sociaux-traîtres supposément socialistes ni les trotskistes qui sont la gauche du Capital) avec les gens ayant des valeurs traditionnelles de droite (ce qui exclut totalement les capitalistes et les néolibéraux) permet la reprise du pouvoir et de toutes les commandes d'un pays dans le but de l'érection d'une véritable démocratie basée sur la souveraineté populaire, complètement à l'opposé de notre pseudo-démocratie de gouvernement représentatif, non représentatif en réalité, et vendue à tous les lobbies économiques, financiers, et sociétaux.

Une expérience politique à suivre de prés, à la fois pour voir l'issue du combat entre les vrais démocrates et les crypto-fascistes, mais aussi pour l'aspect économique : cette affaire pourrait donner le coup de grâce à la fois à la zone Euro et à l'Union Européenne.

En complément sur Italie :

En complément sur Union Européenne :

En complément sur européisme :

En complément sur migrants :

 

Dimanche 22 Avril 2018 - News # 7953 

Les NoBorders italiens font passer une colonne de migrants en forçant un barrage de la gendarmerie française. Voir [ici] () et [là] ().

Inique ! Mais ça ne m'étonne pas : dans la gauche radicale et l'extrême-gauche, il y a beaucoup de connards qui se croient au dessus des lois... Ce sont des vaniteux dont la motivation secrète principale est d'avoir une bonne auto-image, c'est-à-dire une bonne image d'eux-mêmes. Alors pour cela, ils sont prêts à violer les lois, et c'est ce qu'ils font de manière récurrente. Ce sont des gens dangereux car ils violent la loi à répétition et détruisent la société, des asociaux incapables de s'intégrer dans la société. Ils ne savent que contester, et détruire, passant la plupart de leur temps à poser des actions illégales en les justifiant toujours par une rhétorique spécieuse. Quand c'est illégal et interdit, c'est illégal et interdit. Point final.

En complément sur migrants :

       

Mercredi 11 Avril 2018 - News # 7624 

Barrages privatisés : l'Union Européenne l'impose, seule la France se soumet. Par Osons Causer :

SYNOPSIS :

On les a construit et financé à 100%, ils nous rapportent 1.2 milliard/an, et on le seul pays d’Europe qui va les brader au privé : les BARRAGES. Ils sont notre 2eme source d’énergie, et le 1er renouvelable, et sur ordre de la Commission européenne, on va sacrifier ce joyau de notre patrimoine.

En complément sur Osons Causer :

En complément sur Union Européenne :

En complément sur privatisations :

   

Mardi 20 Juin 2017 - News # 4832 

Incroyable : un barrage de "migrants" tue un chauffeur près de Calais : 9 Érythréens arrêtés. Voir [ici] ().

Un incident qui s'est déroulé en France...

C'est dingue putain.

En complément sur incroyable :

En complément sur migr :

 

   

Lundi 12 Juin 2017 - News # 4662 

Frédéric Lordon : "Il se forme une situation" :

Logiquement, tout avance de concert. Au moment où Macron est élu, nous découvrons que La Poste enrichit sa gamme de services d’une offre « Veiller sur mes parents » à partir de 19.90€ par mois (plusieurs formules : 1, 2, 4, 6 passages par semaine). Le missionné, qu’on n’appellera sans doute plus « l’agent » (tellement impersonnel-bureaucratique – old), mais dont on verra si la Poste va jusqu’à l’appeler l’« ami de la famille », passe en voisin, boit le café, fait un petit sms pour tenir au courant les descendants, bref – dixit le prospectus lui-même – « maintient le lien social ». Résumons : Pour maintenir le lien social tout court, c’est 19.90€. Et pour un lien social béton (6 visites par semaines), c’est 139.90€. Tout de même. Mais enfin il y va du vivre ensemble.

En 1999, des lignards d’EDF en vacances et même en retraite avaient spontanément repris du service pour rétablir le courant après la tempête. Ils l’avaient fait parce qu’ils estimaient que, dans cette circonstance exceptionnelle, il se jouait quelque chose entre eux, le service public dont ils étaient ou avaient été les agents, et la société dans son ensemble, quelque chose qui n’était pas de l’ordre d’un lien contractuel-marchand et procédait de mobiles autres que pécuniaires. Maintenant que nous en sommes à l’étape de la forfaitisation du lien social, nous percevons combien cette réaction qui fut la leur a été une tragique erreur. Puisqu’il est décidé que tout, absolument tout, est monnayable, la prochaine fois que les lignes sont à terre, on espère bien que toute demande de reprise de service obtiendra pour réponse, au mieux la renégociation en position de force du tarif des prestations extraordinaires, et plutôt d’aller se carrer les pylônes.

Le contresens anthropologique du lien social tarifé semble ne pas apercevoir que, précisément, la transaction contractuelle-marchande n’est au principe d’aucun lien, entendons autre que le lien temporaire stipulé dans ses clauses, dont l’échéance est fixée par le paiement qui, dit très justement l’expression, permet de s’acquitter – c’est-à-dire de quitter. Après quoi les co-contractants redeviennent parfaitement étrangers l’un à l’autre. C’est pourtant ce modèle « relationnel » que la société néolibérale, La Poste en tête, se propose de généraliser à tous les rapports humains, désastre civilisationnel dont le désastre électoral de ce printemps n’est que l’épiphénomène. Mais aussi l’accélérateur. Avec peut-être toutes les vertus des accélérations à contresens : déchirer les voiles résiduels, clarifier la situation, rapprocher des points critiques. Si l’on peut placer un espoir raisonnable dans la présidence Macron, c’est celui que tout va devenir très, très, voyant. C’est-à-dire odieux comme jamais.

Car il ne faut pas s’y tromper, la France n’est nullement macronisée. Les effets de levier composés du vote utile font à l’aise un président avec une base d’adhésion réelle de 10% des inscrits. Quant aux législatives, le réflexe légitimiste se joint à la pulvérisation des candidatures d’opposition pour assurer de rafler la mise. Par l’effet de cette combinaison fatale, le 19e arrondissement de Paris, par exemple, qui a donné Mélenchon en tête au premier tour avec plus de 30% est ainsi bien parti pour se donner un député macronien – on aurait tort d’en tirer des conclusions définitives. Mais en réalité, au point où nous en sommes, tout ça n’a plus aucune importance. La vérité, c’est que « la France de Macron » n’est qu’une petite chose racornie, quoique persuadée de porter beau : c’est la classe nuisible.

La classe nuisible est l’une des composantes de la classe éduquée, dont la croissance en longue période est sans doute l’un des phénomènes sociaux les plus puissamment structurants. Pas loin de 30% de la population disposent d’un niveau d’étude Bac+2 ou davantage. Beaucoup en tirent la conclusion que, affranchis des autorités, aptes à « penser par eux-mêmes », leur avis compte, et mérite d’être entendu. Ils sont la fortune des réseaux sociaux et des rubriques « commentaires » de la presse en ligne. La chance de l’Europe et de la mondialisation également. Car la classe éduquée n’est pas avare en demi-habiles qui sont les plus susceptibles de se laisser transporter par les abstractions vides de « l’ouverture » (à désirer), du « repli » (à fuir), de « l’Europe de la paix », de « la dette qu’on ne peut pas laisser à nos enfants » ou du monde-mondialisé-dans-lequel-il-va-bien-falloir-peser-face-à-la-Russie-et-aux-Etats-Unis. La classe demi-habile, c’est Madame de Guermantes à la portée d’un L3 : « la Chine m’inquiète ».

La propension à la griserie par les idées générales, qui donnent à leur auteur le sentiment de s’être élevé à hauteur du monde, c’est-à-dire à hauteur de gouvernant, a pour effet, ou pour corrélat, un solide égoïsme. Car la demi-habileté ne va pas plus loin que les abstractions creuses, et ignore tout des conséquences réelles de ses ostentations abstraites. En réalité, elle ne veut pas les connaître. Que le gros de la société en soit dévasté, ça lui est indifférent. Les inégalités ou la précarité ne lui arrachent dans le meilleur des cas que des bonnes paroles de chaisière, en tout cas aucune réaction politique. L’essentiel réside dans les bénéfices de la hauteur de vue, et par suite d’ailleurs la possibilité de faire la leçon universaliste aux récalcitrants. En son fond elle est un moralisme – comme souvent bercé de satisfactions matérielles. Sans surprise, elle résiste à la barbarie en continuant de boire des bières en terrasse – ou, plus crânement encore, en brassant elle-même sa propre bière.

Demi-habile et parfaitement égoïste, donc : c’est la classe nuisible, le cœur battant du macronisme. Elle est le fer de lance de la « vie Macron » – ou du vivre ensemble La Poste. Partagée entre les déjà parvenus et ceux qui continuent de nourrir le fantasme, parfois contre l’évidence, qu’ils parviendront, elle est la classe du capital humain : enfin un capital qui puisse être le leur, et leur permettre d’en être  ! Ceux-là sont habités par le jeu, ils y adhèrent de toute leur âme, en ont épousé avec délice la langue dégénérée, faite signe d’appartenance, bref : ils en vivent la vie. Ils sont tellement homogènes en pensée que c’est presque une classe-parti, le parti du « moderne », du « réalisme », de la « French Tech », du « projet personnel » – et l’on dresserait très facilement la liste des lieux communs d’époque qui organisent leur contact avec le monde. Ils parlent comme un journal télévisé. Leurs bouches sont pleines de mots qui ne sont pas les leurs, mais qui les ont imbibés si longtemps qu’ils ont fini par devenir les leurs – et c’est encore pire.

Cependant, l’égoïsme forcené joint à l’intensité des investissements existentiels a pour propriété paradoxale de faire de la classe de « l’ouverture » une classe séparée et claquemurée, sociologiquement minoritaire en dépit des expressions politiques majoritaires que lui donnent les institutions électorales – qui disent là comme jamais la confiance qu’elles méritent. La seule chose qui soit réellement majoritaire, c’est son pouvoir social – mais comme on sait, à ce moment, il convient de parler non plus de majorité mais d’hégémonie. Sans surprise, la sous-sous-classe journalistique en est le joyau, et le porte-voix naturel. L’élection de Macron a été pour elle l’occasion d’un flash orgasmique sans précédent, ses grandes eaux. Au moment où nous parlons d’ailleurs, on n’a toujours pas fini d’écoper. En tout cas la classe nuisible est capable de faire du bruit comme quinze. Elle sait ne faire entendre qu’elle et réduire tout le reste – ouvriers, employés, des masses elles bien réelles – à l’inexistence. Au prix, évidemment, de la sourde accumulation de quelques « malentendus », voués un de ces quatre à faire résurgence un peu bruyamment.

Il pourrait y avoir là de quoi désespérer absolument si le « progrès intellectuel » de la population ne fabriquait plus que des possédés, et se faisait le parfait verrou de l’ordre social capitaliste. Mais la classe nuisible n’est qu’une fraction de la classe éduquée. C’est qu’en principe, on peut aussi se servir de capacités intellectuelles étendues pour autre chose. Bien sûr on ne pense pas dans le vide, mais déterminé par toutes sortes d’intérêts, y compris matériels, à penser. De ce point de vue les effets du néolibéralisme sont des plus ambivalents. S’il fabrique de l’assujetti heureux et de l’entrepreneur de lui-même, il produit également, et à tour de bras, du diplômé débouté de l’emploi, de l’intellectuel précaire, du startuper revenu de son esclavage. La plateforme OnVautMieuxQueCa, qui a beaucoup plus fait que les directions confédérales dans le lancement du mouvement du printemps 2016 – qui a même fait contre elles… –, cette plateforme, véritable anthologie en ligne de la violence patronale, dit assez où en est, expérience à l’appui, une large partie de la jeunesse diplômée dans son rapport au salariat. Et, sous une détermination exactement inverse, dans ses propensions à penser. On peut donc ne pas tomber dans l’exaltation « générationnelle » sans manquer non plus de voir qu’il se passe quelque chose dans ces tranches d’âge. Si d’ailleurs, plutôt que de revoir pour la dixième fois The social network et de se rêver en Zuckerberg français, toute une fraction de cette génération commence à se dire « ingouvernable », c’est sans doute parce qu’elle a un peu réfléchi à propos de ce que veut dire être gouverné, suffisamment même pour apercevoir qu’il n’y a va pas seulement de l’Etat mais de l’ensemble des manières de façonner les conduites, auxquelles les institutions formelles et informelles du capitalisme prennent toute leur part.

Sur ce versant-là de la classe éduquée, donc, ça ne macronise pas trop fort – sans compter d’ailleurs tous ceux à qui l’expérience prolongée a donné l’envie de changer de bord : les cadres écœurés de ce qu’on leur fait faire, les dégoûtés de la vie managériale, les maltraités, les mis au rebut, à qui la nécessité fait venir la vertu, mais pour de bon, qui ont décidé que « rebondir » était une affaire pour baballe exclusivement, ne veulent plus se battre pour revenir dans le jeu, et prennent maintenant la tangente. Or ce contingent de têtes raides ne cesse de croître, car voilà le paradoxe du macronisme : en même temps qu’il cristallise la classe nuisible, son effet de radicalisation, qui donne à l’époque une clarté inédite, ouvre d’intéressantes perspectives démographiques à la fraction rétive de la classe éduquée.

Cependant le privilège social de visibilité de la classe éduquée, toutes fractions confondues, n’ôte pas qu’on ne fait pas les grands nombres, spécialement dans la rue, sans la classe ouvrière mobilisée. En l’occurrence affranchie des directions confédérales, ou du moins décidée à ne plus les attendre. Mais ayant par suite à venir à bout seule de l’atomisation et de la peur. Pas le choix : il faut qu’elle s’organise – se ré-organise... Et puis s’organiser avec elle. Caisses de solidarité, points de rencontre : dans les cortèges, dans de nouveaux groupements où l’on pense l’action en commun, tout est bon. En tout cas, comme dans la jeunesse, il se passe quelque chose dans la classe ouvrière : de nombreux syndicalistes très combatifs, durcis au chaud de plans sociaux spécialement violents, virtuellement en rupture de centrale, font maintenant primer leurs solidarités de lutte sur leurs appartenances de boutique, laissent leurs étiquettes au vestiaire et ébauchent un front uni. Si quelque jonction de la jeunesse décidée à rompre le ban ne se fait pas avec eux, rien ne se fera. Mais la détestation de l’entreprise, promise par le macronisme à de gigantesques progrès, offre d’excellentes raisons d’espérer que ça se fera.

Il n’est pas certain que le macronisme triomphant réalise bien la victoire à la Pyrrhus qui lui est échue. C’est que jusqu’ici, l’indifférenciation patentée des partis de gouvernement censément de bords opposés parvenait encore vaille que vaille à s’abriter avec succès derrière l’illusion nominale des étiquettes de « l’alternance ». Evidemment, l’alternance n’alternait rien du tout, mais il restait suffisamment d’éditorialistes abrutis pour certifier que la « gauche » succédait à la « droite, ou l’inverse, et suffisamment de monde, à des degrés variés de cécité volontaire, pour y croire. Le problème du macronisme, c’est précisément… qu’il a réussi : sa disqualification des termes de l’alternance prive le système de son dernier degré de liberté, assurément factice mais encore doté de quelque efficacité résiduelle. Quand il aura bien mis en œuvre son programme, poussé tous les feux, par conséquent rendu folle de rage une fraction encore plus grande de la population, où trouvera-t-il son faux alternandum et vrai semblable, l’entité faussement opposée et parfaitement jumelle qui, dans le régime antérieur, avait pour double fonction de soulager momentanément la colère par un simulacre de changement tout en assurant la continuité, quoique sous une étiquette différente ?

Résumons-nous : bataille terminale au lieu du noyau dur – le rapport salarial, via le code du travail –, intégration ouverte de l’Etat et du capital, presse « en plateau », extase de la classe nuisible et radicalisation antagoniste des défecteurs, colère grondante des classes populaires promises à l’équarrissage, fin des possibilités théâtrales de l’alternance, disparition définitive de toute possibilité de régulation interne, de toute force de rappel institutionnalisée, de tout mécanisme de correction de trajectoire : à l’évidence il est en train de se former une situation. À quelque degré, ce gouvernement-du-barrage-contre-le-pire doit en avoir conscience puisqu’il approfondit le mouvement, déjà bien engagé, de proto-fascisation du régime : avec les ordonnances du code du travail, la normalisation de l’état d’urgence en droit ordinaire a été logiquement sa première préoccupation. Ultime moyen de contrôle de la situation, lui semble-t-il, mais qui contribue plutôt à l’enrichissement de la situation. Et confirme que la question de la police va se porter en tête d’agenda, comme il est d’usage dans tous les régimes où l’état d’illégitimité n’est plus remédiable et où ne reste que la force armée, la seule chose opposable à la seule opposition consistante : la rue. Car il est bien clair qu’il n’y a plus que la rue. Si « crise » désigne le moment résolutoire où les trajectoires bifurquent, nous y sommes. Quand tout est verrouillé et que la pression n’en finit pas de monter, il doit se passer quelque chose. Ce dont les forces instituées sont incapables, seul l’événement peut l’accomplir.

Source : LundiMatin #108 ().

Une analyse brillante, comme bien souvent de la part de Frédéric Lordon, qui confirme la déliquescence de la démocratie et de la société française et la montée inexorable des tensions dans le pays.

En complément sur Frédéric Lordon :

En complément sur libéralisme :

En complément sur marchand :

   

Vendredi 5 Mai 2017 - News # 3897 

La violation de la neutralité démocratique et du devoir de réserve s'intensifie :

C'est gravissime...

Ces gens sont des irresponsables en plus d'être des antidémocrates, c'est consternant.

En complément sur université :


Mercredi 3 Mai 2017 - News # 3847 

Présidentielles 2017 : une élection manipulée en 3 temps :

LA MORALITÉ DE CETTE CETTE ÉLECTION MANIPULÉE ?
1°) Expliquer sans relâche aux Français que les "sondages" sont des manipulations qui visent à formater l'opinion.
2°) NE PLUS JAMAIS "VOTER UTILE" : quoi que puissent dire et écrire les grands médias, il faut toujours voter selon ses convictions et non pas en fonction de calculs vaseux qui ont les conséquences que l'on voit
3°) Ne plus "faire barrage au candidat X ou Y au 2e tour" mais voter en son âme et conscience. 
NOTA :
- Cette caricature n'est pas la propriété de l'UPR, elle circule sur Internet.
- FA et le BN de l'UPR n'ont donné aucune consigne de vote pour le 2e tour : chaque électeur agira comme il l'entend, y compris en s'abstenant ou en votant blanc ou nul.
Source : Équipe UPR.

Nous sommes entrés dans une ère désastreuse et terrible d'apostasie de la Vérité où la tromperie, la désinformation, la manipulation, et la propagande mensongère règnent en maîtres.

Nos "élites" sont pour la plupart, lorsqu'elles sont à des postes-clés, dévoyées et traîtresses, c'est ahurissant.

Le peuple se meurt... À petit feu.

En complément sur UPR :

En complément sur la présidentielle :

En complément sur les sondages :

En complément sur la manipulation :

 

Mercredi 3 Mai 2017 - News # 3838 

Macron est totalement illégitime pour exercer la fonction à laquelle il prétend.

Communiqué du général Didier Tauzin :

Madame, Monsieur,

Depuis l’annonce des résultats du premier tour de l’élection présidentielle, les « consignes de vote » et autres appels à « faire barrage » se succèdent. Ces pratiques relèvent d’une conception politicienne de la démocratie. Elles témoignent du mépris et du paternalisme des prétendues « élites » des partis politiques envers « leurs » électeurs.

Chaque citoyen dispose librement de sa conscience en laquelle réside une part de la souveraineté nationale, il n’a donc pas à recevoir de consigne de vote. C’est la raison pour laquelle je n’en formulerai pas.

J’assure cependant, qu’à titre personnel je ne voterai pas pour Emmanuel Macron. À mon sens, ce candidat est totalement illégitime pour exercer la fonction à laquelle il prétend.

Son accusation de « crime contre l’humanité » portée contre la France, ainsi que sa négation de la culture française, héritage de notre longue histoire, creuset de notre cohésion nationale et fierté de notre peuple, le rendent illégitime. Illégitime, Emmanuel Macron l’est aussi par sa trop évidente soumission aux puissances financières, bancaires et médiatiques, dont les intérêts divergent radicalement du bien commun national.

Ce dimanche 7 mai 2017, nous, citoyens, seuls détenteurs de la souveraineté nationale, avons un choix fondamental à faire. Oubliant les intérêts catégoriels et les stratégies de partis, sachons être guidés par le seul intérêt supérieur de la France.

Ceci étant dit, nous devons regarder au delà de cette échéance. La preuve en est maintenant faite : la dictature des partis détruit notre pays, nous devons donc nous préparer à le Rebâtir.

Ensemble rebâtissons la France !

Général Didier Tauzin.

Source : Facebook ).

Ben voilà, tout est dit !

En complément sur Macron :


Vendredi 28 Avril 2017 - News # 3677 

Marine Le Pen lance un appel aux insoumis : "Faisons barrage à Macron !". Voir [ici] ().


Mercredi 26 Avril 2017 - News # 3628 

Jean-Marie Cavada, vice-président de la Commission des Affaires Juridiques, travaille activement à faire lever l'immunité parlementaire de Marine Le Pen :

Les tenants du système sont terrorisés à l'idée que Marine Le Pen puisse accèdet à la présidence...

Des oligarques de tous poils sortent déjà du bois. Alors même que Marine Le Pen n'est pas élue (et que pour le moment on peut raisonnablement penser qu'Emmanuel Macron va l'être sauf si le peuple se ressaisit), ils ont commencé à être si effrayés qu'ils ne se cachent même plus, montrant leur vrai visage d'oligarques antidémocratiques, utilisant l'appareil d'État pour faire barrage à un candidat.

Je vous avais prédit plusieurs fois que l'élection de Marine Le Pen serait un événement apocalyptique dans le sens étymologique du terme, c'est-à-dire de révélation, révélateur. Et bien cela a déjà commencé, et Jean-Marie Cavada n'est pas le seul puisque Alain Jakubowicz vient se comporter, et pour les mêmes raisons, de manière totalement hystérique sur CNews (Voir cette [News] ()).

Il est vraiment intéressant d'observer tout ce qui se passe actuellement. Que ces gens ont peur... Que ces cens ont peur du peuple... Que ces gens sont terrifiés de perdre le contrôle de notre pseudo-démocratie... C'est ahurissant.

Nous pensions avoir une classe politique et oligarchique démocratique, et bien cette période est une rare occasion de prendre conscience combien nous étions dans l'erreur la plus totale : c'est un ramassis de gens petits, déloyaux, manipulateurs, menteurs, qui sont de faux démocrates, des guignols, et même pour certains des crypto-fascistes. Ahurissant !


Mardi 25 Avril 2017 - News # 3594 

Réaction de Salim Laïbi (LLP) au résultat du premier tour de la présidentielle 2017 - 24 Avril 2017. Voir cette [vidéo] ().

À LLP :


En complément sur LLP :


Mardi 25 Avril 2017 - News # 3562 

L'obédience franc-maçonne tombée du Grand Orient de France appelle à faire barrage à l'extrême droite. Voir [ici] ().

Ben voyons...


En complément sur Grand Orient :


Jeudi 20 Avril 2017 - News # 3443 

Mort de rire : revoilà le CRIF qui appelle au barrage contre les "extrêmes". Voir [ici] ().

Ils ne changeront jamais...

Vous savez pourquoi ils font cela ? C'est tout simple : ils savent que si Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon sont élus, ils perdront leur influence sur le gouvernement français, et que leurs magouilles et leurs trafics d'influence en faveur d'Israël ne pourront plus voir lieu.

Voilà pourquoi, ils soutiennent Macron... : c'est le candidat marionnette idéal pour eux, qui ne s'opposera pas au CRIF et à Israël. 


En complément sur le CRIF :


En complément sur Macron :


Vendredi 24 Février 2017 - News # 2383 

CETA : des députés français saisissent le Conseil constitutionnel. Voir [ici] (). Enfin une réaction saine pour faire barrage à cette escroquerie libre-échangiste.


Dimanche 29 Janvier 2017 - News # 2103 

Yoohoooooo ! Nous avons dégagé Manuel Valls ! L'opération "Valls dégage !" de la dissidence a fonctionné superbement ! Voir [ici] (). Comme quoi Internet le dernier espace de liberté réelle, devient de plus en plus incontournable, et les médias mainstream de moins en moins influents sur les foules, décrédibilisés par tant d'années de tromperies, de désinformation, et de propagande. Adieu El Blancos antisocial et sioniste ! Oh la claque ! Oh la quenelle gigantesque ! Magnifique ! Je me félicite d'avoir participé (modestement, à mon humble niveau) à l'éviction de Valls, en relayant partout l'appel à voter Benoît Hamon pour faire barrage à Manuel Valls. Encore quelques mois à supporter ce fasciste de gauche et ensuite adieu ! Quelle victoire du peuple sur les "élites" et la nomenklatura des médias ! Historique ! Vive Internet ! Vive le peuple ! Yoohoooooo ! Cela dit, ayant vu la déclaration de défaite d'un Manuel Valls au bord des larmes et la haine parfois visible dans ses yeux, je pense qu'il faut s'attendre à des retours de bâton de sa part contre les dissidents durant les quelques mois qui lui restent, selon l'adage "Après moi le déluge". Attention donc ! Il pourrait encore nous surprendre ! Allez, ne boudons pas notre plaisir, avec cette vidéo [Adios Manuel] () !


Jeudi 31 Octobre 2013 - News # 640 

Les drones-insectes espions se multiplient. Voir [ici] (). Dans un avenir pas si lointain, il sera nécessaire d'équiper nos portes et fenêtres de moustiquaires pour faire barrage à ces nouvelles saloperies que des esprits pervers ont élaborées. Mais, dès que la nanotechnologie aura pris sa vitesse de croisière, sachez-le, c'en sera fini de l'intimité et de la vie privée de chacun, car les drones espions seront gros comme des grains de poussière, voire invisibles à l'œil nu. Pauvres de nous ! Ces scientifiques, nous les avons formés avec nos impôts, et ils nous trahissent de la pire espèce...


Jeudi 28 Mars 2013 - News # 448 

Thierry Meyssan dénonce l'affaire chypriote comme une opération américaine double : faire barrage aux russes et faire peur aux capitaux européens pour les attirer vers Wall Street dans le but de relancer leur économie au détriment de l'Europe. Voir [ici] ().


Pour afficher toutes les News du jour, cliquez [ici].


Si vous aimez
cette page
 : 




Si vos moyens vous le permettent,  supportez ce site !  Faites régulièrement un don, même très modeste :  $CA 

[Mur des donateurs]   [À propos de la publicité]



Le Design, les Articles et Commentaires de ce Site sont © 2008-2019 BlueMan
Reproduction interdite - Tous droits réservés.




Pour toute question ou commentaire, n'hésitez pas à m'écrire en utilisant cette [PAGE] .