Liens, News, et informations diverses et variées du moment
 

Liens, News, et informations diverses et variées du moment




 


Pour accéder au Tchat de ce site, cliquez [ici].



Si vous aimez
cette page
 : 


==============================================================================================================================================
                        RAPPEL : Tous les articles et informations de ce site sont © BlueMan - REPRODUCTION INTERDITE.

Puisque vous lisez actuellement cet avertissement, cela prouve déjà que vous êtes en train de commettre un acte de piratage par un procédé
de rétro-ingénierie visant à afficher et/ou décoder, puis s'accaparer tout ou partie du contenu de pages protégées par des lois nationales et
internationales sur les droits d'auteur. Il est encore temps de renoncer. Ne devenez pas un minable, un voleur ; cherchez, créez, inventez, apportez quelque chose au monde ! ==============================================================================================================================================



 


Cette page recense des liens et des informations étonnantes ou à connaître.

N'hésitez pas à les consulter, même si la brève semble dater : vous y trouverez des perles.

Bonne exploration !



 Sélection de News spécifiques  




Mot(s) clé(s) à rechercher :   

Vous pouver saisir un ou plusieurs mots clés qui seront rechechés dans toute la Base de Données des News (Les recherches ne sont pas sensibles à la casse).
Les mots tapés doivent être séparés par un espace, et représentent des mots clés partiels ou complets qui peuvent être contigus ou disjoints dans le texte.
Exemple 1 : macron - Exemple 2 : [maj - Exemple 3 : François Asselineau - Exemple 4 : crise financ banqu



 News # 17029 temporairement permanente 

Nous sommes en Mai : merci à ceux qui le peuvent de m'aider financièrement pour le site en faisant un don, [ici] ().

Ce serait très apprécié.

Merci à tous de votre soutien !

Pour afficher toutes les News du jour, cliquez [ici].

20 News

Lundi 20 Mai 2019 - News # 17533 

C'EST CASH ! Avec Olivier Delamarche - Réforme de la fonction publique : la fin de l'emploi à vie ? :

SYNOPSIS :

Depuis le 13 mai, les députés débattent de la réforme voulue par Emmanuel Macron. 5,5 millions d’agents publics sont concernés. De leur côté, les syndicats, très mobilisés sur cette question, craignent une «précarisation» du secteur public.

 Comment réformer la fonction publique ? La France compte-t-elle trop de fonctionnaires ? Cette réforme va-t-elle mettre fin à l’emploi à vie ?

Pour aller plus loin sur ces questions, Estelle Farge et Olivier Delamarche reçoivent Liêm Hoang-Ngoc, économiste et maître de conférence à Paris 1.

Non évalué.

En complément sur Olivier Delamarche :

En complément sur fonctionnaire :

En complément sur emploi :

   

Samedi 27 Avril 2019 - News # 16889 

Fin de l'impression des billets «Ben Laden» dans la zone euro. Voir [ici] ().

Ou le début de la disparition du Cash...

En complément sur cash :

       

Lundi 22 Avril 2019 - News # 16787 

C’EST CASH ! Avec Olivier Delamarche - Annonces manquées du Grand Débat et premier bilan de Macron après 2 ans de quinquennat :

SYNOPSIS :

Cette semaine dans C’est Cash, Olivier Delamarche et Thomas Bonnet se penchent sur le contenu de l'allocution repoussée d'Emmanuel Macron.

Le 15 avril dernier, Emmanuel Macron devait enfin livrer ses annonces suite au Grand Débat.

L’incendie de Notre-Dame a finalement contraint le président de la République à repousser son allocution mais le contenu de son discours a fuité dans la presse.

Olivier Delamarche et Thomas Bonnet décryptent ces fameuses mesures dans C’est Cash. Sont-elles applicables ? Sont-elles suffisantes pour mettre un terme à la crise que traverse le pays ?

Avec Jean-Marc Daniel, économiste, C’est Cash dresse également le premier bilan économique de la politique du chef de l’Etat. Chômage, croissance, déficit : quels résultats après 2 ans de présidence Macron ?

Non évalué.

En complément sur Olivier Delamarche :

En complément sur Grand Débat :

     

Lundi 4 Mars 2019 - News # 15437 

C'EST CASH ! Avec Olivier Delamarche - Chiffres de la croissance, agences de notation : peut-on s'y fier ? :

Un épisode important pour comprendre que tous ces chiffres économiques sont trafiqués pour n'être au final que des outils mensongers de marketing au service de politiciens, du monde financier, et même d'idéologies comme le néolibéralisme.

Nous vivons dans la civilisation du mensonge.

Tant qu'il n'y aura pas de lois punissant sévèrement la divulgation de faux chiffres, soyez sûr que cette situation ubuesque va aller en empirant.

À voir !

En complément sur Olivier Delamarche :

En complément sur croissance :

En complément sur agence de notation :

   

Lundi 25 Février 2019 - News # 15273 

Pierre Jovanovic est l'invité de Politique & Eco n° 204 : Récession en vue, genre tsunami :

SYNOPSIS :

Olivier Pichon reçoit Pierre Jovanovic pour sa revue de presse économique et financière.

1. Mauvaise santé des banques européennes
- Les commissaires européens : « les banques vont bien ! »
- Monte Paschi, Landesbank, Deutsche Bank, Commerzbank, Société Générale
- Un banquier a-t-il le droit de vous demander l’usage de vos retraits en liquide ?
- Le cash en France et en Allemagne comparaison
- L’inflation dissimulée
- L’INSEE et ses mensonges statistiques
- Qui peut désormais s’étonner des révoltes populaires ?

2. Le chômage, un génocide à bas bruit
- Le suicide des chômeurs, un chiffre jamais communiqué
- 100 000 chômeurs ont mis fin à leurs jours, comparaison avec les accidents de la route
- Un chômage mondial et structurel, automation et grand remplacement
- Licenciements dans l’industrie automobile, Audi WW, Ford Général Motors...
- L’antisémitisme comme diversion ?
- Les  « enterrements de pauvreté », un signe économique et social fort

3. Nos voisins européens font-ils mieux ?
- Les banques françaises très exposées sur le risque Italien
- La Société Générale continue à se défaire de ses succursales étrangères
- Salvini : si la BCI (Banque centrale Italienne) et l’autorité des marchés financiers italiens n’ont pas fait leur travail,  la prison pour leurs dirigeants !
- Chantage des banquiers sur les politiques, les épargnants en otage
- Retour sur le suicide à la Monte Paschi
- La Standard Chartered et Goldman Sachs, truanderie sur les devises
- Qui parle de la dette ?
- Paradoxe : les bons du trésor italiens ont trouvé preneurs !

4. Retour en France, la classe politique et les Gilets Jaunes
- Hollande financé par PIMCO, plus gros hedge found mondial... « mon ennemi c’est la finance ! »
- Conférences de M. Hollande à l’Hôtel Le Meurice : 200 000 euros
- Condescendance de la classe politicienne
- Les Gilets Jaunes : une tâche (de sang) sur le quinquennat
- BCE : le bilan gonflé  de rachat d’obligations
- Reprise des « facilités monétaires » des deux côtés de l’Atlantique
- La loi du 3 janvier 73 en question
- L‘adresse à M. Villeroy de Galhau à venir sur le plateau de Politique & Eco pour s’en expliquer
- Le service de la dette est égal à la moitié de la DGF aux collectivités locales, voilà l’explication aux fermetures de tribunaux, de maternité et de commissariats.

Conclusion : les Gilets Jaunes une répétition générale

Une excellente revue de presse montrant la déliquescence du pouvoir, et des "élites" de toutes sortes.

La réponse de la Banque de France est épique, et emblématique de la société du mensonge et de la tromperie dans laquelle nous sommes désormais. C'est consternant de voir de pariels traîtres..., et payés avec notre argent en plus.

En complément sur Pierre Jovanovic :

En complément sur récession :

     

Vendredi 23 Novembre 2018 - News # 12914 

Fin du cash : "La Banque en ligne, c'est la fin du dépôt en liquide donc c'est une filiale de Big Brother" - Par Campagnol :

En complément sur fin du cash :

En complément sur Big Brother :

En complément sur Campagnol :

   

Mercredi 12 Septembre 2018 - News # 11115 

Déchets, pollution, et recyclage : "Cash investigation - Plastique : la grande intox" - Émission intégrale :

SYNOPSIS :

Dans le monde, dix tonnes de plastique sont produites chaque seconde. Un dixième finit dans les océans, laissant présager qu'en 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans la mer.

Face à ces chiffres effarants, Elise Lucet et son équipe partent explorer ce « continent plastique » qui ne cesse de grandir. Les responsables ? Les grands marques qui s'acharnent à développer une addiction à cette matière.

Pour éviter d'endosser la responsabilité de la pollution, certains industriels ont trouvé la parade : la mettre sur les épaules des consommateurs.

Enquête sur les stratégies secrètes de l'un des géants mondiaux des sodas et les promesses de recyclage des emballages.

Présenté par Elise Lucet.

Source : France 2.

Non encore évalué.

En complément sur plastique :

En complément sur déchet :

En complément sur pollution :

En complément sur recyclage :

En complément sur Cash investigation :


Mardi 21 Août 2018 - News # 10631 

La fin du mandat cash de la Poste, cédé à la société américaine Western Union… Voir [ici] ().

De la haute trahison.


Jeudi 24 Mai 2018 - News # 8619 

 

"Affaire Sarkozy/Kadhafi : Soupçons sur des millions" - Cash investigation :

SYNOPSIS :

La rédaction de Cash s’est plongée dans une histoire de cash, d’argent liquide, de valises de billets qui auraient alimenté une campagne présidentielle française.

Au cœur de ce dossier : Nicolas Sarkozy, récemment mis examen par trois juges du pôle financier pour « corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de détournements de fonds publics libyens ». Mouammar Kadhafi, l’ex-dictateur libyen, a-t-il financé la campagne du candidat de l’UMP en 2007 ? Scandale d’Etat ou « allégation folle » comme le déclare l’ancien Président de la République ?

Pendant un an et demi, le journaliste Nicolas Vescovacci a enquêté sur ce dossier tentaculaire où se mêleraient raison d’Etat, intérêts personnels, petites mains et grosses valises de cash. Dans cette affaire, certains témoins parlent pour la première fois. Vous allez notamment comprendre comment l’un des plus proches collaborateurs de l’ex-chef d’Etat est soupçonné d’être au cœur d’un montage financier sophistiqué impliquant un fonds d’investissement libyen. 
De la Libye à l’Afrique du Sud, des palais de la République à l’ancien bunker de Kadhafi, Elise Lucet et son équipe sont parties sur la trace de deux mystérieux intermédiaires qui œuvrent dans l’ombre pour le compte de politiques français. Mardi 22 mai, révélations sur le train de vie de certains fidèles de Nicolas Sarkozy.
 
Après la diffusion du documentaire, Elise Lucet recevra sur le plateau de Cash les témoins et les experts de cette affaire. 

Présenté par Elise Lucet.

Source : France 2.

Une enquête admirable : Cash Investigation a réussi un tour de force de retrouver tous ces témoins et ces documents.

On est cependant étonné du "presque revirement" de la fin lors du débat : était-ce une attitude de prudence pour éviter tout procès ?

Un documentaire qui vous convaincra que la bande de politiciens tournant autour de Sarkozy a des méthodes de mafieux, que ces gens sont des voyous en col blanc, et n'ont rien à faire en politique. NE VOTEZ PLUS POUR EUX, ou alors vous êtes leurs complices !

À voir absolument !

En complément sur Sarkozy :

En complément sur Kadhafi :

En complément sur Cash investigation :

   

Mercredi 11 Avril 2018 - News # 7640 

 

Disparition et fin du cash sous l'impulsion ultra-intéressée de sociétés privées comme VISA ou de banques : "Non à l'interdiction de l'argent liquide !" :

VISA est une saloperie, et ses dirigeants sont objectivement des ennemis de l'Humanité.

Il faut tout faire pour s'opposer à leur plan diabolique !

SIGNEZ et PARTAGEZ la pétition : https://petitions.le-vaillant-petit-economiste.com/contre-disparition-de-largent-liquide () !!!

En complément sur cash :

En complément sur argent liquide :

En complément sur disparition :

En complément sur banque :

En complément sur VISA :


Samedi 17 Février 2018 - News # 6815 

Une startup anglaise invente What3Words, un système de géolocalisation super-inquiétant. Voir [ici] ().

Les adresses n'auront plus aucun sens parce-que sans leur serveur what3words, les 3 mots d'une adresse ne signifient plus rien : ZÉRO, NADA, le vide...

De plus, cela va rendre les humains encore plus dépendant d'Internet, encore plus fragiles, encore plus confus : ce service déconnecte de la réalité tous les êtres humains en redéfinissant toutes les adresses selon une nomenclature subjective sans aucun rapport avec le monde réel.

Vous imaginez une panne du système ? Vous devez vous rendre à cacahuète-cuillère-ceinture... : vous êtes bien avancé... : vous êtes complètement perdu. Avec une vraie adresse, au moins vous pouvez vous en sortir, avec une carte, ou bien en demandant de l'aide à quelqu'un, mais avec cacahuète-cuillère-ceinture, vous êtes faits comme un rat.

Un système de plus pour perdre encore plus l'Humanité.

Aberrant.

What3Words : un suprême danger.

[MAJ] : je viens découvrir quelque chose de très inquiétant sur leur site, [ici] () : l'ONU est partenaire de what3words... :

Pour ceux qui ne comprendraient pas ma remarque, cela indique que l'ONU reconnaît et soutien ce système pervers de redéfinition des adresses. Il y a donc à l'ONU des décisionnaires cachés et malfaisants qui sont en faveur de ce système très particulier, et qui, par la caution de l'ONU (quand même !) qu'ils permettent, assurent à what3words une visibilité et une promotion planétaire et immense lui permettant de s'imposer et de devenir la norme mondiale. C'est très grave...

Il y a donc clairement une volonté d'oligarques dévoyés et ennemis de l'Humanité de noyer celle-ci dans encore plus de confusion numérique dans le but de rendre 100% dépendants tous et chacun du système qu'ils sont en train de mettre en place partout sur la planète.

Lorsque le cash aura disparu, alors GAME OVER : le système de domination mondiale basé sur le tout numérique sera devenu tout puissant, et chaque vie sera alors surveillée et contrôlée absolument. Pour être bien clair et compris de tous : dans le monde occidental notamment, aucun individu ne pourra se passer du système : l'argent, la nourriture, le logement, les transports, et tous les produits de consommation et les services, seront supervisés, suivis, tracés, géolocalisés, par le système de domination. Ce sera pire que 1984 de Georges Orwell. Il ne restera plus comme solution pour y échapper que d'aller vivre à la campagne en autarcie, sans aucune technologie, et dans la misère. Et encore... : par des impôts et les taxes locales, vous serez forcément repérés, et comme vous n'aurez aucun compte numérique, le système comprendra immédiatement que vous êtes un dissident, un "déviant", un "divergeant".

En complément sur géolocalisation :

En complément sur GPS :

En complément sur Internet :

En complément sur danger :

En complément sur inquiétant :


Dimanche 21 Janvier 2018 - News # 6314 

Économie, finance, et monnaie : Egon Von Greyerz : « Voilà pourquoi 2018 sera une année absolument terrifiante ! ». Voir [ici] ().

L'épisode d'une nouvelle cryto-monnaie crée pour cacher la perte quasi-totale de valeur du billet vert est un stratagème brillant et absolument redoutable. Je suis sûr que les banques centrales et les ploutocrates vont y recourir. C'est imparable ! : il y aura toujours des connards pour y souscrire et l'utiliser, le Bitcoin et autres monnaies du même genre en étant des exemples oh combien criants. Après, l'étape naturelle et logique, c'est bien évidemment le retrait du cash, ça coule de source. Et alors, Game Over pour les peuples !

Ah, c'est brillant et machiavélique ! Une affaire de première importance à suivre donc ! : dès qu'on entend des autorités politiques et/ou bancaires, des organisations mondiales comme le FMI, la Banque Mondiale, ou autres, parler de la mise en place d'une crypto-monnaie internationale, c'est l'annonce du début de la fin totale de la démocratie sur la Terre, et de l'instauration d'une dictature mondiale absolue.

Maintenant, rien ne dit que cela arrivera en 2018 comme le prétend l'article. Que ce soit 2 ou 5 ans (même 10 ans) plus tard ne change rien à l'affaire : on sera fait comme des rats.

En complément sur Egon Von Greyerz :

En complément sur économie :

En complément sur finance :

En complément sur monnaie :

En complément sur crypto-monnaie :


Mercredi 17 Janvier 2018 - News # 6210 

Agriculteurs, industrie agroalimentaire, et grande distribution : "Produits laitiers : où va l’argent du beurre ?" - Cash investigation :

SYNOPSIS :

Fort de 4 000 références, le marché des produits laitiers est évalué à 27 milliards d'euros par an en France. Mais alors que les profits des géants du lait n’ont jamais été aussi élevés, le nombre d’éleveurs français en situation de crise n’a jamais été aussi important. En 2016, 10 000 producteurs de lait auraient ainsi mis la clé sous la porte quand d'autres croulent sous les dettes. L'équipe de Cash Investigation a enquêté sur le n° 1 mondial du secteur, Lactalis ainsi que sur la grande coopérative française Sodiaal – maison mère de Yoplait et de Candia.

 

Corruption du monde des affaires et déliquescence des "élites" économiques et politiques : vous pensiez avoir tout vu ? Et bien détrompez vous...

Avec cette enquête admirable, on atteint des sommets.

La cupidité sans fin, le mensonge, la corruption, le déni de la Loi, et l'incompétence, ont pris le pouvoir en France.

Comment la société Lactalis se permet-elle de ne pas déposer ses comptes alors que c'est une obligation légale ?! Que fout le ministre de l'agriculture Stéphane Travert ? Rien ! Personnellement, j'enverrai immédiatement la police arrêter Emmanuel Besnier et déposerai une saisie sur le compte bancaire de Lactalis afin de saisir les sommes des amendes prévues par la loi, c'est-à-dire 2% du chiffre d'affaire par jour de retard de non dépôt des comptes. Travert = c'est un pervers qui fait tout de travers, et qui ne bouge pas son cul. Il ne défend pas la loi, le droit, et la république. C'est une guimauve incompétente qui a démissionné, et donc qui fait le jeu du grand capital et des escrocs au détriment des agriculteurs. Il sape l'autorité de l'État, et encourage dès lors les comportements délictueux de criminels en col blanc, et même de fonctionnaires et de serviteurs de l'État comme l'infâme juge du tribunal de commerce de Laval, Michel Peslier, qui est juge, et partie... Incroyable ! Et le ministre Travert ne réagit même pas !  

Sodiaal, une coopérative au bénéfice des producteurs de lait vraiment ? Qui achète aux producteurs 1000 litres de lait pour en moyenne 273 Euros alors que cela coûte 340 Euros aux producteurs ! Mais quel foutage de gueule ! Mais quel mépris !

Et tout cet argent que Sodiaal accumule dans la holdding Sodiaal International : 526 millions d'Euros !!! Alors que les producteurs de lait sont en train de crever partout en France !?

RIEN ne justifie un pareil montage de holdings et de sociétés pour Sodiaal, avec même une filiale installée dans le paradis fiscal du Luxembourg ! On rêve ! Mais non c'est réel ! Ahurissant !

Il y a manifestement des administrateurs de Sodiaal qui ont trahi la coopérative et les producteurs de lait, et qui sciemment ont manoeuvré pour extirper la majorité des profits en montant un système complexe de holdings injustifié et injustifiable. C'est de l'escroquerie pure et simple.

Ainsi, il y a manifestement chez Sodiaal un permanent détournement et abus de biens publics par des dirigeants pervers et traîtres.

De même, comment les américains ont-ils pu rentrer au capital de Yoplait alors que c'est une entité émanant de la coopérative Sodiaal ? Et ils ont 51% des parts en plus ! Qui est le traître leur ayant vendu 49% des parts ??? Hallucinant !

Soyons clairs : les producteurs se sont faits roulés dans la farine. Il est impératif qu'ils reprennent la direction et le contrôle de leur coopérative, et qu'ils dissolvent toutes ces sociétés inutiles de merde dont la vocation même est de détourner l'argent du lait à leur détriment.

Quand au président de Sodiaal, Damien Lacombe, c'est un enculé qui passe son temps à noyer le poisson. Ce salaud se fout de la gueule du monde. Ne vous fiez pas à son attitude : c'est un comédien et objectivement un traître aux producteurs. Il n'est pas incompétent : il sait ce qu'il fait, mais il prend des airs de neuneus et use de son accent du terroir pour mieux tromper son monde. C'est un malin pervers et sournois qui poignarde ses membres dans le dos. Terrible ce type...

Enfin, même si l'enquête part à la fin sur un peu autre chose (la pollution induite par l'élevage intensif en Nouvelle-Zélande), l'affaire du changement par le gouvernement du barème des seuils de pollution est indubitablement du foutage de gueule, une opération d'intoxication du public par le lobby laitier. Ça revient à casser le thermomètre pour qu'on ne voit pas que le malade a la fièvre, c'est scandaleux.

Notre époque est vraiment abominable. Tout devient mensonge et tromperie, c'est absolument épouvantable.

Une enquête terrible, un must incontournable !

Vous allez êtres révoltés légitimement !

À voir absolument !

À ne rater sous aucun prétexte !

 

[MAJ du 19 Janvier 2018] :

Il existe une campagne citoyenne de boycott adressée à Lactalis. Voir [ici] () (Pour plus d'informations, voir [ici] () et [là] ()).

N'achetons plus les produits de ces enculés !

En complément sur agriculture :

En complément sur agroalimentaire :

En complément sur grande distribution :

En complément sur lait :

 

Mercredi 8 Novembre 2017 - News # 5482 

Paradis fiscaux : "Paradise Papers : Au coeur d'un scandale mondiale" - Cash investigation (intégrale) :

SYNOPSIS :

«Paradise Papers» est le nom donné à la plus grande fuite de documents de l'Histoire, dont beaucoup proviennent d'un des plus grands noms du monde offshore, le cabinet d'avocats Appleby, dont le siège est aux Bermudes. Avec 400 journalistes du monde entier, l'équipe de «Cash investigation» lève le voile sur certains aspects de son contenu. Gros plan notamment sur les dessous de l'aviation d'affaires et sur une discrète société offshore aux îles Caïmans qui associe le groupe Louis-Dreyfus, un géant du négoce de produits agricoles, avec l'actuel ministre de l'agriculture brésilien.

Présenté par Elise Lucet de France 2.

La cupidité sans fin, la corruption, les conflits d'intérêt, la fusion du politique et du business, règnent sur le monde, toujours et encore, et de plus en plus. C'est terrible... Et ce sont les peuples et la planète qui en payent le prix.

À voir absolument !

En complément sur Cash investigation :

En complément sur paradis fiscaux :

En complément sur évasion fiscale :

   

Mercredi 21 Juin 2017 - News # 4857 


La thérapie de choc

du Premier ministre Narendra Modi

contre la population indienne :

 

C’est passé plutôt inaperçu ici mais, voici quelques mois, l’Inde a été confrontée à une thérapie de choc qui a provoqué bien des souffrances parmi la population indienne.  

En 2014, l’Inde connaissait un véritable tremblement de terre politique. Au cours des dix années précédentes, le parti du Congrès national indien (le parti de Gandhi et Nehru, premier Premier ministre indien) avait dirigé le pays en compagnie de quelques autres partis du centre et du centre gauche. Il avait mené une politique néolibérale et fait prospérer la corruption. Mais il était alors apparu que ministres et lobbyistes avaient conclu des arrangements téléphoniques et que 24 milliards d’euros avaient été détournés lors de l’octroi des licences 2G aux entreprises de télécommunication. Partout, des gens étaient descendus dans la rue contre cette corruption. 

Un séisme politique

Lors des élections de 2014, le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP, voir encadré) de Narendra Modi tirait profit de la colère du peuple. Modi parvenait à reléguer l’extrémisme religieux de son parti à l’arrière-plan et à faire passer à l’avant-plan sa « lutte contre la corruption ». Il révélait que les grandes entreprises ne payaient pas une roupie d’impôt sur leurs milliards de bénéfices et qu’elles transféraient ces mêmes bénéfices vers des banques suisses. Il promettait au peuple de récupérer tout cet argent noir. 

Le BJP obtenait bien vite une majorité au Parlement. Il formait un nouveau gouvernement, avec Modi comme Premier ministre. D’emblée, ce gouvernement faisait repasser au premier plan un nationalisme fortement teinté de religion. Ceux qui exprimaient des critiques contre les idées conservatrices hindoues ou se déclaraient athées se faisaient agresser, voire tuer par les milices du BJP. La répression des minorités linguistiques et religieuses devenait un point important de l’agenda du gouvernement. Désormais, on voyait très clairement ce que le parti voulait : se débarrasser du cœur de l’Inde, à savoir « l’unité dans la diversité ».

200 milliards d’euros disparaissent en une seule nuit

Fin 2016, le gouvernement annonçait qu’il voulait retirer de la circulation les plus grosses coupures indiennes (de 500 et de 1 000 roupies, respectivement 7 et 14 euros), prétendument dans le cadre de la lutte contre l’argent noir et la fausse monnaie. Les économistes appellent ce genre d’opération une démonétisation. Modi décidait d’appliquer une thérapie de choc.

La population disposait de quinze jours pour échanger ces coupures contre de nouveaux billets de banque de la même valeur. En outre, elle ne pouvait changer en nouveaux billets que pour 5 000 roupies en argent comptant. Le surplus devait être versé sur un compte. Les personnes qui rentraient plus de 250 000 roupies devaient venir expliquer d’où leur venaient de si gros montants. Modi et son gouvernement présentaient cette mesure comme révolutionnaire, mais quel impact a-t-elle eu sur la population ?

Celle-ci en avait ressenti les conséquences immédiatement, le jour même du lancement de la démonétisation. Les billets de banques de 500 et 1000 roupies représentent 86 % du total des devises du pays. En une nuit, 200 milliards d’euros en billets de banque ont perdu toute leur valeur. L’opération s’est déroulée sans la moindre efficacité car le gouvernement de Modi n’était pas prêt à les remplacer par de nouveaux billets de banque. Et ce, alors que l’économie indienne s’appuie sur de l’argent comptant. 88 % des habitants des zones rurales n’ont même pas de compte en banque. 2 ou 3 % à peine de la population indienne utilise des cartes de crédit ou des cartes de débit. De données de la Banque centrale indienne des réserves, il s’avère que 8 % seulement de toutes les transactions financières en Inde se déroulent via des cartes de banque électroniques. Pour 92 % des transactions, on utilise donc toujours de l’argent liquide. Dans une telle économie, si tout l’argent devient illégal en une seule nuit, cela provoque un choc colossal. 

Une guerre économique contre la population indienne 

Les petites et moyennes entreprises ont vu leur chiffre d’affaires se réduire de 50 %, leur main-d’œuvre de 35 %. Les grands fabricants ont noté, eux, une perte de chiffre d’affaires de 20 % et de leur emploi de 5 %. Les premières victimes ont été les travailleurs agricoles et les villageois, les ouvriers d’usine, les petits paysans, les petits commerçants, etc.

Le rapport de l’AIMO (organisation des PME indiennes) a estimé qu’à la fin de l’année comptable 2017, le chiffres d’affaires aura régressé de 55 % et l’emploi de 60 %. Cela va modifier complètement la vie des 250 millions de travailleurs agricoles et de paysans pauvres, des 45 millions de travailleurs de la construction, des 2 millions d’ouvriers des plantations et des 32 millions de travailleurs des secteurs non organisés. Et les gens qui possédaient des cartes de crédit n’ont pu utiliser les distributeurs automatiques car ceux-ci n’étaient pas encore pourvus des nouveaux billets.

Il y a donc eu des files interminables devant les banques. Mais celles-ci n’avaient pas reçu suffisamment d’argent du gouvernement. Au point que des gens ont fini par mourir de faim, car leur argent péniblement gagné était devenu sans valeur. Bien des gens sont morts alors qu’ils faisaient la file – parfois depuis plusieurs jours – devant les banques. Il est devenu très clair aux yeux de la majorité de la population que Modi se moquait d’elle. De plus, le gouvernement ne s’est jamais excusé pour tous ces décès.  

Pas de lutte contre la corruption

Il a continué à défendre ses mesures de choc et sa répression en les qualifiant de « particulièrement efficaces ». Mais c’est inexact. Plusieurs enquêtes avaient prouvé que l’argent noir provenait en premier lieu des activités frauduleuses des grandes entreprises. Plus de 80 % de l’argent illégal qui sort de l’Inde provient de ces activités frauduleuses. Il s’agit dans ce cas de sous-déclaration de volumes de production et de sur-déclaration de coûts du travail et autres afin de renseigner moins de profit et de payer ainsi moins d’impôts. De cette façon, l’argent noir s’accumule. A cela s’ajoutent les énormes fuites de capitaux vers l’étranger. 

La façon la plus récurrente de faire sortir de l’argent du pays consiste à sous-facturer les exportations et à sur-facturer les importations. Mais ni le gouvernement Modi ni les précédents gouvernements fédéraux n’ont jamais entrepris la moindre action contre les grands délinquants du monde des affaires.

Modi avait promis de récupérer tout l’argent noir. Mais rien n’a été fait. La quasi-totalité des billets de banque déclarés sans valeur ont été rapportés aux banques. Ceci prouve que la majorité de l’argent noir n’avait pas abouti dans les mains des travailleurs et certainement pas en argent comptant. 

La véritable raison de cette guerre économique contre le peuple 

De très nombreuses entreprises cotées en bourse ont contracté d’énormes prêts auprès des banques indiennes, pour quelque 160 milliards d’euros. Au lieu de forcer les grandes entreprises à rembourser l’argent emprunté, le gouvernement a suivi une autre voie. La démonétisation avait donc pour but de sauver les banques d’une faillite provoquée par leurs prêts irresponsables aux entreprises. 

L’État pille l’argent des pauvres pour le céder aux riches. En rendant les billets de banque sans valeur, les autorités ont forcé les gens à verser leur argent liquide aux banques. C’est une sorte de prêt non officiel (un « bail-out », autrement dit un renflouement) aux banques mais, par ailleurs, le gouvernement n’a pas l’intention de forcer les grandes entreprises à rembourser leurs emprunts. 

De plus, le gouvernement a contribué à ce que le marché indien passe de façon abrupte d’une économie scripturale à une économie digitale, estimée à quelque 500 milliards d’euros en 2020. C’est un marché gigantesque pour des entreprises comme Visa, Mastercard ainsi que pour bien d’autres institutions financières internationales.

Pour tout achat ou utilisation de la carte, les deux entreprises américaines Visa et Mastercard perçoivent des frais de transaction de 2 à 3 %. Des milliards sont transférés de la sorte de la population indienne vers les actions aux Etats-Unis. Le gouvernement indien avait créé un lien de collaboration en ce sens, appelé Better Than Cash, avec USAID, Visa, Mastercard, Citi, etc.

En juillet-septembre 2015, USAID (United States Agency for International Development, agence du gouvernement américain pour le « développement ») avait mené une enquête en Inde pour examiner jusqu’où l’on pouvait accroître le recours aux paiements digitaux, surtout parmi les consommateurs à bas revenu. S’agissait-il déjà des préparatifs de la démonétisation ? La démonétisation est un exemple classique du mariage entre le néolibéralisme et l’autoritarisme. Via cette thérapie de choc qui l’a plongée dans un chaos complet tout en valant bien des souffrances à ses millions de pauvres, l’Inde a montré au monde qu’elle se muait en toute jeune alliée de l’impérialisme américain.  

Le Bharatiya Janata Party

Le Bharatiya Janata Party n’est pas vraiment tolérant sur le plan religieux. Il a des liens historiques avec le groupe paramilitaire d’extrême droite Rashtriya Swayamsevak (RSS). Nathuram Godse, l’assassin du Mahatma Gandhi, était membre de ce RSS. Bien que le RSS le nie, son frère Gopal Godse, co-suspect dans l’assassinat, écrit dans sa biographie qu’ils faisaient tous deux partie de ce groupe. 

Le BJP a joué un rôle important dans la destruction de Babri Masjid, un lieu saint des musulmans, d’une grande importance historique. Le parti avait annoncé qu’il allait construire au même endroit un temple au dieu hindou Ram. Cette destruction est considérée comme la principale raison de toutes les tensions religieuses. 

Le BJP a choisi le très controversé Narendra Modi comme dirigeant des élections de 2014. Quand les groupes terroristes hindous de droite ont assassiné des milliers de musulmans et en ont chassé des centaines de milliers de leur lieu de naissance à Gujarat, Narendra Modi était le Premier ministre de cette province. Et il plane sur sa personne de sérieuses présomptions d’abus de pouvoir et d’aide reçue de la part de groupes terroristes.

Source : Solidaire.org ().


Ou comment un seul homme, un véritable enculé, a ruiné tout un peuple...

Il pillé des millions de pauvres au profit de banques, de multinationales, et d'intérêts étrangers comme VISA.

Ahurissant...

Le prototype du politicien traître dans toute sa "splendeur".

Un sale con à pendre haut et court en place publique.

Un article à lire absolument dans son intégralité !

En complément sur Inde :

En complément sur ruine :

En complément sur faillite :

En complément sur trahison :

En complément sur traître :


Dimanche 18 Juin 2017 - News # 4777 

Lobbying, logique de réseaux, trafic d'influence, et pantouflage, à tous les étages de l'Union Européenne : "Le visage des institutions européennes... et ses dessous ! - Ruptures, le zapping n°4" :

Quand on prononce le mot « Europe », le visage de certains devient soudain rayonnant. Ils pensent : avenir radieux, grande aventure, bonheur commun à l’horizon. Bon, ceux-là, on va les laisser rêver, après tout, c’est bien leur droit. A vrai dire, au grand désespoir des élites dirigeantes, ces euro-enthousiastes sont de moins en moins nombreux.

Et puis il y a ceux qui estiment plutôt : l’Europe, une belle idée, dommage qu’elle soit détournée, caricaturée, dévoyée par l’ultralibéralisme. Hélas, hélas… L’Union européenne n’est pas dévoyée : ses apparents « défauts » sont en réalité sa raison d’être.

Prenons le « lobbying ». Certes, le phénomène n’est pas réservé exclusivement à Bruxelles. Mais – comme on peut le voir dans cette vidéo – il fait partie de l’essence même de l’europarlement. Il a ça en quelque sorte dans les gènes. Et pour cause : à la différence des véritables parlements, l’Assemblée qui siège à Strasbourg (et à Bruxelles) ne représente aucun peuple… puisqu’il n’y pas de peuple européen. En réalité, elle est une pièce importante d’une machinerie qui édicte des actes législatifs pour répondre aux souhaits et exigences des intérêts et catégories particulières – les grands groupes industriels et financiers, en priorité.

Cette nature particulière de l’intégration européenne – un processus décidé d’en haut sans les peuples et contre les peuples – explique que, tout naturellement, les intérêts privés tiennent le haut du pavé : les élites eurocratiques mêlent de manière indissociable les fonctions publiques et privées. D’où la fréquence des « pantouflages », autrement dit, des carrières commencées dans l’appareil européen, et brillamment poursuivies chez Goldmann Sachs ou Uber…

Enfin, il est fréquent, pour les dirigeants européens de tonner contre l’évasion fiscale. L’exemple le plus connu est celui de l’actuel président de la Commission, Jean-Claude Juncker, qui a décidé de faire de la transparence et de l’éthique la marque de fabrique de son exécutif, après avoir, comme premier ministre luxembourgeois, multiplié les rescrits fiscaux, autrement dit les accords entre fisc et grands groupes multinationaux.

Mais pourquoi s’en offusquer ? Tout cela n’est que très logique, puisque la libre circulation (des marchandises, des services, de la main d’œuvre et des capitaux) est à la base même de l’Union européenne, et figurait déjà dans le traité fondateur de la CEE (1957). Bref, fermer une usine ici, délocaliser une autre là-bas, faire transiter ses profits d’un système fiscal à un autre, voilà bien ce qui constitue la nature de l’UE. Et même ses « valeurs ». Au sens de la Bourse du même nom…

Découvrez le contenu original des extraits utilisés pour le zapping, grâce à la liste des vidéos sources :

Cash-for-laws: Pablo Zalba Bidegain (Parlorama)
Europe: la manipulation des hommes politiques par les lobbys (Investig Info)
Des lobbies au cœur de l’Europe (4OpenWorld)
Mais qui contrôle vraiment l’Union Européenne ? (Lapierre Tube)
Uber & Salesforce hire ex-EU politician Neelie Kroes (PondWalden)
Uber débauche l’ex numéro 2 de la commission européenne (EuroNews)
Evasion fiscale : Juncker, ce loup dans la bergerie (Arte)
Le lobbying à Bruxelles en une minute (Jean sauve l’Europe)
Pouvoir des lobbies en Europe : l’entretien avec CEO pour tout comprendre (Osons Causer)
10 faits qui montrent comment les multinationales achètent la politique européenne (Osons causer)
Lobbies: Qui gouverne vraiment l’Europe? (TV5 Monde)
Enquête RMC – Comment les lobbies infiltrent l’Union Européenne – 20/05 (RMC)
Le Parlement européen de Strasbourg, tout un monde (Documentaire CH-5)
Comment APPLE fraude le fisc en Europe ? (Le fil d’actu)
Volez, volez petits capitaux ! – #DATAGUEULE 19 (Data Gueule)
Cinq raisons de rester dans l’Union européenne (Jordanix)

Source : Ruptures.

En complément sur lobbying :

En complément sur influence :

En complément sur Union Européenne :

   

Vendredi 16 Juin 2017 - News # 4743 

Simone Wapler : la societe sans cash bientot une realite ? :

QUI EST SIMONE WAPLER ?

Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler Simone Wapler est ingénieur de formation.

Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique.

Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés. Elle aborde les marchés avec l’oeil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier. Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Source : Planete360.

En complément sur Simone Wapler :

En complément sur cash :

En complément sur monnaie :

En complément sur argent :

 

Mercredi 14 Juin 2017 - News # 4699 

Simone Wapler (spécialiste des métaux, des matières premières et du secteur de l’énergie, rédactrice en chef des Publications Agora spécialisées dans les analyses et conseils financiers) annonce l'arrivée d'une société totalitaire suite à la disparition du cash :

Elle a 100% raison : ne plus avoir d'espèces est non seulement une privation de libertés essentielles mais aussi le début d'un contrôle absolu des citoyens.

Après avoir retiré aux États le droit de battre monnaie, les banquiers et les mondialistes vont retirer aux citoyen le droit d'avoir de l'argent. Game over.

En complément sur Simone Wapler :

En complément sur cash :

En complément sur totalitarisme :

   

Mardi 17 Janvier 2017 - News # 1999 

Fin du cash : le numéro de mobile remplacera l’IBAN bancaire en Europe en 2018. Voir [ici] (). Ça devient quand même de plus en plus dingue... Avec tous les risques de surveillance qu'un tel système permettra.


Mercredi 20 Mars 2013 - News # 440 

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a averti Chypre que tant que les termes du plan de « sauvetage » étaient rejetés, les banques ne pourraient être en mesure de rouvrir. Voir [ici] (). Olé ! Ça devient plus chaud là... Je trouve que la crise chypriote révèle de plus en plus de choses très intéressantes... Ça se précise, ça se précise. Quoi qu'il en soit, sortez votre argent des banques au plus vite ! En France, ça va d'abord être différent : ils vont chercher à prélever encore plus d'argent : augmentation des impôts de toute les manières possibles, amendes, etc. Le problème, c'est lorsqu'une première banque va faire défaut : ses distributeurs seront inopérants et ses agences fermées, et là, ca va faire tache d'huile : les gens vont prendre peur et vider les DAB des autres banques, ce qui va induire une réaction en chaine. Alors n'attendez pas : prenez les devants : mettez le plus de cash que vous pouvez de coté, et NE LE DITES À PERSONNE, et PERSONNE c'est PERSONNE !


Pour afficher toutes les News du jour, cliquez [ici].


Si vous aimez
cette page
 : 




Si vos moyens vous le permettent,  supportez ce site !  Faites régulièrement un don, même très modeste :  $CA 

[Mur des donateurs]   [À propos de la publicité]



Le Design, les Articles et Commentaires de ce Site sont © 2008-2019 BlueMan
Reproduction interdite - Tous droits réservés.




Pour toute question ou commentaire, n'hésitez pas à m'écrire en utilisant cette [PAGE] .