Liens, News, et informations diverses et variées du moment
 

Liens, News, et informations diverses et variées du moment




 


Pour accéder au Tchat de ce site, cliquez [ici].



Si vous aimez
cette page
 : 


==============================================================================================================================================
                        RAPPEL : Tous les articles et informations de ce site sont © BlueMan - REPRODUCTION INTERDITE.

Puisque vous lisez actuellement cet avertissement, cela prouve déjà que vous êtes en train de commettre un acte de piratage par un procédé
de rétro-ingénierie visant à afficher et/ou décoder, puis s'accaparer tout ou partie du contenu de pages protégées par des lois nationales et
internationales sur les droits d'auteur. Il est encore temps de renoncer. Ne devenez pas un minable, un voleur ; cherchez, créez, inventez, apportez quelque chose au monde ! ==============================================================================================================================================



 


Cette page recense des liens et des informations étonnantes ou à connaître.

N'hésitez pas à les consulter, même si la brève semble dater : vous y trouverez des perles.

Bonne exploration !



 Sélection de News spécifiques  




Mot(s) clé(s) à rechercher :   

Vous pouver saisir un ou plusieurs mots clés qui seront rechechés dans toute la Base de Données des News (Les recherches ne sont pas sensibles à la casse).
ATTENTION,
les accents comptent : taper "experience" au lieu de "expérience" fera échouer votre recherche : AUCUN résultat ne sera trouvé.
Les mots tapés doivent être séparés par un espace, et représentent des mots clés partiels ou complets qui peuvent être contigus ou disjoints dans le texte.
Exemple 1 : insolite - Exemple 2 : [maj - Exemple 3 : humour noir - Exemple 4 : crise financ banqu



Pour afficher toutes les News du jour, cliquez [ici].

42 News

Lundi 11 Novembre 2019 - News # 22160 

Injustice sociale et privilèges : Pour 2 mois au Conseil d'État, Laurent Wauquiez cumule 13 ans de droits à la retraite. Voir [ici] ().

Les types, ils s'auto-attribuent des privilèges délirants sur le dos des contribuables.

Jamais les citoyens n'auraient voté une telle mesure inique, mais nos élus oui ! Conflit d'intérêt majeur.

Des traîtres de politiciens, je l'ai toujours dénoncé.

En complément sur Laurent Wauquiez :

En complément sur retraite :

En complément sur Conseil d'État :

En complément sur injustice :

 

Mercredi 16 Octobre 2019 - News # 21287 

Abus et privilèges : Assemblée nationale : les indemnités de logement des députés augmentées de 33 %. Voir [ici] ().

1.200 euros par mois rien que pour se loger..., soit un SMIC net !!! 

Les smicards eux, outre le fait de se loger avec, doivent aussi avec le même montant se nourrir, se vêtir, payer leur transport, payer leur électricité, leur eau, etc. !

Traîtres de politiciens !

Non mais ils sont complètement à la masse ces iniques !

En complément sur député :

En complément sur logement :

En complément sur abus :

En complément sur privilège :

 

Dimanche 22 Septembre 2019 - News # 20604 

Privilèges : Certains avantages des ex-Premiers ministres français désormais limités à 10 ans. Voir [ici] ().

On se demande bien pourquoi on continue de leur payer un véhicule avec chauffeur, et à vie...

La nuit du 4 août 1789 est manifestement à refaire...

En complément sur avantage :

En complément sur privilège :

     

Mercredi 31 Juillet 2019 - News # 19249 

Jean-Marie Bigard estime qu'il faut refaire une révolution pour abolir de nouveau les privilèges :

En complément sur Jean-Marie Bigard :

       

Lundi 29 Juillet 2019 - News # 19184 

Politique & Eco N° 225 : Anticiper l'effondrement monétaire avec Charles Sannat :

SYNOPSIS :

Olivier Pichon et Pierre Bergerault reçoivent Charles Sannat, animateur du Blog : insolentiae.com ()

1) L’économie mondiale en soin palliatifs monétaires
- Les crédits des particuliers seront-ils dus en cas de faillite de la banque ?
- Ces dettes sont des actifs susceptibles d’être rachetés et donc dus
- La Deutsche Bank en question, Bad Bank pour les actifs pourris
- Socialisation des pertes, privatisations des gains, une très vieille histoire
- Genèse de la dette mondiale, un phénomène observable au japon en Europe et aux Etats-Unis
- La planche à billets pour soutenir la croissance
- Un problème de ressources énergétiques, la recherche effrénée de l’énergie peu chère
- Non pas un problème de ressources mais un problème d’avidité
- 2030 : l’Arabie Saoudite n’a plus de pétrole
- Les banques centrales,  le QE pour masquer la non croissance
- Les systèmes de retraite et les taux zéro
- La monnaie n’est plus que de la dette sans l’étalon or
- Les USA examinent de près les chiffres de la croissance et de l’emploi
- Financer la guerre : Irak 5 000 Milliards de dollars, analogie avec le Vietnam

2) Géopolitique de la crise monétaire
- Hausse et baisse des taux de la FED aux USA
- Petits mensonges statistiques
- La pauvreté aux USA les Food Stamps : 36 millions de bénéficiaires de bons alimentaires (+ de 11% des Américains)
- Une illusion de croissance : deux points de croissance pour trois de dette. L’expérience courte d’octobre 2018 sur la remontée des taux vite abandonnée
- Le prix du pétrole trop bas, les types de pétrole et de sites pétroliers
- Après l’Irak, la  Libye, l’Iran, le Venezuela ?
- Guerre pour la démocratie ou la ressource énergétique ?

3) Pourquoi il n’y pas (encore) effondrement ?
- Séquençage de la crise à venir : phase d’accélération
- Deux explications au non effondrement : la planche à billet et le vol de l’énergie à ceux qui la détiennent
- Les contradictions du discours officiel
- La fabrique du méchant
- Une fenêtre de tir dans le détroit d’Ormuz ?
- La Turquie  fait bande à part dans l’Otan
- Poutine : Iran versus Ukraine
- Chine : une croissance stationnaire
- La dédolarisation en question ?
- Privilèges d’extraterritorialité du dollar
- Europe : Lagarde va continuer à faire des bulles (monétaires)
- Les cryptomonnaies, le bitcoin : peu de choses
- Levée de boucliers contre LIBRA (Facebook), vers les cryptomonnaies publiques ?
- Vers un changement de paradigme monétaire et économique

Non évalué.

En complément sur Charles Sannat :

En complément sur effondrement :

     

Lundi 27 Mai 2019 - News # 17697 

Les Suisses suppriment par référendum les privilèges fiscaux des multinationales. Voir [ici] ().

Voilà un exemple de mesure concrète de justice fiscale que permet le Référendum d'Initiative Citoyenne.

Le RIC vite !

Et pas de RIC sans le Frexit, il faut en être conscient.

Mais la majorité des gens sont hélas trop cons pour le comprendre.

En complément sur suisse :

En complément sur référendum :

     

Jeudi 2 Mai 2019 - News # 17062 

Suisse : Le Conseil fédéral offre un privilège régalien de plus à la haute finance internationale. Le cas de Swiss Id. Par Liliane Held-Khawam. Voir [ici] ().

Une dépossession de plus...

En complément sur finance :

En complément sur Suisse :

En complément sur Liliane Held-Khawam :

   

Jeudi 28 Mars 2019 - News # 16089 

Abolition des privilèges des ex-élus : la première revendication du Vrai débat. Voir [ici] ().

Une bonne idée ce "Vrai débat" contre le faux "grand débat".

En complément sur grand débat :

En complément sur privilège :

     

Jeudi 14 Février 2019 - News # 15025 

RIC (Référendum d'Initiative Citoyenne) : sauver la République ou « rétablir la démocratie » ? Jacques Sapir / Étienne Chouard :

SYNOPSIS :

Purement fiscale au départ, la contestation des Gilets jaunes s’est vite élargie à une critique plus profonde de la répartition des richesses, puis de la répartition du pouvoir. Devenu l’une de ses revendications phares, le référendum d’initiative citoyenne est-il la solution pour sauver la démocratie représentative, voire la démocratie tout court ?

Russeurope Express
Jacques Sapir avec Étienne Chouard, figure du militantisme pour la démocratie participative, qui publie Notre cause commune (éd. Max Milo, 2019).
Une émission co-animée par Clément Ollivier et préparée avec Jean-Baptiste Mendès.

Source : Sputnik.

Ahhhhh, je m'en doutais : ça y est : Jacques Sapir vient de se démasquer : c'est bien un intellectuel au service du système. Les professeurs de grandes écoles et d'universités font partie de l'appareil formatif et de la diffusion de la propagande du système auprès des jeunes cerveaux afin de reproduire la doxa ainsi que les serviteurs et les chiens de garde du système.

On peut même percevoir dans cette émission combien Jacques Sapir a peur de perdre son rôle de "spécialiste", et donc son pouvoir, son autorité, et d'être réduit à un simple citoyen sans prérogative ni privilège.

En fait, peu à peu, il se plie lentement aux arguments massues d'Étienne Chouard, mais on sent clairement qu'il est mal à l'aise avec la démocratie, qu'il rit jaune, la première moitié de la vidéo étant à ce sujet épique.

Et une fois de plus, ma prédiction se vérifie : le RIC démasque les gens. Le RIC fait le tri entre ceux qui sont de vrais démocrates et faux culs, les antidémocrates ennemis du peuple.

En complément sur Référendum d'Initiative :

En complément sur démocratie :

En complément sur Jacques Sapir :

En complément sur Étienne Chouard :

 

Vendredi 1er Février 2019 - News # 14652 

Flash-ball : Le Conseil d'État refuse de suspendre l'usage du LBD. Voir [ici] ().

Conclusion : le Conseil d'État est bien du côté des nantis (on s'en doutait) : eux aussi défendent leur bout de gras et leur privilèges, et ne veulent surtout pas que les Gilets Jaunes changent quoi que ce soit à ce système inique dont ils profitent également.

En complément sur flash-ball :

En complément sur Conseil d'État :

En complément sur Gilet Jaune :

   

Jeudi 27 Décembre 2018 - News # 13813 

Révélations de Mediapart : Alexandre Benalla voyagerait depuis plusieurs mois avec un passeport diplomatique. Voir [ici] ().

Ce type a décidément des privilèges. Et il doit y avoir des raisons à cela. Mais de mauvaises raisons, d'ordre népotique.

En complément sur Alexandre Benalla :

       

Mardi 4 Décembre 2018 - News # 13240 

«Ce n'est pas le parti du Brexit» : Nigel Farage quitte l'Ukip. Voir [ici] ().

Que Nigel Farage soit obligé de quitter le propre parti qu'il a fondé montre que des intrigants arrivistes et intéressés se sont installés aux commandes de celui-ci, c'est lamentable.

Tout se délite car nos traîtres de politiciens n'ont aucune éthique et sont de plus en plus dévoyés. Ils ne sont là que pour la rémunération, le pouvoir, les privilèges et les avantages que leur confèrent leurs fonctions.

En complément sur Nigel Farage :

En complément sur Brexit :

     

Dimanche 2 Décembre 2018 - News # 13158 

Gilets jaunes : suite à l'opération initiée par l'UPR (Voir [ici] ()), à l’heure qu’il est, nous connaissons déjà les  14  premiers collabos de députés ainsi que  2  sénateurs qui soutiennent et protègent Macron : ils ont en effet répondu négativement au fait déposer une demande de destitution d’Emmanuel Macron selon la procédure de l'Article 68 :

Députés traîtres, par ordre alphabétique :

- Avia Laetitia (LREM)
- Crouzet Michèle (LREM)
- Jumel Sébastien (GDR)
- Larive Michel (LFI)
- Louwagie Véronique (LR)
- Ruffin François (LFI)
- Bernalicis Ugo (LFI)
- Cinieri Dino (LR)
Dupont-Aignan Nicolas (NI)
- Goulet Perrine (LREM)
- Kamowski Catherine (LREM)
Mélenchon Jean-Luc (LFI)
- Pellois Hervé (LREM)
- Peltier Guillaume (LR)

 

Sénateurs traîtres, par ordre alphabétique :

- BAS Philippe
- LONGUET Gérard

Quel honte !!

Bande de traîtres au peuple !

Vous ambitionnez de garder vos postes, vos rémunérations, et vos privilèges, ou encore de devenir ministre ou président !

Vous n'avez toujours pas compris que la 5ème république c'est fini ??

 

Pour consulter les réponses des Députés et des Sénateurs concernant l'article 68 :

   

En complément sur gilet jaune :

En complément sur député :

En complément sur sénat :

En complément sur destitution Macron :

 

Vendredi 23 Novembre 2018 - News # 12900 

Les raisons objectives de la trahison de nos médias et des journalistes du système : ils en vivent, et ont même des privilèges iniques :

Le système des médias et du journalisme doit être entièrement revu : pas modifié, pas amélioré, mais détruit puis reconstruit from scratch selon des principes totalement différents.

En complément sur médias :

En complément sur journalisme :

     

Lundi 12 Novembre 2018 - News # 12583 

Privilèges exorbitants : le scandale éhonté de l'abus des rémunérations démentes des fonctionnaires de l'Assemblée nationale :

SYNOPSIS :

Comment expliquer qu'un fonctionnaire de l'Assemblée nationale démarre à plus de 6000 euros net par mois.
Savez-vous combien gagne une infirmière, un gendarme, un professeur des écoles ?

Notre ancien coordinateur Paul Jossé était ce matin chez Bourdin Direct suite à sa note explosive pour IREF.

Hallucinant !

L'injustice au sein de l'État !

Et financé par nos impôts !

Inique !

À voir absolument !

En complément sur scandale :

En complément sur éhonté :

En complément sur Assemblée Nationale :

En complément sur éhonté :

En complément sur abus :


Lundi 15 Octobre 2018 - News # 11884 

 

Donald Trump vient d'entrer dans la zone d'assassinat :

Tous les présidents américains assassinés ont partagé quelque chose d'aussi inacceptable que possible, combattre le fléau de la dette de la banque centrale Rothschild : Lincoln, Garfield, McKinley, Kennedy.

Et maintenant, Trump déclare :
- "La Réserve fédérale est une cabale de banquiers centraux non élue qui dirige notre économie vers le sol, et la seule façon de régler nos problèmes économiques et financiers à long terme est de l'abolir."

En ce qui concerne la Fed qui continue à relever ses taux d’intérêt malgré les turbulences récentes du marché, Trump vient de l’accuser de «Going loco»… et de «Ils sont tellement tendus. Je pense que la Fed est devenue folle."

Fou, loco… abolir la Fed … whoa! Une chose que l’histoire garantit: jouez avec le privilège Rothschild et vous êtes mort.

Trump sera-t-il notre cinquième président pour savoir ce que l'histoire a garanti? L'histoire se répète à cause de la cabale qui afflige l'humanité pendant tant de siècles. En fin de compte, notre avenir dépend des personnes qui s’occupent de soulever des objets lourds….

Andrew Jackson aurait été notre premier président à être assassiné pour avoir attaqué ce privilège Rothschild; heureusement, les deux pistolets de l’assassin se sont égarés. Jackson a battu l'assassin avec sa canne jusqu'à ce que la foule prenne la relève…

Jackson était plus coloré en 1835, lorsque la liberté de parole était toujours saine:
- “Vous êtes un repaire de vipères. J'ai l'intention de vous mettre en déroute et par l'Éternel Dieu, je vous mettrai en déroute. Si la population comprenait seulement l'injustice de notre système monétaire et bancaire, il y aurait une révolution avant le matin."

Les États-Unis ont trois banques centrales contrôlées par Rothschild.
• La première banque des États-Unis (1791-1811);
• La deuxième banque des États-Unis (1816-1836);
• "La Réserve Fédérale" (jusqu'à la mort nous séparons)?

Jackson a opposé son veto au renouvellement de la charte de la Deuxième banque des États-Unis plusieurs années plus tôt, le 10 juillet 1832. Peu de temps après sa déclaration du «… repaire des vipères», Jackson a déclaré à son vice-président: «La banque, M. Van Buren, essaie de me tuer."

Chaque fois que l'on lui demandait ce qu'il considérait comme sa plus grande réussite, Jackson répondait toujours: "J'ai tué la banque."

Au lieu de contraindre les citoyens avec les intérêts de 24% à 36% demandés par les banquiers pour financer la guerre civile pour le Nord, Lincoln a proposé des «Greenbacks». 449 338 902 $ de ces billets au Trésor à pleine offre légale ont été imprimés.

Lincoln a expliqué:
- «Le pouvoir de l'argent s'attaque à la nation en temps de paix et conspire contre elle en période d'adversité. C'est plus despotique que la monarchie, plus insolent que l'autocratie, plus égoïste que la bureaucratie. Je vois dans un avenir proche une crise imminente qui me trouble et me fait trembler pour la sécurité de notre pays. Les sociétés ont été intronisées, une ère de corruption suivra et le pouvoir financier du pays s'efforcera de prolonger son règne en travaillant sur les préjugés du peuple, jusqu'à ce que la richesse soit agrégée entre quelques mains et que la république soit détruite.

Voici la réponse éditoriale du London Times concernant les Greenbacks:
- «Si cette politique financière malfaisante, qui trouve son origine dans la République nord-américaine, devenait indurée, alors ce gouvernement fournirait sa propre monnaie sans frais. Il va payer des dettes et être sans dette. Il aura tout l'argent nécessaire pour exercer son commerce. Il deviendra une prospérité sans précédent dans l’histoire des gouvernements civilisés du monde. Les cerveaux et la richesse de tous les pays iront en Amérique du Nord. Ce gouvernement doit être détruit, sinon il détruira toutes les monarchies du monde.»

Voici donc ce que la cabale, avec leurs banques centrales, insiste sur le fait qu'il doit être détruit:
- “Un gouvernement qui fournit son propre argent sans frais” (usure)
- “Un gouvernement qui règle ses dettes sans être endetté
- “Un gouvernement qui dispose de tout l'argent pour mener à bien son commerce, prospère au-delà des précédents dans l'histoire des gouvernements civilisés, attirant cerveaux et richesses de tous les pays

Pourrait-il y avoir une révélation plus claire de l’ennemi le plus profond des peuples?

De loin, les périodes les plus prospères que les États-Unis aient connues se situent entre les fléaux des banques centrales.

Lincoln a été assassiné en 1865.

Le président Garfield a mis en garde contre les dangers pour les États-Unis si ces banquiers centraux européens gagnaient le pouvoir: «Quiconque contrôle l'argent de la nation, contrôle cette nation et est le maître absolu de toute industrie et de tout commerce. Lorsque vous réaliserez que le système tout entier est très facilement contrôlé, d'une manière ou d'une autre, par quelques hommes puissants au sommet, vous n'aurez pas besoin de savoir à quoi ressemblent les périodes d'inflation et de dépression."
Garfield a été assassiné en 1881.

Le président McKinley a commencé son attaque contre les chancres centraux avec le secrétaire d'État John Sherman. Ils ont utilisé la Sherman Antitrust Act contre les Rothschild, l’empire financier de JP Morgan, connu sous le nom de Northern Trust, qui, à la fin du XIXe siècle, possédait la quasi-totalité des chemins de fer américains.
McKinley a été assassiné en 1901.

Le président Kennedy a été le dernier président à créer un système monétaire américain au mépris du privilège Rothschild.
Le 4 juin 1963, Kennedy a signé le décret exécutif 11110 et le Trésor a mis en circulation des billets américains d'une valeur de 4,3 milliards de dollars («certificats d'argent»).
Kennedy a été assassiné en 1963.

Le président Woodrow Wilson a sûrement plongé un orteil dans la zone d'assassinat avec son:
- «Depuis que je suis entré en politique, je me suis surtout fait confier des vues d’hommes. Certains des plus grands hommes aux États-Unis - dans les domaines du commerce et de la fabrication - ont peur de quelqu'un. Ils savent qu'il y a un pouvoir quelque part si organisé, si subtil, si vigilant, si imbriqué, si complet, si omniprésent, qu'il vaut mieux ne pas parler à tue-tête pour le condamner.»
De même que:
- «Un grand pays industriel est contrôlé par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré entre les mains de quelques hommes. Nous sommes devenus l'un des pires gouvernés, l'un des gouvernements les plus complètement contrôlés et dominés au monde - non plus un gouvernement d'opinion libre, plus un gouvernement par conviction et le vote de la majorité, mais un gouvernement par l'opinion et la contrainte de petits groupes d'hommes dominants."

Wilson a survécu en manipulant les États-Unis pendant la Première Guerre mondiale et en nous condamnant en 1913 avec la troisième banque, la «Réserve fédérale», probablement la banque terminale Rothschild, et l'IRS … De l'argent évoqué de toutes pièces. Ce privilège Rothschild.

Argent de rien et votre dette pour de vrai.

Trump fait des choses incroyables concernant l'exposition du mal profond (cabale), naviguant apparemment entre le fait d'aider le peuple et le service de la cabale.
Peut-il réellement contester - même "abolir" le nourri et survivre?

L'histoire s'accumule contre lui.
___
Rand Clifford, spécialisé dans la vérité.

Source : Veterans Today - Traduction amateur par BlueMan.

Un article majeur, factuel, et crédible.

Que va faire réellement Donald Trump ? Va-t'il oser dissoudre la FED ?

Une affaire d'importance à suivre.

En complément sur FED :

En complément sur assassinat :

     

Samedi 13 Octobre 2018 - News # 11853 

 

Les lobbies gouvernent la France : Philippe Pascot pour « Pilleurs de vie » sur btlv :

SYNOPSIS :

Comme tous les mercredis, Bob Bellanca vous propose le LIVE BTLV en clair. Cette semaine, il revient sur le sujet qui fait le Buzz : Les lobbies gouvernent la France ? y croyez-vous ? Oui ? Non ? & Pourquoi ? Aux côtés de Bob Bellanca, retrouvez Philippe pascot auteur du livre « pilleurs de vies ». Auteur d’investigation à succès, Philippe Pascot a choisi BTLV pour évoquer après « Pilleurs d’état, Délits d’élus » son nouvel ouvrage « Pilleurs de vie ». Cette fois, il s’attaque aux grandes firmes alimentaires, aux labos pharmaceutiques et aux hommes politiques pour dénoncer la corruption et les magouilles.

Résumé de l'éditeur :

Après les avantages illicites (Délits d’élus, Du Goudron et des Plumes) et les privilèges légaux mais immoraux (Pilleurs d’Etat, Allez presque tous vous faire…) dont bénéficient nos élus, Philippe PASCOT s’attaque aux lobbies et aux entreprises qui achètent, manipulent ou abusent des politiques.

Les sociétés de sodas pillent l’eau de plusieurs pays. L’huile de vidange se retrouve dans 200 produits alimentaires français. 100 000 médicaments frelatés ont été vendus en France… Ce sont trois exemples parmi une centaine d’autres répertoriés dans le livre.

Un constat imparable : 99,9 % des scandales politiques, alimentaires, environnementaux, pharmaceutiques sont révélés par des individus courageux et non par les institutions elles-mêmes.
En citant ses sources et en restant factuel, l’auteur campe une vision globale du pillage qui s’organise autour de nos vies.

Maire adjoint, puis conseiller municipal, ancien conseiller régional, président de la formation professionnelle et apprentissages à la région ile de France, Chevalier des Arts et des Lettres, Philippe Pascot a 25 ans de vie politique derrière lui et a fréquenté la plupart des élus politiques de premier plan. Il milite pour une transparence totale de l’exercice politique et est engagé dans de nombreux combats de société.
Il est l’initiateur de la demande de casier vierge (B2) pour pouvoir être élu comme on l’exige pour 396 métiers qu’il a lui même référencé dans ses livres. Cette promesse faite à la page 27 du programme présidentiel n’a pas été respecté : on peut toujours être élu tout en étant condamné gravement. Les noms et les faits de ce mensonge d’état sont dans Pilleurs de vies.

Non évalué.

En complément sur Philippe Pascot :

En complément sur lobbies :

     

Vendredi 14 Septembre 2018 - News # 11160 

Pierre Moscovici sur la montée du populisme en Europe: «Pour la première fois, j'ai peur». Voir [ici] ().

Et oui Ducon : en réalité, tu as peur des peuples ! Tu as peur DU peuple !

La fausse démocratie tu l'aimes, car tu peux l'infiltrer, la noyauter, l'orienter, etc., et en profiter à loisir, mais la démocratie réelle non : les citoyens vont te foutre dehors. Exit le trafic d'influence, exit les privilèges et les avantages délirants, exit les beaux salaires, etc.

Pierre Moscovici, tu est un faux-cul et un traître de politicien, vendu à l'européisme, au mondialisme, et au capitalisme.

Tu n'es même pas foutu de servir ton propre pays : tu t'es enfui à Bruxelles pour convoiter et décrocher le poste de commissaire européen chargé des Affaires économiques, grassement payé, au coeur même de la machine infernale de la dictature de l'Union Européenne qui opprime les peuples.

Nous savons qui tu es : pour mémoire, c'est toi qui a fait échoué le projet européen de taxation des transactions financières Tobin. Alors que tous les pays étaient pour, tu a cédé aux lobbies bancaires et financiers, et le projet n'a pas vu le jour. Voir [ici] ().

Tu es fondamentalement un traître et un suppôt du capitalisme !

En complément sur Pierre Moscovici :

En complément sur populisme :

     

Mercredi 8 Août 2018 - News # 10371 

 

J'estime que c'est pas la peine que tous les gens regardent des choses qu'ils vont être incapables de commenter, et ils auront certainement peut-être des réflexions idiotes.

Bernard Saugey, questeur du Sénat.

 

Corruption des politiciens : tout est fait pour cacher aux Français les dépenses et les privilèges abusifs de nos élus, et notamment les dépenses faramineuses du Sénat :

Voilà les gens sensés nous représenter et nous servir...

La vérité, c'est qu'ils se servent.

Et ils se servent grassement sur notre dos à tous, grâce aux impôts qu'ils lèvent de force sur nous par un racket étatique.

Des traîtres de politiciens, et des corrompus, je l'ai toujours dit.

Au Sénat, selon certains fonctionnaires, ils se comportent en «demi-dieux». Ils se sentent ici chez eux. Les questeurs (deux sénateurs UMP, un PS), inconnus du grand public, jouent un rôle clef en coulisse: ils gèrent les 346 millions d'euros de budget du Sénat, sans que le pouvoir exécutif puisse y mettre le nez.

En complément voyez l'article "Sénateur et questeur : la vie de château", [ici] ().

En complément sur abus :

En complément sur privilège :

En complément sur Sénat :

   

Lundi 4 Juin 2018 - News # 8873 

Contre une France «hautement réactionnaire», Françoise Nyssen propose des médias publics «engagés». Voir [ici] ().

Intéressant comme news : le pouvoir commence à flipper et à se rendre compte qu'il perd le contrôle (et il l'a perdu définitivement à cause d'Internet).

Les propositions de cette nuisible sont du terrorisme intellectuel, du smart-fascisme : quand on en vient à instaurer un contrôle des médias public pour les orienter, on quitte la démocratie pour entrer dans le règne de la manipulation d'État de l'opinion publique à la Georges Orwell, toutes proportions gardées. À quand un "Ministère de la Vérité" ? On en est pas loin avec la loi sur les fake news...

Car il faut être lucide : il s'agit ici de définir les normes de la pensée unique, de ce qui est bien et de ce qui mal, de formater donc les esprits selon des tropismes bien précis. Rien à voir avec la liberté de pensée, avec la démocratie basée sur la volonté de la majorité des citoyens : cette femme et nos politiciens s'en foutent, exactement comme nos traîtres de médias. Le contrôle des esprits et la domination, la diffusion et la propagande de leurs idéologies de merde, c'est la seule chose qui compte, avec leurs salaires et privilèges, pour nos traîtres de politiciens et de médias.

Lorsque le peuple va se réveiller enfin et se révolter, ça va être sanglant...

En complément sur Orwell :

En complément sur fascisme :

En complément sur fake news :

   

Samedi 2 Juin 2018 - News # 8843 

Union Européenne antidémocratique, eurodéputés, et lobbies : "Gros salaires, privilèges et gaspillages, enquête sur les milliards de l'Europe" - Pièces à conviction :

SYNOPSIS :

Chaque année, la France verse 20 milliards d’euros à l’Union européenne. A l’heure où l’Europe traverse une passe difficile à cause du Brexit, "Pièces à conviction" a enquêté dans les coulisses, et a suivi des députés, des fonctionnaires, et même l’un de ses plus hauts dirigeants pour savoir comment ces milliards sont dépensés.
  
Comment fonctionne le Parlement européen ? La machine est gourmande, et les dépenses parfois ubuesques. Une fois par mois, et pour trois jours seulement, les 750 parlementaires et leurs assistants déménagent de Bruxelles à Strasbourg : cela coûte 110 millions d’euros, une dépense inutile juge la Cour des comptes européenne…

Quant aux députés européens, ils sont parmi les mieux rémunérés au monde, avec 11 000 euros net par mois. Mais malgré ces conditions privilégiées, certains arrondissent leurs fins de mois en travaillant pour le secteur privé, parfois en toute illégalité. D’autres ne brillent pas par leur assiduité, et parmi eux beaucoup de députés français…

Avec de tels moyens financiers, que vaut le vote de ces parlementaires qui représentent 600 millions d’Européens ? L’enquête de "Pièces à conviction" révèle comment des multinationales parviennent à influencer Bruxelles et imposer leur choix, parfois contre l’avis du Parlement, démocratiquement élu.

Les déménagements répétitifs mensuels du parlement européen entre Bruxelles et Strasbourg sont un non-sens, et typiques d'une superstructure technocratique n'ayant pas réussi à résoudre la problématique, somme toute très simple, d'une localisation unique des Institutions européennes par un simple vote des États membres. Encore une preuve supplémentaire de l'incompétence de nos politiciens qui engendre des surcoûts inutiles défrayés par les citoyens bien évidemment : 114 millions d'Euros par an, soit 6% du budget du parlement !

Maintenant, les salaires de certains fonctionnaires sont déments : 9.000 euros nets/mois en fin de carrière. Un salaire exagéré et indécent pour le travail considéré.

Quand aux avantages et privilèges, ils montrent, une fois de plus, qu'on est pas en démocratie puisque l'égalité de traitement entre les citoyens est ultra-violée.

Pour les eurodéputés, c'est encore pire... Et pour seulement 4 jours par mois !!! Ahurissant.

Pire, ils ne foutent pas grand choses : l'eurodéputé Alain Lamassoure justifie même de ne pas travailler parce-que Monsieur n'est pas assez invité dans les médias... ^^
Tu es sensé servir le peuple, traître payé avec l'argent du peuple ! Ahurissant !

D'un point de vue démocratique, la Commission européenne a presque tous les pouvoirs, le parlement étant juste là pour donner l'illusion que l'Union Européenne serait démocratique. Et je n'exagère pas : les eurodéputés n'ont pas l'initiative des lois : c'est la Commission qui l'a. C'est très grave. Quand on est réduit à dire oui ou non sans jamais pouvoir proposer, alors on est perdant, c'est mathématique, parce-que peu à peu ceux qui ont l'initiative des lois les dirigent vers là où ils veulent aller : il leur suffit d'avancer masqués, c'est-à-dire de faire des propositions de lois supposément pour un but affiché mais ayant quelques dispositions qui instituent autre chose. Ça s'appelle la méthode des petits pas ou des cliquets : des pas très petits mais sur lesquels ont ne revient pas. Donc, peu à peu, ces petits pas mènent au but planifié par les initiateurs des lois. C'est fatal. Exit la démocratie donc.

Et si l'on rajoute le nombre et la force des lobbies, on peut objectivement dire que les peuples n'ont presque plus leur mot à dire. À fortiori lorsqu'un commissaire européen comme l'enculé de Vytenis Andriukaitis, chargé de la santé et de la sécurité alimentaire, bafoue le vote du parlement, c'est-à-dire de tous les représentants des peuples d'Europe : inique ! Rien, en effet, dans la constitution européenne ne l'y oblige, ce qui signifie que l'impuissance des eurodéputés, et donc des peuples, a été sciemment programmée. Inique ! L'Union européenne : une dictature qui ne dit pas son nom !

Alors il faut conclure de tout cela : Frexit ! Ce que ne font aucun politicien ni parti, à l'exception de François Asselineau, qui voient donc juste contrairement à tous les autres.

Un documentaire à voir absolument !

(Le documentaire est suivi d'un débat)

En complément sur Union Européenne :

En complément sur Bruxelles :

En complément sur eurodéputé :

En complément sur privilège :

En complément sur gaspillage :


Samedi 12 Mai 2018 - News # 8381 

Victoire de l'idéologie malsaine, perverse, et ténébreuse, des LGBT : Le Pakistan adopte une loi de protection des personnes transgenres. Voir [ici] ().

Si même un pays comme le Pakistan adopte une pareille loi, ça révèle l'état de décrépitude et de dégénérescence de l'Humanité, et notamment de la classe politique dont les membres sont devenus des prostituées du mental, tout ça pour conserver leur fauteuils, et leur privilèges...

C'est pathétique, et très inquiétant pour la suite.

En complément sur Pakistan :

En complément sur LGBT :

En complément sur perversité :

   

Mardi 8 Mai 2018 - News # 8298 

Députés et chômeurs : un deux poids deux mesures insupportable :

Un preuve de plus que nos députés sont des traîtres au peuple, et vivent grassement de lui avec tout un tas de privilèges iniques.

En complément sur deux poids deux mesures :

En complément sur député :

En complément sur chômage :

   

Lundi 22 Janvier 2018 - News # 6334 

Réseaux  sociaux, surveillance, et Big Brother : Facebook redouble de nouveautés pour vous espionner... et ça fait peur. Voir [ici] ().

Il faut être lucide : si nous en sommes là, c'est exclusivement à cause de nos traîtres de politiciens qui ne font rien pour nous protéger. Ils s'en foutent, car ne comptent pour eux que leurs avantages, leurs divers privilèges, leur payes, leur train de vie bien au dessus de celui du français moyen, et bien sûr leur réélection...

En complément sur réseaux sociaux :

En complément sur Big Brother :

En complément sur Big Brother :

En complément sur espionnage :

En complément sur surveillance :


Dimanche 21 Janvier 2018 - News # 6297 

« Ukraine on Fire » d'Oliver Stone, ou comment les États-Unis (et non la Russie) ont détruit l’Ukraine :

SYNOPSIS :

L’Ukraine, cette « frontière » entre la Russie et l’Europe dite « civilisée », est à feu et à sang. Depuis des siècles, elle est au cœur d’une lutte acharnée entre certaines puissances qui cherchent à contrôler ce riche territoire et l’accès de la Russie à la Méditerranée.

Le massacre de Maïdan début 2014 a déclenché un soulèvement sanglant qui a débouché sur l’éviction du président Viktor Ianoukovytch, la sécession de la Crimée et sa réintégration au sein de la Russie, et une guerre civile dans l’Est de l’Ukraine.

Les médias occidentaux ont présenté la Russie comme l’instigatrice de ces troubles, et cette dernière a été sanctionée et unanimement condamnée. Mais la Russie était-elle vraiment responsable de ces événements ?

Ukraine on Fire offre une perspective historique sur les divisions profondes qui affectent la région et qui ont mené à la Révolution orange de 2004, aux soulèvements de 2014 et au renversement brutal du président Yanukovych démocratiquement élu. 

Présenté par les médias occidentaux comme une « révolution populaire », ce véritable coup d’État a été orchestré et perpétré par des groupes ultranationalistes et par le Département d’État américain.

Le journaliste d’investigation Robert Parry révèle que, dans les années 80, des ONG politiques financées par les États-Unis et des agences de presse ont pris le relais de la CIA, et commencé à promouvoir les desseins géopolitiques des États-Unis à l’étranger.

Oliver Stone, producteur délégué, a eu le privilège de découvrir les dessous de l’affaire en interviewant l’ancien président Yanukovych et l’ancien ministre de l’Intérieur Vitaliy Zakharchenko, qui lui ont expliqué que l’ambassadeur des États-Unis et différentes factions à Washington avaient activement conspiré pour provoquer un changement de régime en Ukraine.

En outre, dans son premier entretien avec Vladimir Poutine, Stone a interrogé le président russe sur l’importance de la Crimée, sur l’OTAN et sur la longue tradition d’interférence des États-Unis dans la région, notamment leur ingérence dans les élections et leurs efforts pour instaurer un changement de régime.

Ce documentaire est initialement sorti en 2016, mais comme on pouvait s’y attendre, Stone a rencontré des problèmes pour le faire distribuer aux États-Unis et dans les pays occidentaux. Une version doublée en russe avait rapidement vu le jour et avait été diffusée à la télévision russe, mais jusque-là, les peuples du « monde libre » n’avaient pas eu accès au documentaire dans son intégralité.

C’est désormais chose faite : le film est disponible en intégralité sur YouTube. Évidemment, nous encourageons chacun à soutenir le travail d’Oliver Stone en se procurant le DVD de ce documentaire.

Source : Meta TV.

Non encore évalué.

En complément sur Ukraine :

En complément sur Oliver Stone :

En complément sur Russie :

En complément sur États-Unis :

En complément sur révolution colorée :


Jeudi 18 Janvier 2018 - News # 6248 

Conflits d’intérêt, salaires astronomiques, petits arrangements scandaleux, privilèges, ... : «Les Intouchables d’État - Bienvenue en Macronie» de Vincent Jauvert : le livre choc sur les fonctionnaires d'élite. Voir [ici] (), [là] (), ici] (), et [là] ().

 

La France est-elle une république d'énarques pistonnés et intouchables ? :

Le mot de l'Éditeur :

Incarnée par Emmanuel Macron et Édouard Philippe, une nouvelle noblesse d'État dirige la France. Une « caste » de hauts fonctionnaires plus que jamais minée par l'entre-soi et les conflits d'intérêts.
 
Ils exploitent leurs carnets d'adresses pour faire fortune comme banquiers d'affaires, consultants ou lobbyistes. Ils bénéficient du démembrement de l'État qu'ils ont eux-mêmes organisé. Ils se répartissent des postes très lucratifs en multipliant les établissements publics inutiles. Et parviennent à masquer leurs échecs, même les plus graves. Par quel miracle ?

Grâce à une centaine de témoignages et à des documents inédits, cette enquête révèle les secrets inavouables de ces intouchables d'État si nombreux au sein de la Macronie : des hauts cadres de Bercy rémunérés plus de 200 000 euros par an, puis recrutés par de grands groupes pour leur révéler les fragilités des règles fiscales... qu'ils ont eux-mêmes édictées ; des conseillers d'État qui monnayent dans le privé leur connaissance intime de l'appareil administratif... avant de revenir dans la fonction publique profiter à vie de leur statut ; des inspecteurs des Finances dont les erreurs de gestion coûtent des millions d'euros aux contribuables, qui sont rarement sanctionnés... et souvent promus.

Après deux ans d'enquête, Vincent Jauvert dévoile la face cachée de cette haute fonction publique qu'il est urgent de moraliser.

Source : Robert Laffond.

En complément sur conflits d’intérêt :

En complément sur salaire :

En complément sur privilège :

En complément sur Macron :

 

Mercredi 13 Décembre 2017 - News # 5829 

Privilèges et abus de fonds publics : en 2018, les députés devraient bénéficier d'un remboursement de 1 200 euros de leur loyer à Paris. Voir [ici] ().

Lamentable ! Honteux ! Scandaleux ! Inique !

En complément sur député :

En complément sur privilège :

En complément sur abus :

   

Samedi 18 Novembre 2017 - News # 5557 

Privilèges injustifiés : le coût exorbitant d'un fonctionnaire de l'Assemblée nationale :

Ahurissant... Inique. Injuste.

Putain, c'est dégueulasse...

En complément sur coût :

En complément sur fonctionnaire :

En complément sur Assemblée nationale :

En complément sur privilège :

 

Dimanche 29 Octobre 2017 - News # 5430 

Ère Macron, la restauration des privilèges : 228 ans après la nuit du 4 août 1789, retour du régime féodal :

En complément sur Macron :

En complément sur privilège :

     

Mercredi 11 Octobre 2017 - News # 5336 

François Asselineau sur les privilèges du Qatar - Colloque du Centre des études du Moyen-Orient :

En complément sur François Asselineau :

       

Vendredi 30 Juin 2017 - News # 4995 

Le scandale des avantages et rémunérations des anciens présidents français :

Inique !

Dégueulasse !

Injuste !

Un appartement de fonction ?! Pour quoi faire ? Ils ne sont plus en fonction !

Et leur rémunérations scandaleuse ?

Ils vivent comme de petits seigneurs.

En complément sur président :

En complément sur rénumération :

En complément sur salaire :

En complément sur avantage :

En complément sur privilège :


Mardi 20 Juin 2017 - News # 4826 

Législatives 2017 : certains députés ont perdu les élections, mais ils ont gagné une retraite en or !

L'hémycicle se renouvelle et envoie de très nombreux professionnels de la politique toucher leurs retraites... Un régime particulier qui rapporte gros !

Cambadélis, Valls, Hamon, Duflot… Tous ces professionnels de la politique qui n’ont toujours vécu que grâce à l’argent public, se retrouvent, à devoir chercher un boulot, ou bien à partir à la retraite.

Finis pour eux les indemnités mensuelles de 7 209,74 euros, les voyages en 1ère classe, les frais de mandat tout flous de 5 840 euros, les chauffeurs et autres taxis gratuits (plafond de 2 750 euros), la carte Navigo gratuite, les 92 trajets en avions offerts, la bourse annuelle informatique de 15 500 euros, le forfait téléphonique de 4 200 euros (7 670 euros Outre-mer), les 12 000 euros alloués à leur courrier, les frais d’hôtel tout doux… Et que dire de la réserve parlementaire et ses 130 000 euros annuels !

Heureusement, une consolante retraite les attend à la sortie ! Cette retraite est alimentée par une cotisation prélevée sur l’indemnité parlementaire et par une subvention inscrite au budget de l’Assemblée.

L’âge d’ouverture du droit à la pension est de 62 ans. La pension est calculée au prorata des annuités acquises, sans minimum de durée de mandat et dans la limite d’un plafond fixé à 41,50 annuités. La pension moyenne des députés ayant fait liquider leur pension en 2016 est de 2 675 € net par mois. L’âge moyen auquel les députés font liquider leur pension est de 64 ans.

De plus, les députés issus de privé pourront toucher une allocation très confortable : 100% de leurs revenus pendant 6 mois. Cette indemnité spécifique dure 3 ans et est dégressive. Selon le Figaro, les députés sortants peuvent continuer à bénéficier des « services de l’Assemblée », comme le restaurant et la bibliothèque. Pour avoir une retraite à taux plein il leur suffit de cotiser 31 ans. Pour rappel, c’est plus de 40 ans pour un simple salarié.

Lorsqu’un citoyen cotise 1 euro, il touchera une retraite de 1,5 euro s’il est salarié et une pension d’environ 2 euros s’il est fonctionnaire. Lorsqu’un parlementaire verse une cotisation de 1 euro, sa retraite s’élève à 6,1 euros.

En définitive, laissons le mot de la fin à l’incomparable Audiard : « La politique, messieurs, devrait être une vocation. Je suis sûr qu’elle l’est pour certain d’entre vous. Mais pour le plus grand nombre, elle est un métier.» 

En décembre 2016, Contribuables Associés avait interrogé le député Alain Chrétien, auteur d’un rapport exigeant la fin du régime de retraite spécifique des parlementaires. Selon son rapport, «en 2015, le régime des députés s’élevait à 63 millions d’euros et distribuait une pension moyenne de 2 700 euros nets par mois à 1 121 anciens élus et 714 ayants-droits.»

Source : Contribuables Associés ().

Des privilèges injustes et exorbitants !

En complément sur député :

En complément sur retraite :

En complément sur privilège :

En complément sur injust :

 

Samedi 17 Juin 2017 - News # 4754 

Leila, auditrice des Grandes Gueules : "L'allocation chômage pour les députés sortants est un pur scandale !" :

Bien sûr que c'est un scandale !

C'est inique car c'est une violation des principes d'équité et d'égalité des Français.
Ou est l'abolition des privilèges dans cette gabegie ?!

En complément sur député :

En complément sur scandale :

En complément sur équité :

En complément sur chômage :

 

Lundi 12 Juin 2017 - News # 4662 

Frédéric Lordon : "Il se forme une situation" :

Logiquement, tout avance de concert. Au moment où Macron est élu, nous découvrons que La Poste enrichit sa gamme de services d’une offre « Veiller sur mes parents » à partir de 19.90€ par mois (plusieurs formules : 1, 2, 4, 6 passages par semaine). Le missionné, qu’on n’appellera sans doute plus « l’agent » (tellement impersonnel-bureaucratique – old), mais dont on verra si la Poste va jusqu’à l’appeler l’« ami de la famille », passe en voisin, boit le café, fait un petit sms pour tenir au courant les descendants, bref – dixit le prospectus lui-même – « maintient le lien social ». Résumons : Pour maintenir le lien social tout court, c’est 19.90€. Et pour un lien social béton (6 visites par semaines), c’est 139.90€. Tout de même. Mais enfin il y va du vivre ensemble.

En 1999, des lignards d’EDF en vacances et même en retraite avaient spontanément repris du service pour rétablir le courant après la tempête. Ils l’avaient fait parce qu’ils estimaient que, dans cette circonstance exceptionnelle, il se jouait quelque chose entre eux, le service public dont ils étaient ou avaient été les agents, et la société dans son ensemble, quelque chose qui n’était pas de l’ordre d’un lien contractuel-marchand et procédait de mobiles autres que pécuniaires. Maintenant que nous en sommes à l’étape de la forfaitisation du lien social, nous percevons combien cette réaction qui fut la leur a été une tragique erreur. Puisqu’il est décidé que tout, absolument tout, est monnayable, la prochaine fois que les lignes sont à terre, on espère bien que toute demande de reprise de service obtiendra pour réponse, au mieux la renégociation en position de force du tarif des prestations extraordinaires, et plutôt d’aller se carrer les pylônes.

Le contresens anthropologique du lien social tarifé semble ne pas apercevoir que, précisément, la transaction contractuelle-marchande n’est au principe d’aucun lien, entendons autre que le lien temporaire stipulé dans ses clauses, dont l’échéance est fixée par le paiement qui, dit très justement l’expression, permet de s’acquitter – c’est-à-dire de quitter. Après quoi les co-contractants redeviennent parfaitement étrangers l’un à l’autre. C’est pourtant ce modèle « relationnel » que la société néolibérale, La Poste en tête, se propose de généraliser à tous les rapports humains, désastre civilisationnel dont le désastre électoral de ce printemps n’est que l’épiphénomène. Mais aussi l’accélérateur. Avec peut-être toutes les vertus des accélérations à contresens : déchirer les voiles résiduels, clarifier la situation, rapprocher des points critiques. Si l’on peut placer un espoir raisonnable dans la présidence Macron, c’est celui que tout va devenir très, très, voyant. C’est-à-dire odieux comme jamais.

Car il ne faut pas s’y tromper, la France n’est nullement macronisée. Les effets de levier composés du vote utile font à l’aise un président avec une base d’adhésion réelle de 10% des inscrits. Quant aux législatives, le réflexe légitimiste se joint à la pulvérisation des candidatures d’opposition pour assurer de rafler la mise. Par l’effet de cette combinaison fatale, le 19e arrondissement de Paris, par exemple, qui a donné Mélenchon en tête au premier tour avec plus de 30% est ainsi bien parti pour se donner un député macronien – on aurait tort d’en tirer des conclusions définitives. Mais en réalité, au point où nous en sommes, tout ça n’a plus aucune importance. La vérité, c’est que « la France de Macron » n’est qu’une petite chose racornie, quoique persuadée de porter beau : c’est la classe nuisible.

La classe nuisible est l’une des composantes de la classe éduquée, dont la croissance en longue période est sans doute l’un des phénomènes sociaux les plus puissamment structurants. Pas loin de 30% de la population disposent d’un niveau d’étude Bac+2 ou davantage. Beaucoup en tirent la conclusion que, affranchis des autorités, aptes à « penser par eux-mêmes », leur avis compte, et mérite d’être entendu. Ils sont la fortune des réseaux sociaux et des rubriques « commentaires » de la presse en ligne. La chance de l’Europe et de la mondialisation également. Car la classe éduquée n’est pas avare en demi-habiles qui sont les plus susceptibles de se laisser transporter par les abstractions vides de « l’ouverture » (à désirer), du « repli » (à fuir), de « l’Europe de la paix », de « la dette qu’on ne peut pas laisser à nos enfants » ou du monde-mondialisé-dans-lequel-il-va-bien-falloir-peser-face-à-la-Russie-et-aux-Etats-Unis. La classe demi-habile, c’est Madame de Guermantes à la portée d’un L3 : « la Chine m’inquiète ».

La propension à la griserie par les idées générales, qui donnent à leur auteur le sentiment de s’être élevé à hauteur du monde, c’est-à-dire à hauteur de gouvernant, a pour effet, ou pour corrélat, un solide égoïsme. Car la demi-habileté ne va pas plus loin que les abstractions creuses, et ignore tout des conséquences réelles de ses ostentations abstraites. En réalité, elle ne veut pas les connaître. Que le gros de la société en soit dévasté, ça lui est indifférent. Les inégalités ou la précarité ne lui arrachent dans le meilleur des cas que des bonnes paroles de chaisière, en tout cas aucune réaction politique. L’essentiel réside dans les bénéfices de la hauteur de vue, et par suite d’ailleurs la possibilité de faire la leçon universaliste aux récalcitrants. En son fond elle est un moralisme – comme souvent bercé de satisfactions matérielles. Sans surprise, elle résiste à la barbarie en continuant de boire des bières en terrasse – ou, plus crânement encore, en brassant elle-même sa propre bière.

Demi-habile et parfaitement égoïste, donc : c’est la classe nuisible, le cœur battant du macronisme. Elle est le fer de lance de la « vie Macron » – ou du vivre ensemble La Poste. Partagée entre les déjà parvenus et ceux qui continuent de nourrir le fantasme, parfois contre l’évidence, qu’ils parviendront, elle est la classe du capital humain : enfin un capital qui puisse être le leur, et leur permettre d’en être  ! Ceux-là sont habités par le jeu, ils y adhèrent de toute leur âme, en ont épousé avec délice la langue dégénérée, faite signe d’appartenance, bref : ils en vivent la vie. Ils sont tellement homogènes en pensée que c’est presque une classe-parti, le parti du « moderne », du « réalisme », de la « French Tech », du « projet personnel » – et l’on dresserait très facilement la liste des lieux communs d’époque qui organisent leur contact avec le monde. Ils parlent comme un journal télévisé. Leurs bouches sont pleines de mots qui ne sont pas les leurs, mais qui les ont imbibés si longtemps qu’ils ont fini par devenir les leurs – et c’est encore pire.

Cependant, l’égoïsme forcené joint à l’intensité des investissements existentiels a pour propriété paradoxale de faire de la classe de « l’ouverture » une classe séparée et claquemurée, sociologiquement minoritaire en dépit des expressions politiques majoritaires que lui donnent les institutions électorales – qui disent là comme jamais la confiance qu’elles méritent. La seule chose qui soit réellement majoritaire, c’est son pouvoir social – mais comme on sait, à ce moment, il convient de parler non plus de majorité mais d’hégémonie. Sans surprise, la sous-sous-classe journalistique en est le joyau, et le porte-voix naturel. L’élection de Macron a été pour elle l’occasion d’un flash orgasmique sans précédent, ses grandes eaux. Au moment où nous parlons d’ailleurs, on n’a toujours pas fini d’écoper. En tout cas la classe nuisible est capable de faire du bruit comme quinze. Elle sait ne faire entendre qu’elle et réduire tout le reste – ouvriers, employés, des masses elles bien réelles – à l’inexistence. Au prix, évidemment, de la sourde accumulation de quelques « malentendus », voués un de ces quatre à faire résurgence un peu bruyamment.

Il pourrait y avoir là de quoi désespérer absolument si le « progrès intellectuel » de la population ne fabriquait plus que des possédés, et se faisait le parfait verrou de l’ordre social capitaliste. Mais la classe nuisible n’est qu’une fraction de la classe éduquée. C’est qu’en principe, on peut aussi se servir de capacités intellectuelles étendues pour autre chose. Bien sûr on ne pense pas dans le vide, mais déterminé par toutes sortes d’intérêts, y compris matériels, à penser. De ce point de vue les effets du néolibéralisme sont des plus ambivalents. S’il fabrique de l’assujetti heureux et de l’entrepreneur de lui-même, il produit également, et à tour de bras, du diplômé débouté de l’emploi, de l’intellectuel précaire, du startuper revenu de son esclavage. La plateforme OnVautMieuxQueCa, qui a beaucoup plus fait que les directions confédérales dans le lancement du mouvement du printemps 2016 – qui a même fait contre elles… –, cette plateforme, véritable anthologie en ligne de la violence patronale, dit assez où en est, expérience à l’appui, une large partie de la jeunesse diplômée dans son rapport au salariat. Et, sous une détermination exactement inverse, dans ses propensions à penser. On peut donc ne pas tomber dans l’exaltation « générationnelle » sans manquer non plus de voir qu’il se passe quelque chose dans ces tranches d’âge. Si d’ailleurs, plutôt que de revoir pour la dixième fois The social network et de se rêver en Zuckerberg français, toute une fraction de cette génération commence à se dire « ingouvernable », c’est sans doute parce qu’elle a un peu réfléchi à propos de ce que veut dire être gouverné, suffisamment même pour apercevoir qu’il n’y a va pas seulement de l’Etat mais de l’ensemble des manières de façonner les conduites, auxquelles les institutions formelles et informelles du capitalisme prennent toute leur part.

Sur ce versant-là de la classe éduquée, donc, ça ne macronise pas trop fort – sans compter d’ailleurs tous ceux à qui l’expérience prolongée a donné l’envie de changer de bord : les cadres écœurés de ce qu’on leur fait faire, les dégoûtés de la vie managériale, les maltraités, les mis au rebut, à qui la nécessité fait venir la vertu, mais pour de bon, qui ont décidé que « rebondir » était une affaire pour baballe exclusivement, ne veulent plus se battre pour revenir dans le jeu, et prennent maintenant la tangente. Or ce contingent de têtes raides ne cesse de croître, car voilà le paradoxe du macronisme : en même temps qu’il cristallise la classe nuisible, son effet de radicalisation, qui donne à l’époque une clarté inédite, ouvre d’intéressantes perspectives démographiques à la fraction rétive de la classe éduquée.

Cependant le privilège social de visibilité de la classe éduquée, toutes fractions confondues, n’ôte pas qu’on ne fait pas les grands nombres, spécialement dans la rue, sans la classe ouvrière mobilisée. En l’occurrence affranchie des directions confédérales, ou du moins décidée à ne plus les attendre. Mais ayant par suite à venir à bout seule de l’atomisation et de la peur. Pas le choix : il faut qu’elle s’organise – se ré-organise... Et puis s’organiser avec elle. Caisses de solidarité, points de rencontre : dans les cortèges, dans de nouveaux groupements où l’on pense l’action en commun, tout est bon. En tout cas, comme dans la jeunesse, il se passe quelque chose dans la classe ouvrière : de nombreux syndicalistes très combatifs, durcis au chaud de plans sociaux spécialement violents, virtuellement en rupture de centrale, font maintenant primer leurs solidarités de lutte sur leurs appartenances de boutique, laissent leurs étiquettes au vestiaire et ébauchent un front uni. Si quelque jonction de la jeunesse décidée à rompre le ban ne se fait pas avec eux, rien ne se fera. Mais la détestation de l’entreprise, promise par le macronisme à de gigantesques progrès, offre d’excellentes raisons d’espérer que ça se fera.

Il n’est pas certain que le macronisme triomphant réalise bien la victoire à la Pyrrhus qui lui est échue. C’est que jusqu’ici, l’indifférenciation patentée des partis de gouvernement censément de bords opposés parvenait encore vaille que vaille à s’abriter avec succès derrière l’illusion nominale des étiquettes de « l’alternance ». Evidemment, l’alternance n’alternait rien du tout, mais il restait suffisamment d’éditorialistes abrutis pour certifier que la « gauche » succédait à la « droite, ou l’inverse, et suffisamment de monde, à des degrés variés de cécité volontaire, pour y croire. Le problème du macronisme, c’est précisément… qu’il a réussi : sa disqualification des termes de l’alternance prive le système de son dernier degré de liberté, assurément factice mais encore doté de quelque efficacité résiduelle. Quand il aura bien mis en œuvre son programme, poussé tous les feux, par conséquent rendu folle de rage une fraction encore plus grande de la population, où trouvera-t-il son faux alternandum et vrai semblable, l’entité faussement opposée et parfaitement jumelle qui, dans le régime antérieur, avait pour double fonction de soulager momentanément la colère par un simulacre de changement tout en assurant la continuité, quoique sous une étiquette différente ?

Résumons-nous : bataille terminale au lieu du noyau dur – le rapport salarial, via le code du travail –, intégration ouverte de l’Etat et du capital, presse « en plateau », extase de la classe nuisible et radicalisation antagoniste des défecteurs, colère grondante des classes populaires promises à l’équarrissage, fin des possibilités théâtrales de l’alternance, disparition définitive de toute possibilité de régulation interne, de toute force de rappel institutionnalisée, de tout mécanisme de correction de trajectoire : à l’évidence il est en train de se former une situation. À quelque degré, ce gouvernement-du-barrage-contre-le-pire doit en avoir conscience puisqu’il approfondit le mouvement, déjà bien engagé, de proto-fascisation du régime : avec les ordonnances du code du travail, la normalisation de l’état d’urgence en droit ordinaire a été logiquement sa première préoccupation. Ultime moyen de contrôle de la situation, lui semble-t-il, mais qui contribue plutôt à l’enrichissement de la situation. Et confirme que la question de la police va se porter en tête d’agenda, comme il est d’usage dans tous les régimes où l’état d’illégitimité n’est plus remédiable et où ne reste que la force armée, la seule chose opposable à la seule opposition consistante : la rue. Car il est bien clair qu’il n’y a plus que la rue. Si « crise » désigne le moment résolutoire où les trajectoires bifurquent, nous y sommes. Quand tout est verrouillé et que la pression n’en finit pas de monter, il doit se passer quelque chose. Ce dont les forces instituées sont incapables, seul l’événement peut l’accomplir.

Source : LundiMatin #108 ().

Une analyse brillante, comme bien souvent de la part de Frédéric Lordon, qui confirme la déliquescence de la démocratie et de la société française et la montée inexorable des tensions dans le pays.

En complément sur Frédéric Lordon :

En complément sur libéralisme :

En complément sur marchand :

   

Samedi 4 Mars 2017 - News # 2517 

Un score de 0,07 pour François Asselineau : le CSA publie le temps de parole des « candidats probables » aux Présidentielles de 2017. Voir [ici] (). C'est la censure manifeste par le système des candidats dont il ne veut surtout pas. Tous les faits montrent que les tenants du pouvoir et des institutions ont trahi l'idéal républicain et démocratique dont ils ne cessent de nous rabattre hypocritement les oreilles à longueur de temps. Nous vivons une époque de plus en plus trouble, où l'éthique et la droiture ont été progressivement dissoutes dans les intérêts partisans, quand ce ne sont pas des intérêts financiers et les privilèges. C'est monstrueux. On se croirait revenu au temps de la décadence de Rome où les sénateurs ne songeaient qu'à profiter du système, ne se souciant plus du tout du peuple, mais continuant néanmoins de lui faire des discours d'enfumage à longueur de temps. C'est pitoyable et inquiétant.


Dimanche 18 Septembre 2016 - News # 1481 

L’Union Européenne envisage la création d’un impôt européen. Voir [ici] (). Ben voyons... C'est facile de taxer les gens, de les racketter pour ensuite dépenser cet argent... Surtout que les européens payent déjà dans leurs impôts respectif une quote-part d'impôt qui alimente l'Europe. On se fout des gens. Pas étonnant, venant de cette Europe antidémocratique dirigée par des technocrates et des oligarques grassement rémunérés et ayant des avantages et privilèges démentiels. Si vous en doutez, voyez ces [vidéos] ().


Mardi 29 Décembre 2015 - News # 1209 

Dès le 1er Janvier, les viticulteurs français perdront une de leur principale protection. Voir [ici] (). C’est dément ! Comment nos politiciens ont pu autoriser cela ??? C’est de la haute-trahison ! Une preuve de plus que les politiciens ne défendent pas les citoyens mais seulement leur carrière, leurs propres intérêts et privilèges.


Mardi 18 Février 2014 - News # 719 

L'Union Européenne impose à ses pays membres de prendre en compte désormais le trafic de drogue et la prostitution dans le calcul de leur PIB respectifs. Voir [ici] (). Vous savez ce que cela signifie ? Et bien, que prochainement, les PIB des pays européens vont augmenter à cause des chiffres d'affaires importants de ces activités illicites, et qu'alors les hommes au pouvoir diront : "Ah, vous voyez, on vous l'avez bien dit : la reprise est là, la crise est finie, la preuve, le PIB est en augmentation !". Aucune limite. Aucune règle qui ne soit remise en question ou violée. Sachez-le : nos oligarques dévoyés et corrompus sont prêts à tout pour durer le plus longtemps possible, jouir de leurs privilèges, et repousser l'inéluctable : le big krach qui entrainera la faillite des banques et nous amènera finalement à la ruine universelle, et au chaos.


Mercredi 26 Juin 2013 - News # 544 

"Comment, en étant malmené, un journaliste découvre que des eurodéputés touchent de l'argent sans ne rien faire..." : ne ratez surtout pas cette étonnante vidéo, très révélatrice d'un système européen dévolu aux privilèges et aux profiteurs ! Voir [ici] () et [là] ().


Jeudi 4 Avril 2013 - News # 464 

Le parlement grec annule le droit à l’enseignement gratuit pour tous... Voir [ici] (). Encore une nouvelle qui n'est pas anodine, et qui préfigure ce qui va survenir dans les autres pays d'Europe. Ne vous y trompez pas : lorsqu'il n'y aura plus d'argent, les politiques sacrifieront les citoyens ordinaires sur l'autel de leur confort personnel et de leurs privilèges. Après tout, ces derniers se disent que tant qu'ils auront de l'argent et des passe-droits, ils pouront toujours payer de belles études à leurs propres enfants, eux.


Lundi 3 Décembre 2012 - News # 313 

Quand ERDF, une filiale d'EDF, coupe le courant en hiver à un retraité de 81 ans qui produisait sa propre électricité. Une affaire dégueulasse, très révélatrice de la montée en puissance des réseaux de pouvoirs occultes et antirépublicains, ainsi que de la défense inique et injustifiable par certaines "élites" corrompues et traîtresses de leurs gros salaires et privilèges. Absolument scandaleux ! Voir cette [vidéo] ().


Mardi 29 Mai 2012 - News # 190 

Scandaleux !!! : Christine Lagarde, la directrice du FMI, ne paye aucun d'impôt sur le revenu malgré un salaire annuel de 380.939 euros !!! Nous les humbles citoyens, nous n'arrêtons de payer des taxes et des impôts, nous sommes écrasés, et lorsque nous sommes en retard, nous avons même le droit à des majorations, mais les oligarques du Nouvel Ordre Mondial, de la finance internationale, etc., eux ne payent pas d'impôt : ils ont un statut spécial privilégié ! Non seulement, tous les revenus et traitements issus du FMI ne sont pas imposables, mais en plus depuis 1961 "l'agent diplomatique est exempt de tous impôts et taxes, personnels ou réels nationaux, régionaux ou communaux". Voilà les nouveaux d'aristocrates de notre temps. Ces enculés se sont arrangés pour voter des lois et des statuts qui les exemptent de payer des impôts. De vrais traîtres ! Une nouvelle nuit du 4 Août () d'abolition des privilèges s'impose plus que jamais ! Voir [ici] ().


Pour afficher toutes les News du jour, cliquez [ici].


Si vous aimez
cette page
 : 




Si vos moyens vous le permettent,  supportez ce site !  Faites régulièrement un don, même très modeste :  $CA 

[Mur des donateurs]   [À propos de la publicité]



Le Design, les Articles et Commentaires de ce Site sont © 2008-2019 BlueMan
Reproduction interdite - Tous droits réservés.




Pour toute question ou commentaire, n'hésitez pas à m'écrire en utilisant cette [PAGE] .