Liens, News, et informations diverses et variées du moment
 

Liens, News, et informations diverses et variées du moment




 


Pour accéder au Tchat de ce site, cliquez [ici].



Si vous aimez
cette page
 : 


==============================================================================================================================================
                        RAPPEL : Tous les articles et informations de ce site sont © BlueMan - REPRODUCTION INTERDITE.

Puisque vous lisez actuellement cet avertissement, cela prouve déjà que vous êtes en train de commettre un acte de piratage par un procédé
de rétro-ingénierie visant à afficher et/ou décoder, puis s'accaparer tout ou partie du contenu de pages protégées par des lois nationales et
internationales sur les droits d'auteur. Il est encore temps de renoncer. Ne devenez pas un minable, un voleur ; cherchez, créez, inventez, apportez quelque chose au monde ! ==============================================================================================================================================



 


Cette page recense des liens et des informations étonnantes ou à connaître.

N'hésitez pas à les consulter, même si la brève semble dater : vous y trouverez des perles.

Bonne exploration !



 Sélection de News spécifiques  




Mot(s) clé(s) à rechercher :   

Vous pouver saisir un ou plusieurs mots clés qui seront rechechés dans toute la Base de Données des News (Les recherches ne sont pas sensibles à la casse).
ATTENTION,
les accents comptent : taper "experience" au lieu de "expérience" fera échouer votre recherche : AUCUN résultat ne sera trouvé.
Les mots tapés doivent être séparés par un espace, et représentent des mots clés partiels ou complets qui peuvent être contigus ou disjoints dans le texte.
Exemple 1 : macron - Exemple 2 : [maj - Exemple 3 : François Asselineau - Exemple 4 : crise financ banqu



Pour afficher toutes les News du jour, cliquez [ici].

92 News

Mardi 17 Septembre 2019 - News # 20452 

L'économiste Christophe Ramaux remet à sa place ce malfaisant de néolibéral Éric Brunet, ennemi du peuple et antidémocrate :

En complément sur Christophe Ramaux :

En complément sur Éric Brunet :

     

Dimanche 4 Août 2019 - News # 19325 

Hongrie : Viktor Orban : « Ma mission principale est de stopper l’internationalisme ». Voir [ici] ().

Ce type fait du très bon travail pour son peuple et son pays : tous les indicateurs le montrent.

Et c'est précisément parce-qu'il construit un État servant le peuple et non l'oligarchie financière européiste et mondialiste qu'il est combattu.

La démocratie véritable et le peuple, ou la démocratie de marché et la tyrannie des minorités, il va falloir choisir.

Vive la Hongrie !

Vive les peuples !

À bas les mondialistes, les européistes, et le néolibéralisme !

En complément sur Viktor Orban :

En complément sur hongrie :

     

Vendredi 26 Juillet 2019 - News # 19133 

Christian Savestre : "L'évasion fiscale, c'est un crime ! Les traités européens portent l'évasion fiscale dans le texte" :

L'Union Européenne est un outil au service des ploutocrates, des banques, et des multinationales, d'essence néolibérale.

Ce n'est pas un système démocratique mais une smart-dictature construite par et pour les riches.

Arrêtez de rêver en croyant que ce serait une construction généreuse des peuples gentils qui veulent fraterniser, et ouvrez enfin les yeux !

En complément sur Christian Savestre :

En complément sur évasion fiscale :

En complément sur paradis fiscaux :

   

Lundi 15 Juillet 2019 - News # 18859 

Interdit d'interdire : Le paradis des riches et l’enfer des pauvres ?

SYNOPSIS :

Frédéric #Taddeï reçoit :

- Monique Pinçon-Charlot, sociologue
- Ferghane Azihari, analyste en politique publique
 

Non évalué.

Nota Bene : Ferghane Azihari n'est pas un  type objectif et neutre : c'est un suppôt et un propagandiste du néolibéralisme, il faut le savoir.

En complément sur Interdit d'interdire :

En complément sur riche :

En complément sur pauvre :

En complément sur Monique Pinçon-Charlot :

En complément sur Ferghane Azihari :


Dimanche 7 Juillet 2019 - News # 18696 

Une résolution russe pour lutter contre le nazisme refusée à l’OSCE. Voir [ici] ().

Quand on y pense, c'est dingue.

Une preuve de plus que nos "démocratie" n'ont plus de valeurs véritables, et ne sont que du théâtre néolibéral libertaire et pervers.

En complément sur nazi :

En complément sur OSCE :

     

Dimanche 16 Juin 2019 - News # 18159 

Marion Maréchal et l'ISSEP : «Ce sont les minorités agissantes qui font l’histoire, pas les majorités passives» :

SYNOPSIS :

Un an après la création de son école, l’ISSEP, Marion Maréchal dresse déjà un premier bilan. Si la figure de proue de la droite hors les murs écarte toujours un engagement partisan, elle n’a pas déserté le combat idéologique. Entretien.

L'enseignement supérieur est l'un des points focaux d'importance : c'est là que se forment les consciences.

Les oligarques et les ploutocrates l'ont bien compris depuis depuis toujours : c'est pourquoi nombre d'entre eux fondent et/ou financent des écoles et des universités.

Pour être plus didactique, si le libéralisme et le néolibéralisme a une telle prise chez la jeunesse éduquée, supérieure, c'est que les écoles par lesquelles elle est passé sont précisément orientées en ce sens, et les professeurs distillant ce venin.

Les écoles sont un enjeu majeur pour créer une société juste ou injuste, orientée ou pas dans telle ou telle direction.

En complément sur Marion Maréchal :

En complément sur ISSEP :

En complément sur école :

   

Mardi 11 Juin 2019 - News # 18035 

Censure tout azimut : Le PDG de Google prévoit de nouvelles restrictions sur Youtube : “Nous voulons empêcher les contenus borderline”. Voir [ici] ().

"Borderline" : on y met tout ce qu'on veut, parce-que c'est un terme totalement subjectif.

Et, en plus, cela sous-entend une référence à la pensée unique ambiante : sera considéré comme borderline tout ce qui n'est pas politiquement correct, et en accord avec les dogmes du "parti" néolibéral-libertaire-LGBT-sioniste-immigrationiste-féministe-etc.

En complément sur censure :

En complément sur Google :

En complément sur YouTube :

   

Mardi 11 Juin 2019 - News # 18029 

Le Sénat publie un rapport catastrophiste sur l’état des exportations agricoles françaises. Voir [ici] ().

Merci l'Union Européenne !

Saloperie néolibérale qui livre notre pays à la concurrence déloyale.

En complément sur Sénat :

En complément sur agriculture :

     

Lundi 3 Juin 2019 - News # 17887 

Christophe Barbier de BFMTV : "Je suis partisan de suspendre la 5ème semaine de congés payés jusqu’au jour où on aura rétabli nos comptes publics" :

Les Gilets Jaunes et les Français apprécieront...

Christophe Barbier confirme son statut de chien de garde de ce système néolibéral-fasciste inique.

Commençons par suspendre les subventions à la presse !

Ahurissant.

En complément sur Christophe Barbier :

En complément sur congés payés :

     

Vendredi 31 Mai 2019 - News # 17803 

CETA : La cour de justice européenne (CJUE) permet aux multinationales d’attaquer les États. Voir [ici] ().

Ou, dit autrement, comment la loi du marché et des intérêts privés, avec la complicité de nos traîtres de politiciens, se sont arrangés en secret (les négociations du CETA ont soigneusement été tenues secrètes, et inaccessibles au grand public pour que celui-ci ne s'y oppose pas) pour être plus forts que les États et les peuples...

Et malgré ce genre de News bien factuelle, on trouve encore des millions d"hypnotisés qui ne comprennent toujours pas l'essence néolibérale de l'Union Européenne, et qui souhaitent pourtant absolument y demeurer par idéologie ou fascination émotionnelle. 

L'Union Européenne n'est pas une construction des peuples pour les peuples, mais d'oligarques au service des banques et de la finance, des multinationales, et de leurs lobbies.

Et, contrairement à ce qu'on fait croire à tous les peuples européens, on ne peut pas la réformer car, pour modifier les traités, il faut l'unanimité des pays + l'unanimité des ratifications par les peuples (référendum ou parlement). Donc, sortons de cette prison construite pour nous assujettir au Capital et nous priver de la démocratie !

Frexit !

En complément sur CETA :

En complément sur CJUE :

     

Jeudi 23 Mai 2019 - News # 17604 

Matteo Salvini : "Les extrémistes Angela Merkel, Emmanuel Macron et Jean-Claude Junker ont trahi l’Europe au nom de la finance, du multiculturalisme, de l’immigration de masse". Voir [ici] ().

Et on pourrait même rajouter : "et au nom du néolibéralisme et de lobbies de toutes sortes".

Il est bien ce Salvini.

En fait, il n'y a que les populistes qui ont la tête sur les épaules. Tous les autres sont hypnotisés par leurs idéologies.

En complément sur Matteo Salvini :

       

Lundi 29 Avril 2019 - News # 16955 

Brexit : cette mystérieuse réunion entre George Soros, Tony Blair, et Pierre Moscovici qui embarrasse l'Union Européenne. Voir [ici] ().

Regardez moi ces super-traîtres ! : ils complotent dans le dos des peuples...

Et, en plus, ni George Soros, ni Tony Blair, ne sont des élus de l'Union Européenne !!!

Et pire encore : George Soros est américain ! 

Comment ces deux gugusses peuvent-ils participer au processus décisionnel de l'Union Européenne ?!!

Ou est la démocratie dans cette gabegie ?

La logique de réseau, la logique de caste, les relations et l'argent, voilà ce qui prime dans le monde, et aussi à la tête de l'Union Européenne. Et nous vend cette saloperie néolibérale et ploutocratique comme démocratique ? Quel foutage de gueule !

Mort à l'Union Européenne !

Vive le Frexit !

En complément sur Brexit :

En complément sur George Soros :

En complément sur Pierre Moscovici :

En complément sur Tony Blair :

En complément sur Union Européenne :


Dimanche 14 Avril 2019 - News # 16569 

Propagande mensongère : «Europe Je Vote !» : une centaine de patrons incitent leurs salariés à voter aux Européennes. Voir [ici] ().

"Attention, notre démarche n'est en rien politique !" : c'est ça, prenez nous pour des cons !

Leur opération est une façon subtile de dire à leurs employés : votez pour l'Union Européenne et pas pour les partis comme l'UPR qui demande le Frexit ou pour des partis qui ne veulent plus de l'Europe néolibérale.

D'ailleurs le nom même de leur opération les démasque : "Europe je vote !" : TOUT EST DIT !

Bande de faux culs malveillants !

En complément sur propagande :

En complément sur Européennes :

En complément sur patron :

   

Mercredi 3 Avril 2019 - News # 16206 

Flagrant délit de manipulation au journal de France 2 au journal de 20h00 :

Et ça... :

Lamentable...

Rien n'arrête les prostituées du service public lorsqu'il s'agit de dénigrer des opposants politiques. Aucune éthique.

La télévision publique est devenue un organe de propagande au service du pouvoir, des européistes, et de la caste néolibérale.

Et dans le privé, c'est la même chose : TF1, par exemple, est du même acabit.

En complément sur manipulation :

       

Mardi 19 Mars 2019 - News # 15827 

Désinformation : Brexit : sans accord, 800 milliards de livres sterling d'actifs financiers quitteraient Londres. Voir [ici] ().

Typique de la propagande néolibérale.

Et ça vient, en plus, du think tank britannique New Financial...

Ça s'inscrit typiquement dans le Project Fear (le projet de la peur) de manipulation de l'opinion publique par du catastrophisme délirant.

Tout est dit.

En complément sur Brexit :

En complément sur désinformation :

En complément sur manipulation :

En complément sur Project Fear :

 

Dimanche 17 Mars 2019 - News # 15789 

 

L'unique tâche de la démocratie (néolibérale) c'est que les leaders, assistés des experts, fassent la pédagogie des réformes pour fabriquer le consentement des masses.

 

Barbara Stielgler : dans les démocraties libérales, "le cap est déjà fixé définitivement [...], on n'a pas le droit de discuter le cap" :

Une réflexion pertinente montrant, une fois de plus, que nous ne sommes pas en démocratie, mais sous l'influence de lobbies divers qui ont verrouillé ce système de gouvernement représentatif (non représentatif en réalité), au point où les gens du peuple sont devenus complètement impuissants politiquement, et obligés de descendre dans la rue pour tenter de se faire entendre.

En complément sur Barbara Stielgler :

En complément sur libéralisme :

En complément sur démocratie :

   

Jeudi 7 Mars 2019 - News # 15524 

Soissons : Sylvie Heyvaerts quitte la France insoumise pour l’UPR. Voir [ici] ().

Chers Amis Insoumis,

J’ai décidé de quitter la France Insoumise.
Non parce que je serai en désaccord avec le programme l’Avenir en Commun, mais parce que je ne parviens plus à trouver dans le discours de FI la cohérence qui me permettrait de m’engager dans la bataille des Européennes.
« L’Europe on la change où on la quitte », résumait de façon simple le positionnement de FI sur l’Europe. La menace de départ de la France devant permettre d’instaurer un rapport de force pour renégocier un certain nombre de points fondamentaux dans les traités européens. Au fur et à mesure, la perspective d’une sortie unilatérale de l’ UE s’est évaporée et le plan B est devenu bien flou. 
Je voudrai reprendre ici plus précisément la stratégie développée par FI, pour expliquer en quoi elle ne me convainc plus. 
La FI nous explique que « La désobéissance » est légale. Elle consiste à prendre une option de retrait. C’est-à-dire qu’un pays peut se désolidariser d’un aspect des traités européens. 
Donc si nous voulons mettre en œuvre notre programme, il va falloir prendre une option de retrait sur un nombre important de points. 
- Sur L’article 168 et 169 du TFUE qui donne la priorité au profit sur la santé
- Sur les articles 32 et 33 qui organisent la libre circulation des capitaux, des marchandises et des services.
- Sur l’article 106 qui prévoit l’ouverture à la concurrence de tous les services publics
- Sur l’article 21 qui impose la diminution de la protection sociale et le démantèlement du droit du travail.
- Sur les articles 38 et 39 qui placent les agriculteurs dans une concurrence sans merci avec des pays à très bas couts de salaire, et les entraine dans une course éperdue à la productivité.

Autant dire que c’est une remise en question totale de la logique qui gouverne l’Union Européenne depuis le début, et dont une grande partie a déjà été transposé dans les droits nationaux.

Une telle remise en cause constitue en fait une refondation totale de l’UE sur des bases humanistes et eco-sociales.
Alors pouvons-nous réécrire entièrement la constitution de l’UE en y impulsant un changement de paradigme aussi total ? La modification des traités doit être voté à l’unanimité ce qui rend toute modification quasi impossible. On pourrait alors réécrire un autre traité qui écraserait tous les autres. Examinons des lors quel nouveau compromis pourrait naître de l’alliance de 28 pays aux intérêts contradictoires.
Harmonisation fiscale ? Le Luxembourg et les pays bas seront contre.
Harmonisation sociale ? Comment s’y prend -on pour les harmoniser les législations sociales de 28 pays lorsque concernant le « SMIG » les écarts vont de 200€ mensuel à 2000€ ? et que c’est précisément cet avantage social qui assure la compétitivité de ces pays de l’Est et conditionne à l’heure actuelle leur équilibre économique ?
Par quel miracle arriverions nous à un accord qui serait autre chose qu’un accord tronqué sur un moins disant social, environnemental, fiscal ?

N’est il pas temps de se rendre compte que cette alliance à 28 a précisément pour objectif d’aboutir à cette impuissance qui sert les intérêts de l’oligarchie ?

De plus à l’heure où la population demande le RIC, il me parait tout à fait déraisonnable de recréer une structure plurinationale (même plus réduite) , impliquant des délégations importantes de souveraineté. Nous avons un besoin urgent de démocratie et l’échelon national avec son organisation en départements et en communes héritée de la révolution française garantit la proximité nécessaire à l’exercice d’un réel pouvoir citoyen. 
Donc j’en arrive à la conclusion qu’il ne saurait y avoir de démocratie en Europe, ni en refondant les traités, ni en restant bloqué avec 28 pays aux intérêts divergents dans une structure englobante.

Si l’on veut bien concevoir les objectifs d’un autre point de vue une stratégie bien plus directe et bien moins aléatoire se dessine.

Notre projet est de faire bifurquer tout notre système de production vers un fonctionnement basé sur la règle verte et la solidarité. Ajoutons à cela que nous devons le faire vite, car la dégradation sociale et environnementale a atteint des sommets.

C’est pourquoi nous devons sortir de l’Union Européenne. Dès le lendemain du Frexit nous pourrons.

1. Défendre sérieusement l’environnement en sortant du dogme de la mondialisation et du libre-échange, qui amènent à faire fabriquer à 15000 km de chez soi des produits qui pourraient être produits localement. 
2. Empêcher les délocalisations des industries et les privatisations de notre patrimoine national.
3. Engager une transition énergétique d’envergure créatrice de millions d’emplois
4. Reconstruire des services publics dignes de ce nom, et empêcher la privatisation de ces secteurs .
5. Renationaliser les entreprises stratégiques : SNCF, Autoroutes, Orange, TF1, Gestion de l’eau, EDF GDF, Poste, etc…
6. Préserver la pêche artisanale et l’agriculture familiale. Soutenir la conversion vers le Bio, autoriser les semences libres, trouver des alternatives au glyphosate.
7. Augmenter le SMIG et les minimas retraite tout en allégeant les charges des petites entreprises.
8. Préserver l’unité nationale en stoppant les réformes des euro-régions menées dans le dos des français, sans leur consentement, qui passe par le regroupement forcé de communes et l’assèchement des finances des dites communes et des départements.
9. Redonner puissance à notre démocratie en instaurant le RIC. 
10. Ouvrir la France sur le reste du monde notamment sur la francophonie, sortir de l’OTAN et cesser de soutenir les guerres criminelles des USA , œuvrer pour la paix.

Et pendant les deux années qui s’écoulent entre la décision de quitter l’Europe et la sortie effective ( avec ou sans accord) rien ne nous empêchera de prendre des options de retraits unilatéral. 
Cette question n’est pas une dissertation théorique. Elle revêt une urgence absolue. Tous les jours des pans entiers de notre richesse nationale est cédée à des intérêts privés, les structures juridiques qui ont organisées la solidarité sont méthodiquement fracassées, l’indivisibilité même de la nation est remise en cause par des traités signés derrière le dos des français. C’est trop ! Nous devons avoir une réaction à la hauteur du danger !
Si la France reprend de manière claire sa souveraineté en sortant de l’UE, elle offrira un point d’appui ferme pour les peuples qui souhaitent mener une politique qui mette fin au pillage des richesses, au saccage de l’environnement, et au mépris de l’être humain. 
Nous pourrons alors monter conjointement de beaux projets, sans pour autant qu’il soit nécessaire de recréer une entité supra-étatique. 
Nous pourrions par exemple élaborer un plan de dépollution de la Mer Méditerranée avec les pays riverains. Nous pourrions renforcer les dispositifs conjoints de lutte contre les incendies, nous pourrions nous entendre sur une politique de sauvetage des migrants et d’accueil. Etc…

À cela s’ajoute un bénéfice financier non négligeable : Sortir de l’UE c’est récupérer immédiatement au minimum 34 milliards d’euros par an
9 milliards qui résulte de la différence entre ce que nous donnons à L’UE et ce qui nous est reversé. (La France verse 23 milliards et en récupère 14)
5 milliards d’euros liées à des dépenses hors budgets (Cofinancement et sanctions financières)
20 milliards récupérables rapidement sur la fraude et l’évasion fiscale en rétablissant le contrôle sur les mouvements de capitaux.
Sans compter les économies colossales découlant de l’allégement des réglementations issues de l’UE dont les coûts de gestion pesant sur les administrations, les entreprises publiques et privées, les artisans etc, qui sont estimées à 35 milliards annuels.

Le Frexit en ce qu’il est une réponse ferme et déterminé aux exactions de la caste des oligarques est nécessairement une mesure « de gauche ». Ce sujet ne doit plus être tabou. 
Un grand parti populiste comme l’est la France Insoumise, pourrait d’autant plus facilement assumer cette approche que la construction de l’Europe est frappée d’illégitimité depuis 2005 puisque le peuple français l’a refusé. 
Il est urgent que cette blessure démocratique soit soignée et qu’une nouvelle occasion de se prononcer soit donné au peuple. On ne peut pas demander aux citoyens d’aller voter, et ensuite bafouer leur vote. 
Comme le dit Frederic Lordon « La gauche ne peut plus couler un désir internationaliste dans les pires propositions du néoliberalisme ».

Eu égard à ses réflexions j’ai décidé de soutenir la campagne de Francois Asselineau, qui est aujourd’hui le seul a porter la revendication du Frexit dans l’espace public.
A ceux qui crient au loup parce que Francois Asselineau a été proche de Charles Pasqua et membre du RPF, je renvoie sur les explications très détaillées qu’il a lui-même données, et qui me semblent suffisamment convaincantes. M. Asselineau est depuis le début un fervent gaulliste et adversaire de la construction européenne néolibérale et il a pensé trouver dans le RPF un vrai parti souverainiste, avant de s’apercevoir qu’il s’était trompé.
Je n’ai personnellement jamais vu ou entendu chez lui aucun propos raciste, antisémite, identitaire, etc.. qui permettrait de l’identifier à l’extrême droite. Au contraire j’y trouve une culture universaliste, laïque, et républicaine absolument évidente. Je regrette que des débats sur le fond n’est jamais eu lieu entre les responsables de FI et l’UPR. Mais c’est vrai qu’ Asselineau avec ses 0,98% des voix est quantité négligeable ! Au moins ne pourrais-je pas être taxée d’opportunisme !!
Je reste bien évidemment solidaire de tous les autres combats de la France Insoumise.

Bravo Madame !

Et bienvenue dans le parti qui réunit les Français de tous les horizons !

En complément sur UPR :

En complément sur Sylvie Heyvaerts :

     

Jeudi 7 Mars 2019 - News # 15503 

La sombre voie du néolibéralisme vers le fascisme - Par Chris Hedges. Voir [ici] ().

En complément sur néolibéralisme :

En complément sur fasciste :

     

Lundi 4 Mars 2019 - News # 15437 

C'EST CASH ! Avec Olivier Delamarche - Chiffres de la croissance, agences de notation : peut-on s'y fier ? :

Un épisode important pour comprendre que tous ces chiffres économiques sont trafiqués pour n'être au final que des outils mensongers de marketing au service de politiciens, du monde financier, et même d'idéologies comme le néolibéralisme.

Nous vivons dans la civilisation du mensonge.

Tant qu'il n'y aura pas de lois punissant sévèrement la divulgation de faux chiffres, soyez sûr que cette situation ubuesque va aller en empirant.

À voir !

En complément sur Olivier Delamarche :

En complément sur croissance :

En complément sur agence de notation :

   

Mardi 12 Février 2019 - News # 14981 

 

Analyse du Sondage “Êtes-vous un con ?” de Conspiracy Watch. Voir [ici] ().

Avec le temps, tout montre que l'IFOP est un faux nez de smart-fascistes férus de néolibéralisme.

Ils mentent, ils trafiquent leur sondages, dans le but de façonner et de manipuler l'opinion publique. Aussi :

  1. Ne répondons plus à aucun sondage de l'IFOP.
  2. Ne diffusons plus aucun sondage de l'IFOP si ce n'est pour dénoncer leur fausseté et la propagande sous-jacente.

Plus aucune réponse pour l'IFOP = plus aucune rentrée d'argent pour l'IFOP = mort de l'IFOP. Simple et facile !

Mettons à genoux ces crypto-fascistes néolibéraux propagandistes ennemis du peuple !


Samedi 9 Février 2019 - News # 14903 

François Berléand : tout s'explique : il était avec Daniel Cohn-Bendit et Romain Goupil à la soirée de victoire d'Emmanuel Macron à La Rotonde le 23 Avril 2017 :

Une belle brochette de faux-culs ennemis du peuple, vendus à l'oligarchie financière, au néolibéralisme, à l'européisme, et au mondialisme...

En complément sur François Berléand :

En complément sur Daniel Cohn-Bendit :

     

Jeudi 7 Février 2019 - News # 14832 

Vin de Bordeaux : l’écrivain Philippe Sollers écrit à Alain Juppé pour se plaindre des noms de châteaux chinois. Voir [ici] ().

Mais comment laisse-t'on les chinois acheter nos vins ???

Trahison de nos traîtres de politiciens encore une fois !

Nous, nous ne pouvons rien acheter en Chine, mais c'est open bar en France pour les Chinois...

Merci la saloperie d'Union Européenne qui interdit tout restriction de mouvements de capitaux non seulement avec des pays membres mais aussi avec des pays tiers. Résultat le monde entier peut acheter notre patrimoine, et nos capitalistes peuvent délocaliser n'importe où dans le monde.

Des traîtres de politiciens et une saloperie de dictature néolibérale d'Union Européenne, je l'ai toujours dénoncé.

Merci à Compagnon pour le lien. 

En complément sur vin :

En complément sur patrimoine :

     

Mercredi 6 Février 2019 - News # 14797 

Hôpita et santé : "On est dirigés par des gens qui n'ont plus aucune valeur humaine". Voir [ici] ().

Avec tous ces traîtres de politiciens et hauts fonctionnaires à la mentalité pourrir néolibérale, c'est normal d'avoir des résultats aussi désastreux.

Et puis, la dictature néolibérale de l'Union Européenne joue aussi un rôle crucial négatif puisqu'elle détruit progressivement et méthodiquement les services publics par une ouverture au secteur privé, et une restriction des budgets.

En complément sur Hôpital :

En complément sur santé :

     

Lundi 4 Février 2019 - News # 14748 

Venezuela : Les États-Unis accentuent leur pression sur Nicolas Maduro et envisagent une intervention :

Une saloperie de fascistes, de pilleurs, et d'impérialistes, voilà la réalité des américains.

Ah elle belle la "démocratie" américaine. Un ramassis de connard iniques et malfaisants qui a volé tous les pouvoirs au peuple américains, voilà la réalité. Consternant.

Je trouve que plus le temps passe, plus les choses empirent, presque partout. Ça devient de plus en plus inquiétant.

Demain une dictature mondiale néolibérale impitoyable et inique ou la révolte des Nations. Et pour le moment, on est mal barré...

En complément sur Venezuela :

En complément sur Nicolas Maduro :

En complément sur États-Unis :

En complément sur pression :

 

Jeudi 31 Janvier 2019 - News # 14621 

Venezuela : le Parlement européen reconnaît l'opposant Juan Guaido comme président «légitime». Voir [ici] ().

Ça devient grave...

La jolie Union Européenne qui reconnaît un fasciste vendu aux américainx qui s'autoproclame président ?

Dans ce cas, je me proclame président de l'Union Européenne !

Une fois de plus, on peut se rendre compte que Union Européenne est une dictature néolibérale qui bafoue les peuples et la démocratie.

En complément sur Venezuela :

En complément sur Juan Guaido :

En complément sur Parlement européen :

En complément sur Union Européenne :

 

Mercredi 30 Janvier 2019 - News # 14599 

Une ONG appelle ouvertement les Allemandes à se marier avec des migrants pour qu’ils puissent « rester en Allemagne ». Voir [ici] ().

Hallucinant...

Vous voyez, une fois de plus, nous pouvons contempler comment nos ennemis les mondialistes sont des ennemis des peuples et des Nations, et sont prêts à tous pour nous détruire.

Méditez bien sur cette news effarante et ses implications, en aval, comme en amont, car elle résume tout le drame du fascisme mondialiste néolibéral contemporain.

Merci à OS pour le lien. 

En complément sur migrants :

       

Lundi 21 Janvier 2019 - News # 14412 

François Asselineau Président !!! :

François Asselineau, la dernière chance de la France avant sa dissolution et son anéantissement dans la dictature néolibérale de l'Union Européenne.

En complément sur François Asselineau :

       

Jeudi 10 Janvier 2019 - News # 14115 

Privatisations : les plaies du capitalisme et du néolibéralisme résumées simplement :

En complément sur privatisation :

En complément sur capitalisme :

En complément sur néolibéraliosme :

   

Samedi 8 Décembre 2018 - News # 13337 

L’Australie a adopté un projet de loi controversé qui porte atteinte à la vie privée en ligne. Voir [ici] ().

Ce pays est l'un des laboratoires du Nouvel Ordre Mondial : c'est un état libéral-smart fasciste où l'oligarchie expérimente pour emmener ce pays par petits pas vers vers une dictature néolibérale.

En complément sur Australie :

En complément sur vie privée :

     

Dimanche 18 Novembre 2018 - News # 12742 

Capitalisme outrancier : "Le néolibéralisme : la pulsion de mort" - Par Vox Plebeia :

Le Mal avance.

L'Enfer arrive sur Terre, par l'intérieur de l'homme, et très rares sont ceux qui le voient et en prennent conscience.

Cette Humanité est perdue.

En complément sur libéralisme :

En complément sur Vox Plebeia :

     

Mardi 13 Novembre 2018 - News # 12606 

L'Italie refuse de plier face à Bruxelles et maintient son budget. Voir [ici] ().

Bravo les Italiens !

À mort la smart dictature de l'Union Européenne néolibérale qui écrase les peuples et détruit les Nations !

Vive le populisme !

À bas la fausse démocratie représentative, non représentative, noyautée et piratée par tous les lobbies !

En complément sur Italie :

En complément sur Union Européenne :

En complément sur Commission européenne :

   

Dimanche 30 Septembre 2018 - News # 11552 

 

Main basse sur l'État par l'ENA : "La caste : Enquête sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir" : entretien avec Laurent Mauduit :

SYNOPSIS :

Dans l'Entretien Libre, Aude Lancelin a reçu le journaliste Laurent Mauduit pour échanger à propos de son livre : « La Caste - Enquête sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir »

LA QUATRIÈME DE COUVERTURE :

En vingt ans s'est constituée en France une véritable oligarchie vertébrée notamment par l'Inspection des finances. Fonctionnant comme une caste, cette oligarchie capitaliste s'est installée pour durer, en occupant les postes clés de l'État, pour imposer ses vues et ses réformes néolibérales. Quelle est la vraie nature de ce pouvoir dont Emmanuel Macron est l'étendard ? Histoire de la trahison des élites publiques françaises.

L'accession au pouvoir d'Emmanuel Macron n'est pas seulement la conséquence d'un séisme historique, qui a vu l'implosion du Parti socialiste et du parti Les Républicains. C'est aussi l'aboutissement de l'histoire longue de la haute fonction publique, qui a cessé de défendre l'intérêt général pour se battre en faveur de ses seuls intérêts.

Pour comprendre cette sécession des élites publiques et décrypter les débuts du nouveau quinquennat, il faut savoir comment la caste a d'abord réalisé, grâce aux privatisations, un hold-up à son profit sur une bonne partie du CAC 40 ; puis comment, par le jeu des pantouflages ou de rétropantouflages, elle est parvenue à privatiser quelques-uns des postes clés de la République jusqu'à porter l'un des siens au sommet de l'État.

C'est cette enquête que La Caste s'applique à mener, en dressant l'état des lieux du système oligarchique français ; en se plongeant dans les combats engagés par les défenseurs de la République – en 1848, en 1936 ou encore en 1945 –, pour que celle-ci dispose enfin d'une haute fonction publique conforme à ses valeurs.

RÉSUMÉ :

La victoire d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle n'est pas seulement la conséquence accidentelle d'un séisme historique qui a vu l'implosion du Parti socialiste et du parti Les Républicains. C'est aussi et surtout l'aboutissement d'une histoire longue, celle de la haute fonction publique française, notamment l'Inspection des finances, qui a progressivement cessé de défendre l'intérêt général au profit de ses seuls intérêts, ceux de l'oligarchie de Bercy. Pour comprendre cette trahison des élites publiques et décrypter les débuts de ce quinquennat qui en résulte, il faut se plonger dans l'histoire de cette caste.

Dans les années 1980, d'abord, lorsqu'elle réalise grâce aux privatisations un hold-up sur une bonne partie du CAC 40 et de la vie française des affaires. Puis peu à peu s'installe, par le biais de pantouflages ou de rétro-pantouflages de plus en plus fréquents, en consanguinité constante avec le monde de la finance pour lequel elle privatise quelques-uns des postes-clés de la République.
En servant alternativement la gauche et la droite, mais en défendant perpétuellement les mêmes politiques néolibérales, elle est finalement parvenue à installer une tyrannie de la pensée unique, ruinant la notion d'alternance démocratique.

C'est cette enquête que cet essai sur la caste s'applique à mener : en dressant un méticuleux état des lieux du système oligarchique français ; en se replongeant dans les innombrables combats menés par les défenseurs de la République - en 1848, en 1936 ou encore en 1945 - afin que celle-ci dispose d'une haute fonction publique conforme à ses valeurs. L'élection de Macron atteste que ce combat démocratique, si souvent perdu, est plus urgent que jamais.

L'AUTEUR :

Laurent Mauduit commence sa carrière de journaliste en 1979 au Quotidien de Paris.
Chef du service économique de Libération jusqu’en 1994, il entre au Monde pour une quinzaine d’années.
Cofondateur de Mediapart, Laurent Mauduit a déjà publié une quinzaine d’ouvrages, principalement des essais sur la gauche française et des livres d’enquête, dont le récent Main basse sur l’information (Don Quichotte, 2016).

C'est gravissime.

Une vidéo qu'on peut largement mettre dans les Chroniques de la dégénérescence, et qui permet de comprendre pourquoi et comment tous les États dégénèrent : à cause des hommes qui perdent peu à peu leur éthique, et qui ne voient plus que leurs intérêts, par la corruption des esprits et des moeurs. Game Over.

Après la trahison des politiciens, la trahison des hauts fonctionnaires et des "élites".

À voir absolument !

En complément sur Chroniques de la dégénérescence :

En complément sur élite :

En complément sur l'ENA :

En complément sur Laurent Mauduit :

 

Samedi 15 Septembre 2018 - News # 11187 

Quand France Inter dénigre honteusement Pierre Rabhi... : "Les contradictions du « paysan » Pierre Rabhi" :

Ignoble !

Une vidéo réalisée par un journaliste minable, partial, et haineux.

Et facile à démonter : il dit que Pierre Rabhi donne 60.000 euros par an. C'est énorme !

Sur 10 ans : ça fait 600.000 euros. Ça dépasse le demi million évoqué au début.

Quand à ce qui lui reste de SON TRAVAIL, paysan, ou auteur, ou conférencier, il a le droit comme tout le monde de l’utiliser à sa guise.

Vidéo de propagande dans le but de décrédibiliser l'homme. Qui est le commanditaire de cette vidéo ? Voilà la bonne question.

Maintenant, il est connu que France Inter qui fait la propagande du modèle néolibéral, un modèle totalement à l'opposé de celui de Pierre Rabhi, tiens..., tiens...

Enfoirés de capitalistes et de suppôts du capitalisme.

En complément sur Pierre Rahbi :

En complément sur ignoble :

En complément sur dénigrer :

En complément sur propagande :

 

Vendredi 3 Août 2018 - News # 10275 

 

Capitalisme : La nouvelle campagne de communication de l'école HEC fait réagir Twitter. Voir [ici] ().

Et me fait aussi réagir... : de la propagande néolibérale, de l'enfumage : sous couvert d'aider les pauvres, ces deux ahuries bâtissent leur business model sur les pauvres. En clair, elles gagnent de l'argent grâce à la misère de chômeurs.

Et puis la formule de l'école : "une start-up qui aide les personnes éloignées de l’emploi à trouver un travail et construire leur avenir" : mais qu'est-ce c'est que ce verbiage sauce novlangue ? Ce sont des chômeurs, et pas n'importe lesquels : des chômeurs qui n'arrivent vraiment pas à trouver du travail.

Ahurissant.

Quand on est jeune, on est con :
on est rempli d'illusions, de certitudes erronées,
et on a aucune expérience de la vie.
Un exemple parfait.

Aurélie Lavaud lave, blanchit, le capitalisme,
et permet ainsi à Irène Soulages
de soulager les pauvres de leur maigre argent.

Merci le Ciel de nous montrer qui sont les gens.

Vous êtes chômeur ?
BimBamJob va vous mettre un Bim puis un Bam dans la tronche
grâce à ces deux délurées du capitalisme.

En complément sur propagande :

En complément sur libéralisme :

En complément sur capital :

   

Vendredi 20 Juillet 2018 - News # 9890 

Jean-Claude Juncker, le président de la Commission s’inquiète de la montée des nationalismes et des populismes :

Tu as raison d'avoir peur Jean-Claude... : tui vas voir comment les peuples vont tre foutre dehors, enfoiré de traître néolibéral, antidémocrate, et corrompu de surcroît.

Vive les États-nations !

Vive le populisme, la vraie démocratie !

À bas les oligarques traîtres et dévoyés !

En complément sur Jean-Claude Juncker :

En complément sur nationalisme :

En complément sur populisme :

   

Mardi 17 Juillet 2018 - News # 9836 

"Riposte à la grossière censure de YouTube" par LLP :

Je rencontre le même problème avec l'INA qui censure nombre de vidéos dès qu'elles incorporent quelques secondes du service public. C'est d'autant plus lamentable que ces journaux et émissions du passé ont été financés avec l'argent de tous les français.

Interdire aux gens  d'utiliser pour des vidéos et des documentaires des extraits de ces émissions est donc profondément inique.

En fait, l'INA est devenue une machine à faire de l'argent : ceux qui dirigent l'INA en vivent et se comportent comme de petits seigneurs prédateurs, c'est une honte ! Plus aucun sens du service public, et de l'intérêt général : même l'INA  adopte une posture néolibérale, et ses administrateurs surveillent le grisbi comme si c'était à eux. Ils se sont accaparé toutes les diffusions sur service public. Lamentable !

En complément sur LLP :

En complément sur YouTube :

En complément sur censure :

   

Vendredi 29 Juin 2018 - News # 9438 

L'Autriche en passe de reconnaître un troisième sexe. Voir [ici] ().

Décidément, c'est la journée du triomphe LGBT ! 

Un troisième sexe... Et puis quoi encore ? Le déni de RÉALITÉ !

Encore un dégât de la nauséabonde et ténébreuse théorie du genre...

Même en Autriche, ils ont aussi des traîtres de politiciens manifestement.

En fait, quand on regarde bien, ça vient de plus haut : de l'Union Européenne néolibérale du droit-de-l'hommiste marchand émanant du capitalisme libertaire outrancier qui garantit dans son article 8 de la Convention européenne des droits de l'Homme un «droit à une identité sexuelle individuelle» et protégeait «en particulier les gens avec une identité sexuelle alternative». Qui a pu écrire une pareille ânerie, une pareille absurdité ? PAS LES PEUPLES EN TOUT CAS, mais des traîtres à l'Humanité, comme toujours.

La "démocratie" est un leurre : NOUS NE SOMMES PAS EN DÉMOCRATIE mais dans le règne des lobbies, des oligarchies, et des multinationales.

La démocratie, c'est le peuple pour le peuple, par le peuple, et rien d'autre. Nous n'y sommes pas encore hélas...

En complément sur Autriche :

En complément sur théorie du genre :

En complément sur LGBT :

En complément sur homosexualité :

En complément sur Union Européenne :


Dimanche 3 Juin 2018 - News # 8853 

Le capitalisme outrancier et la marchandisation de tout et la disparition de la puissance publique, du bien commun, et de l'intérêt général : une "dystopie néolibérale" - Par Vox Plebia :

Bon, mais un peu court.

Pour être plus pertinent et didactique, il aurait été souhaitable que l'auteur cite ces fameux prémisses, d'en signifier pour chacun le sens et la portée, pour permettre au téléspectateur d'en comprendre la dynamique, et le
processus général permettant de les relier effectivement à la dystopie.

En complément sur libéralisme :

En complément sur marchandisation :

En complément sur capitalisme :

En complément sur dystopie :

 

Mardi 29 Mai 2018 - News # 8720 

 

== Communiqué de presse IMPORTANT ==

HALTE A L’EURO-DICTATURE !

L’UPR demande à la France d’exiger la démission immédiate du Commissaire européen allemand Günther Oettinger. Voir [ici] () et [là] ().

Vous vous souvenez de ce que j'ai prédit ? :

"Tous les traîtres, tous les faux culs, tous les ennemis du peuple et de la démocratie véritable, tous les antidémocrates et les crypto-fascistes, sortent du bois à l'occasion de la victoire du peuple en Italie."

Ben voilà : ici un exemple supplémentaire flagrant !

Et il fait fort ce traître d'oligarque allemand ...

La dictature des européistes et de l'Union Européenne couplée à la dictature des marchés...

L'essence de l'Union Européenne,
c'est le néolibéralisme,
le pouvoir oligarchique et technocratique,

et le déni des peuples et de la démocratie.

Encore une preuve cette analyse.

En complément sur UPR :

En complément sur Union Européenne :

En complément sur dictature :

En complément sur européisme :

 

Vendredi 18 Mai 2018 - News # 8478 

Royaume-Uni : une ligne de chemin de fer va être renationalisée. Voir [ici] ().

Mort de rire...

Si ça, ce n'est pas un aveu...

Les citoyens n'ont aucun intérêt à payer pendant des années des infrastructures et des équipements pour s'en voir ensuite dépossédés et rackettés.

Il serait temps d'arrêter de croire et de relayer la propagande mensongère néolibérale, ne croyez vous pas ?

En complément sur nationalisation :

       

Samedi 5 Mai 2018 - News # 8242 

Protectionnisme : la Côte d'Ivoire donne une leçon magistrale d'économie à nos connards et traîtres de politiciens et d'économistes : elle crée des emplois en taxant le poulet importé :

Conclusion : il suffit de faire la même chose en France, sauf que... c'est impossible en raison de l'appartenance de la France à l'Union Européenne, cette dernière interdisant le protectionnisme et obligeant la libre circulation entre pays membres mais, tenez-vous bien, aussi avec les pays-tiers, c'est-à-dire avec tout le monde. Game Over.

Bien évidemment, c'est une législation instituée par les multinationales et les oligarques néolibéraux qui veulent pouvoir spéculer sur les différences tarifaires dûes aux coûts salariaux, fiscaux, et environnementaux, totalement différents suivants les pays du monde.

Conclusion de la conclusion : il nous faut impérativement sortir de la saloperie de smart-dictature néolibérale de l'Union Européenne pour retrouver notre souveraineté et mettre en place un protectionnisme intelligent. CQFD.

Frexit !

En complément sur protectionnisme :

En complément sur Union Européenne :

En complément sur Frexit :

En complément sur UPR :

 

Vendredi 4 Mai 2018 - News # 8213 

 

Documentaire sur la présidentielle 2017 en France : "Macron à l'Élysée : le casse du siècle" :

SYNOPSIS :

Avec «Macron à l'Elysée : le casse du siècle», BFMTV poursuit sa production de documentaires sur la dernière présidentielle.

«Le casse du siècle» : la campagne Macron ou la réussite d'une «effraction».

Après le fiasco de François Fillon, plombé par les affaires et lâché par une partie de son camp, le banco d’Emmanuel Macron, porté par les circonstances et une incontestable opiniâtreté. Avec Macron à l’Elysée, le casse du siècle (1), documentaire de 52 minutes que BFMTV a de nouveau produit en interne, la chaîne continue de redérouler, au long, le fil de cette campagne qui restera dans les annales. Cette fois du point de vue du vainqueur, qui n’était au départ qu’un ministre ambitieux puis un challenger sans troupes et aux maigres chances. Si personne n’ignore l’issue du film, les très nombreux témoignages qui nourrissent le récit de cette victoire par «effraction» – terme admis par Macron lui-même – ne manquent pas d’intérêt.

Alors qu’Emmanuel Macron va souffler d’ici peu sa première bougie à l’Elysée, c’est aussi l’occasion de réaliser le chemin parcouru, à titre personnel, depuis l’affirmation de ses ambitions, l’annonce de sa candidature et enfin la bataille électorale qui l’a conduit à la victoire finale, face à l’extrême droite. De la petite équipe totalement dédiée à sa cause et revendiquant une culture start-up, aux démonstrations de force des meetings de fin de campagne, on mesure une nouvelle fois combien sa victoire n’était pas toute tracée.

«Vous ne serez jamais ministre»
Le film s’ouvre avec la réception donnée par François Hollande à l’Elysée, le 15 juillet 2014, en l’honneur de celui qui était alors secrétaire général adjoint et quittait le Palais après deux années. Gaspard Gantzer, en charge de la communication du président Hollande à l’Elysée, et Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de la dernière partie du mandat et l’un des parrains politiques de Macron, notamment, reviennent sur cette période. Les sourires sont bien présents, mais l’humeur du jeune conseiller en partance est quelque peu amère. Lui se serait bien vu ministre, comme Julien Dray ou Jacques Attali l’avaient conseillé à Hollande en parlant d’une «pépite», racontent-ils dans le film. «Trop tôt», «trop technocrate», aurait répondu à l’un comme à l’autre le chef de l’Etat. Attali affirme alors avoir joué un rôle : «Je lui ai dit : "Emmanuel, il faut partir parce que vous ne serez jamais ministre."»

Interrogé sur l’aigreur de Macron, l’ancien patron du PS Jean-Christophe Cambadélis, raconte une anecdote. Quelques mois avant son départ de l’Elysée, sortant d’une réunion, il aurait lancé au premier des hollandais et ministre, Stéphane Le Foll : «Tu sais, je reviendrai et j’attaquerai tout le monde au pic à glace…» Jouyet se souvient, lui, que son discours de départ de l’Elysée se finissait par quelque chose qui voulait dire «je reviendrai […], ce n’est qu’un au revoir». Faute de ministère, l’ancien banquier reprend sa liberté, pour monter une start-up avec son compère Julien Denormandie, aujourd’hui secrétaire d’Etat. On connaît la suite : six semaines plus tard, Arnaud Montebourg sort de route puis du gouvernement, Hollande rappelle Macron. «C’est Manuel Valls qui fait pression auprès de François [Hollande]», raconte Jacques Attali, qui reçoit quelques jours plus tard un coup de fil du Premier ministre : «Tu diras à ton protégé qu’il n’est qu’un ministre technique.» Nous sommes en août 2014.

«Macron se consacre à autre chose»
Depuis Bercy, c’est une nouvelle page qui s’ouvre pour le jeune ministre. Et une double vie politique. Autour d’Ismaël Emelien, une petite équipe soudée et totalement dévouée se démultiplie pour servir à la fois le pays et l’avenir de leur grand homme. Pendant ce temps-là, ça défile au ministère, se souvient l’ancien ministre du Budget Christian Eckert : «Le ministère de l’Economie a surtout servi de tremplin à son parcours présidentiel. People, journalistes, acteurs, chanteurs, écrivains… Il nous arrivait de croiser des personnes dont on pensait qu’elles n’étaient pas forcément au centre de l’actualité économique du pays.» A l’automne 2015, le film suit l’affirmation progressive des ambitions macroniennes. Michel Sapin raconte avoir mis en garde François Hollande : «Je lui ai dit : "Emmanuel Macron se consacre à autre chose… Et cette autre chose, ce n’est pas d’appuyer ta candidature."»

La constitution d’En Marche reste évidemment un moment important. Gaspard Gantzer revient sur les conditions dans lesquelles Macron l’a annoncée à Hollande. La scène se passe après une réunion portant sur la future campagne du président sortant et à laquelle Macron vient de participer. Il se lance : «Tiens au fait, je t’en avais parlé il y a quelques mois, mais cette fois, c’est fait, je vais lancer une forme de think tank avec des jeunes pour réfléchir à la politique», se souvient Gantzer, rapportant les encouragements de Hollande qui «se dit que quelque chose de positif peut sortir de cela». L’affaire est lancée, elle ne s’arrêtera plus. Fin août 2016, Macron sort du gouvernement et s’il laisse entendre qu’il soutiendra Hollande candidat c’est en fait déjà pour mettre sa campagne sur orbite. Michel Sapin ne sait d’ailleurs si Hollande a pêché par «aveuglement» ou s’il a dû faire semblant de croire à la fidélité de son ancien ministre par «incapacité de faire autrement».

Dans l’entourage de Macron c’est le temps de la déclaration de candidature pour soutenir les levées de fonds et couper l’herbe sous le pied de Hollande. Lequel annonce sous cette contrainte inédite qu’il ne tentera pas de briguer un second mandat. C’est le temps des ralliements politiques, ils sont nombreux. Le récit par l’ancienne journaliste Laurence Haïm, alors porte-parole de Macron, de celui de Bayrou, qui a failli s’étouffer à table, vaut le détour. Fort de ce soutien, de l’éclatement de la gauche et de l’effondrement du candidat Fillon, Macron accélère. La start-up devient une très grosse PME, l’accueil des nouveaux convertis par les croisés de la première heure ne se fait alors pas sans frustrations. Mais l’appel de la victoire est le plus fort : bouquet final pour Macron, ce candidat «parti de rien» qui a «terrassé toutes les têtes d’affiche» et «pulvérisé tous les partis», décrit le commentaire, volontiers tapageur. L’histoire d’un coup de maître ou d’une sacrée trahison, chacun jugera. Selon un proche Macron, au soir du second tour, le vainqueur lui aurait confié : «On vient de réussir un braquage. C’est comme dans Ocean’s Eleven, sauf qu’on était moins nombreux… Faut dire qu’on connaissait le proprio et qu’on avait les plans.» 

Source : Libération.

Un documentaire qui confirme définitivement que :

Maintenant, il faut aussi prendre conscience que c'est ahurissant et vraiment ironique, pour ne pas dire du foutage de gueule, que ce soit BFMTV qui fasse un  pareil documentaire, alors même que c'est la chaîne qui a le plus contribué à permettre l'élection d'Emmanuel Macron... 

Une petite meute de jeunes diplômés, capables intellectuellement, mais dévoyés, sans éthique, cyniques, inconscients, ont travaillé intensément à propulser un traître à la France, un traître aux intérêts français (il faut voir comment Macron a vendu l'un de nos fleurons industriel Alstom), et un traître aux français. Terrible.

Cette histoire est un véritable drame pour la France, et je n'exagère pas. Il faut prendre conscience que non seulement ce gouvernement ne va rien faire d'utile pour le pays mais va même détruire ses services publics, fragiliser encore plus les maigres revenus de français moyens ou pauvres, faire la volonté du MEDEF, des capitalistes et de la politique néolibérale de l'Union Européenne, mais qu'en plus, le petit groupe de connards qui ont travaillé pour porter Macron au pouvoir sont maintenant aux manettes de notre pays, et qu'ils vont en plus s'incruster durablement : on les retrouvera ici ou là dans les rouages de la république travaillant à leur propre carrière, à celle de leur amis et intérêts, etc. C'est très grave. Les loups sont entrés dans la bergerie, et vont tout faire pour y rester, soyez-en persuadés.

Où est l'intérêt du peuple dans toute cette gabegie ? Nulle part ! Le peuple, n'existe pas pour ces gens. Seul compte pour eux le pouvoir. L'épisode de Macron disant à François Hollande à son départ de Bercy qu'il va le soutenir pour les présidentielles donne la mesure de la duplicité, de la trahison et du cynisme du personnage Macron. À gerber !

Un must très révélateur.

À voir absolument ! à ne surtout pas rater !

En complément sur Macron :

En complément sur présidentielle 2017 :

     

Mercredi 2 Mai 2018 - News # 8176 

"Les personnes âgées dérangent le système. Témoignage". Voir [ici] ().

Préoccupant.

Si notre société n'abandonne pas les idéologies mortifères du capitalisme et du néolibéralisme, notre société va devenir un enfer , et peu à peu se désintégrer.


Mercredi 28 Mars 2018 - News # 7306 

Nicolas Tenzer appelle au boycott de la Coupe du Monde de football en Russie :

Incroyable ! Du jamais vu !

Un monument de désinformation et de propagande mensongère.

Et ce type est professeur à Science Po, et un soit-disant spécialiste des questions internationales... C'est surtout un menteur professionnel.

Ce ne sont pas les Russes qui ont attaqué et défiguré la Syrie Monsieur le professeur de mes deux, mais les hordes de barbares, de fanatiques, d'égorgeurs, de coupeurs de têtes, et de tortionnaires, formés, encadrés, et armés par les États-Unis, par la France, par le Royaume-Uni, et financés par le Qatar et l'Arabie Saoudite.

Cette vidéo est une très rare occasion de voir, et donc de comprendre, que comme pour la diffusion de la propagande capitalistique et néolibérale, pareillement pour la politique et la géopolitque, les professeurs d'universités et de grandes écoles jouent un rôle crucial de formatage de l'opinion publique.

Ils sont d'ailleurs recrutés spécifiquement pour leur alignement, leur conformité, et leur obéissance, à la pensée unique et dominante du système, dans le but de formater les jeunes esprits et de promouvoir et d'entretenir une idéologie bien définie, à coup de points de vue biaisés, de contre-vérités, et de mensonges répétés. Et plus c'est gros, plus ça passe, car ils parviennent toujours à justifier leurs assertions mensongères et débiles.

Et pire : plus ils mentent et montrent qu'ils servent bien le système, plus le système les récompense, et les fait monter dans la hiérarchie et leur octroie des postes prestigieux. Voilà pourquoi nous avons les pires qui sont aux commandes dans de nombreux cas.

Maintenant, d'un point de vue psychologique, à force de mentir, ce genre de gugusse finit par croire sa propre propagande..., devenant un élément de plus en plus nuisible pour la société puisque de plus en plus auto-convaincu par ses propres mensonges, et ne se posant même plus aucune question.

Et pire : ce genre de gugusses sont invités sur les plateaux de télévision, à la radio, ou comme ici par une chaîne Internet, chacune de leurs apparitions étant une occasion rêvée d'instiller leur venin et d'entretenir et de développer en plus leur notoriété, ce qui favorise leurs ré-invitations futures, et donc leur nuisance perpétuelle. Voilà pourquoi on voit toujours les mêmes cons préjudiciables, les mêmes experts à la noix, à la télévision.

Au final, ce sont des pervers narcissiques au service du système. Ils sont extrêmement dangereux car ce sont des ennemis de la Vérité, et donc des citoyens. Ils entretiennent des mensonges qui rendent prisonniers les peuples. C'est très grave.

Nicolas Tenzer : un cas d'école hallucinant, une leçon de choses à lui tout seul ! Consternant...

En complément sur désinformation :

En complément sur propagande :

En complément sur mensonge :

En complément sur incroyable :

En complément sur hallucinant :


Mardi 27 Mars 2018 - News # 7284 

 

La scolarité sera obligatoire dès 3 ans à partir de la rentrée 2019. Ainsi Macron en a t'il décidé... Voir [ici] ().

Après les vaccins, l'école...

L'embrigadement aux valeurs "Théorie du genre + LGBT + Shoah + immigrationnisme + boboïsme + soumission à l'ordre marchand capitaliste néolibéral et bancaire + athéisme anti-chrétien - religion maçonnique ou noashique" dès le plus jeune âge...

Notez bien que dans la majorité des pays, la scolarité obligatoire est en moyenne à 6 ans (voir le graphique de l'article)

La France que nous connaissons, et que nous aimons, va finir par mourir vraiment...

En complément sur Macron :

En complément sur école :

En complément sur scolaire :

   

Samedi 24 Mars 2018 - News # 7228 

Intervention de François Asselineau sur le démantèlement de la SNCF sur RMC par Éric Brunet :

Éric Brunet est un personnage grossier, propagandiste de l'idéologie néolibérale, et il ne voit pas (ou ne veut pas voir que c'est l'Union Européenne la cause du problème).

En complément sur François Asselineau :

En complément sur Éric Brunet :

En complément sur SNCF :

   

Jeudi 22 Mars 2018 - News # 7201 

 

La loi instaurant un « secret des affaires » passe en toute discrétion à l’Assemblée. Voir [ici] ().

Vous avez dit démocratie et transparence ?

Mon cul !...

Et nous devons cette loi scélérate à l'Union Européenne d'essence néolibérale : c'est une transposition en catimini d'une directive européenne...

Pourtant, une pétition ayant déjà rassemblé plus de 106.000 signature existe ! Voir [ici] ().

Nos politiciens sont des traîtres, je ne cesse de le dire...

[MAJ du 23 Mars 2018] : Pour la lanceuse d'alerte Stéphanie Gibaud, cette proposition de loi met en danger la liberté d'expression et d'information :

En complément sur 'Union Européenne :

En complément sur néolibéral :

En complément sur trahison :

En complément sur traître :

 

Dimanche 25 Février 2018 - News # 6943 

Union Européenne : il commence à y avoir de l'eau dans le gaz, et Macron jette de l'huile sur le feu... Voir [ici] ().

Tant mieux, cette saloperie de smart-dictatuture néolibérale va tomber plus vite.

En complément sur Union Européenne :

En complément sur Macron :

     

Vendredi 23 Février 2018 - News # 6921 

 

Internet et vie privée : "Faire des recherches sur internet sans être tracé, c'est possible ?" par Éric Léandri, le PDG de Qwant :

Qwant est un moteur de recherche français, créé le 16 février 2013, puis lancé en version définitive le 4 juillet 2013. Il annonce ne pas tracer ses utilisateurs afin de garantir la vie privée et se veut neutre dans l'affichage des résultats.

Après un lancement critiqué, à cause de ses résultats très proches de Bing et Wikipédia, une nouvelle version du moteur est publiée, en avril 2015, accompagnée des encouragements du gouvernement, via Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, déclarant qu'un « Google français est en marche ». En mars 2017, après une levée de fonds avec le soutien de la Caisse des dépôts et consignations (et après le refus de financement par Bpifrance), de nouveaux articles de presse évoquent l'usage par Qwant de plusieurs technologies, algorithmes et régie publicitaire, fournies par Microsoft.


Confidentialité :
Qwant n'installe pas de cookies traceurs et ne piste pas ses utilisateurs, le seul cookie présent n'existe que durant la session et est supprimé immédiatement après. Les résultats affichés sont neutres et ne sont pas personnalisés d'après un historique de recherche comme pour Google, Qwant n'en possédant pas, mais dépendent uniquement des tendances du moment, en partie d'après les réseaux sociaux.


Ce moteur de recherche est accessible ici : https://www.qwant.com ().

Source : Wikipédia.

Seul bémol : son couplet pro-européen à la fin.

C'est de la propagande, en plus d'être faux, mensonger, et naïf : l'Union Européenne est une smart-dictature néolibérale totalement inféodée aux lobbies, aux multinationales, et au capitalisme.

En complément sur Internet :

En complément sur vie privée :

     

Lundi 19 Février 2018 - News # 6839 

Montée en puissance de forces antidémocratiques par le trafic d'influence : les think tanks s’installent au cœur de l’État, des réseaux d’experts s’efforcent de neutraliser toute résistance au dogme néolibéral. par Dostena Anguelova et Roland Gori. Voir [ici] ().

En complément sur antidémocratique :

En complément sur libéralisme :

En complément sur think tank :

En complément sur trafic d'influence :

 

Mardi 30 Janvier 2018 - News # 6495 

Gros coup de gueule de Pierre-Edouard Magnan du Mouvement national des chômeurs et précaires : «Le salarié n'est pas un coût, c'est un producteur ! Les charges ça n'existe pas, ce sont des cotisations sociales. C'est du salaire différé !»  :

Il a raison, il faut arrêter de déconner, et de laisser les tenants de la propagande mensongère néolibérale raconter leurs salades et intoxiquer toute la société. Y'en a marre !

En complément sur coup de gueule :

En complément sur travail :

En complément sur salarié :

En complément sur chômeur :

En complément sur libéralisme :


Vendredi 26 Janvier 2018 - News # 6432 

Un exemple ahurissant et typique de désinformation et de propagande néolibérale mensongère par l'un des tenants de l'establishment éducatif : "Pourquoi réformer le Smic ?" par Gilbert Cette, Professeur d'économie associé à l'Université d'Aix-Marseille :

Cette vidéo est une rare occasion de bien voir comment le système d'essence néolibéral est entretenu, et maintient l'opinion publique sous hypnose collective, lui faisant croire qu'il n'y a pas d'autres alternative que le capitalisme, le libre-marché, la dérégulation, bla, bla, bla :

combiné à

Car enfin, puisque le sujet est le SMIC, le monter ne serais-ce que de 250 euros bruts, ce n'est rien du tout ! Il faut arrêter de prendre les gens pour des cons ! Si une entreprise n'est pas capable de donner 250 euros bruts (plus les cotisations patronales) pour un salarié au SMIC, alors c'est qu'elle est au bord de la faillite. Regardez les bénéfices des entreprises : ils sont immenses, c'est ahurissant ! Tout récemment encore, on apprenait qu'en 2017 82% de la richesse du monde a été accaparée par les riches ! Alors que ce professeur, menteur patenté, affirme que cela va nuire aux entreprises et faire monter le chômage est du foutage de gueule ! À fortiori parce-que des salaires plus hauts signifient plus d'achats, et donc plus de ventes pour les entreprises (et accessoirement plus de cotisations sociales pour les régimes, et plus de taxes et d'impôts pour l'État).

Il faut absolument sortir les gens de la pauvreté, et relancer l'économie par la consommation. Tout a augmenté sauf les salaires. Total : les gens ont de moins en moins d'argent, ils sont de plus en plus pauvres, la classe moyenne fond comme neige au soleil, et même les produits alimentaires de grande consommation sont vendus dans des sous-formats, mais au même prix : voilà un signe objectif de cette paupérisation !

Il est amusant de remarquer que ce professeur au mental ténébreux porte bien son nom : Cette ! (Chez les égyptiens, le Dieu Seth est le frère et l'antithèse du Dieu Horus, le Christ).

L'un des drames de ce monde, c'est qu'il est dirigé par des intellectuels (des gens à la conscience endormie, embouteillée dans les théories, complètement aveugles du coeur, et qui passent leur temps à raisonner toute la journée, et toute leur vie). Ces gens parviennent, grâce au mental, à justifier les pires choses. Ils trouvent toujours un moyen, une rhétorique, pour justifier l'injustifiable ou les dessins partisans et/ou lucratifs qu'ils poursuivent. Et ce satané professeur, en bon chien de garde du système capitaliste, ne déroge pas à la règle : il sort tout un tas de raison débiles, mais bien sournoises et savantes pour tromper son monde, dans le but de justifier qu'on augmente surtout pas le SMIC, et même qu'on le baisse, usant même d'une novlangue typique et navrante qui achève de le trahir : "Un SMIC un peu moins dynamique"... Quel foutage de gueule !

Un monument de désinformation.

À voir absolument !

En complément sur exemple :

En complément sur ahurissant :

En complément sur libéralisme :

En complément sur capitalisme :

En complément sur propagande :


Mardi 23 Janvier 2018 - News # 6346 


"Thème du Forum Économique Mondial de Davos : l'inégalité.
- La résoudre ? Putain non, nous voulons juste effleurer la question !"

 

Fête annuelle des mondialistes, du néolibéralisme, des riches et des ploutocrates, et des oligarques de tous poils : top départ pour pour le 48e Forum Économique Mondial de Davos (World Econonic Forum) de 2018 :

En complément sur Davos :

En complément sur mondialisme :

En complément sur libéralisme :

En complément sur ploutocrate :

En complément sur oligarque :


Vendredi 19 Janvier 2018 - News # 6272 

Intelligence artificielle: Nicolas Bouzou et Laurent Alexandre débattent sur i24NEWS dans l'émission "Elie sans interdit" - 3 Décembre 2017 :

Attention, tout ce qui est dit n'est pas vrai absolument : c'est souvent orienté.

Souvenez-vous que ce sont des gens hypnotisés par la technologie, et de surcroît des propagandistes au service d'une idéologie néolibérale consumériste matérialiste et athée.

"Des vies plus libres" dixit Nicolas Bouzou... Ben voyons... Avec toute cette technologie numérique qui nous surveille et nous enserre un peu plus chaque jour. À ce sujet, voyez impérativement l'excellent documentaire "Regardez la lumière mes jolis", [ici] ().

"Que l'on prie l'intelligence artificielle et que l'on considère que notre nouveau Dieu c'est l'intelligence artificielle" dixit Laurent Alexandre, et Elie de renchérir : "C'est tout à fait respectable !" : démentiel ! et Laurent Alexandre de poursuivre : "Avec la technologie, on peut aujourd'hui créer un Dieu en quelques clics"... Ahurissant !

Nicolas Bouzou et Laurent Alexandre sont des fous, des gens vraiment fascinés, donc inconscients et dangereux.

En dernière analyse, ces deux personnages sont des sataniques qui s'ignorent, surtout Laurent Alexandre.

En complément sur intelligence artificielle :

En complément sur Laurent Alexandre :

En complément sur dément :

En complément sur ahurissant :

 

Lundi 15 Janvier 2018 - News # 6174 

Bernard Friot : Séminaire S01E04 // Salaire à la personne ou revenu différé ?

SYNOPSIS :

L’échec de l’opposition aux réformes concernant l’emploi, le code du travail, le salaire et la protection sociale menées depuis les années 1980 risque de se reproduire sous Macron si les opposants continuent à réfléchir en termes de répartition de la valeur entre travail et capital. La classe ouvrière a commencé au cours du XXe siècle non pas à mieux répartir la valeur mais à en changer la pratique. C’est, en réponse, une contre-révolution capitaliste que poursuivent les réformateurs. Dans les premières séances, à partir de son nouvel ouvrage, Vaincre Macron (La Dispute septembre 2017), Bernard Friot proposera une réévaluation des conquêtes ouvrières en matière de droit économique des travailleurs·euses pour sortir du poncif de l’analyse des réformes en termes de « néolibéralisme ». Les réformes ne se contentent pas de s’attaquer aux droits économiques conquis, elles en créent de nouveaux, très réactionnaires, comme le compte personnel d’activité ou le revenu garanti. Ce diagnostic permettra de proposer des pistes d’une offensive en vue de l’attribution à chacun·e à 18 ans de deux droits économiques fondamentaux : le droit à la qualification personnelle (et au salaire à vie qui va avec) d'une part, et le droit de propriété d’usage de l’outil de travail (et donc à la décision dans toutes les entreprises où le/la salarié·e travaillera et dans les caisses d’investissement) d'autre part. Animé par Bernard Friot, le séminaire fera aussi appel à d’autres chercheurs·euses, et l’atelier sera consacré à l’élaboration d’outils d’éducation populaire dans l’esprit de Réseau Salariat. Il y aura une continuité d’une séance à l’autre, la participation à toutes les séances (qui seront enregistrées) et la lecture des documents d'appui sont donc recommandés.Séminaire mensuel avec 10 séances de 18h à 22h (exposé et discussion de 18h à 19h45, repas tiré du sac, atelier de 20h15 à 22h), libre participation aux frais Les séances suivantes auront lieu les lundi 6 novembre, 4 décembre 2017, 8 janvier, 5 février, 12 mars, 9 avril, 14 mai, 4 juin et 2 juillet 2018 aux mêmes horaires.

Source : Réseau Salariat.

En complément sur Bernard Friot :

En complément sur salaire :

En complément sur revenu de base :

   

Vendredi 12 Janvier 2018 - News # 6131 

Les Économistes Atterrés sortent un nouvel ouvrage : "La monnaie un enjeu politique". Voir [ici] ().

SYNOPSIS :

Notre nouvel ouvrage est sorti! Organisé comme un manuel classique, il aborde successivement les fonctions de la monnaie, les mécanismes de la création monétaire, les principales théories, la conduite de la politique monétaire par les banques centrales, la régulation du système et des pratiques bancaires, le système monétaire international. Mais c’est le premier d’un genre nouveau, puisqu’il assume une approche critique de l’enseignement abstrait et néolibéral de ces questions, qui domine aujourd’hui les facultés. Ce manuel s’inscrit dans le sillage de Marx, Mauss, Keynes et Polanyi. Au-delà de la "technique" - au demeurant présentée avec pédagogie - il montre comment la monnaie est au cœur des des crises récurrentes du capitalisme. Il invite ainsi les citoyens à s'emparer des questions monétaires.

En complément sur monnaie :

En complément sur monétaire :

     

Jeudi 4 Janvier 2018 - News # 6004 

Séminaire S01E03 // Salaire à la personne ou revenu différé ? Par Bernard Friot :

SYNOPSIS :

Cette vidéo traite de 20171204_Séminaire_S01E03

L’échec de l’opposition aux réformes concernant l’emploi, le code du travail, le salaire et la protection sociale menées depuis les années 1980 risque de se reproduire sous Macron si les opposants continuent à réfléchir en termes de répartition de la valeur entre travail et capital. La classe ouvrière a commencé au cours du XXe siècle non pas à mieux répartir la valeur mais à en changer la pratique. C’est, en réponse, une contre-révolution capitaliste que poursuivent les réformateurs. Dans les premières séances, à partir de son nouvel ouvrage, Vaincre Macron (La Dispute septembre 2017), Bernard Friot proposera une réévaluation des conquêtes ouvrières en matière de droit économique des travailleurs·euses pour sortir du poncif de l’analyse des réformes en termes de « néolibéralisme ». Les réformes ne se contentent pas de s’attaquer aux droits économiques conquis, elles en créent de nouveaux, très réactionnaires, comme le compte personnel d’activité ou le revenu garanti. Ce diagnostic permettra de proposer des pistes d’une offensive en vue de l’attribution à chacun·e à 18 ans de deux droits économiques fondamentaux : le droit à la qualification personnelle (et au salaire à vie qui va avec) d'une part, et le droit de propriété d’usage de l’outil de travail (et donc à la décision dans toutes les entreprises où le/la salarié·e travaillera et dans les caisses d’investissement) d'autre part. Animé par Bernard Friot, le séminaire fera aussi appel à d’autres chercheurs·euses, et l’atelier sera consacré à l’élaboration d’outils d’éducation populaire dans l’esprit de Réseau Salariat. Il y aura une continuité d’une séance à l’autre, la participation à toutes les séances (qui seront enregistrées) et la lecture des documents d'appui sont donc recommandés.Séminaire mensuel avec 10 séances de 18h à 22h (exposé et discussion de 18h à 19h45, repas tiré du sac, atelier de 20h15 à 22h), libre participation aux frais Les séances suivantes auront lieu les lundi 6 novembre, 4 décembre 2017, 6 janvier, 5 février, 12 mars, 9 avril, 14 mai, 4 juin et 2 juillet 2018 aux mêmes horaires.

Non évalué.

En complément sur Bernard Friot :

En complément sur salaire :

     

Mercredi 3 Janvier 2018 - News # 5986 

Fonctionnaires et privé : le journaliste néolibéral Éric Brunet se fait moucher par l'économiste Christophe Ramaux :

Un beau moment de vérité ou ce crétin insupportable d'Éric Brunet se fait torcher en direct.

Jouissif...

En complément sur Éric Brunet :

En complément sur libéral :

En complément sur fonctionnaire :

   

Lundi 1er Janvier 2018 - News # 5954 

Travail : les droits économiques de la personne (S01E02) par Bernard Friot :

SYNOPSIS :

L’échec de l’opposition aux réformes concernant l’emploi, le code du travail, le salaire et la protection sociale menées depuis les années 1980 risque de se reproduire sous Macron si les opposants continuent à réfléchir en termes de répartition de la valeur entre travail et capital. La classe ouvrière a commencé au cours du XXe siècle non pas à mieux répartir la valeur mais à en changer la pratique. C’est, en réponse, une contre-révolution capitaliste que poursuivent les réformateurs.

Dans les premières séances, à partir de son nouvel ouvrage, Vaincre Macron (La Dispute septembre 2017), Bernard Friot proposera une réévaluation des conquêtes ouvrières en matière de droit économique des travailleurs·euses pour sortir du poncif de l’analyse des réformes en termes de « néolibéralisme ». Les réformes ne se contentent pas de s’attaquer aux droits économiques conquis, elles en créent de nouveaux, très réactionnaires, comme le compte personnel d’activité ou le revenu garanti. Ce diagnostic permettra de proposer des pistes d’une offensive en vue de l’attribution à chacun·e à 18 ans de deux droits économiques fondamentaux : le droit à la qualification personnelle (et au salaire à vie qui va avec) d'une part, et le droit de propriété d’usage de l’outil de travail (et donc à la décision dans toutes les entreprises où le/la salarié·e travaillera et dans les caisses d’investissement) d'autre part.

Animé par Bernard Friot, le séminaire fera aussi appel à d’autres chercheurs·euses, et l’atelier sera consacré à l’élaboration d’outils d’éducation populaire dans l’esprit de Réseau Salariat. Il y aura une continuité d’une séance à l’autre, la participation à toutes les séances (qui seront enregistrées) et la lecture des documents d'appui sont donc recommandés.Séminaire mensuel avec 10 séances de 18h à 22h (exposé et discussion de 18h à 19h45, repas tiré du sac, atelier de 20h15 à 22h), libre participation aux frais.

Les séances suivantes auront lieu les lundi 6 novembre, 4 décembre 2017, 6 janvier, 5 février, 12 mars, 9 avril, 14 mai, 4 juin et 2 juillet 2018 aux mêmes horaires.

Source : Réseau Salariat.

La première partie est [ici] ().

Quel gâchis ! :
- Aucun exemple.
- Aucune définition claire de la valeur.
Cette conférence aurait pu être super, mais est complètement intellectuelle et ratée pour les raisons évoquées.
Les participants à ce séminaire ont du se faire chier et s'arracher les cheveux pour comprendre de quoi il parle...

En complément sur Bernard Friot :

En complément sur travail :

     

Dimanche 29 Octobre 2017 - News # 5433 

Communisme contre capitalisme : "Révolution et contre-révolution dans l'institution du travail - Les droits économiques de la personne" par Bernard Friot :

SYNOPSIS :

L’échec de l’opposition aux réformes concernant l’emploi, le code du travail, le salaire et la protection sociale menées depuis les années 1980 risque de se reproduire sous Macron si les opposants continuent à réfléchir en termes de répartition de la valeur entre travail et capital. La classe ouvrière a commencé au cours du XXe siècle non pas à mieux répartir la valeur mais à en changer la pratique. C’est, en réponse, une contre-révolution capitaliste que poursuivent les réformateurs.

Dans les premières séances, à partir de son nouvel ouvrage, Vaincre Macron (La Dispute septembre 2017), Bernard Friot proposera une réévaluation des conquêtes ouvrières en matière de droit économique des travailleurs·euses pour sortir du poncif de l’analyse des réformes en termes de « néolibéralisme ». Les réformes ne se contentent pas de s’attaquer aux droits économiques conquis, elles en créent de nouveaux, très réactionnaires, comme le compte personnel d’activité ou le revenu garanti. Ce diagnostic permettra de proposer des pistes d’une offensive en vue de l’attribution à chacun·e à 18 ans de deux droits économiques fondamentaux : le droit à la qualification personnelle (et au salaire à vie qui va avec) d'une part, et le droit de propriété d’usage de l’outil de travail (et donc à la décision dans toutes les entreprises où le/la salarié·e travaillera et dans les caisses d’investissement) d'autre part.
Animé par Bernard Friot, le séminaire fera aussi appel à d’autres chercheurs·euses, et l’atelier sera consacré à l’élaboration d’outils d’éducation populaire dans l’esprit de Réseau Salariat. Il y aura une continuité d’une séance à l’autre, la participation à toutes les séances (qui seront enregistrées) et la lecture des documents d'appui sont donc recommandés.Séminaire mensuel avec 10 séances de 18h à 22h (exposé et discussion de 18h à 19h45, repas tiré du sac, atelier de 20h15 à 22h), libre participation aux frais.
Les séances suivantes auront lieu les lundi 6 novembre, 4 décembre 2017, 6 janvier, 5 février, 12 mars, 9 avril, 14 mai, 4 juin et 2 juillet 2018 aux mêmes horaires.

La suite dès que disponible.

En complément sur Bernard Friot :

En complément sur travail :

En complément sur capitalisme :

En complément sur communisme :

 

Jeudi 6 Juillet 2017 - News # 5078 

La Syrie constitue le baromètre du monde actuel et la victime de l’interventionnisme néolibéral néoconservateur. Voir [ici] ().

Tout à fait d'accord.

Et si l'on se fie à ce baromètre, et bien ça va mal : nombre d'États se foutent du Droit international, attaque un pays qui ne les a pourtant pas attaqués, participent à la destruction d'un pays et au massacre de dizaines de milliers d'innocnets, etc. Donc ça va très très mal.

Seuls les russes sont dignes dans cette affaire, ainsi que Bachar el-Assad.

En complément sur Syrie :

En complément sur Bachar el-Assad :

     

Mercredi 21 Juin 2017 - News # 4857 


La thérapie de choc

du Premier ministre Narendra Modi

contre la population indienne :

 

C’est passé plutôt inaperçu ici mais, voici quelques mois, l’Inde a été confrontée à une thérapie de choc qui a provoqué bien des souffrances parmi la population indienne.  

En 2014, l’Inde connaissait un véritable tremblement de terre politique. Au cours des dix années précédentes, le parti du Congrès national indien (le parti de Gandhi et Nehru, premier Premier ministre indien) avait dirigé le pays en compagnie de quelques autres partis du centre et du centre gauche. Il avait mené une politique néolibérale et fait prospérer la corruption. Mais il était alors apparu que ministres et lobbyistes avaient conclu des arrangements téléphoniques et que 24 milliards d’euros avaient été détournés lors de l’octroi des licences 2G aux entreprises de télécommunication. Partout, des gens étaient descendus dans la rue contre cette corruption. 

Un séisme politique

Lors des élections de 2014, le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP, voir encadré) de Narendra Modi tirait profit de la colère du peuple. Modi parvenait à reléguer l’extrémisme religieux de son parti à l’arrière-plan et à faire passer à l’avant-plan sa « lutte contre la corruption ». Il révélait que les grandes entreprises ne payaient pas une roupie d’impôt sur leurs milliards de bénéfices et qu’elles transféraient ces mêmes bénéfices vers des banques suisses. Il promettait au peuple de récupérer tout cet argent noir. 

Le BJP obtenait bien vite une majorité au Parlement. Il formait un nouveau gouvernement, avec Modi comme Premier ministre. D’emblée, ce gouvernement faisait repasser au premier plan un nationalisme fortement teinté de religion. Ceux qui exprimaient des critiques contre les idées conservatrices hindoues ou se déclaraient athées se faisaient agresser, voire tuer par les milices du BJP. La répression des minorités linguistiques et religieuses devenait un point important de l’agenda du gouvernement. Désormais, on voyait très clairement ce que le parti voulait : se débarrasser du cœur de l’Inde, à savoir « l’unité dans la diversité ».

200 milliards d’euros disparaissent en une seule nuit

Fin 2016, le gouvernement annonçait qu’il voulait retirer de la circulation les plus grosses coupures indiennes (de 500 et de 1 000 roupies, respectivement 7 et 14 euros), prétendument dans le cadre de la lutte contre l’argent noir et la fausse monnaie. Les économistes appellent ce genre d’opération une démonétisation. Modi décidait d’appliquer une thérapie de choc.

La population disposait de quinze jours pour échanger ces coupures contre de nouveaux billets de banque de la même valeur. En outre, elle ne pouvait changer en nouveaux billets que pour 5 000 roupies en argent comptant. Le surplus devait être versé sur un compte. Les personnes qui rentraient plus de 250 000 roupies devaient venir expliquer d’où leur venaient de si gros montants. Modi et son gouvernement présentaient cette mesure comme révolutionnaire, mais quel impact a-t-elle eu sur la population ?

Celle-ci en avait ressenti les conséquences immédiatement, le jour même du lancement de la démonétisation. Les billets de banques de 500 et 1000 roupies représentent 86 % du total des devises du pays. En une nuit, 200 milliards d’euros en billets de banque ont perdu toute leur valeur. L’opération s’est déroulée sans la moindre efficacité car le gouvernement de Modi n’était pas prêt à les remplacer par de nouveaux billets de banque. Et ce, alors que l’économie indienne s’appuie sur de l’argent comptant. 88 % des habitants des zones rurales n’ont même pas de compte en banque. 2 ou 3 % à peine de la population indienne utilise des cartes de crédit ou des cartes de débit. De données de la Banque centrale indienne des réserves, il s’avère que 8 % seulement de toutes les transactions financières en Inde se déroulent via des cartes de banque électroniques. Pour 92 % des transactions, on utilise donc toujours de l’argent liquide. Dans une telle économie, si tout l’argent devient illégal en une seule nuit, cela provoque un choc colossal. 

Une guerre économique contre la population indienne 

Les petites et moyennes entreprises ont vu leur chiffre d’affaires se réduire de 50 %, leur main-d’œuvre de 35 %. Les grands fabricants ont noté, eux, une perte de chiffre d’affaires de 20 % et de leur emploi de 5 %. Les premières victimes ont été les travailleurs agricoles et les villageois, les ouvriers d’usine, les petits paysans, les petits commerçants, etc.

Le rapport de l’AIMO (organisation des PME indiennes) a estimé qu’à la fin de l’année comptable 2017, le chiffres d’affaires aura régressé de 55 % et l’emploi de 60 %. Cela va modifier complètement la vie des 250 millions de travailleurs agricoles et de paysans pauvres, des 45 millions de travailleurs de la construction, des 2 millions d’ouvriers des plantations et des 32 millions de travailleurs des secteurs non organisés. Et les gens qui possédaient des cartes de crédit n’ont pu utiliser les distributeurs automatiques car ceux-ci n’étaient pas encore pourvus des nouveaux billets.

Il y a donc eu des files interminables devant les banques. Mais celles-ci n’avaient pas reçu suffisamment d’argent du gouvernement. Au point que des gens ont fini par mourir de faim, car leur argent péniblement gagné était devenu sans valeur. Bien des gens sont morts alors qu’ils faisaient la file – parfois depuis plusieurs jours – devant les banques. Il est devenu très clair aux yeux de la majorité de la population que Modi se moquait d’elle. De plus, le gouvernement ne s’est jamais excusé pour tous ces décès.  

Pas de lutte contre la corruption

Il a continué à défendre ses mesures de choc et sa répression en les qualifiant de « particulièrement efficaces ». Mais c’est inexact. Plusieurs enquêtes avaient prouvé que l’argent noir provenait en premier lieu des activités frauduleuses des grandes entreprises. Plus de 80 % de l’argent illégal qui sort de l’Inde provient de ces activités frauduleuses. Il s’agit dans ce cas de sous-déclaration de volumes de production et de sur-déclaration de coûts du travail et autres afin de renseigner moins de profit et de payer ainsi moins d’impôts. De cette façon, l’argent noir s’accumule. A cela s’ajoutent les énormes fuites de capitaux vers l’étranger. 

La façon la plus récurrente de faire sortir de l’argent du pays consiste à sous-facturer les exportations et à sur-facturer les importations. Mais ni le gouvernement Modi ni les précédents gouvernements fédéraux n’ont jamais entrepris la moindre action contre les grands délinquants du monde des affaires.

Modi avait promis de récupérer tout l’argent noir. Mais rien n’a été fait. La quasi-totalité des billets de banque déclarés sans valeur ont été rapportés aux banques. Ceci prouve que la majorité de l’argent noir n’avait pas abouti dans les mains des travailleurs et certainement pas en argent comptant. 

La véritable raison de cette guerre économique contre le peuple 

De très nombreuses entreprises cotées en bourse ont contracté d’énormes prêts auprès des banques indiennes, pour quelque 160 milliards d’euros. Au lieu de forcer les grandes entreprises à rembourser l’argent emprunté, le gouvernement a suivi une autre voie. La démonétisation avait donc pour but de sauver les banques d’une faillite provoquée par leurs prêts irresponsables aux entreprises. 

L’État pille l’argent des pauvres pour le céder aux riches. En rendant les billets de banque sans valeur, les autorités ont forcé les gens à verser leur argent liquide aux banques. C’est une sorte de prêt non officiel (un « bail-out », autrement dit un renflouement) aux banques mais, par ailleurs, le gouvernement n’a pas l’intention de forcer les grandes entreprises à rembourser leurs emprunts. 

De plus, le gouvernement a contribué à ce que le marché indien passe de façon abrupte d’une économie scripturale à une économie digitale, estimée à quelque 500 milliards d’euros en 2020. C’est un marché gigantesque pour des entreprises comme Visa, Mastercard ainsi que pour bien d’autres institutions financières internationales.

Pour tout achat ou utilisation de la carte, les deux entreprises américaines Visa et Mastercard perçoivent des frais de transaction de 2 à 3 %. Des milliards sont transférés de la sorte de la population indienne vers les actions aux Etats-Unis. Le gouvernement indien avait créé un lien de collaboration en ce sens, appelé Better Than Cash, avec USAID, Visa, Mastercard, Citi, etc.

En juillet-septembre 2015, USAID (United States Agency for International Development, agence du gouvernement américain pour le « développement ») avait mené une enquête en Inde pour examiner jusqu’où l’on pouvait accroître le recours aux paiements digitaux, surtout parmi les consommateurs à bas revenu. S’agissait-il déjà des préparatifs de la démonétisation ? La démonétisation est un exemple classique du mariage entre le néolibéralisme et l’autoritarisme. Via cette thérapie de choc qui l’a plongée dans un chaos complet tout en valant bien des souffrances à ses millions de pauvres, l’Inde a montré au monde qu’elle se muait en toute jeune alliée de l’impérialisme américain.  

Le Bharatiya Janata Party

Le Bharatiya Janata Party n’est pas vraiment tolérant sur le plan religieux. Il a des liens historiques avec le groupe paramilitaire d’extrême droite Rashtriya Swayamsevak (RSS). Nathuram Godse, l’assassin du Mahatma Gandhi, était membre de ce RSS. Bien que le RSS le nie, son frère Gopal Godse, co-suspect dans l’assassinat, écrit dans sa biographie qu’ils faisaient tous deux partie de ce groupe. 

Le BJP a joué un rôle important dans la destruction de Babri Masjid, un lieu saint des musulmans, d’une grande importance historique. Le parti avait annoncé qu’il allait construire au même endroit un temple au dieu hindou Ram. Cette destruction est considérée comme la principale raison de toutes les tensions religieuses. 

Le BJP a choisi le très controversé Narendra Modi comme dirigeant des élections de 2014. Quand les groupes terroristes hindous de droite ont assassiné des milliers de musulmans et en ont chassé des centaines de milliers de leur lieu de naissance à Gujarat, Narendra Modi était le Premier ministre de cette province. Et il plane sur sa personne de sérieuses présomptions d’abus de pouvoir et d’aide reçue de la part de groupes terroristes.

Source : Solidaire.org ().


Ou comment un seul homme, un véritable enculé, a ruiné tout un peuple...

Il pillé des millions de pauvres au profit de banques, de multinationales, et d'intérêts étrangers comme VISA.

Ahurissant...

Le prototype du politicien traître dans toute sa "splendeur".

Un sale con à pendre haut et court en place publique.

Un article à lire absolument dans son intégralité !

En complément sur Inde :

En complément sur ruine :

En complément sur faillite :

En complément sur trahison :

En complément sur traître :


Lundi 19 Juin 2017 - News # 4796 

Capitalisme et néolibéralisme  : le règne du marché dans le jeu vidéo GTA (Grand Thief Auto) :

Ce qu'il faut comprendre ici, c'est que ce n'est pas le jeu en tant que tel qui est en question, mais la mentalité derrière celui-ci qui traduit un hypnotisme total des concepteurs pour la consommation, l'argent, et la marchandisation de tout.

Ses concepteurs font la promotion, sans même s'en rendre compte, d'un modèle abject de société, dont de plus en plus de gens sur la planète ne veulent plus, et ne veulent pas, où le marché, les marchands, et les entreprises dominent tout, et où l'humain ne compte plus du tout, étant même une variable d'ajustement pour faire encore plus de profit.

En complément sur capital :

En complément sur libéral :

En complément sur GTA :

En complément sur jeu vidéo :

 

Jeudi 15 Juin 2017 - News # 4729 

Un exemple flagrant et navrant de désinformation et de propagande d'un journaliste face à une Natacha Polony lucide :

Ahurissant !

Ce journaliste est un type déloyal, un enfoiré, un propagandiste néolibéral, qui interrompt sans cesse son interlocuteur pour l'empêcher de s'exprimer en déformant même ses propos (elle n'a jamais dit qu'elle était en faveur des politiques économiques de Reagan ou de Thatcher).

Une saloperie ce type ! (Et ce n'est pas la première fois qu'il se comporte ainsi, c'est même récurrent).

Moi, ce genre de journalope, ça me révulse. Foutons tous ces cons dehors ! Il nous faut refonder complètement les médias sous le contrôle du peuple, et cela ne sera pas possible tant que nous n'aurons pas instauré une Démocratie Directe Participative Neutre.

En complément sur Natacha Polony :

En complément sur propagand :

En complément sur désinform :

En complément sur journalisme :

 

Lundi 12 Juin 2017 - News # 4662 

Frédéric Lordon : "Il se forme une situation" :

Logiquement, tout avance de concert. Au moment où Macron est élu, nous découvrons que La Poste enrichit sa gamme de services d’une offre « Veiller sur mes parents » à partir de 19.90€ par mois (plusieurs formules : 1, 2, 4, 6 passages par semaine). Le missionné, qu’on n’appellera sans doute plus « l’agent » (tellement impersonnel-bureaucratique – old), mais dont on verra si la Poste va jusqu’à l’appeler l’« ami de la famille », passe en voisin, boit le café, fait un petit sms pour tenir au courant les descendants, bref – dixit le prospectus lui-même – « maintient le lien social ». Résumons : Pour maintenir le lien social tout court, c’est 19.90€. Et pour un lien social béton (6 visites par semaines), c’est 139.90€. Tout de même. Mais enfin il y va du vivre ensemble.

En 1999, des lignards d’EDF en vacances et même en retraite avaient spontanément repris du service pour rétablir le courant après la tempête. Ils l’avaient fait parce qu’ils estimaient que, dans cette circonstance exceptionnelle, il se jouait quelque chose entre eux, le service public dont ils étaient ou avaient été les agents, et la société dans son ensemble, quelque chose qui n’était pas de l’ordre d’un lien contractuel-marchand et procédait de mobiles autres que pécuniaires. Maintenant que nous en sommes à l’étape de la forfaitisation du lien social, nous percevons combien cette réaction qui fut la leur a été une tragique erreur. Puisqu’il est décidé que tout, absolument tout, est monnayable, la prochaine fois que les lignes sont à terre, on espère bien que toute demande de reprise de service obtiendra pour réponse, au mieux la renégociation en position de force du tarif des prestations extraordinaires, et plutôt d’aller se carrer les pylônes.

Le contresens anthropologique du lien social tarifé semble ne pas apercevoir que, précisément, la transaction contractuelle-marchande n’est au principe d’aucun lien, entendons autre que le lien temporaire stipulé dans ses clauses, dont l’échéance est fixée par le paiement qui, dit très justement l’expression, permet de s’acquitter – c’est-à-dire de quitter. Après quoi les co-contractants redeviennent parfaitement étrangers l’un à l’autre. C’est pourtant ce modèle « relationnel » que la société néolibérale, La Poste en tête, se propose de généraliser à tous les rapports humains, désastre civilisationnel dont le désastre électoral de ce printemps n’est que l’épiphénomène. Mais aussi l’accélérateur. Avec peut-être toutes les vertus des accélérations à contresens : déchirer les voiles résiduels, clarifier la situation, rapprocher des points critiques. Si l’on peut placer un espoir raisonnable dans la présidence Macron, c’est celui que tout va devenir très, très, voyant. C’est-à-dire odieux comme jamais.

Car il ne faut pas s’y tromper, la France n’est nullement macronisée. Les effets de levier composés du vote utile font à l’aise un président avec une base d’adhésion réelle de 10% des inscrits. Quant aux législatives, le réflexe légitimiste se joint à la pulvérisation des candidatures d’opposition pour assurer de rafler la mise. Par l’effet de cette combinaison fatale, le 19e arrondissement de Paris, par exemple, qui a donné Mélenchon en tête au premier tour avec plus de 30% est ainsi bien parti pour se donner un député macronien – on aurait tort d’en tirer des conclusions définitives. Mais en réalité, au point où nous en sommes, tout ça n’a plus aucune importance. La vérité, c’est que « la France de Macron » n’est qu’une petite chose racornie, quoique persuadée de porter beau : c’est la classe nuisible.

La classe nuisible est l’une des composantes de la classe éduquée, dont la croissance en longue période est sans doute l’un des phénomènes sociaux les plus puissamment structurants. Pas loin de 30% de la population disposent d’un niveau d’étude Bac+2 ou davantage. Beaucoup en tirent la conclusion que, affranchis des autorités, aptes à « penser par eux-mêmes », leur avis compte, et mérite d’être entendu. Ils sont la fortune des réseaux sociaux et des rubriques « commentaires » de la presse en ligne. La chance de l’Europe et de la mondialisation également. Car la classe éduquée n’est pas avare en demi-habiles qui sont les plus susceptibles de se laisser transporter par les abstractions vides de « l’ouverture » (à désirer), du « repli » (à fuir), de « l’Europe de la paix », de « la dette qu’on ne peut pas laisser à nos enfants » ou du monde-mondialisé-dans-lequel-il-va-bien-falloir-peser-face-à-la-Russie-et-aux-Etats-Unis. La classe demi-habile, c’est Madame de Guermantes à la portée d’un L3 : « la Chine m’inquiète ».

La propension à la griserie par les idées générales, qui donnent à leur auteur le sentiment de s’être élevé à hauteur du monde, c’est-à-dire à hauteur de gouvernant, a pour effet, ou pour corrélat, un solide égoïsme. Car la demi-habileté ne va pas plus loin que les abstractions creuses, et ignore tout des conséquences réelles de ses ostentations abstraites. En réalité, elle ne veut pas les connaître. Que le gros de la société en soit dévasté, ça lui est indifférent. Les inégalités ou la précarité ne lui arrachent dans le meilleur des cas que des bonnes paroles de chaisière, en tout cas aucune réaction politique. L’essentiel réside dans les bénéfices de la hauteur de vue, et par suite d’ailleurs la possibilité de faire la leçon universaliste aux récalcitrants. En son fond elle est un moralisme – comme souvent bercé de satisfactions matérielles. Sans surprise, elle résiste à la barbarie en continuant de boire des bières en terrasse – ou, plus crânement encore, en brassant elle-même sa propre bière.

Demi-habile et parfaitement égoïste, donc : c’est la classe nuisible, le cœur battant du macronisme. Elle est le fer de lance de la « vie Macron » – ou du vivre ensemble La Poste. Partagée entre les déjà parvenus et ceux qui continuent de nourrir le fantasme, parfois contre l’évidence, qu’ils parviendront, elle est la classe du capital humain : enfin un capital qui puisse être le leur, et leur permettre d’en être  ! Ceux-là sont habités par le jeu, ils y adhèrent de toute leur âme, en ont épousé avec délice la langue dégénérée, faite signe d’appartenance, bref : ils en vivent la vie. Ils sont tellement homogènes en pensée que c’est presque une classe-parti, le parti du « moderne », du « réalisme », de la « French Tech », du « projet personnel » – et l’on dresserait très facilement la liste des lieux communs d’époque qui organisent leur contact avec le monde. Ils parlent comme un journal télévisé. Leurs bouches sont pleines de mots qui ne sont pas les leurs, mais qui les ont imbibés si longtemps qu’ils ont fini par devenir les leurs – et c’est encore pire.

Cependant, l’égoïsme forcené joint à l’intensité des investissements existentiels a pour propriété paradoxale de faire de la classe de « l’ouverture » une classe séparée et claquemurée, sociologiquement minoritaire en dépit des expressions politiques majoritaires que lui donnent les institutions électorales – qui disent là comme jamais la confiance qu’elles méritent. La seule chose qui soit réellement majoritaire, c’est son pouvoir social – mais comme on sait, à ce moment, il convient de parler non plus de majorité mais d’hégémonie. Sans surprise, la sous-sous-classe journalistique en est le joyau, et le porte-voix naturel. L’élection de Macron a été pour elle l’occasion d’un flash orgasmique sans précédent, ses grandes eaux. Au moment où nous parlons d’ailleurs, on n’a toujours pas fini d’écoper. En tout cas la classe nuisible est capable de faire du bruit comme quinze. Elle sait ne faire entendre qu’elle et réduire tout le reste – ouvriers, employés, des masses elles bien réelles – à l’inexistence. Au prix, évidemment, de la sourde accumulation de quelques « malentendus », voués un de ces quatre à faire résurgence un peu bruyamment.

Il pourrait y avoir là de quoi désespérer absolument si le « progrès intellectuel » de la population ne fabriquait plus que des possédés, et se faisait le parfait verrou de l’ordre social capitaliste. Mais la classe nuisible n’est qu’une fraction de la classe éduquée. C’est qu’en principe, on peut aussi se servir de capacités intellectuelles étendues pour autre chose. Bien sûr on ne pense pas dans le vide, mais déterminé par toutes sortes d’intérêts, y compris matériels, à penser. De ce point de vue les effets du néolibéralisme sont des plus ambivalents. S’il fabrique de l’assujetti heureux et de l’entrepreneur de lui-même, il produit également, et à tour de bras, du diplômé débouté de l’emploi, de l’intellectuel précaire, du startuper revenu de son esclavage. La plateforme OnVautMieuxQueCa, qui a beaucoup plus fait que les directions confédérales dans le lancement du mouvement du printemps 2016 – qui a même fait contre elles… –, cette plateforme, véritable anthologie en ligne de la violence patronale, dit assez où en est, expérience à l’appui, une large partie de la jeunesse diplômée dans son rapport au salariat. Et, sous une détermination exactement inverse, dans ses propensions à penser. On peut donc ne pas tomber dans l’exaltation « générationnelle » sans manquer non plus de voir qu’il se passe quelque chose dans ces tranches d’âge. Si d’ailleurs, plutôt que de revoir pour la dixième fois The social network et de se rêver en Zuckerberg français, toute une fraction de cette génération commence à se dire « ingouvernable », c’est sans doute parce qu’elle a un peu réfléchi à propos de ce que veut dire être gouverné, suffisamment même pour apercevoir qu’il n’y a va pas seulement de l’Etat mais de l’ensemble des manières de façonner les conduites, auxquelles les institutions formelles et informelles du capitalisme prennent toute leur part.

Sur ce versant-là de la classe éduquée, donc, ça ne macronise pas trop fort – sans compter d’ailleurs tous ceux à qui l’expérience prolongée a donné l’envie de changer de bord : les cadres écœurés de ce qu’on leur fait faire, les dégoûtés de la vie managériale, les maltraités, les mis au rebut, à qui la nécessité fait venir la vertu, mais pour de bon, qui ont décidé que « rebondir » était une affaire pour baballe exclusivement, ne veulent plus se battre pour revenir dans le jeu, et prennent maintenant la tangente. Or ce contingent de têtes raides ne cesse de croître, car voilà le paradoxe du macronisme : en même temps qu’il cristallise la classe nuisible, son effet de radicalisation, qui donne à l’époque une clarté inédite, ouvre d’intéressantes perspectives démographiques à la fraction rétive de la classe éduquée.

Cependant le privilège social de visibilité de la classe éduquée, toutes fractions confondues, n’ôte pas qu’on ne fait pas les grands nombres, spécialement dans la rue, sans la classe ouvrière mobilisée. En l’occurrence affranchie des directions confédérales, ou du moins décidée à ne plus les attendre. Mais ayant par suite à venir à bout seule de l’atomisation et de la peur. Pas le choix : il faut qu’elle s’organise – se ré-organise... Et puis s’organiser avec elle. Caisses de solidarité, points de rencontre : dans les cortèges, dans de nouveaux groupements où l’on pense l’action en commun, tout est bon. En tout cas, comme dans la jeunesse, il se passe quelque chose dans la classe ouvrière : de nombreux syndicalistes très combatifs, durcis au chaud de plans sociaux spécialement violents, virtuellement en rupture de centrale, font maintenant primer leurs solidarités de lutte sur leurs appartenances de boutique, laissent leurs étiquettes au vestiaire et ébauchent un front uni. Si quelque jonction de la jeunesse décidée à rompre le ban ne se fait pas avec eux, rien ne se fera. Mais la détestation de l’entreprise, promise par le macronisme à de gigantesques progrès, offre d’excellentes raisons d’espérer que ça se fera.

Il n’est pas certain que le macronisme triomphant réalise bien la victoire à la Pyrrhus qui lui est échue. C’est que jusqu’ici, l’indifférenciation patentée des partis de gouvernement censément de bords opposés parvenait encore vaille que vaille à s’abriter avec succès derrière l’illusion nominale des étiquettes de « l’alternance ». Evidemment, l’alternance n’alternait rien du tout, mais il restait suffisamment d’éditorialistes abrutis pour certifier que la « gauche » succédait à la « droite, ou l’inverse, et suffisamment de monde, à des degrés variés de cécité volontaire, pour y croire. Le problème du macronisme, c’est précisément… qu’il a réussi : sa disqualification des termes de l’alternance prive le système de son dernier degré de liberté, assurément factice mais encore doté de quelque efficacité résiduelle. Quand il aura bien mis en œuvre son programme, poussé tous les feux, par conséquent rendu folle de rage une fraction encore plus grande de la population, où trouvera-t-il son faux alternandum et vrai semblable, l’entité faussement opposée et parfaitement jumelle qui, dans le régime antérieur, avait pour double fonction de soulager momentanément la colère par un simulacre de changement tout en assurant la continuité, quoique sous une étiquette différente ?

Résumons-nous : bataille terminale au lieu du noyau dur – le rapport salarial, via le code du travail –, intégration ouverte de l’Etat et du capital, presse « en plateau », extase de la classe nuisible et radicalisation antagoniste des défecteurs, colère grondante des classes populaires promises à l’équarrissage, fin des possibilités théâtrales de l’alternance, disparition définitive de toute possibilité de régulation interne, de toute force de rappel institutionnalisée, de tout mécanisme de correction de trajectoire : à l’évidence il est en train de se former une situation. À quelque degré, ce gouvernement-du-barrage-contre-le-pire doit en avoir conscience puisqu’il approfondit le mouvement, déjà bien engagé, de proto-fascisation du régime : avec les ordonnances du code du travail, la normalisation de l’état d’urgence en droit ordinaire a été logiquement sa première préoccupation. Ultime moyen de contrôle de la situation, lui semble-t-il, mais qui contribue plutôt à l’enrichissement de la situation. Et confirme que la question de la police va se porter en tête d’agenda, comme il est d’usage dans tous les régimes où l’état d’illégitimité n’est plus remédiable et où ne reste que la force armée, la seule chose opposable à la seule opposition consistante : la rue. Car il est bien clair qu’il n’y a plus que la rue. Si « crise » désigne le moment résolutoire où les trajectoires bifurquent, nous y sommes. Quand tout est verrouillé et que la pression n’en finit pas de monter, il doit se passer quelque chose. Ce dont les forces instituées sont incapables, seul l’événement peut l’accomplir.

Source : LundiMatin #108 ().

Une analyse brillante, comme bien souvent de la part de Frédéric Lordon, qui confirme la déliquescence de la démocratie et de la société française et la montée inexorable des tensions dans le pays.

En complément sur Frédéric Lordon :

En complément sur libéralisme :

En complément sur marchand :

   

Dimanche 11 Juin 2017 - News # 4645 

Finance, médias, manipulation, et propagande libérale et néolibérale : Henri Sterdyniak dénonce les conflits d'intérêts des économistes médiatisés travaillant pour les banques et les entreprises qui influencent l'opinion publique et la politique :

Henri Sterdyniak est économiste. Il a publié de nombreux articles en macroéconomie, politique économique, économie monétaire et internationale, économie européenne, questions sociales, fiscales et budgétaires.

"Les Économistes Atterrés" est un collectif de chercheurs, universitaires et experts en économie, regroupés, avec d'autres citoyens non économistes, en une association créée le 22 février 2011 dont l'action consiste à impulser la réflexion collective et l'expression publique des économistes qui ne se résignent pas à la domination de l'orthodoxie néo-libérale.

Source : Les Économistes Atterrés.

Des explications claires permettant de comprendre pourquoi les idées neuves économiques et les progressismes ont du mal à percer dans notre société, constamment matraquée par une propagande systématiquement orientée dans le sens du capitalisme et du libéralisme.

L'un des meilleurs exposés sur le sujet.

Un petit must.

À voir !

En complément sur média :

En complément sur influence :

En complément sur libéral :

En complément sur capital :

En complément sur économie :


Vendredi 2 Juin 2017 - News # 4482 

Bruxelles vole au secours de la finance "persécutée" [NDR : mon cul] en redynamisant le marché de la titrisation. Voir [ici] ().

Une preuve de plus, si cela était encore nécessaire à certains débiles, ignorants ou politiciens, que l'Union Européenne est bien d'essence néolibérale et capitalistique, et qu'elle ne sert pas les intérêts des peuples mais seulement ceux des riches, des banques, et des multinationales.

En complément sur Union Européenne :

En complément sur Bruxelles :

En complément sur le libéralisme :

En complément sur le capitalisme :

En complément sur finance :


Mercredi 31 Mai 2017 - News # 4420 

Téléphonie mobile des technologies 5G et IoT : le réseau de contrôle technologique total s’installe rapidement. Voir [ici] ().

Inquiétant cette histoire...

En fait, il se passe plein de choses, de nombreux projets technologiques sont étudiés et mis en place sans jamais que les citoyens soient consultés ou, à fortiori, soient impliqués dans le processus décisionnaire. Tout nous est imposé, sans que nous ayons voix au chapitre. La démocratie a presque complètement disparu au profit du néolibéralisme, des multinationales, des ploutocrates, et de leurs valets serviles et intéressés : nos traîtres de politiciens et de médias.

En complément sur la téléphonie :

En complément sur le contrôle :

En complément sur la technologie :

   

Dimanche 28 Mai 2017 - News # 4366 

Néolibéralisme : quand la santé devient un marché, les patients se transforment en consommateurs et les médecins en prestataires :

Un extrait tout à fait édifiant de l'excellent documentaire « La Sociale », visible dans son intégralité, [ici] ().

En complément sur sécurité sociale :

En complément sur médecine :

En complément sur le libéralisme :

   

Jeudi 25 Mai 2017 - News # 4312 

Voici quelques vidéos tout à fait originales, pertinentes, et très instructives, sur l'économie et le travail humain.

Je vous livre ci-dessous mes remarques et réflexions que je vous invite à ne lire qu'après avoir regardé les dites vidéos.


L'immense travail humain pour produire les biens et les services ne plaide pas en faveur du capitalisme, bien au contraire :

Contrairement à ce qu'affirme Adam Smith, et même si son histoire de fabrication d'une veste de laine est tout à fait exacte, étonnante, et très didactique, les conclusions qu'il en tire en faveur du libéralisme sont complètement erronées pour une simple raison :

Les biens et les services sont produits par d'innombrables travailleurs, par un somme incalculable de travail et de gens, et dès lors prouvent que ceux qui gagnent de l'argent avec de l'argent (les marchands spéculateurs, les spéculateurs, et les capitalistes) sont des inutiles, des parasites, des vampires. Ces derniers ne produisent en effet RIEN, et ne contribuent pas dès lors à la création de richesses tangibles, utiles au bien commun.

Ainsi, alors qu'Adam Smith croyait asseoir la légitimité du libéralisme, il s'est en réalité tiré sans le savoir une formidable balle dans le pied...

 

L'égoïsme serait le moteur de l'économie selon Adam Smith et l'auteur de la vidéo :

"Ce n'est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière ou du boulanger, que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu'ils apportent à leurs intérêts. Nous ne nous adressons pas à leur humanité,  mais à leur égoïsme ; et ce n'est jamais de nos besoins que nous leur parlons, c'est toujours de leur avantage." Adam Smith.

Cette phrase est fausse, car Adam Smith oublie que la majorité des personnes ont l'amour de leur travail, et du travail bien fait, et ne le font pas pour des raisons égoïstes mais parce-qu'ils aiment leur métier, et veulent bien faire les choses, même si plus le temps passe, le nombre de gens seulement intéressés par l'argent ne cesse de croître sans qu'ils se soucient de la qualité du travail ou des biens qu'ils produisent. Vendre est désormais leur unique objectif, et le reste ils s'en foutent... Mais il faut comprendre que cela n'a pas toujours été ainsi, l'Histoire le démontrant à satiété.

Il y a eu une dérive des mentalités sous l'impulsion du libéralisme puis encore plus par le néolibéralisme. Par exemple, du temps de mes parents, le banquier était un vrai conseiller : il orientait les choix d'investissement de ses clients avec sagesse, en fonction de leurs besoins, "en bon père de famille" selon les termes de la Loi. Aujourd'hui, les conseillers bancaires sont devenus des commerciaux, quand ce ne sont pas des putes qui se prostituent pour gagner quelques dizaines d'euros de commission en vendant un produit financier dont ils ignorent tout, en plus. Ces derniers ne sont plus intéressés que par l'argent immédiat et facile, et se foutent éperdument des intérêts et du devenir financier de leurs clients. Mais cette tendance perverse est finalement assez récente dans l'histoire de l'Humanité, et c'est un effet produit par la combinaison des divers facteurs "modernes" suivants :

D'autre part, dire que seuls les égoïsmes individuels seraient à même de produire la richesse, et que construire une société basée sur l'altruisme est impossible, est une absurdité totale. Il n'y a qu'à regarder l'histoire de la médecine, des hôpitaux, des maisons de santé, etc. pour se rendre compte que c'est précisément l'altruisme et la charité qui ont permis l'émergence de ces établissements, et non l'égoïsme et la cupidité. Pour mémoire, rappelons nous l'hospice des Quinze-Vingts, fondé en 1260 par Saint-Louis : l'hospice comprenait trois cents lits, et son but était de recueillir les aveugles de Paris qui étaient fort en détresse. Il était entièrement financé par le Roi..., qui n'avait pourtant pas un intérêt personnel immédiat de le faire ou de cupidité, d'avidité, etc.

Et combien d'hôpitaux et de maisons de santé fondés par des soeurs ? Ils sont innombrables..., et c'est là que la médecine à grande échelle a vraiment démarré...

Enfin, l'assistance publique est un projet collectif et mutualiste, opposé en son essence à l'égoïsme et à la cupidité. Ce n'est que sous l'impulsion des néolibéraux et de la malfaisante Union Européenne que le statut de la médecine publique est remis systématiquement en cause, et attaqué par une libéralisation et une mise en concurrence de tous les établissements publics avec le secteur privé pour être livrés en pâture au marché.

Ainsi, Messieurs Adam Smith, Milton Friedman, et Phi (l'auteur de ces vidéos), vous êtes complètement dans l'erreur et vous faites de la propagande pour le système capitalisme, alors que tout montre que ce sont les travailleurs qui produisent les vraies richesses, le bien être et le confort de toute l'Humanité. L'Humanité a besoin des travailleurs, pas des parasites capitalistes. Les capitalistes ont besoin de nous parce-qu'ils nous vampirisent, mais nous le peuple nous n'avons pas besoin d'eux car c'est nous qui créons toutes les richesses de ce monde. Souvenons-nous en !

Pire, la rhétorique capitaliste et libérale veut nous faire croire que les transactions et le libre-échange seraient toujours des contrats gagnant-gagnant. Or cela est faux. Cela est faux car lorsque la grande distribution achète ses produits, elle contraint ses fournisseurs, agriculteurs ou entreprises, à leur céder leurs produits à des tarifs qui ne leur permettent pas de vivre, mais tout juste de survivre. Cela est faux car les multinationales pillent les ressources de nombreux pays tout en exploitant leurs peuples dans des conditions indignes, payant les gens avec un lance-pierre, l'Afrique et la Chine en étant des exemples criants et désespérants.

 

Conclusion :

Des vidéos très intéressantes, parce-que permettant de mieux prendre conscience du rôle et de la valeur du travail humain et de la nuisance colossale du capitalisme, de l'économie de marchés, qui nous conduisent collectivement à l'autodestruction et à la dévastation de la planète.

De petits must dans leur genre très spécifique.

À voir absolument !


Mercredi 24 Mai 2017 - News # 4291 

Philippe Béchade sur le travail et le gouvernement Macron : "On se dirige vers une casse sociale considérable" :

Une vidéo de plus confirmant ce que l'on savait déjà :

En complément sur Philippe Béchade :

En complément sur Macron :

En complément sur le travail :

En complément sur salarié :

En complément sur GOPÉ :


Lundi 22 Mai 2017 - News # 4259 

Les nouvelles GOPÉ (Grandes Orientations de Politique Économique) imposées par l'Union Européenne : c'est parti ! Voir ce [PDF] ().

J'ai lu ce rapport, et je vous en ai fait une synthèse. Voici donc ce que la France doit veiller à mettre en œuvre intégralement et en temps utile :

Comme vous pouvez le voir, le néolibéralisme à fond est au programme des GOPÉ. et la chienlit arrive pour tous les travailleurs, et toutes les prédictions et avertissements de François Asselineau s'avèrent totalement exacts, une fois de plus.

Merci à monsieur Macron et à tous les cons qui ont voté pour ce joli programme anti-social et anti-France !

50% des Français sont vraiment des veaux... Et bien vous allez aller à l'abattoir. Logique.

[MAJ du 23 Mai 2017] : Charles Gallois de l'UPR vient de sortir une analyse sur ces GOPÉ. Voir [ici] ().

En complément sur GOPÉ :

En complément sur François Asselineau :

En complément sur Union Européenne :

   

Jeudi 18 Mai 2017 - News # 4188 

Ploutocratie de l'Union Européenne : la justice européenne invalide la taxe française sur les dividendes des grandes entreprises. Voir [ici] ().

Une fois de plus, les multinationales, l'AFEP, et le MEDEF, ont gagné...

Et une fois de plus, tous les citoyens peuvent voir clairement que l'Union Européenne est une techno-structure au service du néolibéralisme, des plus riches, et des puissances d'argent.

En complément sur multinationale :

En complément sur Union Européenne :

En complément sur la ploutocratie :

En complément sur MEDEF :

 

Lundi 15 Mai 2017 - News # 4118 

Incroyable : Olivier Delamarche vient de se faire virer de BFM Business :

BFM Business « en marche arrière »

Il fut un temps où BFM Business acceptait la contradiction et l’analyse divergente dès lors qu’elle était sourcée et à dose homéopathique.

Désormais elle fait « marche arrière », elle ne vendra que la lessive maison. Probablement l’air du temps !

Je remercie Cédric et Guillaume pour ces huit années, ainsi que tous ceux qui m’ont suivi et leur donne rendez-vous très bientôt sur d’autres supports.

En attendant vous pouvez me retrouver sur www.leseconoclastes.fr, sur YouTube 100 % Econoclastes, une lettre mensuelle « Le Delamarche »  https://pro.vbn-edi.com/m/660511/

Source : Les Éconoclastes.

Il faut dire que comme il parlait droit, sans mettre sa langue dans sa poche, il gênait considérablement tous ceux qui débitent leur propagande européiste et néolibérale, en dénonçant leurs mensonges et leurs turpitudes.

Il va nous manquer...

En complément sur Olivier Delamarche :


Dimanche 14 Mai 2017 - News # 4082 

La gravité du déclin de l'industrie française par Frédéric Parrat :

PRÉSENTATION DU LIVRE :
À quelques mois des élections présidentielles, Frédéric Parrat dresse un constat décapant sur l’état de l’industrie française et propose une solution innovante, celle de réformes conjointes et simultanées. La France ne pourra se redresser que si ces mesures identifiées par l’auteur sont menées de front.
Au programme de ce manifeste pour une France régénérée :
- un État stratège et visionnaire
- un marché de l’emploi dynamisé
- une industrie forte et garante de la protection sociale
- une Éducation nationale à l’écoute des entreprises
- une fiscalité qui ne rebute pas les initiatives
- des traités européens rediscutés et, finalement, une France forte, résolument tournée vers le futur.
Cet ouvrage volontaire et optimiste démontre d’une façon claire que la France peut s’en sortir si l’on ose la réformer…

Terrible...

Et cela ne va pas s'arranger avec Macron, le spécialiste de la vente et de la casse de l'indstrustrie française.

Cela dit, si le constat est pertinent, les solutions proposées par ce monsieur sont grand-guignolesques et tout à fait typiques du néolibéralisme. Quand à l'Union Européenne, il ne parle même pas du problème de la libre circulation des capitaux à l'origine des délocalisations.


Jeudi 11 Mai 2017 - News # 4029 

Mai 1981 fut un mois de grande activité, car c’était la préparation de l’arrivée au pouvoir de François. J’essayais d’apporter tout ce qu’il y a de meilleur en moi, pour que ces rêves d’avoir une société socialiste, quoique à l’européenne, deviennent réalité.

Mais bien vite j’ai commencé à voir que cette France juste et équitable ne pouvait pas s’établir. Alors je lui demandais à François : Pourquoi maintenant que tu en as le pouvoir ne fais-tu pas ce que tu avais offert ? Il me répondait qu’il n’avait pas le pouvoir d’affronter la Banque mondiale, le capitalisme, le néolibéralisme. Qu’il avait gagné un gouvernement mais non pas le pouvoir.

J’appris ainsi que d’être le gouvernement, être président, ne sert pas à grand-chose dans ces sociétés sujettes, soumises au capitalisme. J’ai vécu l’expérience directement durant 14 ans. Même s’il essayait d’éviter le côté le plus négatif du capitalisme, les rêves ont commencé à se briser très rapidement.

En France, on élit, et les élus font des lois qu’ils n’ont jamais proposées et dont nous n’avons jamais voulu. La France est-elle une démocratie ? Une puissance mondiale ? Je le dis en tant que Française : cela ne veut rien dire.

Danielle Mitterrand
dans un entretien réalisé par Hernando Calvo Ospina le 28 Octobre 2005.

Édifiant et terrible, pas vrai ?

Je pense néanmoins qu'on peut y arriver, mais cela demande des élus ayant du courage politique.

Il faut utiliser la méthodes des petits pas à cliquet : de petites mesures sur lesquelles le capitalisme ne peut revenir en arrière, et qui s'imposent comme urgentes, vitales, et naturelles, pour tous et pour tous les États.

Il faut aussi s'allier dans ce projet avec des États qui ont commencé à changer parce-que leur peuple a commencé à s'éveiller politiquement : l'Islande, l'Irlande, le Venezuela, la Russie, l'Espagne, la Grèce, etc.

On peut y arriver. Mais surement pas avec Macron.


Mercredi 26 Avril 2017 - News # 3614 

Marine Le Pen dénonce le «mépris» d’Emmanuel Macron envers les salariés de Whirlpool. Voir cette [vidéo] ().

Je pense qu'on doit pouvoir arriver à jeter Macron dehors si les ouvriers, les travailleurs, et un grand nombre de salairés votent pour elle.

Il faut faire l'Union Sacrée de 99% !

C'est vital !

C'est ça ou 5 ans de politique néolibérale dévastatrice avec Macron...


En complément sur Marine Le Pen :


En complément sur Macron :


Dimanche 2 Avril 2017 - News # 3028 

 

"Présidentielle 2017 : Explosons la baudruche En Marche !" ou le démontage du mouvement d'Emmanuel Macron, une pure création marketing trompeuse, servant une vision néolibérale thatchérienne, européiste et mondialiste.Voir cette [vidéo] ().

À voir absolument !

Tout son mouvement est un leurre, un faux-nez du Medef, des puissances d'argent, et des gens les plus riches. RIEN DE RÉVOLUTIONNAIRE là-dedans : Macron est LE candidat du système, des oligarques, et des nantis.

Ne vous laissez pas tromper !

Ce type est un danger pour la France, pour le modèle français d'économie mixe mêlant des services publics forts et des entreprises, et pour 99% des Français...

Une vidéo à faire circuler le plus possible !


Samedi 1er Avril 2017 - News # 3012 

 

Nord-Pas-de-Calais : plus d’un million de pauvres, et ça s’aggrave... Voir [ici] (). Inquiétant.

Il est certain qu'en ayant abandonné notre souveraineté à l'Union Européenne, en permettant toutes les délocalisations possibles par la libre circulation des capitaux, en ouvrant nos frontières à des hordes de migrants qui favorisent grandement le dumping social et qui alourdit aussi en plus les charges de la collectivité, nous avons fabriqué de plus en plus de misère.

Il nous faut retrouver notre souveraineté nationale pour décider des priorités pour notre pays. Et la misère en est une. Plus de 8,8 millions de français sont sous le seuil de pauvreté. (Voir [ici] ()). C'est indigne dans un pays aussi riche.

Seule l'UPR de François Asselineau a pour programme le Frexit, la sortie immédiate de l'union Européenne antidémocratique d'essence néolibérale.

Il est temps d'agir.


Mardi 28 Mars 2017 - News # 2928 

De plus en plus d'italiens se sentent trahis par l'Union Européenne. Voir [ici] ().

C'est à ce genre de petits reportages, et des témoignages de simples citoyens, qu'on peut bien se rendre compte des dégâts gigantesques que l'Union Européenne d'essence néolibérale a engendrés dans de nombreux pays européens.


Vendredi 10 Mars 2017 - News # 2628 

Réaction des européistes contre la volonté des peuples de sortir de la dictature discrète mais efficace de l'Union européenne, ça commence : les pays fondateurs de l’Union européenne vont former une union fédérale. Voir [ici] (). Attention, c'est un piège à cons ! Ne vous laissez pas tromper par ce concept fallacieux : cette opération ne change fondamentalement rien, c'est une opération de cosmétique, de maquillage, visant à tromper les peuples en leur faisant croire que ce nouveau statut leur apporterait la liberté. C'est on ne peut plus faux : l'Europe antidémocratique, vendue aux lobbies de tous types, aux gens non élus, et d'essence néolibérale, restera malgré ce ravalement de façade trompeur exactement la même d'un point de vue des pouvoirs de décisions antidémocratique, et de la perte de souveraineté, car les États se verront toujours imposer par Bruxelles leurs politiques monétaires, et économiques, migratoires, etc. Ne tombez pas dans le piège ! Il n'y a qu'une seule solution viable et certaine pour retrouver notre indépendance notre souveraineté nationale, et notre démocratie : sortir de l'Union Européenne, de l'Euro, et de l'OTAN, ce que propose l'UPR de François Asselineau.


Mercredi 22 Février 2017 - News # 2362 

Entretien avec Gilad Atzmon sur le Brexit et l’élection de Donald Trump, où il dénonce la tyrannie du politiquement correct et de l'autocensure en découlant, ainsi que le problème croissant du capitalisme financier incarné par Wall Street et la City de Londres. Voir cette [vidéo] (). Une analyse pertinente et très intéressante. Seul point de désaccord que j'ai avec avec lui : l'Europe de Bruxelles est aussi un problème puisqu'elle est antidémocratique, vendue aux lobbies, aux pouvoirs financiers, profondément d'essence néolibérale, et objectivement contre les intérêts des peuples. Enfin, pour tous ceux qui pourraient penser que Gilad Atzmon est antisémite, rappelons que Gilad Atzmon est un juif israélien militant contre le sionisme.


Mercredi 8 Février 2017 - News # 2234 

Macron préconise l’austérité, le tout sécuritaire et le militarisme aux élections françaises.  Voir [ici] (). Si ce type est élu, on va avoir du Hollande encore plus néolibéral, et la France va être, au bout de 5 ans, encore plus dominée par les oligarchies de tous types, avec des français encore plus pauvres.


Mercredi 8 Février 2017 - News # 2217 

Haute trahison de la France et des Français : comment le traître néolibéral mondialiste Emmanuel Macron a vendu Alstom aux américains. Voir cette édifiante [vidéo] (). À faire circuler le plus possible pour que ce traître ne parvienne JAMAIS à l'Élysée !


Vendredi 27 Janvier 2017 - News # 2081 

Le MacronGate ou le scandale de l'escroc néolibéral vendu aux banques Emmanuel Macron qui a utilisé des fonds publics pour fonder son propre mouvement alors même qu'il n'a cessé de faire des leçons de morale de probité dans ses meetings. Voir [ici] (). Ce type trompe son monde, c'est un valet de la finance. Le titre même de son livre, "Révolution", est une imposture. Ne vous laissez pas séduire et tromper par cet énergumène qui sert le système et l'oligarchie financière en place.


Mercredi 25 Janvier 2017 - News # 2060 

Au Liban, Macron s’oppose au boycott d'Israël et à la reconnaissance anticipée d’un État palestinien. Voir [ici] (). Il a bien appris sa leçon de ses maîtres de l'Empire américano-sioniste ce petit merdeux néolibéral qui trompe son monde...


Lundi 11 Juillet 2016 - News # 1421 

Manuel Barroso, ancien président de la Commission Européenne vient d'être embauché chez Goldman Sachs. Ben voyons... Voir [ici] () et  [là] (). Et il y a encore des gens dans la population et les "élites" qui sont férocement européistes... C'est dément. Des aveugles ces gens là. Ils ne comprennent rien à rien alors même que voici une nouvelle preuve flagrante de la nature exacte de l'Union Européenne : une superstructure technocratique antidémocratique néolibérale au service des multinationales, des banques, et de lobbies de tous types. Un joli renvoi d'ascenseur de Goldman Sachs offert à Manuel Barroso... Le peuple, les citoyens des divers pays d'Europe, ces oligarques et ces multinationales richissimes n'en n'ont rien à foutre, même s'ils prétendent le contraire de manière récurrente dans les médias mainstream à qui veut l'entendre, ouvrez les yeux ! Cette décision pourra sembler à certains un faux pas de Goldman Sachs et de l'opportuniste Manuel Barroso, mais pas du tout : ces gens sont tellement sûrs d'eux-mêmes, ils sont si arrogants, ils sont si sûrs de contrôler les décisions politiques, les gouvernements, et les lois, et de dominer les peuples, qu'ils ne se cachent même pas, et se foutent comme de l'an 40 de ce que les citoyens peuvent penser ou dire puisque ces derniers sont totalement impuissants politiquement et ne peuvent actuellement rien changer ou faire pour s'opposer à cette Europe antidémocratique au service des riches et des intérêts privés. Cette nomination est un fait tout à fait révélateur de comment fonctionnent véritablement les choses dans les hautes sphères du pouvoir. C'est aussi une occasion supplémentaire de prendre conscience du système des revolving doors, ces portes tournantes, où les oligarques qui ont bien servi des lobbies passent du public au privé et inversement, en fonction de leurs propres intérêts et de celui des entreprises privées, et non de l'intérêt général et du bien commun. Voilà le monde réel dans lequel nous vivons, et qu'on nous a pourtant vendu de nombreuses fois au nom de la démocratie, du développement économique pour tous, et du progrès social. Quelles trahisons ! Bonus : je vous ai trouvé 3 vidéos sur le sujet, [ici] ().


Lundi 4 Juillet 2016 - News # 1411 

Le mouvement antisystème 5 Etoiles (M5S), porté par ses bons résultats aux élections municipales en Italie, a appelé à organiser un référendum national sur l'euro. Voir [ici] (). Excellente initiative ! Défaisons l'Union Européenne oligarchique, néolibérale, et crypto-fasciste !


Samedi 25 Juin 2016 - News # 1389 

De mieux en mieux : Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, déclare que "Le Brexit n'est pas un divorce à l'amiable !" Voir [ici] (). Dit autrement, les européistes au pouvoir à Bruxelles veulent se venger des citoyens britanniques, leur faire payer leur outrecuidance d'avoir choisi de sortir de la structure dictatoriale néolibérale de l'Union Européenne. Enfin, sa déclaration "Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens" achève de montrer la nature de ce politicien : un nuisible de crypto-fasciste qui n'en a rien à faire de la volonté des peuples et de la démocratie. Trahison ! Jean-Claude Juncker, dégage enfoiré, les peuples auront ta peau !


Vendredi 24 Juin 2016 - News # 1385 

Historique ! Le Royaume-Uni choisit la liberté et sonne le début de l’effondrement de la construction européenne. Voir [ici] (). Putain, quelle victoire magnifique du peuple sur toute cette oligarchie européiste antidémocratique... Une vraie claque cinglante qui, je l'espère, va faire tâche d'huile et détruire cette Europe technocratique d'inspiration fortement néolibérale qui méprise autant la souveraineté des peuples et les désidératas pourtant fondés et légitimes de tous les citoyens européens, En avant, en avant, en avant ! contre l'oligarchie européiste et mondialiste qui veut dissoudre les nations pour construire un gouvernement mondial et tous nous esclavagiser.


Dimanche 3 Août 2014 - News # 926 

Le fascisme d’hier est devenu le capitalisme néolibéral d’aujourd’hui : Carl Friedrich von Weizsäcker a prédit dans son dernier livre "La paix en voie de disparition", datant de 1989 (ça fait déjà quand même 25 ans), l'évolution totalitaire du monde sous la férule d'une hyper-classe fasciste richissime. Voir [ici] (). Très inquiétant d'autant que certaines de ses prévisions sont en voie de se réaliser. Un article qui fait froid dans le dos.


Mardi 5 Mars 2013 - News # 427 

Hugo Chavez est décédé. Décidément, 2013 s'annonce comme une très mauvaise année, et ce n'est que le début... Que va devenir le Venezuela ? Il est bien évident que les forces impérialistes et néolibérales vont saisir cette occasion pour foutre le bordel dans ce pays, et tenter d'en reprendre le contrôle. Une nouvelle page décisive dans l'histoire de ce pays s'ouvre, et ce qui va s'y passer va avoir un impact sur toute l'Amérique du Sud , et même, dans une moindre mesure, sur le monde. Affaire à suivre.


Pour afficher toutes les News du jour, cliquez [ici].


Si vous aimez
cette page
 : 




Si vos moyens vous le permettent,  supportez ce site !  Faites régulièrement un don, même très modeste :  $CA 

[Mur des donateurs]   [À propos de la publicité]



Le Design, les Articles et Commentaires de ce Site sont © 2008-2019 BlueMan
Reproduction interdite - Tous droits réservés.




Pour toute question ou commentaire, n'hésitez pas à m'écrire en utilisant cette [PAGE] .