Liens, News, et informations diverses et variées du moment
 

Liens, News, et informations diverses et variées du moment




 


Pour accéder au Tchat de ce site, cliquez [ici].



Si vous aimez
cette page
 : 


==============================================================================================================================================
                        RAPPEL : Tous les articles et informations de ce site sont © BlueMan - REPRODUCTION INTERDITE.

Puisque vous lisez actuellement cet avertissement, cela prouve déjà que vous êtes en train de commettre un acte de piratage par un procédé
de rétro-ingénierie visant à afficher et/ou décoder, puis s'accaparer tout ou partie du contenu de pages protégées par des lois nationales et
internationales sur les droits d'auteur. Il est encore temps de renoncer. Ne devenez pas un minable, un voleur ; cherchez, créez, inventez, apportez quelque chose au monde ! ==============================================================================================================================================



 


Cette page recense des liens et des informations étonnantes ou à connaître.

N'hésitez pas à les consulter, même si la brève semble dater : vous y trouverez des perles.

Bonne exploration !



 Sélection de News spécifiques  




Mot(s) clé(s) à rechercher :   

Vous pouver saisir un ou plusieurs mots clés qui seront rechechés dans toute la Base de Données des News (Les recherches ne sont pas sensibles à la casse).
ATTENTION,
les accents comptent : taper "experience" au lieu de "expérience" fera échouer votre recherche : AUCUN résultat ne sera trouvé.
Les mots tapés doivent être séparés par un espace, et représentent des mots clés partiels ou complets qui peuvent être contigus ou disjoints dans le texte.
Exemple 1 : insolite - Exemple 2 : [maj - Exemple 3 : humour noir - Exemple 4 : crise financ banqu



Pour afficher toutes les News du jour, cliquez [ici].

39 News

Lundi 7 Octobre 2019 - News # 21032 

Syrie : pour Donald Trump, il est temps que les États-Unis sortent de «ces guerres ridicules et sans fin». Voir [ici] ().

Oui, il serait temps... que les belles paroles se concrétisent sur le terrain.

USA go home !

En complément sur Syrie :

       

Mercredi 4 Septembre 2019 - News # 20025 

Regardez ces êtres avec votre conscience et votre intuition : c'est consternant, et terrible !
Celle de droite à le parasite de la perversité si gros
qu'il déforme la plastique de ses yeux. Et le crâne rasé, symbole de sa féminité perdue (en autres).
C'est navrant. C'est épouvantable.
Prenez bien le temps de les regarder, encore et encore,
avec un mental silencieux.

 

Chroniques de la dégénérescence et de la perversité : Un collectif de lesbiennes véganes complètement tarées sépare les poules des coqs pour éviter les « viols ». Voir [ici] ().

Selon ces perverses dégénérés, lorsque le coq va à la poule, c'est un viol... 

Franchement, depuis toutes ces années que je vous préviens, voyez-vous enfin le terrible destin que dessinent pour l'Humanité ces pervers de LGBT ?

Combien d'actions contre-nature délétères, et de souffrances l'Humanité devra-t'elle endurer de la part de ces gens avant de les arrêter ?

Comme dit si bien l'article, "Dans toute société normale, ces démentes seraient internées en hôpital psychiatrique".

Si la société n'interdit pas l'homosexualité sous toutes ses formes, et ne prend pas les mesures appropriées pour leur interdire de contaminer par leurs idées et leur activisme le reste de la société, cette dernière est perdue.

Et ce fait divers n'est rien en comparaison des abominations vont survenir en raison de ces gens.

Comprenez UNE FOIS POUR TOUTES que la cause de tout ceci est ÉSOTÉRIQUE : les terribles parasites de perversité et de la luxure homosexuelle de la Légion du Moi pluralisé qui infestent l'âme humaine, et que ces gens ont engendrés par la masturbation et leurs pratiques sexuelles déviantes.

Ces gens sont très malades, et ont le pouvoir de contaminer la société par leurs paroles et actions perverses. C'est un fait que toute personne disposant encore d'un peu de discernement devrait voir. Il y a une dérive continue, il y a des incidents, des propagandes, des actions dans les écoles et ailleurs, le démontrant à satiété. Que faut-il de plus que tout ce qui est déjà sous nos yeux aux gens pour le comprendre ?

À un moment, il faut ouvrir les yeux et arrêter d'être con.

C'est très grave et préoccupant, mes frères humains. Ne le voyez-vous pas ?

Merci à OS pour le lien. 

En complément sur Chroniques de la dégénérescence :

En complément sur perversité :

En complément sur LGBT :

En complément sur contre-nature :

En complément sur homosexualité :


Mercredi 22 Mai 2019 - News # 17582 

Incroyable censure politique aux européennes : Le temps de parole de Steve Bannon décompté de celui du Rassemblement National par le CSA... Voir [ici] ().

C'est du délire putain... : tous les prétextes sont bons pour limiter la paroles des opposants politiques... 

Aucune limite.

Si on va par là, il faut alors décompter aussi le temps de parole des éditocrates de BFMTV, celui de BHL, etc., de celui de LREM !

Ahurissant !

On atteint des sommets de mauvaise foi, et de partialité.

Ça devient véritablement inquiétant...

Et aucun politicien pour dénoncer cette dérive inique très grave... 

Qui ne dit mot consent.

En complément sur censure politique :

En complément sur européennes :

En complément sur Steve Bannon :

En complément sur temps de parole :

En complément sur CSA :


Mardi 2 Avril 2019 - News # 16184 

Fictions dystopiques : quand le récit d’anticipation au cinéma et en littérature devient prophétique :

TABLE RONDE

Avec Jonathan Veillette et Jean-Pascal Larin, professeurs de science politique au cégep Édouard-Montpetit, ainsi que Vicky Pelletier, Stéphanie Bellemare-Page et Jacques Rollin, professeurs de littérature et de français au cégep Édouard-Montpetit.

Quand des passionnés de dystopies (1984, Fahrenheit 451, La matrice, Blade Runner, La servante écarlate, Black Mirror…) échangent entre eux et font des liens avec l’actualité politique, on s’aperçoit vite que ce genre littéraire et cinématographique bien particulier peut devenir prophétique, tout particulièrement en matière de liberté de parole.

Table ronde organisée par Frédéric Julien, professeur de littérature et de français au cégep Édouard-Montpetit dans le cadre du printemps de la culture édition 2019

Non évalué.

En complément sur dystopie :

En complément sur 1984 :

En complément sur Orwell :

   

Mercredi 13 Mars 2019 - News # 15645 

Grand débat : les interventions de Macron font partie de son temps de parole, confirme le CSA. Voir [ici] ().

Ahhhhhhh, quand même !

En complément sur Grand débat :

En complément sur CSA :

     

Vendredi 1er Mars 2019 - News # 15370 

François Asselineau appelle à la mobilisation contre la censure du service public audiovisuel :

 

SYNOPSIS :

François Asselineau rappelle, au nom de l’UPR, la saisine le 21 janvier 2019 par courrier de la présidente du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), Delphine Ernotte. Il rappelle les motivations (violation de la loi, invisibilisation médiatique délibérée de l’UPR) et les modalités de cette saisine. Les sollicitations de l’UPR sont restées lettre morte, malgré l’urgence due au fait de la campagne électorale qui s’annonce. A l’inverse, il rappelle que le Président de la République se sert de son « Grand débat national » pour faire indirectement son autopromotion, aux frais du contribuable, en toute illégalité et inconstitutionnalité.

François Asselineau annonce mettre en ligne une copie de la lettre adressée à la présidente du CSA. Il rappelle les règles de couverture médiatique auxquelles ont droit les partis politiques, et que l’UPR les remplit toutes. Dans le cadre de cette censure, il énonce toutes les fois où l’UPR aurait dû avoir droit à un temps de parole significatif sur des chaînes de télévision et de radio publiques durant les 22 mois ayant suivis son dernier passage sur celles-ci, en avril 2017, lors de l’élection présidentielle. Il annonce également que les médias français ont reçus expressément pour ordre de museler l’UPR.
Il propose à tous les volontaires qui le souhaitent d’envoyer ce courrier aux principaux responsables de partis politiques français. Il demande à ces-derniers, le cas échéant, de faire une déclaration publique de soutien, pour exiger une couverture médiatique de l’UPR conforme à la loi. Seront également saisis par l’UPR Reporters sans Frontières, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), et des ambassades étrangères en France. Enfin, il propose à qui veut bien l’entendre d’écrire personnellement au CSA, au Comité d’éthique de France Télévisions, et aux chaînes de télévision et de radio publiques de manière générale. Des manifestations publiques organisées par l’UPR sont envisagées devant le siège de France Télévisions si ces mesures devaient s’avérer sans issue positive.

Les courriers envoyés aux partis politique sont naïfs : les partis n'en ont rien à foutre.

Il fallait tout de suite porter plainte devant la justice française, devant la justice de l'UE.

Les salopards qui donnent des ordre de censure sont des gens iniques, lâches, et déloyaux. Ils ne comprendront que le rapport de force de la justice, rien d'autre.

En complément sur François Asselineau :

En complément sur UPR :

En complément sur censure :

   

Mercredi 13 Février 2019 - News # 15012 

Grand débat : le temps de parole de Macron doit-il être compté pour les européennes ? Voir [ici] ().

Bien sûr !

Il faut arrêter de se moquer du monde !

Rappelons qu'il a été élu en trichant sur le temps de parole, avc la complicité dui  CSA qui n'a pas fait son travail. Les autres candidats, par exemple François Asselineau, n'ont pas bénéficier du même temps.

En complément sur Grand débat :

       

Mardi 12 Février 2019 - News # 14982 

 

Censure et dissidence : YouTube vient de fermer la chaîne des Brigandes pour un motif fallacieux (comme toujours) :

Ce compte a été clôturé suite à des manquements graves ou répétés aux règles de YouTube interdisant l'usage de contenu incitant à la haine.

COMMUNIQUÉ DES BRIGANDES :

Fermeture de notre chaîne YouTube et censure de l’intégralité de nos clips ! Prétextant un nouveau signalement pour « incitation à la haine » sur l’une de nos vidéos, YouTube a décidé de fermer intégralement notre chaîne ! Tous nos clips, qui totalisaient presque 10 millions de vues, ont ainsi disparu.

Nous nous attendions à ce que cela arrive tôt ou tard : nous ne sommes pas chez nous sur YouTube et la dictature de la bien-pensance censure immanquablement ceux qui lui résistent. L’incitation à la haine a bon dos et pendant ce temps les rappeurs « niquent la France » tranquillement. Voici, pour rappel, quelques paroles de rap largement diffusées que nous avions relevées l’année dernière et à côté desquelles nos chansons sont des comptines pour enfants : https://le-clan-des-brigandes.fr/2018/01/12/vousavez-dit-paroles-de-haine ()

Cette interdiction n’est qu’une confirmation du caractère subversif des « Brigandes » et de la restriction toujours plus grande de la liberté d’expression.

Nous allons lancer une requête auprès de YouTube, afin de pousser cette possibilité jusqu’au bout, et nous chargerons l’intégralité de nos clips sur une plate-forme alternative. (Ils seront de nouveau disponibles sur notre site www.lesbrigandes.com ())

Nous aviserons ensuite des mesures à prendre et vous tiendrons au courant. Pour nous soutenir, nos CD sont disponibles sur notre boutique en ligne : www.lesbrigandes.com/boutique ()

Avec nos salutations résistantes,

L’équipe des Brigandes

 

Du contenu incitant à la haine dans de la chanson française bon enfant...  Quelle mauvaise foi...

Toute forme de dissidence est sanctionnée à terme, c'est terrible.

L'antiracisme, la lutte contre soit-disant l'antisémitisme, l'homophobie, etc, sont bien pratique : ce sont les justifications parfaites et subjectives qui permettent de faire taire toute expression indésirable pour el système, des bien-pensants, ou des lobbies. Bientôt, on va devoir aller se réfugier en Russie.

En complément sur censure :

En complément sur dissidence :

En complément sur Les brigandes :

   

Mardi 22 Janvier 2019 - News # 14436 

Grand débat : un député saisit le CSA pour limiter le temps de parole de Macron. Voir [ici] ().

Bonne idée !

En complément sur Grand débat :

En complément sur CSA :

     

Jeudi 20 Décembre 2018 - News # 13682 

Je demande un droit de réponse loyal à ceux qui me calomnient.

Étienne Chouard.

 

Étienne Chouard demande un droit de réponse aux médias, notamment aux éditocrates serviles du système comme Jean-Michel Aphatie, Laurent Joffrin, etc., qui le calomnient :

[RIC POUR LES GILETS JAUNES (et les autres)] Les mœurs des « journalistes » en France, en 2018, avec les vrais opposants, c’est 2 qui tiennent et 3 qui cognent… et un bâillon pour qu’il se taise… Je demande le droit de nous défendre loyalement : en direct et en face à face

Je me fais une très haute idée de la fonction de journaliste. J’ai été très marqué par l’imaginaire de l’époque de la Révolution française, où les journalistes étaient considérés comme « les sentinelles du peuple ». Déjà, à Athènes, il y a 2500 ans, les citoyens, pour pouvoir tous jouer le rôle de « sentinelles de la démocratie », tenaient plus que tout à l’iségoria (droit de parole pour tous, à tout moment et à tout propos) car ce droit de parole permettait à chaque citoyen de chercher et surtout de dénoncer tous les éventuels complots contre la démocratie, pour la protéger. Grâce à l’iségoria, la démocratie était plus forte, la démocratie avait les moyens de se défendre contre les intrigants, contre les comploteurs.

Aujourd’hui, le croiriez-vous, les « journalistes » (ou en tout cas un grand nombre d’entre eux) traquent les lanceurs d’alertes comme des malfaiteurs, qu’ils appellent des « complotistes »… c’est-à-dire que les « journalistes », au lieu de protéger les citoyens vigilants (et d’en faire partie eux-mêmes !), les martyrisent ! On marche sur la tête.

#LeTermeComplotisteEstUneInsulteÀLintelligenceCritique

Et il n’est pas besoin d’être grand clerc pour comprendre le lien direct entre cette profonde perversion (mise à l’envers) de la fonction de journalisme et l’appropriation de tous les journaux par les plus riches (9 milliardaires ont acheté, comme on achète des bagnoles ou des baraques, TOUS les journaux du pays ; c’est une catastrophe, l’opinion n’est plus éclairée mais intoxiquée).

Par ailleurs, je constate à mon sujet que les mœurs des « journalistes », avec les opposants au système de domination parlementaire (à mon avis frauduleusement nommé «Gouvernement représentatif»), deviennent d’une brutalité et d’une déloyauté crasses : car enfin, depuis deux ou trois jours, tous les éditocrates de mon pays publient des « portraits » de moi comme si j’étais l’ennemi public n°1, fourbe, dangereux, complotant dans l’ombre, « trouble » (sic), « sulfureux » (resic), tissant sa toile (reresic)… (sans s’en rendre compte, mes accusateurs sont d’ailleurs précisément ce qu’ils dénoncent : « complotistes »…), mais sans m’avoir jamais appelé avant pour connaître ma version (les seuls à m’avoir appelé avant sont les journalistes de France Info, qui ont d’ailleurs écrit sur moi un article moins mensonger que les autres), sans m’avoir prévenu, et surtout sans me laisser la moindre chance de me défendre, sans me permettre d’expliquer la sottise et la fausseté de toutes ces accusations invraisemblables, et surtout sans jamais confronter nos arguments de fond.

J’ai demandé, sur Twitter, aux premiers de ces éditorialistes calomniateurs un débat à la loyale, en direct, face à face et sur le fond (des problématiques de la souveraineté, de la représentation, de l’initiative des peuples dans les lois auxquels ils consentent à obéir, de choses sérieuses, quoi), plutôt que sur des ragots extravagants qui tournent en boucle dans le milieu fermé des prétendus « antifas », dont tout laisse à croire que leur mission réelle est d’entretenir à gauche une profonde zizanie, à l’aide d’une redoutable police de la pensée ; zizanie qui coupe le peuple en morceaux et qui le condamne éternellement à l’impuissance (électorale).

Chacun commence à comprendre que de débat loyal sur le fond, ils n’en veulent pas. Serait-ce parce que tous ces éditorialistes n’auraient pas d’argument solide (et avouable) contre le RIC ? et qu’ils sont donc réduits à s’en prendre lâchement au messager, dans son dos et sans lui permettre de se défendre ?

Mais leur problème principal , c’est que, quoi qu’ils décident à propos de mon droit de réponse, en l’occurrence tuer le messager ne suffira plus, car il y a désormais dans le pays DES CENTAINES d’autres messagers tout aussi compétents et bons orateurs (c’est-à-dire respectueux des autres) pour prendre ma place : ce qui est né en France, avec les Gilets jaunes et le RIC comme première marche intellectuelle vers une aspiration populaire à un processus constituant populaire (débarrassé des professionnels de la politique), c’est une prise de conscience contagieuse, à la base de la société, que le niveau constituant est le meilleur pour engager les luttes sociales : le niveau législatif est mauvais pour nous émanciper car 1) il nous enferme dans une impuissance politique qui est verrouillée à un niveau supérieur, inaccessible, et 2) il nous empêche de fraterniser contre l’oppression des riches du moment par des disputes sans fin sur des sujets secondaires.

Le niveau législatif, celui où l’on décide quelles sont les lois qu’il nous faut aujourd’hui, thème par thème, est celui des disputes sans fin, alors que le niveau constituant, celui où l’on décide comment l’on va mettre au point les lois, qui va nous représenter, avec quel mandat, sous quels contrôles et avec quelles possibilités de révocation, ce niveau constituant est celui de la concorde facile car la plupart de nos aspirations y convergent, que nous soyons de droite, de gauche ou d’autre chose : tout le monde comprend à toute vitesse que NOTRE CAUSE COMMUNE, la cause commune des 99% partout sur terre, c’est : « NOUS VOULONS INSTITUER NOUS-MÊMES NOTRE PROPRE PUISSANCE ».

Il me semble que ce pourrait être la devise des Gilets Jaunes du monde entier.

Cette mutation universellement contagieuse va tout changer : les électeurs enfants sont en train d’aspirer à devenir citoyens constituants, et ils n’auront pas à le demander à leurs maîtres : il leur suffira de le vouloir vraiment, ensemble. Étienne de la Boétie l’avait excellemment prédit : soyez résolus de ne plus servir, et vous voilà libres.

Je peux me tromper, bien sûr, et je passe mon temps à chercher des contradicteurs pour trouver mes erreurs et progresser, mais il est extravagant de me faire passer pour un tyran qui avancerait masqué. Extravagant.

Je vais reproduire à la fin de ce billet un message important que j’avais rédigé en novembre 2014 (il y a 4 ans déjà), où je faisais le point sur les accusations à propos de Soral. Vous jugerez. Je souligne simplement que, personnellement, je ne parle JAMAIS de Soral, absolument jamais, et que, par contre, tous ceux qui m’accusent de le fréquenter (ce qui n’est pas vrai), eux, en parlent tout le temps… comme si c’était ces imprécateurs eux-mêmes qui étaient chargés de la promotion quotidienne du personnage qu’ils prétendent combattre.

Bref, devant ce torrent de haine recuite, tournant en boucle et auto-entretenue, de la part des « grands » éditorialistes du pays, je me dis que, finalement, être ainsi craint par ces gens-là, c’est un peu comme une Légion d’honneur, une marque de vraie résistance : il semble donc que je ne sois pas, moi, une opposition contrôlée (Cf. 1984 d’Orwell : une opposition dont le pouvoir n’a rien à craindre).

Finalement, il est assez logique que je sois détesté par cette bande de détestables : je rappelle que tous ces « journalistes » (ce sont les mêmes propagandistes qui défendaient tous le Oui pour le référendum contre l’anticonstitution européenne en 2005 et qui étiquetaient déjà « extrême droite » tous leurs adversaires défenseurs du Non, pour ne pas avoir à leur répondre sur le fond), tous ces « journalistes » qui me traitent de « facho », donc, défendent ardemment, depuis 40 ans (depuis le début des années 1980), à la fois le fléau du néo-libéralisme et celui du libre-échange, la catastrophe absolue qu’est la libre circulation des capitaux et donc l’évasion fiscale, les délocalisations et la désindustrialisation du pays, la dérégulation financière et la dépossession des États du pouvoir de création monétaire, le transfert scandaleux de la souveraineté nationale (qui ne leur appartenait pourtant pas) à des institutions supranationales tyranniques hors contrôle et corrompues jusqu’à la moelle, la flexibilité et l’austérité, la désindexation des salaires et des retraites, la rigueur et les coups de ceinture pour les pauvres, les cadeaux somptueux et obscènes pour les plus riches, insatiables pompes à fric, véritables siphons à pognon privant la société des signes monétaires nécessaires à la prospérité, l’asphyxie financière des services publics pour en faire à terme des centres de profit privé, la vente à vil prix des biens publics rentables (autoroutes, péages, aéroports, barrages, industries stratégiques…) aux parrains maffieux qui les ont mis en place à leurs micros, et j’en passe… Il est assez logique que ces défenseurs du capitalisme déchaîné ne nous aiment pas et qu’ils nous craignent, moi et les Gilets jaunes devenant constituants.

Mille mercis à tous ceux qui me défendent comme ils peuvent, sur les réseaux sociaux et dans les conversations, il est facile de comprendre combien pour moi c’est émouvant.

Et notamment merci à ceux qu’on appelle les gentils virus démocratiques, dont j’observe tous les jours le dévouement au bien commun et à la démocratie qui vient.

Merci aussi à RT, Russia Today, la chaîne de télé russe qui assume désormais quasiment seule en France le service public de Résistance à l’oppression, en donnant la parole à tout le monde et en permettant de bons débats de fond sur des sujets importants. J’ai rencontré leurs équipes et j’ai été frappé par leur professionnalisme et leur rigueur. Probablement parce qu’ils n’ont aucun droit à l’erreur (le gouvernement et ses complices « journalistes » les traquent depuis leur création), et aussi peut-être parce qu’ils ne suivent pas, eux, un idéal lié au profit ou à la domination.

Merci aussi à François Ruffin, pour son courage. Ce qu’il a fait ne m’étonne pas de lui : il est profondément honnête. C’est sans doute l’homme politique que j’admire le plus dans mon pays (malgré quelques profonds désaccords, notamment sur la très nécessaire sortie de l’UE). J’espère que ses amis (qui sont aussi les miens, dans ma tête en tout cas) ne le martyriseront pas pour ce qu’il a dit de moi (qui n’est quand même pas si grave).

Bon, les Gilets jaunes, on continue d’apprendre à constituer, sur les péages et les ronds-points ? On se fout de ces voleurs de pouvoir, on ne leur demandera pas la permission pour s’émanciper de leur domination. Il faut par contre qu’on s’entraîne, hein ? Allez, à tout à l’heure ! 
(ce soir jeudi à Bordeaux, vendredi à Périgueux, samedi dans le Lot, dimanche à Brignoles, ou à Toulon je ne sais plus 🙂 )

Amitiés à tous (vraiment à tous).

Étienne.

#GiletsJaunesConstituant

#CeNestPasAuxHommesAuPouvoirDÉcrireLesRèglesDuPouvoir

#PasDeDémocratieSansCitoyensConstituants


Quand le message est trop fort, attaquer le messager…

Bravo Étienne, beau discours !

Allez Étienne !

Le PEUPLE est avec toi !

À bas les faux démocrates et les kapos médiatiques de ce système politique injuste !

Amitiés !

PS : il y a une faute d'orthographe dans le nom de Jean-Michel Aphatie dans ton image jaune.

En complément sur Étienne Chouard :

En complément sur Jean-Michel Aphatie :

En complément sur Laurent Joffrin :

En complément sur médias :

En complément sur référendum d'initiative :


Mardi 18 Décembre 2018 - News # 13623 

 

Hallucinant : le malfaisant éditocrate Jean-Michel Aphatie accuse Étienne Chouard d'être un extrémiste :

Ça y est, ça commence : les chiens de garde du système attaquent le patriarche du renouveau démocratique...

Et Jean-Michel Aphatie de continuer sur le Référendum d'Initiative Citoyenne (RIC) : "Évidemment l'immense majorité des gilets jaunes n'a pas conscience de tout ça, ils veulent résoudre le problème du pouvoir d'achat". Quel mépris du peuple ! Comme si le peuple ne pouvait pas comprendre les enjeux. À fortiori parce-que sur tous les ronds-points on parle du RIC Monsieur Aphatie !

Jean-Michel Aphatie confirme aujourd'hui plus que jamais son statut de chien de garde et kapo du système, d'antidémocrate, d'ennemi du peuple et serviteur des puissants.

Je fais une prédiction : je pense que Jean-Michel Aphatie va très mal finir...

 

Message à Étienne Chouard :

Ça y est Étienne : tu es dans le VISEUR du système !

Les choses sérieuses commencent.

Le combats des tenant du système contre les citoyens épris de justice et de démocratie véritable va vraiment démarrer, et la lutte va être féroce.

Nos ennemis sont déloyaux. Ils utiliseront tous les coups bas. Ils ne lâcheront pas leur bout de gras facilement : ils ont tout à perdre. Et nous tout à gagner ! :-)))

Tu as tout mon soutien Étienne, même si je suis loin.

N'hésites pas à me demander de l'aide pour relayer telle ou telle information, ou pour pour t'aider.

Suggestion :

On voit toujours les mêmes pour représenter les gilets jaunes, c'est tout à fait anormal !

Non seulement c'est très dangereux, car certains sont les vecteurs d'idéologies particulières et/ou partisanes qu'il vont chercher à imposer (et donc EXIT la démocratie), mais aussi une ROTATION des CHARGES s'impose : nul ne doit devenir un porte-parole ou un représentant continûment ou plus d'une fois !

On est mandaté pour représenter UNE FOIS, et ensuite, c'est un autre citoyen qui est nommé. Et, en plus, pas de tête à décapiter puisqu'elle change tout le temps ! Et nos ennemis vont être en plus déconcertés par cette façon de faire ! ;)

Explique cette nécessaire rotation des charges aux Gilets Jaunes : ils comprendront. D'autant plus que tu as une certaine aura, et que c'est un procédé raisonnable, juste, et prudent.

Amitiés sincères,

BlueMan.

En complément sur Jean-Michel Aphatie :

En complément sur Étienne Chouard :

En complément sur mépris :

En complément sur ennemi du peuple :

 

Mardi 11 Décembre 2018 - News # 13439 

 

Bruno Jeudy de BFMTV : «Vous n'êtes pas un vrai gilet jaune» - 8 Décembre 2018 :

SYNOPSIS :

Dans la soirée du samedi 8 décembre, l’éditorialiste Bruno Jeudy prend à partie un gilet jaune présent sur le plateau de BFM-TV. Alors que celui-ci vient de dénoncer les privatisations mises en œuvre par le gouvernement, Bruno Jeudy reproche à son invité ses « obsessions politiques » qui ne sont pas « démocratiques », et l’accuse de ne pas être « un vrai gilet jaune ». Il illustre ainsi une tendance de certains éditocrates à vouloir distribuer les rôles, entre les bons et les mauvais gilets jaunes.

Le soir de la journée d’action du samedi 8 décembre, Christophe Couderc est invité sur le plateau de BFM-TV en tant que gilet jaune. Interrogé sur les annonces d’Emmanuel Macron, il fait savoir qu’il n’attend rien de celui qu’il présente comme le « président des riches ». Il évoque ensuite une information publiée dans Marianne selon laquelle des dizaines de députés LREM sont issus de grandes entreprises françaises. Il dénonce, enfin, la vente par le gouvernement d’Aéroports de Paris, de la Française des Jeux, ou encore de certains barrages. C’en est trop pour l’éditorialiste Bruno Jeudy, qui fond avec morgue sur son invité.

Cet échange est édifiant à plusieurs égards. À commencer par la manière dont Bruno Jeudy se réserve le droit de désigner lesquels de ses interlocuteurs seraient des « vrais » et des « faux » gilets jaunes.

Un jugement qu’il rend au nom de sa propre conception (toute condescendante) de ce que seraient les gilets jaunes : « Les gilets jaunes que je vois régulièrement, ici-même, ils ne parlent pas comme vous. Parce que vous, vous êtes un faux gilet jaune ».

Voire au nom des téléspectateurs, dont il semble connaître l’avis en temps réel : « Vous n’êtes pas un vrai gilet jaune, vous parlez comme un militant politique. Ecoutez, ça ne trompe aucun téléspectateur. »

Ou encore au nom de la « cause » des gilets jaunes, dont il serait le garant : « Vous devriez avoir honte […] Vous ne servez pas la cause de ceux qui, sur les ronds-points, se battent pour leurs fins de mois, se battent sans réfléchir… se battent sans penser... sans remettre en cause la démocratie. »

Car c’est bien connu : les « vrais » gilets jaunes ne sauraient articuler de propos « politiques », ou encore remettre en cause les institutions. Il faut dire que Christophe Couderc a commis un crime de lèse-majesté : taxer Emmanuel Macron du titre de « président des riches », et évoquer ses liens avec le pouvoir économique… Cela semble constituer, pour Bruno Jeudy, une véritable remise en cause de la démocratie.

Dès lors, on est tenté de souscrire aux propos de Christophe Couderc, lorsqu’il renvoie la balle à son interlocuteur : « Je réfute votre accusation : vous, vous n’êtes pas un vrai journaliste. » Et s’il y a de quoi douter de la qualité de journaliste de Bruno Jeudy, une chose est sûre : l’éditorialiste est un authentique chien de garde de l’ordre établi.

Au-delà de son seul cas, cet échange illustre parfaitement la morgue des tenanciers des grands médias face à toute remise en cause de l’ordre dont ils se font les gardiens ; mais aussi leurs prétentions à parler au nom de la majorité, et à désigner les porte-parole et revendications légitimes d’un mouvement qui ne cesse pourtant d’échapper à leurs catégorisations méprisantes et à leurs « analyses » trop souvent pleines de vide.

Frédéric Lemaire.

Source : ACRIMED.

Hallucinant !

Franchement, je pense que BFMTV regorge d'un nombre effarants de connards sectaires, partiaux, et ennemis du peuple et de la vraie démocratie, c'est consternant.

Ils sont mauvais, iniques, déloyaux, menteurs, et de mauvaise foi, comme jamais.

Ahurissant !

À un moment, et plus tôt qu'on ne le croie, je pense qu'ils vont le payer très cher.

À voir absolument !

En complément sur BFMTV :

En complément sur Bruno Jeudy :

En complément sur mauvaise foi :

En complément sur gilet jaune :

 

Samedi 8 Décembre 2018 - News # 13336 

Gilets jaunes : pour avoir un peu regardé les actions de ce Samedi 8 Décembre, je me demande si maintenant la solution n'est pas la grève générale totale et illimitée : tout s'arrête. Une solution contre laquelle tous les pouvoirs ne peuvent rien faire.

Parallèlement, les groupes locaux de gilets jaunes doivent s'organiser pour débattre et décider d'une nouvelle constitution à exiger pour cesser la grève.

Se pose le problème de la synthèse, mais quelqu'un comme Étienne Chouard pourrait faire consensus pour organiser une assemblée constituante à partir du porte-parole de chaque groupe local de gilets jaunes. Ainsi, cette assemblée constituante pourrait travailler à partir des idées de base des groupes locaux, et rédiger une nouvelle constitution qui serait ensuite proposée et soumise à référendum au peuple français. Alors seulement, la grève pourrait cesser si elle adoptée.

Il faut enclencher une autre phase que celle des simples manifestations, qui doivent certes continuer, mais qui doivent muter en assemblées locales de réflexion sur le texte d'une nouvelle constitution.

Demander juste le RIC (Référendum d'Initiative Citoyenne) est très insuffisant et idiot : il est naïf de croire que nos traîtres de politiciens vont l'adopter comme nous le voulons : ils niaiseront sur ses modalités de manière à en limiter la portée d'une façon ou d'une autre.

C'est être immature et idiot, et répéter la même erreur, à savoir rester comme des enfants sous leur coupe, que de ne pas les chasser des divers pouvoirs : ils s'adapteraient à ce RIC, comme en Suisse, c'est tout, laissant les riches, les très riches, les hyper-riches, et les banques et les multinationales, presque tout encore contrôler et se gaver sur notre dos.

Il nous faut virer les partis, les syndicats, les politiciens, les oligarques, les castes, les réseaux, les lobbies, etc., de l'équation démocratique, et instituer une vraie démocratie directe participative neutre en commençant par l'écriture d'une nouvelle constitution par les citoyens, suivie d'un référendum pour la ratifier. Tout le reste est une perte de temps, de l'auto-tromperie, et c'est faire le jeu de nos ennemis.

En complément sur gilet jaune :

       

Mardi 20 Novembre 2018 - News # 12788 

"Le message clair des Gilets jaunes à BHL" - Par Michel Onfray :

À l’heure où la France pauvre et modeste des Gilets jaunes fait savoir ses difficultés à se nourrir, à se loger, à se vêtir et son impossibilité d’offrir des sorties, des loisirs ou des vacances à ses enfants, Carlos Ghosn, grand patron français (mais aussi brésilien et libanais, il a la triple nationalité), se fait arrêter au Japon parce qu’il fraude le fisc… Pauvre chéri : il ne gagnait que 16 millions d’euros par an ! Il lui fallait bien mettre un peu d’argent de côté s’il voulait survivre un peu…

J’y vois un symbole de la paupérisation induite par ce libéralisme que Mitterrand fait entrer dans la bergerie française en 1983 avec les intellectuels médiatiques du moment, Nouveaux Philosophes en tête. Des pauvres de plus en plus pauvres et de plus en plus nombreux, puis des riches de plus en plus riches et de moins en moins nombreux: voilà ce qu’est la paupérisation. L’Empire maastrichtien est la créature des clones de Carlos Ghosn qui paupérisent à tour de bras. Macron est l’un d’entre eux.

Les journalistes des médias dominants clament partout que le message des Gilets jaunes est confus, invisible, illisible, divers, diffus, multiple, contradictoire: non, il ne l’est pas. Il est même très clair : ce que dénoncent les Gilets jaunes, c’est tout simplement cela : la paupérisation.

On le voit dans les reportages, ce peuple-là n’est pas doué pour la rhétorique et la sophistique, la dialectique et la parole. Il dit simplement et clairement des choses simples et claires que les diplômés des écoles de journalisme, de Science Po, de l’ENA ou de Normale Sup ne comprennent pas parce que ça dépasse leur entendement. Ils sont pauvres et l’engeance qui tient le pouvoir, politique, médiatique et économique,  ne sait pas ce que signifie faire manger une famille avec 5 euros par repas. Ils ne le savent pas…

Il est facile de salir ces gens modestes comme le font Libération et Le Monde, L’Obs (avec un article dégoûtant d’un nommé Courage, probablement un pseudonyme…), voire l’inénarrable BHL. « Ces pauvres qui disent qu’ils le sont et qu’ils n’en peuvent plus de l’être, quelle beaufitude, quelle grossièreté, quel manque de manière ! ». Et ces journaux seraient des journaux de gauche ? Qui peut encore le croire ?

« Salauds de pauvres ! » disent Quatremer & Joffrin, Courage & Askolovitch (qui m’inonde de textos insultants en me disant que tout le monde « se fout » de ce que j’écris, sauf lui apparemment…), Xavier Gorce, dessinateur au quotidien du soir & BHL. Car tous souscrivent comme un seul homme à cette saillie qu’on entend dans la bouche de Gabin dans La Traversée de Paris, un film de Claude Autant-Lara, un ancien du Front national version Jean-Marie Le Pen : « Salauds de pauvres ! » Le rideau se déchire enfin!

BHL écrit : « Poujadisme des Gilets jaunes. Échec d’un mouvement qu’on nous annonçait massif. Irresponsabilité des chaînes d’info qui attisent et dramatisent. Soutien à Macron, à son combat contre les populismes et à la fiscalité écolo » (17 novembre 2018). Passons sur la rhétorique du personnage, il y a bien longtemps qu’il ne pense plus et qu’il ne fonctionne qu’aux anathèmes –peste brune, rouges-bruns, poujadistes, fascistes, nazis, staliniens, pétainistes, vichystes, maurrassiens sont ses arguties préférées pour clouer au pilori quiconque ne pense pas comme lui. BHL a le record mondial du point Godwin ! Chez lui l’insulte a depuis longtemps remplacé toute argumentation digne de ce nom. Dans le registre des insultes, on l’a oublié, il y avait aussi: « saddamite »…

C’est le néologisme créé par lui pour insulter Jean-Pierre Chevènement lors de la guerre du Golfe. A cette époque, BHL ne s’est pas fait traiter d’homophobe ! Il est vrai que ses amis dans la presse sont nombreux et qu’il dispose d’un efficace pool qui nettoie le net de ses bêtises en les renvoyant dans les pages invisibles du net –vérifiez en tapant « BHL saddamite Chevènement » sur le net, plus rien, nettoyé… Étonnant! Car dans Bloc-Notes. Questions de principe cinq, page 141 de l’édition du Livre de poche, on peut encore y lire : « Chevènement saddamite et philoserbe ». J’attends que, des Inrocks à Libération, du Monde à France-Inter, on dénonce cette homophobie qu’on m’a prêtée il y a peu parce que, moi, je ne souscrivais pas au doigt d’honneur antillais qui semblait ravir le président de la République, et que je l’ai fait savoir sur le mode ironique. Il est vrai que BHL et l’humour, ça fait deux…

BHL qui fait tant pour qu’on parle de ses livres à chacune de ses parutions voudrait qu’on ne parle pas des Gilets jaunes dans les médias ! Comme si c’étaient les journalistes qui créaient l’actualité…

La pauvreté existe parce qu’on la montre.

Ne la montrons pas,

De cette manière elle n’existera plus.

C’est ainsi qu’on apprend à penser à l’Ecole normale supérieure ! Censurons ces Gilets jaunes à la télévision, demandons à France-Culture comment on s’y prend pour interdire de parole sur les radios du service public, et faisons taire cette racaille populiste, crypto-fasciste, lepeniste, vichyste, pétainiste, nazie –ne nous interdisons rien ! Car quiconque demande du pain pour ses enfants est une ordure populiste bien sûr…

Que BHL soutienne Macron, il n’y a rien là que de très normal. Avec Stéphane Bern et les Bogdanoff, Line Renaud et Philippe Besson, ce qui se faisait de mieux chacun dans son domaine a offert ses courbettes au Prince. Il y en eut de plus malins qui vinrent manger la soupe payée par le contribuable à Bercy, qui servait à préparer la présidentielle. On n’y mangeait pas des repas à cinq euros…  

Enfin, que BHL soutienne « la fiscalité écolo », comme son ami Cohn-Bendit, n’est pas non plus étonnant: il reprend l’élément de langage qui voudrait que ces taxes aillent à la fiscalité verte alors qu’elles vont majoritairement dans les caisses de l’Etat. La revue Que choisir l’a récemment montré dans l’un de ses articles [1].

Pour salir les Gilets jaunes, des journalistes et des éditorialistes affirment qu’ils refusent la fiscalité, qu’ils sont contre les taxes, qu’ils refusent les impôts, qu’ils rechignent à payer des taxes écologiques. C’est faux. C’est Carlos Ghosn qui refuse de payer ses impôts, ainsi que les riches qui ont placé leur argent dans les paradis fiscaux avec l’assentiment de l’Etat français, pas les Gilets jaunes qui, eux, veulent bien payer des impôts directs et indirects, mais s’insurgent que ces impôts, qui doivent servir à payer le salaire des fonctionnaires, à faire fonctionner les écoles, les hôpitaux, les commissariats, les gendarmeries, soient accompagnés en province de suppressions de fonctionnaires et de fermetures d’écoles, d’hôpitaux, de commissariats, de gendarmeries.

Revenons à BHL : s’il est tellement soucieux de l’état de la planète qu’il estime que l’Etat maastrichtien doive faire payer les pauvres avec leurs voitures de travail afin que les riches puissent polluer en se déplaçant en avion, alors qu’il cesse de passer son temps entre deux aéroports lui qui disait sans vergogne qu’il avait trop de maisons…

On peut lire en effet dans L’Obs (5 juillet 2017): « J’ai trop de maisons dans le monde »: Bernard-Henri Lévy se résout à vendre une de ses villas pour 6 millions d’euros. Lisons cet article: « Trop d’argent, pas assez de temps. Bernard-Henri Lévy a confié à Bloomberg dans un article publié ce lundi qu’il était contraint de vendre une de ses villas au Maroc, à Tanger, faute de pouvoir en profiter suffisamment: « Je partage mon temps entre Paris, New York et Marrakech. J’ai trop de maisons dans le monde et hélas, l’année ne dure que 52 semaines ». Prix de la demeure sacrifiée : 6 millions d’euros, en vente sur le site de Christie’s International Real Estate, pour 600 mètres carrés situés « au sommet d’une falaise, face à Gibraltar, au point précis où se côtoient l’Atlantique et la Méditerranée », affirme BHL, bon vendeur. Bonjour la trace carbone du philosophe !

On comprend que cet homme-là ignore quelle misère signifie un trou de cinquante euros dans le budget d’une famille vivant avec moins de mille euros par mois… « Salauds de pauvres! », en effet.

Michel Onfray.
________________________________

[1]: https://www.quechoisir.org/billet-du-president-fiscalite-ecologique-le-matraquage-fiscal-se-colore-de-vert-n59997/

En complément sur gilet jaune :

En complément sur BHL :

En complément sur Michel Onfray :

   

Lundi 5 Novembre 2018 - News # 12443 

 

« Le mystère Clovis » de Philippe de Villiers : « La colonisation de l’Europe » ? :

SYNOPSIS :

Avec Jeanne Smits et Armel Joubert des Ouches au Puy du Fou.

« Le mystère Clovis » est le titre du dernier ouvrage de Philippe de Villiers, paru chez Albin Michel. Le très prolifique auteur, ancien homme politique, créateur du Puy du Fou démontre une fois encore la passion qui est la sienne pour l’histoire de France en s’intéressant cette fois à Clovis, premier roi des Francs, converti au christianisme après son mariage avec Clotilde, la catholique. 

RITV chez Philippe de Villiers pour son ouvrage « Le mystère de Clovis »

C’est la troisième fois que Philippe de Villiers reçoit la rédaction de RITV sur ses terres vendéennes. Dans cet entretien de seize minutes, si l’auteur de « Le temps est venu de dire ce que j’ai vu » (revoir nos entretiens dans leurs versions courtes ou intégrales) évoque largement la mission divine dont fut investi Clovis, c’est pour mieux dresser le bilan particulièrement sombre de la France d’aujourd’hui, terre chrétienne qui, au fil des siècles, a fini par rejeter et son histoire et sa vocation spirituelle millénaire. Un rejet qui provoque un effondrement moral, social, culturel, politique et économique du pays.
 
Le militantisme « animalitaire » 

« Je ne veux pas faire de dessin sur le chemin qu’on est en train d’emprunter, explique Philippe de Villiers, mais c’est monstrueux ! » Devant les caméras de RITV, Philippe de Villiers a souhaité revenir sur la visite de Brigitte Macron au Zoo de Beauval dans le Loir- et-Cher, le 4 décembre 2017 :
« Les pandas du zoo de Beauval on le sait, sont menacés. Et ils ont la visite de Madame Macron et qui les prend dans ses bras. Quiconque toucherait aux pandas de Beauval ou à un embryon de panda de Beauval serait  accusé de crime. Et pendant ce temps-là, le petit embryon humain, quand il voit arriver une blouse blanche, il sait que c’est pour le déchiqueter… Et lui, il n’a pas la visite de Madame Macron. Il y a là une injustice spectaculaire qu’il convient de relever pour la dénoncer ».

Colonisation de l’Europe par l’islam ? Même l’Eglise catholique est coupable

« Les hiérarchies culturelles et spirituelles contribuent à cet amollissement général. On ne veut pas voir. Et il y a quelque chose de nouveau : la hiérarchie de l’Eglise catholique avec le pape François a décidé d’imposer la société multiculturelle à toute l’Europe » explique Philippe de Villiers à Jeanne Smits. « Donc c’est l’anti-Lépante ! Les musulmans avancent et ils sont soutenus, au nom de Nostra Aetate ». Nostra Aetate, sans doute le document le plus révolutionnaire de l’Eglise parce qu’il s’oppose à la doctrine bi-millénaire de l’Eglise catholique. Il s’agit de la déclaration du concile Vatican II sur les relations de l’Eglise catholique avec les religions non chrétiennes. Selon Philippe de Villiers, « Les musulmans sont soutenus par ceux qui devraient mettre en garde les chrétiens. La colonisation de l’Europe par l’islam est soutenue par toutes les hiérarchies. Toutes, sans exception. Il faut donc appeler les uns et les autres à la résistance intellectuelle. Avant de se battre il faut comprendre ce qui se passe. Comprendre que nous sommes face au grand concours des plus belles lâchetés ».

« Notre civilisation est en péril » 

« En effet, notre civilisation est en péril à cause de l’hédonisme et à cause de l’islamisme. La désaffiliation, l’homme nomade et la colonisation de l’Europe ». 

Dans un entretien qu’il avait accordé à RITV en décembre 2016 (La France une terre d’islam ?), Philippe de Villiers expliquait en détail le projet de l’islam pour l’Europe. Il voit un lien direct entre ce plan imposé aux peuples et le rejet par l’Europe de ses racines. « Un peuple ne se lève et ne réagit que lorsqu’il est dans une impasse. Le jour où le mondialisme hédoniste aura face à lui le mondialisme islamiste, peut-être que de cet affrontement naitra une prise de conscience. » Pour l’instant, Philippe de Villiers estime qu’hédonistes et islamistes s’entraident mutuellement. Et il ajoute, « En fait, ils se détestent dans un face à face où ils se nourrissent l’un de l’autre ». 

Et Philippe de Villiers de conclure : « Il n’y a que sorte de gens. Il y a les élites qui sont translucides. Et le peuple qui bien souvent reste lucide. Entre les lucides et les translucides, c’est toujours les plus lucides qui gagnent à terme. Les translucides, à terme, sont liquidés ».

Source : reinformation.tv

Le mot de l'éditeur

Dans une évocation gorgée de couleurs fortes et de furieuses sonorités, Philippe de Villiers fait revivre Clovis et lui donne la parole. Le roi fondateur dévoile les épisodes les plus intimes, les plus secrets, de ses enfances, de ses amours, de ses chevauchées.

Ce livre éclaire d'un jour nouveau le mystère de sa conversion, rétablit la vérité sur la date de son baptême et renouvelle ainsi la perspective symbolique de tout notre passé, de notre destin. Au fil d'un récit haletant, affleurent parfois des correspondances troublantes entre les tribulations du monde de Clovis et les commotions de notre temps : le va-et-vient des peuples en errance, les barbares, les invasions, les fiertés évanescentes, les civilisations qui s'affaissent... Une restitution spectaculaire, passionnante, inattendue, qui nous fait revivre comme jamais les temps mérovingiens et les origines de la France.

Et bien je trouve que c'est inquiétant : je n'ai jamais vu Philippe de Villiers dans cet état de démoralisation. "Il est déjà bien tard" : comme s'il se rendait compte que suite aux trahisons récurrentes de toutes les hiérarchies, de tous nos traîtres de politiciens, la situation était désespérée.

Je pense qu'il va falloir hélas plus de souffrances et de douleurs au peuple français pour qu'il se réveille enfin. Cela dit, l'affaire du prix des carburants montre que le ras-le-bol est atteint, que les français sont prêts à s'unir. Encore un peu d'humiliations et de souffrances, et le peuple pourrait enfin reprendre le pouvoir. Enfin !

En complément sur Philippe de Villiers :

       

Lundi 15 Octobre 2018 - News # 11884 

 

Donald Trump vient d'entrer dans la zone d'assassinat :

Tous les présidents américains assassinés ont partagé quelque chose d'aussi inacceptable que possible, combattre le fléau de la dette de la banque centrale Rothschild : Lincoln, Garfield, McKinley, Kennedy.

Et maintenant, Trump déclare :
- "La Réserve fédérale est une cabale de banquiers centraux non élue qui dirige notre économie vers le sol, et la seule façon de régler nos problèmes économiques et financiers à long terme est de l'abolir."

En ce qui concerne la Fed qui continue à relever ses taux d’intérêt malgré les turbulences récentes du marché, Trump vient de l’accuser de «Going loco»… et de «Ils sont tellement tendus. Je pense que la Fed est devenue folle."

Fou, loco… abolir la Fed … whoa! Une chose que l’histoire garantit: jouez avec le privilège Rothschild et vous êtes mort.

Trump sera-t-il notre cinquième président pour savoir ce que l'histoire a garanti? L'histoire se répète à cause de la cabale qui afflige l'humanité pendant tant de siècles. En fin de compte, notre avenir dépend des personnes qui s’occupent de soulever des objets lourds….

Andrew Jackson aurait été notre premier président à être assassiné pour avoir attaqué ce privilège Rothschild; heureusement, les deux pistolets de l’assassin se sont égarés. Jackson a battu l'assassin avec sa canne jusqu'à ce que la foule prenne la relève…

Jackson était plus coloré en 1835, lorsque la liberté de parole était toujours saine:
- “Vous êtes un repaire de vipères. J'ai l'intention de vous mettre en déroute et par l'Éternel Dieu, je vous mettrai en déroute. Si la population comprenait seulement l'injustice de notre système monétaire et bancaire, il y aurait une révolution avant le matin."

Les États-Unis ont trois banques centrales contrôlées par Rothschild.
• La première banque des États-Unis (1791-1811);
• La deuxième banque des États-Unis (1816-1836);
• "La Réserve Fédérale" (jusqu'à la mort nous séparons)?

Jackson a opposé son veto au renouvellement de la charte de la Deuxième banque des États-Unis plusieurs années plus tôt, le 10 juillet 1832. Peu de temps après sa déclaration du «… repaire des vipères», Jackson a déclaré à son vice-président: «La banque, M. Van Buren, essaie de me tuer."

Chaque fois que l'on lui demandait ce qu'il considérait comme sa plus grande réussite, Jackson répondait toujours: "J'ai tué la banque."

Au lieu de contraindre les citoyens avec les intérêts de 24% à 36% demandés par les banquiers pour financer la guerre civile pour le Nord, Lincoln a proposé des «Greenbacks». 449 338 902 $ de ces billets au Trésor à pleine offre légale ont été imprimés.

Lincoln a expliqué:
- «Le pouvoir de l'argent s'attaque à la nation en temps de paix et conspire contre elle en période d'adversité. C'est plus despotique que la monarchie, plus insolent que l'autocratie, plus égoïste que la bureaucratie. Je vois dans un avenir proche une crise imminente qui me trouble et me fait trembler pour la sécurité de notre pays. Les sociétés ont été intronisées, une ère de corruption suivra et le pouvoir financier du pays s'efforcera de prolonger son règne en travaillant sur les préjugés du peuple, jusqu'à ce que la richesse soit agrégée entre quelques mains et que la république soit détruite.

Voici la réponse éditoriale du London Times concernant les Greenbacks:
- «Si cette politique financière malfaisante, qui trouve son origine dans la République nord-américaine, devenait indurée, alors ce gouvernement fournirait sa propre monnaie sans frais. Il va payer des dettes et être sans dette. Il aura tout l'argent nécessaire pour exercer son commerce. Il deviendra une prospérité sans précédent dans l’histoire des gouvernements civilisés du monde. Les cerveaux et la richesse de tous les pays iront en Amérique du Nord. Ce gouvernement doit être détruit, sinon il détruira toutes les monarchies du monde.»

Voici donc ce que la cabale, avec leurs banques centrales, insiste sur le fait qu'il doit être détruit:
- “Un gouvernement qui fournit son propre argent sans frais” (usure)
- “Un gouvernement qui règle ses dettes sans être endetté
- “Un gouvernement qui dispose de tout l'argent pour mener à bien son commerce, prospère au-delà des précédents dans l'histoire des gouvernements civilisés, attirant cerveaux et richesses de tous les pays

Pourrait-il y avoir une révélation plus claire de l’ennemi le plus profond des peuples?

De loin, les périodes les plus prospères que les États-Unis aient connues se situent entre les fléaux des banques centrales.

Lincoln a été assassiné en 1865.

Le président Garfield a mis en garde contre les dangers pour les États-Unis si ces banquiers centraux européens gagnaient le pouvoir: «Quiconque contrôle l'argent de la nation, contrôle cette nation et est le maître absolu de toute industrie et de tout commerce. Lorsque vous réaliserez que le système tout entier est très facilement contrôlé, d'une manière ou d'une autre, par quelques hommes puissants au sommet, vous n'aurez pas besoin de savoir à quoi ressemblent les périodes d'inflation et de dépression."
Garfield a été assassiné en 1881.

Le président McKinley a commencé son attaque contre les chancres centraux avec le secrétaire d'État John Sherman. Ils ont utilisé la Sherman Antitrust Act contre les Rothschild, l’empire financier de JP Morgan, connu sous le nom de Northern Trust, qui, à la fin du XIXe siècle, possédait la quasi-totalité des chemins de fer américains.
McKinley a été assassiné en 1901.

Le président Kennedy a été le dernier président à créer un système monétaire américain au mépris du privilège Rothschild.
Le 4 juin 1963, Kennedy a signé le décret exécutif 11110 et le Trésor a mis en circulation des billets américains d'une valeur de 4,3 milliards de dollars («certificats d'argent»).
Kennedy a été assassiné en 1963.

Le président Woodrow Wilson a sûrement plongé un orteil dans la zone d'assassinat avec son:
- «Depuis que je suis entré en politique, je me suis surtout fait confier des vues d’hommes. Certains des plus grands hommes aux États-Unis - dans les domaines du commerce et de la fabrication - ont peur de quelqu'un. Ils savent qu'il y a un pouvoir quelque part si organisé, si subtil, si vigilant, si imbriqué, si complet, si omniprésent, qu'il vaut mieux ne pas parler à tue-tête pour le condamner.»
De même que:
- «Un grand pays industriel est contrôlé par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré entre les mains de quelques hommes. Nous sommes devenus l'un des pires gouvernés, l'un des gouvernements les plus complètement contrôlés et dominés au monde - non plus un gouvernement d'opinion libre, plus un gouvernement par conviction et le vote de la majorité, mais un gouvernement par l'opinion et la contrainte de petits groupes d'hommes dominants."

Wilson a survécu en manipulant les États-Unis pendant la Première Guerre mondiale et en nous condamnant en 1913 avec la troisième banque, la «Réserve fédérale», probablement la banque terminale Rothschild, et l'IRS … De l'argent évoqué de toutes pièces. Ce privilège Rothschild.

Argent de rien et votre dette pour de vrai.

Trump fait des choses incroyables concernant l'exposition du mal profond (cabale), naviguant apparemment entre le fait d'aider le peuple et le service de la cabale.
Peut-il réellement contester - même "abolir" le nourri et survivre?

L'histoire s'accumule contre lui.
___
Rand Clifford, spécialisé dans la vérité.

Source : Veterans Today - Traduction amateur par BlueMan.

Un article majeur, factuel, et crédible.

Que va faire réellement Donald Trump ? Va-t'il oser dissoudre la FED ?

Une affaire d'importance à suivre.

En complément sur FED :

En complément sur assassinat :

     

Lundi 30 Juillet 2018 - News # 10193 

Musique classique française post-romantique : "Au bord de l'eau" de Gabriel Fauré (2 mai 1845 - 4 novembre 1924) :

La version orchestrale (rare) par Jennifer France et le The Israel Camerata Jerusalem :

La version originale au piano par la soprano Sylvia McNair, et Roger Vignoles au Piano :
(suivie d'autres mélodies sans rapport)

Paroles du poète français Sully Prudhomme (16 mars 1839 - 6 septembre 1907) :

S'asseoir tous deux au bord [d'un]1 flot qui passe,
Le voir passer ;
Tous deux, s'il glisse un nuage en l'espace,
Le voir glisser ;
À l'horizon, s'il fume un toit de chaume,
Le voir fumer ;
Aux alentours si quelque fleur embaume,
S'en embaumer ;
[Si quelque fruit, où les abeilles goûtent,
Tente, y goûter ;
Si quelque oiseau, dans les bois qui l'écoutent,
Chante, écouter...]2
Entendre au pied du saule où l'eau murmure
L'eau murmurer ;
Ne pas sentir, tant que ce rêve dure,
Le temps durer ;
Mais n'apportant de passion profonde
Qu'à s'adorer,
Sans nul souci des querelles du monde,
Les ignorer ;
Et seuls, [heureux]3 devant tout ce qui lasse,
Sans se lasser,
Sentir l'amour, devant tout ce qui passe,
Ne point passer!

Une jolie mélodie comme Gabriel Fauré sait les faire.

Ce compositeur est le maître de la mise en musique de la poésie française du XIXème siècle.

En complément sur musique :

En complément sur classique :

En complément sur romantique :

En complément sur Gabriel Fauré :

 

Jeudi 7 Juin 2018 - News # 8945 

Censure et liberté d'expression politique : À l'Assemblée Nationale, el député Jean Lassalle hurle sa colère contre les «censeurs» lorsque qu'on lui coupe son micro :

"Les députés non-inscrits n'ont plus de droit de parole..."

Le peuple est bâillonné depuis longtemps, mais désormais même les élus du peuple le sont aussi...

Quelle jolie démocratie... Ça devient de pire en pire...

En complément sur censure :

En complément sur Assemblée Nationale :

En complément sur Jean Lassalle :

En complément sur député :

En complément sur liberté d'expression :


Jeudi 7 Juin 2018 - News # 8944 

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, justifie la loi fake news en évoquant «des tombereaux d'injures» sponsorisés sur Internet. Voir [ici] ().

Ça ne m'étonne pas, ce type est un spécialiste de la propagande, de la désinformation, de la manipulation, et de l'enfumage.

Et si je dis cela, c'est que je l'ai repéré depuis longtemps : dès son apparition sur les plateaux de télévision, notamment sur BFMTV, lors de la campagne présidentielle, où j'ai été stupéfait et révolté par ses discours mensongers et lénifiants.

Pensez-y : ce n'est pas pour rien qu'il a été nommé porte-parole du gouvernement : c'est parce-qu'il a un certain "talent" pour enfumer les gens.

En complément sur Benjamin Griveaux :

En complément sur fake news :

En complément sur désinformation :

En complément sur enfumage :

En complément sur manipulation :


Jeudi 7 Juin 2018 - News # 8941 

 

 Alerte majeure de censure forte déguisée : Internet, tel que nous le connaissons est en danger !

Oubliez le RGPD, la nouvelle proposition de l'Union Européenne sur le droit d'auteur sera un désastre complet et total pour Internet :

Aujourd'hui, c'est le jour du RGPD, et beaucoup de gens se réveillent dans un monde où la réglementation de l'UE a un impact généralisé (et pas toujours positif) sur le fonctionnement d'Internet. Comme nous l'avons détaillé au cours des dernières années, bien qu'il y ait beaucoup de bonnes idées dans le RGPD, il y en a aussi beaucoup de ridiculement mauvaises, combinées à une rédaction mal conçue, et nous en voyons déjà quelques-unes. Mais croyez-le ou non, la menace de l'UE est encore plus grande et elle a reçu peu d'attention: la nouvelle proposition de réforme du droit d'auteur de l'UE devrait être votée le mois prochain et elle sera vraiment désastreuse pour Internet. Tel qu'il est actuellement, Julia Reda, membre du Parlement européen, donne l'alerte et demande aux gens de s'exprimer. Comme elle le fait remarquer, beaucoup de gens qui se foutent maintenant du RGPD souhaitent qu'ils se soient impliqués il y a plus de deux ans lors de son débat. Et si vous êtes préoccupé par la problématique de cette nouvelle réforme du droit d'auteur pour Internet, il est temps de parler (oui, même si vous n'êtes pas dans l'UE):

En matière de droit d'auteur, vous avez maintenant la chance d'avoir une influence - une chance qui sera perdue depuis deux ans, quand nous serons tous «soudainement» confrontés au défi de devoir implémenter des filtres de téléchargement et le «lien» impôt » - ou courir dans de nouvelles limites sur ce que nous pouvons faire en utilisant les services Web sur lesquels nous comptons.

À l'opposé du RGPD, les experts s'accordent presque à dire que la loi sur la réforme du droit d'auteur, telle qu'elle est actuellement, est vraiment mauvaise . Alors que dans le cas du RGPD, les institutions de l'UE ont apporté de nombreux changements contre les efforts concertés de lobbying des grands groupes, dans la réforme du droit d'auteur, ils sont sur le point de leur donner exactement ce qu'ils veulent.

Le Parlement et le Conseil disposent de plus d'un an et demi pour corriger les vives lacunes de la proposition de la Commission - mais malgré leur complexité croissante , les dernières versions des deux institutions ne respectent pas les normes de base en matière de maniabilité et de proportionnalité

La publication de Reda détaille les nombreux problèmes de la proposition de copyright actuelle - dans laquelle un simple lien vers un site d'actualités peut nécessiter de payer de l'argent et où les inquiétudes sur la manière dont cela pourrait avoir un impact négatif sur Internet sont ignorées. Peut-être même pire est l'idée de filtrage obligatoire. Les grandes maisons de disques et studios de cinéma ont, bien sûr, poussé ce genre de chose pendant des années pour revenir à Google (principalement) et Facebook (un peu). Mais, voici la chose: à la fois Google et Facebook ont ​​déjà ces filtres (et dépensé des dizaines de millions de dollars sur eux). Ce genre de loi se fout de tout le monde .

Et, en fait, c'est même pire qu'une règle de filtrage obligatoire - parce que l'UE s'est rendu compte qu'une telle règle violerait d'autres lois de l'UE. Donc, au lieu de cela, il a décidé de réduire les protections de responsabilité intermédiaire pour rendre le filtrage obligatoire nécessaire:

Rendre les plates-formes directement responsables de toutes les violations de droits d'auteur par leurs utilisateurs, et leur proposer d'éviter cette responsabilité déraisonnable s'ils peuvent montrer qu'ils ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour empêcher le contenu protégé d'apparaître en ligne . 13, paragraphe 4 ). Ce qui reste totalement optionnel, bien sûr!

Tragiquement, le seul point de désaccord qui subsiste au Conseil est de savoir si cette proposition est assez mauvaise ou devrait être aggravée .

Nous avons déjà passé des années à expliquer comment cela conduirait à une censure généralisée en ligne, mais ce serait aussi un désastre pour la plupart des plates-formes non-Google / Facebook. Des entreprises de taille moyenne telles que Github ont déjà parlé de la façon dont cela pourrait effectivement détruire sa capacité d'exploitation , et beaucoup d'autres sites seraient également touchés. Tout type de site forum serait en danger sérieux. Reddit, Pinterest, Twitch, Imgur, Wordpress, Moyen, Vimeo. Cela créerait une responsabilité massive pour tous ces sites, rendant presque impossible pour beaucoup d'entre eux de fonctionner dans l'UE.

Reda note qu'un nouveau projet pourrait aggraver cette situation en notant que même avoir des filtres ne sera pas suffisant pour éviter la responsabilité:

La dernière version de M. Voss élargit le champ d'application de la proposition de censure à toutes les plateformes Web (a) dont l'objectif est de "donner accès au contenu protégé par les utilisateurs" et "d'optimiser" ce contenu. Qu'est-ce qui compte comme optimisation? Parmi une longue liste d'actions, nous trouvons que "afficher" les téléchargements rend déjà les plateformes juridiquement responsables de toute violation du droit d'auteur qu'elles pourraient inclure ( Considérant 37a ).

Et dans sa version, les services Web ne peuvent même pas éviter la responsabilité en mettant en œuvre des filtres de téléchargement . Pour se protéger d'une poursuite, ils devraient obtenir des licences de tous les détenteurs de droits existant sur la planète avant de permettre aux utilisateurs d'être mis en ligne, au cas où le téléchargement contiendrait (une partie de) leurs œuvres.

Il affirme également que la vérification de chaque téléchargement d'un utilisateur pour savoir s'il inclut l'une des centaines ou des milliers d'œuvres protégées ne constitue pas une "surveillance générale" ( considérant 39 ) , ce qui serait interdit.

Comme Reda le souligne également, la plupart des États membres de l'UE semblent soutenir ces idées horribles (ou même pousser à l'aggraver). Ce qui se dresse aujourd'hui entre cette horrible loi qui gâche Internet, c'est justement le Parlement de l'UE qui doit actuellement voter à ce sujet fin juin (probablement le 20 ou le 21). Si vous êtes dans l'UE, il est temps de prendre la parole . Si vous êtes en dehors de l'UE, cela aiderait aussi à prendre la parole et à faire savoir au Parlement européen que c'est une idée horrible qui aura des problèmes importants pour l'internet, la liberté d'expression et l'innovation.

Source : TechDirt () - Traduction amateur par BlueMan.

En clair : sous couvert d'invocation du droit d'auteur, du copyright, Internet va subir une transformation majeure par la censure, le filtrage, et les procédures judiciaires tout azimut pour violation de copyright. Le fair use (même avec un lien de renvoi vers l'article original) va disparaître si cette loi scélérate est votée...

Une fois de plus, on constate avec dépitement que nos politiciens et l'Union Européenne sont des traîtres...

Il faut comprendre que devoir payer pour un lien est démentiel et que cela a immédiatement une conséquence : cela empêche la libre diffusion de l'information...

Le seul point positif, si cette loi devait entrer en vigueur, c'est que cela va booster les sites alternatifs d'informations créant du contenu, et pousser ces sites et des millions de blogs à passer dans un mode collaboratif en mettant sur chacun de leurs articles ou vidéos une mention du genre Creative  Commons () de manière à échapper à ce problème législatif relié au droit d'auteur et au copyright :

Si cette loi est votée, je pense qu'Internet va se diviser en deux sphères :

Cette affaire va obliger chaque personne physique et moral à se positionner, à se définir : pour le profit ou pour l'Humanité.

Intéressant comme exercice, et comme période...

Affaire à suivre !

En complément sur Internet :

En complément sur Union Européenne :

En complément sur copyright :

En complément sur alerte :

En complément sur censure :


Dimanche 20 Mai 2018 - News # 8521 

 

Les Républicains sortent un dictionnaire pour décrypter la «novlangue» d'Anne Hidalgo. Voir [ici] ().

Anne Hidalgo est le prototype du politicien infâme, passant son temps à trahir le peuple français et les français, et à user de novlangue.

Le travestissement des mots et le dévoiement du langage est l'un des marques des fourbes et des ennemis de l'Humanité.

Le Christ, et la Bible, nous rappellent l'importance de la Vérité et de la dire :

La vérité vous rendra libres. Jean 8:32.

C’est celui qui se conduit parfaitement. Il fait ce qui est juste, ses paroles sont sincères et vraies. Psaumes 15:2-3.

Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal. Ésaïe 5:20. 

Anne Hidalgo est tout à fait dans l'air du temps de cette époque caduque et dégénérée d'inversion de toutes les valeurs et du langage lui-même.

Ce genre de personnages ténébreux et traîtres doivent être combattus et chassés du pouvoir.

Il faut que les Français se réveillent, perçoivent qui sont les gens, et arrêtent de voter pour des ténébreux, des menteurs, des corrompus, et des traîtres.

Sinon, nous courrons à la catastrophe, collectivement.

En complément sur Anne Hidalgo :

En complément sur novlangue :

En complément sur traître :

   

Vendredi 4 Mai 2018 - News # 8213 

 

Documentaire sur la présidentielle 2017 en France : "Macron à l'Élysée : le casse du siècle" :

SYNOPSIS :

Avec «Macron à l'Elysée : le casse du siècle», BFMTV poursuit sa production de documentaires sur la dernière présidentielle.

«Le casse du siècle» : la campagne Macron ou la réussite d'une «effraction».

Après le fiasco de François Fillon, plombé par les affaires et lâché par une partie de son camp, le banco d’Emmanuel Macron, porté par les circonstances et une incontestable opiniâtreté. Avec Macron à l’Elysée, le casse du siècle (1), documentaire de 52 minutes que BFMTV a de nouveau produit en interne, la chaîne continue de redérouler, au long, le fil de cette campagne qui restera dans les annales. Cette fois du point de vue du vainqueur, qui n’était au départ qu’un ministre ambitieux puis un challenger sans troupes et aux maigres chances. Si personne n’ignore l’issue du film, les très nombreux témoignages qui nourrissent le récit de cette victoire par «effraction» – terme admis par Macron lui-même – ne manquent pas d’intérêt.

Alors qu’Emmanuel Macron va souffler d’ici peu sa première bougie à l’Elysée, c’est aussi l’occasion de réaliser le chemin parcouru, à titre personnel, depuis l’affirmation de ses ambitions, l’annonce de sa candidature et enfin la bataille électorale qui l’a conduit à la victoire finale, face à l’extrême droite. De la petite équipe totalement dédiée à sa cause et revendiquant une culture start-up, aux démonstrations de force des meetings de fin de campagne, on mesure une nouvelle fois combien sa victoire n’était pas toute tracée.

«Vous ne serez jamais ministre»
Le film s’ouvre avec la réception donnée par François Hollande à l’Elysée, le 15 juillet 2014, en l’honneur de celui qui était alors secrétaire général adjoint et quittait le Palais après deux années. Gaspard Gantzer, en charge de la communication du président Hollande à l’Elysée, et Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de la dernière partie du mandat et l’un des parrains politiques de Macron, notamment, reviennent sur cette période. Les sourires sont bien présents, mais l’humeur du jeune conseiller en partance est quelque peu amère. Lui se serait bien vu ministre, comme Julien Dray ou Jacques Attali l’avaient conseillé à Hollande en parlant d’une «pépite», racontent-ils dans le film. «Trop tôt», «trop technocrate», aurait répondu à l’un comme à l’autre le chef de l’Etat. Attali affirme alors avoir joué un rôle : «Je lui ai dit : "Emmanuel, il faut partir parce que vous ne serez jamais ministre."»

Interrogé sur l’aigreur de Macron, l’ancien patron du PS Jean-Christophe Cambadélis, raconte une anecdote. Quelques mois avant son départ de l’Elysée, sortant d’une réunion, il aurait lancé au premier des hollandais et ministre, Stéphane Le Foll : «Tu sais, je reviendrai et j’attaquerai tout le monde au pic à glace…» Jouyet se souvient, lui, que son discours de départ de l’Elysée se finissait par quelque chose qui voulait dire «je reviendrai […], ce n’est qu’un au revoir». Faute de ministère, l’ancien banquier reprend sa liberté, pour monter une start-up avec son compère Julien Denormandie, aujourd’hui secrétaire d’Etat. On connaît la suite : six semaines plus tard, Arnaud Montebourg sort de route puis du gouvernement, Hollande rappelle Macron. «C’est Manuel Valls qui fait pression auprès de François [Hollande]», raconte Jacques Attali, qui reçoit quelques jours plus tard un coup de fil du Premier ministre : «Tu diras à ton protégé qu’il n’est qu’un ministre technique.» Nous sommes en août 2014.

«Macron se consacre à autre chose»
Depuis Bercy, c’est une nouvelle page qui s’ouvre pour le jeune ministre. Et une double vie politique. Autour d’Ismaël Emelien, une petite équipe soudée et totalement dévouée se démultiplie pour servir à la fois le pays et l’avenir de leur grand homme. Pendant ce temps-là, ça défile au ministère, se souvient l’ancien ministre du Budget Christian Eckert : «Le ministère de l’Economie a surtout servi de tremplin à son parcours présidentiel. People, journalistes, acteurs, chanteurs, écrivains… Il nous arrivait de croiser des personnes dont on pensait qu’elles n’étaient pas forcément au centre de l’actualité économique du pays.» A l’automne 2015, le film suit l’affirmation progressive des ambitions macroniennes. Michel Sapin raconte avoir mis en garde François Hollande : «Je lui ai dit : "Emmanuel Macron se consacre à autre chose… Et cette autre chose, ce n’est pas d’appuyer ta candidature."»

La constitution d’En Marche reste évidemment un moment important. Gaspard Gantzer revient sur les conditions dans lesquelles Macron l’a annoncée à Hollande. La scène se passe après une réunion portant sur la future campagne du président sortant et à laquelle Macron vient de participer. Il se lance : «Tiens au fait, je t’en avais parlé il y a quelques mois, mais cette fois, c’est fait, je vais lancer une forme de think tank avec des jeunes pour réfléchir à la politique», se souvient Gantzer, rapportant les encouragements de Hollande qui «se dit que quelque chose de positif peut sortir de cela». L’affaire est lancée, elle ne s’arrêtera plus. Fin août 2016, Macron sort du gouvernement et s’il laisse entendre qu’il soutiendra Hollande candidat c’est en fait déjà pour mettre sa campagne sur orbite. Michel Sapin ne sait d’ailleurs si Hollande a pêché par «aveuglement» ou s’il a dû faire semblant de croire à la fidélité de son ancien ministre par «incapacité de faire autrement».

Dans l’entourage de Macron c’est le temps de la déclaration de candidature pour soutenir les levées de fonds et couper l’herbe sous le pied de Hollande. Lequel annonce sous cette contrainte inédite qu’il ne tentera pas de briguer un second mandat. C’est le temps des ralliements politiques, ils sont nombreux. Le récit par l’ancienne journaliste Laurence Haïm, alors porte-parole de Macron, de celui de Bayrou, qui a failli s’étouffer à table, vaut le détour. Fort de ce soutien, de l’éclatement de la gauche et de l’effondrement du candidat Fillon, Macron accélère. La start-up devient une très grosse PME, l’accueil des nouveaux convertis par les croisés de la première heure ne se fait alors pas sans frustrations. Mais l’appel de la victoire est le plus fort : bouquet final pour Macron, ce candidat «parti de rien» qui a «terrassé toutes les têtes d’affiche» et «pulvérisé tous les partis», décrit le commentaire, volontiers tapageur. L’histoire d’un coup de maître ou d’une sacrée trahison, chacun jugera. Selon un proche Macron, au soir du second tour, le vainqueur lui aurait confié : «On vient de réussir un braquage. C’est comme dans Ocean’s Eleven, sauf qu’on était moins nombreux… Faut dire qu’on connaissait le proprio et qu’on avait les plans.» 

Source : Libération.

Un documentaire qui confirme définitivement que :

Maintenant, il faut aussi prendre conscience que c'est ahurissant et vraiment ironique, pour ne pas dire du foutage de gueule, que ce soit BFMTV qui fasse un  pareil documentaire, alors même que c'est la chaîne qui a le plus contribué à permettre l'élection d'Emmanuel Macron... 

Une petite meute de jeunes diplômés, capables intellectuellement, mais dévoyés, sans éthique, cyniques, inconscients, ont travaillé intensément à propulser un traître à la France, un traître aux intérêts français (il faut voir comment Macron a vendu l'un de nos fleurons industriel Alstom), et un traître aux français. Terrible.

Cette histoire est un véritable drame pour la France, et je n'exagère pas. Il faut prendre conscience que non seulement ce gouvernement ne va rien faire d'utile pour le pays mais va même détruire ses services publics, fragiliser encore plus les maigres revenus de français moyens ou pauvres, faire la volonté du MEDEF, des capitalistes et de la politique néolibérale de l'Union Européenne, mais qu'en plus, le petit groupe de connards qui ont travaillé pour porter Macron au pouvoir sont maintenant aux manettes de notre pays, et qu'ils vont en plus s'incruster durablement : on les retrouvera ici ou là dans les rouages de la république travaillant à leur propre carrière, à celle de leur amis et intérêts, etc. C'est très grave. Les loups sont entrés dans la bergerie, et vont tout faire pour y rester, soyez-en persuadés.

Où est l'intérêt du peuple dans toute cette gabegie ? Nulle part ! Le peuple, n'existe pas pour ces gens. Seul compte pour eux le pouvoir. L'épisode de Macron disant à François Hollande à son départ de Bercy qu'il va le soutenir pour les présidentielles donne la mesure de la duplicité, de la trahison et du cynisme du personnage Macron. À gerber !

Un must très révélateur.

À voir absolument ! à ne surtout pas rater !

En complément sur Macron :

En complément sur présidentielle 2017 :

     

Jeudi 22 Février 2018 - News # 6905 

"Lilas" par le peintre russe contemporain Melkov Yuriy Gennadyevich.

 

Musique française impressionniste : "Le temps des lilas" d'Ernest Chausson (20 janvier 1855 - 10 juin 1899) par la soprano Katharina Konradi (Piano: Mayuko Obuchi)

Un autre belle version par Judith van den Dool : 

Paroles du poète et auteur dramatique français Maurice Bouchor (18 novembre 1855 - 18 janvier 1929) :

Le temps des lilas et le temps des roses    
Ne reviendra plus à ce printemps ci;    
Le temps des lilas et le temps des roses    
Est passé, le temps des œillets aussi.    

Le vent a changé, les cieux sont moroses,    
Et nous n'irons plus courir, et cueillir    
Les lilas en fleur et les belles roses;    
Le printemps est triste et ne peut fleurir.    

Oh! joyeux et doux printemps de l'année    
Qui vins, l'an passé, nous ensoleiller,    
Notre fleur d'amour est si bien fanée,    
Las! que ton baiser ne peut l'éveiller!    

Et toi, que fais-tu? pas de fleurs écloses,    
Point de gai soleil ni d'ombrages frais;    
Le temps des lilas et le temps des roses    
Avec notre amour est mort à jamais.

Une jolie chanson triste sur un amour disparu.

En complément sur musique :

En complément sur impressionnisme :

     

Jeudi 15 Février 2018 - News # 6785 

"Chant du soir" (1906),
du peintre symboliste français Alphonse Osbert.

 

Musique française romantique : "Chanson perpétuelle" op. 37 d'Ernest Chausson :

Une autre version superbement chantée par Sandrine Piau :

Une autre belle version :

Paroles par le poète et inventeur français, Charles Cros ( 1er octobre 1842 -  9 août 1888) :

Bois frissonnants, ciel étoilé
Mon bien-aimé s'en est allé
Emportant mon cœur désolé.

Vents, que vos plaintives rumeurs,
Que vos chants, rossignols charmeurs,
Aillent lui dire que je meurs.

Le premier soir qu'il vint ici,
Mon âme fut à sa merci;
De fierté je n'eus plus souci.

Mes regards étaient pleins d'aveux.
Il me prit dans ses bras nerveux
Et me baisa près des cheveux.

J'en eus un grand frémissement.
Et puis je ne sais plus comment
Il est devenu mon amant.

Je lui disais: "Tu m'aimeras
Aussi longtemps que tu pourras."
Je ne dormais bien qu'en ses bras.

Mais lui, sentant son cœur éteint,
S'en est allé l'autre matin
Sans moi, dans un pays lointain.

Puisque je n'ai plus mon ami,
Je mourrai dans l'étang, parmi
Les fleurs sous le flot endormi.

Sur le bord arrivée, au vent
Je dirai son nom, en rêvant
Que là je l'attendis souvent.

Et comme en un linceul doré,
Dans mes cheveux défaits, au gré
Du vent je m'abandonnerai.

Les bonheurs passés verseront
Leur douce lueur sur mon front,
Et les joncs verts m'enlaceront.

Et mon sein croira, frémissant
Sous l'enlacement caressant,
Subir l'étreinte de l'absent.

 

Un air joli et délicieux, un peu mélancolique.


Samedi 10 Février 2018 - News # 6697 

"Au printemps" par le peintre anglo-américain James Jebusa Shannon (1862 - 1923).

 

Jolie musique française post-romantique : "Adieu" de Gabriel Fauré (2 mai 1845 - 4 novembre 1924) par Gérard Souzay :

Une autre version chantée par Jacques-Olivier Chartier :

Une autre version chantée par la la Mezzo-soprano Caitlin Gompf :

Paroles du poète et dramaturge français Charles Grandmougin (17 janvier 1850 - 28 avril 1930)  :

Comme tout meurt vite, la rose    
Déclose,    
Et les frais manteaux diaprés    
Des prés;    
Les longs soupirs, les bien-aimées,    
Fumées!    

On voit dans ce monde léger    
Changer    
Plus vite que les flots des grèves,    
Nos rèves!    
Plus vite que le givre en fleurs,    
Nos cœurs!    

A vous l'on se croyait fidèle,    
Cruelle,    
Mais hélas! les plus longs amours    
Sont courts!    
Et je dis en quittant vos charmes,    
Sans larmes,    
Presqu'au moment de mon aveu,    
Adieu!

Une jolie mélodie.

En complément sur musique :

En complément sur Gabriel Fauré :

En complément sur joli :

   

Samedi 3 Février 2018 - News # 6556 

Musique contemporaine française chantée : "Ariette oubliée n°5" de Julien Joubert par la Maîtrise de Radio France sous la direction de Marie-Noëlle Maerten, avec le compositeur au piano :

Paroles de Paul-Marie Verlaine, écrivain et poète français (30 mars 1844 - 8 janvier 1896) :

Le piano que baise une main frêle,
Luit dans le soir rose et gris vaguement,
Tandis qu'avec un très léger bruit d'aile,
Un air bien vieux, bien faible et bien charmant,
Rôde discret, épeuré quasiment,
Par le boudoir longtemps parfumé d'Elle.

Qu'est-ce que c'est que ce berceau soudain
Qui lentement dorlote mon pauvre être ?
Que voudrais-tu de moi, doux Chant badin ?
Qu'as-tu voulu, fin refrain incertain
Qui vas tantôt mourir vers la fenêtre 
Ouverte un peu sur le petit jardin ?

Le piano que baise une main frêle,
Luit dans le soir rose et gris vaguement,
Tandis qu'avec un très léger bruit d'aile,
Un air bien vieux, bien faible et bien charmant,
Rôde discret, épeuré quasiment,
Par le boudoir longtemps parfumé d'Elle.

Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur ?

Qu'est-ce que c'est que ce berceau soudain
Qui lentement dorlote mon pauvre être ?
Que voudrais-tu de moi, doux Chant badin ?
Qu'as-tu voulu, fin refrain incertain
Qui vas tantôt mourir vers la fenêtre
Ouverte un peu sur le petit jardin ?

Rôde discret, épeuré quasiment,
Par le boudoir longtemps parfumé d'Elle.

Simple, joli, charmant.

En complément sur musique :

En complément sur joli :

     

Dimanche 21 Janvier 2018 - News # 6301 

"L'aluminium, les vaccins et les 2 lapins...",  film officiel -de l'association E3M :

SYNOPSIS :

Face au passage à 11 vaccinations obligatoires, il nous semble indispensable que la population puisse avoir accès à des informations sérieuses sur la toxicité de l’aluminium, notamment utilisé dans les vaccins. C’est pourquoi, en ce début d’année 2018, nous avons décidé de mettre en ligne gratuitement notre film L’aluminium, les vaccins et les 2 lapins…

Depuis 1926, l’aluminium est utilisé comme adjuvant dans les vaccins. Initialement destiné à augmenter leur efficacité, il se révèle maintenant être neurotoxique et à l’origine de maladies graves. Ce film documentaire s’attache à donner la parole, pour la première fois, aux acteurs de ce drame encore trop peu connu. Malades, chercheurs, médecins, historienne, journaliste et politiques viennent nous révéler une vérité trop longtemps cachée.

« Ce film est de grande qualité scientifique. Ce n’est en rien un plaidoyer contre les vaccins, mais contre l’aluminium dans les vaccins » (Christian Sadek, médecin).

Le dossier de presse, trés instructif, est [ici] ().

Non encore évalué.

En complément sur vaccin :

En complément sur aluminium :

     

Jeudi 11 Janvier 2018 - News # 6117 

Vous aurez remarqué, je pense, qu'il n'y actuellement plus aucune publicité sur le site.

Et plus aucune publicité = plus aucun revenu pour BlueMan afin de lui permettre de payer l'hébergement...

Cela signifie que je sors tout de ma pauvre poche.

Aussi, si vous êtes aisé, riche, ou très riche, merci de m'aider en faisant un don au site, [ici] ().

Dieu vous le rendra ! Et je ne plaisante pas.

"Il faut toujours être généreux." Dieu.

Il me revient à la mémoire, un récit saisissant du plus grand Maître authentique du XXe siècle à propos de l'importance du don, et de la générosité en général :

Ils [NDR : les sages de la Société Akaldanâ, une haute société initiatique atlante] quittèrent l'Atlantide avant que ce continent ne soit ébranlé par les tremblements de terre et les raz-de-marée. Ils partirent à temps, car ils savaient très bien que la fin approchait. Et il est clair que lorsque la révolution des axes de la Terre eut lieu, lorsque les Pôles se convertirent en Équateur et que l'Équateur se convertit en Pôles, lorsque les mers se déplacèrent et que l'Atlantide se fendit pour s'immerger au fond du ténébreux océan, les Atlantes, indiscutablement, avaient déjà été avertis.

C'est alors que les multitudes, splendidement vêtues, se sont réunies dans les Temples (l'un d'eux était le TEMPLE DE RA-MU). Les femmes parées de bijoux et les hommes splendidement vêtus, criaient en disant :

- « Ra-Mu sauve-nous ! »

Finalement, Ra-Mu apparut à l'Autel. Les foules pleuraient en lui demandant :

- « Sauve-nous ! »…

Ra-Mu leur répondit :

- « Vous périrez avec vos femmes et vos enfants, avec vos biens et vos esclaves ; je vous avais avertis. A quoi sert cette supplique ? Et de la même manière que vous mourrez tous, viendra aussi une nouvelle civilisation qui se lèvera sur de nouvelles terres (se référant à notre RACE ARYENNE), et s'ils agissent comme vous avez agi, ils périront aussi… Il est nécessaire de savoir qu'il est plus indispensable de donner que de recevoir, et de savoir donner ce que l'on reçoit »…

Eh bien, les paroles de Ra-Mu ne servirent à rien. On raconte que la fumée et les flammes étouffèrent ses dernières paroles ; l'Atlantide s'enfonça avec ses millions d'habitants.

Source : Conférence "La Véritable Origine de l'Homme" de Samaël Aun Weor, Vénérable Maître des Mystères Majeurs, Avatar de l'Ère du Verseau.

En complément sur publicité :

En complément sur BlueMan :

     

 


Mercredi 5 Juillet 2017 - News # 5056 

Comment la gauche déforme la réalité : le cas Simone Veil, l'avortement, et la manif pour tous :

SYNOPSIS :

La gauche ne soutient pas la véritable Simone Veil. Elle a érigé une FIGURE de Simone Veil sur laquelle elle projette son idéologie progressiste de telle sorte que l’opinion publique CONFONDE les deux. A-t-on interrogé Simone Veil, récemment, sur la politique mise en place pour l'IVG ? Surtout pas ! La gauche garde ses propos de 1974, tronqués et déformés, accolés à une photo à l’Assemblée : l’histoire est écrite. Les propos réels de Simone Veil ne correspondent pas à la pratique actuelle de l'IVG. Même technique de la part des média pour couvrir un acte gênant de Simone Veil : sa participation à La Manif Pour Tous, afin de défendre la famille traditionnelle. Afin de conserver intacte la Simone idéologique, brandie comme un étendard pour porter sa bonne parole, la gauche prétend alors qu’elle n’avait plus toutes ses facultés mentales et qu’elle a été forcée de défiler par son mari… Mise en lumière d’un procédé de manipulation et de falsification du réel utilisé de manière récurrente par le système.

ABSTRACTION SIMONE VEIL : COMMENT LA GAUCHE A FALSIFIÉ SA PENSÉE RÉELLE :

Lors du débat précédant son adoption, la loi Veil (promulguée le 17 janvier 1975) se voulait provisoire, le temps de trouver une autre solution. Elle interdisait « l'incitation à l'avortement par quelque moyen que ce soit car cette incitation reste inadmissible ». Simone Veil souhaitait sa légalisation afin de le contrôler mais elle demeurait dans l’optique de toujours en « dissuader la femme ». Que l’on soit d’accord ou non avec Simone Veil relève d’un autre sujet. Ce qu’il convient ici de démontrer est le processus de falsification de sa pensée originelle. La gauche a érigé un véritable “mythe Simone Veil.

Que de changements, depuis ! L’avortement a été « modernisé » en 2001 : il est devenu un « droit ». En 2014, la « condition de détresse de la femme enceinte » a été supprimé. Le 17 février 2017, le Parlement adopte le « délit d’entrave numérique à l’IVG » : est désormais puni par la loi le fait d’informer les femmes afin de leur proposer une autre solution et les dissuader d’avorter. 225 000 avortements sont pratiqués chaque année. Quel progrès ! Que dirait Simone Veil ? Malheureusement, ses propos n’ont pas été recueillis. Elle est morte aujourd’hui, vendredi 30 juin 2017. Et l’IVG –le terme « novlangue » qui dissimule mieux la réalité sous le paravent médical- est désormais anonyme, gratuit, libre et remboursé par la Sécurité Sociale. Quel progrès ?...

Il s’agit même d’un « Droit fondamental », soit un Droit de l’Homme, la catégorie de Droit la plus sacrée pour la République des Lumières. En jargon juridique, il s’agit d’un Droit garantit par l’Etat dit Etat de Droit, car pour protéger les citoyens du pouvoir arbitraire, il se soumet également à ces règles de droit. Parmi les lois, certaines ont une valeur supérieure à d’autres : les lois constitutionnelles. Depuis 1958, les Droits fondamentaux sont inclus dans le bloc de Constitutionnalité (Préambule de 1946, DDCH, etc.) ce qui leur donne une place privilégiée par rapport aux lois ordinaires. La Constitution, qui comprend ce bloc, prévaut désormais sur les lois. Mais elle intègre aussi des normes adoptées lors de la ratification de Conventions européennes ou internationales, qui sont transposées dans le droit national. L’Etat est donc soumis à ces Droits fondamentaux et aux autres Conventions internationales ratifiées par la France.

Il faut savoir que l’article 2 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme ne remet aucunement en cause le “droit à l’avortement” :

Art. 2 – Le droit à la vie : « Le droit de toute personne à la vie est protégé par la loi. La mort ne peut être infligée à quiconque intentionnellement, [sauf en exécution d’une sentence capitale prononcée par un tribunal au cas où le délit est puni de cette peine par la loi. »

Les dispositions de cet article s’entendent dans un « sens étroit ». Seul « le droit de toute personne à la vie » est protégé par la loi. Or, la loi ne considère pas le fœtus comme une « personne ». Pour avoir des droits, il faut posséder une personnalité juridique : elle apparaît dès l’instant où l’être humain naît « viable et vivant ». La vie du fœtus n’a donc pratiquement aucune protection juridique, même à 8 mois de grossesse. Dans son arrêt rendu le 10 avril 2007, la Cour Européenne des Droits de l’Homme déclare donc sans surprise que « l’Art. 2 de la Conv. EDH qui protège le droit à la vie ne protège pas l’embryon ».

Hisser l’avortement au rang de « droit fondamental » revient à interdire toute remise en question de la pratique, parce que l’on touche ici à un principe sacré pour l’idéologie de gauche, en ce qu’il constitue le fondement de la société régénérée.

Non seulement l’acte d’amour est dissocié de la mise au monde d’un enfant –je préfère ces termes aux froids et mécaniques mots de « sexe » et de « procréation »- mais l’enfant, fruit d’un amour entre un homme et une femme (cette réalité, vous le savez, est remise en question !), se voit chosifié. Le citoyen a donc le « droit fondamental » (c’est-à-dire que personne ne peut s’y opposer, pas même l’Etat) de s’en débarrasser. Pour rappel, la liberté, pour la gauche, consiste à obéir à l’idéologie sacrée (République) tout en se croyant libre d’accomplir sa propre volonté, parce que le citoyen (créature) a reçu l’éducation nécessaire pour vouloir la volonté de la République (le seul bien possible). A ce seul prix, il est libre de jouir conformément aux pratiques de la société nouvelle, et de s’exprimer, parce qu’il ne remettra jamais cette idéologie en cause. Il ne pourra pas transgresser ses « valeurs » (morales) sous peine de péché mortel (voir mon précédant article).

Ce « droit fondamental » consacre en réalité le divorce entre le matériel et le spirituel : les voici présentées comme deux sphères étrangères l’une à l’autre, n’ayant aucun lien, aucun rapport. L’âme du fœtus est niée en ce qu’il devient une simple matière en formation. Or, « un corps et une âme », deux éléments indissociables avant la mort, caractérisent précisément la nature de l’être humain créé par Dieu. Cette négation de la nature humaine à la fois ancrée dans le matériel (dans sa chair, sans la Terre) et le spirituel (par son âme, son essence), qui en faisait ainsi un « homme complet » pour reprendre le mot de Marcel De Corte, s’avère nécessaire pour mettre en place le règne de « l’Homme nouveau » (Jacobin). Il fabrique ou interrompt lui-même la vie. L’Homme-Dieu se retourne contre Dieu, de la même manière que Satan se rebelle contre son créateur pour ériger une partie de lui-même en dieu ainsi que l’explique Marcel De Corte. Toutes les limites biologiques, qui rattachaient l’homme à sa nature, doivent être abolies. Cela vous explique la raison de l’anti-Catholicisme de la République dite française. C’est le « progrès » ! Ou plus justement, le progressisme de la gauche (terme adéquat et idéologique, le nom de « progrès » étant en réalité novlangue car il recouvre une réalité autre que son sens original). Corollaire de l’anthropocentrisme, le progressisme vise en réalité à abolir toute limite biologique, tout ordre naturel, toute attache au spirituel (à Dieu). Plus l’Homme nouveau (dit moderne) est coupé de Dieu, plus il devient esclave de l’homme...

L’exemple de l’IVG corrobore ainsi l’infinie radicalisation de la gauche : pour un homme du Moyen Âge, le sans-culotte paraitrait très « moderne », mais il semblerait complètement « rétrograde » en comparaison d’un homme né au XXIème siècle. De la même manière, Simone Veil fut « révolutionnaire » en son temps. Presque quarante ans après, elle passerait sans doute comme « conservatrice » ou périmée. Qu’importe, la pensée de gauche a une mémoire sélective. Elle vit dans une dimension abstraire et imaginaire, peuplée de fantômes. Elle brandit toujours le nom de l’abstraction Simone Veil comme un étendard dès qu’il est question d’IVG. Qu’importe la pensée réelle de cette militante. La gauche est spécialiste de la falsification du réel. Elle le déforme, elle reprend à son compte tout ce qui peut servir son idéologie. Elle a besoin, ainsi, de falsifier constamment les évènements, d’opérer un tri sélection, et de manipuler les esprits... parce que le naturel reviendrait au galop.

Virginie Vota.

L’idéologie, c’est toujours de la merde, une prison pour le mental, de la manipulation de l’opinion publique, du mensonge patenté et officialisé.

À fortiori pour l’idéologie de gôche..., qui s’avère encore plus dangereuse parce-que drapée dans un soi-disant "progressisme" alors que, bien souvent, il s’agit d’une régression, et même parfois d’une dégénérescence, d’une involution, comme tout ce qui touche aux "droits" LGBT.

L’idéologie empêche les gens de penser par eux-mêmes, et contient les germes du négationnisme et du révisionnisme  : nier les faits pour réécrire l’histoire dans un but manipulation des foules.

Le cas Simone Veil en est un exemple, de même que le cas Jean-Luc Mélenchon (Voir cette [vidéo] ()), un chantre du négationnisme et du révisionnisme.

En complément sur Simone Veil :

En complément sur avortement :

En complément sur gauche :

   

Lundi 12 Juin 2017 - News # 4662 

Frédéric Lordon : "Il se forme une situation" :

Logiquement, tout avance de concert. Au moment où Macron est élu, nous découvrons que La Poste enrichit sa gamme de services d’une offre « Veiller sur mes parents » à partir de 19.90€ par mois (plusieurs formules : 1, 2, 4, 6 passages par semaine). Le missionné, qu’on n’appellera sans doute plus « l’agent » (tellement impersonnel-bureaucratique – old), mais dont on verra si la Poste va jusqu’à l’appeler l’« ami de la famille », passe en voisin, boit le café, fait un petit sms pour tenir au courant les descendants, bref – dixit le prospectus lui-même – « maintient le lien social ». Résumons : Pour maintenir le lien social tout court, c’est 19.90€. Et pour un lien social béton (6 visites par semaines), c’est 139.90€. Tout de même. Mais enfin il y va du vivre ensemble.

En 1999, des lignards d’EDF en vacances et même en retraite avaient spontanément repris du service pour rétablir le courant après la tempête. Ils l’avaient fait parce qu’ils estimaient que, dans cette circonstance exceptionnelle, il se jouait quelque chose entre eux, le service public dont ils étaient ou avaient été les agents, et la société dans son ensemble, quelque chose qui n’était pas de l’ordre d’un lien contractuel-marchand et procédait de mobiles autres que pécuniaires. Maintenant que nous en sommes à l’étape de la forfaitisation du lien social, nous percevons combien cette réaction qui fut la leur a été une tragique erreur. Puisqu’il est décidé que tout, absolument tout, est monnayable, la prochaine fois que les lignes sont à terre, on espère bien que toute demande de reprise de service obtiendra pour réponse, au mieux la renégociation en position de force du tarif des prestations extraordinaires, et plutôt d’aller se carrer les pylônes.

Le contresens anthropologique du lien social tarifé semble ne pas apercevoir que, précisément, la transaction contractuelle-marchande n’est au principe d’aucun lien, entendons autre que le lien temporaire stipulé dans ses clauses, dont l’échéance est fixée par le paiement qui, dit très justement l’expression, permet de s’acquitter – c’est-à-dire de quitter. Après quoi les co-contractants redeviennent parfaitement étrangers l’un à l’autre. C’est pourtant ce modèle « relationnel » que la société néolibérale, La Poste en tête, se propose de généraliser à tous les rapports humains, désastre civilisationnel dont le désastre électoral de ce printemps n’est que l’épiphénomène. Mais aussi l’accélérateur. Avec peut-être toutes les vertus des accélérations à contresens : déchirer les voiles résiduels, clarifier la situation, rapprocher des points critiques. Si l’on peut placer un espoir raisonnable dans la présidence Macron, c’est celui que tout va devenir très, très, voyant. C’est-à-dire odieux comme jamais.

Car il ne faut pas s’y tromper, la France n’est nullement macronisée. Les effets de levier composés du vote utile font à l’aise un président avec une base d’adhésion réelle de 10% des inscrits. Quant aux législatives, le réflexe légitimiste se joint à la pulvérisation des candidatures d’opposition pour assurer de rafler la mise. Par l’effet de cette combinaison fatale, le 19e arrondissement de Paris, par exemple, qui a donné Mélenchon en tête au premier tour avec plus de 30% est ainsi bien parti pour se donner un député macronien – on aurait tort d’en tirer des conclusions définitives. Mais en réalité, au point où nous en sommes, tout ça n’a plus aucune importance. La vérité, c’est que « la France de Macron » n’est qu’une petite chose racornie, quoique persuadée de porter beau : c’est la classe nuisible.

La classe nuisible est l’une des composantes de la classe éduquée, dont la croissance en longue période est sans doute l’un des phénomènes sociaux les plus puissamment structurants. Pas loin de 30% de la population disposent d’un niveau d’étude Bac+2 ou davantage. Beaucoup en tirent la conclusion que, affranchis des autorités, aptes à « penser par eux-mêmes », leur avis compte, et mérite d’être entendu. Ils sont la fortune des réseaux sociaux et des rubriques « commentaires » de la presse en ligne. La chance de l’Europe et de la mondialisation également. Car la classe éduquée n’est pas avare en demi-habiles qui sont les plus susceptibles de se laisser transporter par les abstractions vides de « l’ouverture » (à désirer), du « repli » (à fuir), de « l’Europe de la paix », de « la dette qu’on ne peut pas laisser à nos enfants » ou du monde-mondialisé-dans-lequel-il-va-bien-falloir-peser-face-à-la-Russie-et-aux-Etats-Unis. La classe demi-habile, c’est Madame de Guermantes à la portée d’un L3 : « la Chine m’inquiète ».

La propension à la griserie par les idées générales, qui donnent à leur auteur le sentiment de s’être élevé à hauteur du monde, c’est-à-dire à hauteur de gouvernant, a pour effet, ou pour corrélat, un solide égoïsme. Car la demi-habileté ne va pas plus loin que les abstractions creuses, et ignore tout des conséquences réelles de ses ostentations abstraites. En réalité, elle ne veut pas les connaître. Que le gros de la société en soit dévasté, ça lui est indifférent. Les inégalités ou la précarité ne lui arrachent dans le meilleur des cas que des bonnes paroles de chaisière, en tout cas aucune réaction politique. L’essentiel réside dans les bénéfices de la hauteur de vue, et par suite d’ailleurs la possibilité de faire la leçon universaliste aux récalcitrants. En son fond elle est un moralisme – comme souvent bercé de satisfactions matérielles. Sans surprise, elle résiste à la barbarie en continuant de boire des bières en terrasse – ou, plus crânement encore, en brassant elle-même sa propre bière.

Demi-habile et parfaitement égoïste, donc : c’est la classe nuisible, le cœur battant du macronisme. Elle est le fer de lance de la « vie Macron » – ou du vivre ensemble La Poste. Partagée entre les déjà parvenus et ceux qui continuent de nourrir le fantasme, parfois contre l’évidence, qu’ils parviendront, elle est la classe du capital humain : enfin un capital qui puisse être le leur, et leur permettre d’en être  ! Ceux-là sont habités par le jeu, ils y adhèrent de toute leur âme, en ont épousé avec délice la langue dégénérée, faite signe d’appartenance, bref : ils en vivent la vie. Ils sont tellement homogènes en pensée que c’est presque une classe-parti, le parti du « moderne », du « réalisme », de la « French Tech », du « projet personnel » – et l’on dresserait très facilement la liste des lieux communs d’époque qui organisent leur contact avec le monde. Ils parlent comme un journal télévisé. Leurs bouches sont pleines de mots qui ne sont pas les leurs, mais qui les ont imbibés si longtemps qu’ils ont fini par devenir les leurs – et c’est encore pire.

Cependant, l’égoïsme forcené joint à l’intensité des investissements existentiels a pour propriété paradoxale de faire de la classe de « l’ouverture » une classe séparée et claquemurée, sociologiquement minoritaire en dépit des expressions politiques majoritaires que lui donnent les institutions électorales – qui disent là comme jamais la confiance qu’elles méritent. La seule chose qui soit réellement majoritaire, c’est son pouvoir social – mais comme on sait, à ce moment, il convient de parler non plus de majorité mais d’hégémonie. Sans surprise, la sous-sous-classe journalistique en est le joyau, et le porte-voix naturel. L’élection de Macron a été pour elle l’occasion d’un flash orgasmique sans précédent, ses grandes eaux. Au moment où nous parlons d’ailleurs, on n’a toujours pas fini d’écoper. En tout cas la classe nuisible est capable de faire du bruit comme quinze. Elle sait ne faire entendre qu’elle et réduire tout le reste – ouvriers, employés, des masses elles bien réelles – à l’inexistence. Au prix, évidemment, de la sourde accumulation de quelques « malentendus », voués un de ces quatre à faire résurgence un peu bruyamment.

Il pourrait y avoir là de quoi désespérer absolument si le « progrès intellectuel » de la population ne fabriquait plus que des possédés, et se faisait le parfait verrou de l’ordre social capitaliste. Mais la classe nuisible n’est qu’une fraction de la classe éduquée. C’est qu’en principe, on peut aussi se servir de capacités intellectuelles étendues pour autre chose. Bien sûr on ne pense pas dans le vide, mais déterminé par toutes sortes d’intérêts, y compris matériels, à penser. De ce point de vue les effets du néolibéralisme sont des plus ambivalents. S’il fabrique de l’assujetti heureux et de l’entrepreneur de lui-même, il produit également, et à tour de bras, du diplômé débouté de l’emploi, de l’intellectuel précaire, du startuper revenu de son esclavage. La plateforme OnVautMieuxQueCa, qui a beaucoup plus fait que les directions confédérales dans le lancement du mouvement du printemps 2016 – qui a même fait contre elles… –, cette plateforme, véritable anthologie en ligne de la violence patronale, dit assez où en est, expérience à l’appui, une large partie de la jeunesse diplômée dans son rapport au salariat. Et, sous une détermination exactement inverse, dans ses propensions à penser. On peut donc ne pas tomber dans l’exaltation « générationnelle » sans manquer non plus de voir qu’il se passe quelque chose dans ces tranches d’âge. Si d’ailleurs, plutôt que de revoir pour la dixième fois The social network et de se rêver en Zuckerberg français, toute une fraction de cette génération commence à se dire « ingouvernable », c’est sans doute parce qu’elle a un peu réfléchi à propos de ce que veut dire être gouverné, suffisamment même pour apercevoir qu’il n’y a va pas seulement de l’Etat mais de l’ensemble des manières de façonner les conduites, auxquelles les institutions formelles et informelles du capitalisme prennent toute leur part.

Sur ce versant-là de la classe éduquée, donc, ça ne macronise pas trop fort – sans compter d’ailleurs tous ceux à qui l’expérience prolongée a donné l’envie de changer de bord : les cadres écœurés de ce qu’on leur fait faire, les dégoûtés de la vie managériale, les maltraités, les mis au rebut, à qui la nécessité fait venir la vertu, mais pour de bon, qui ont décidé que « rebondir » était une affaire pour baballe exclusivement, ne veulent plus se battre pour revenir dans le jeu, et prennent maintenant la tangente. Or ce contingent de têtes raides ne cesse de croître, car voilà le paradoxe du macronisme : en même temps qu’il cristallise la classe nuisible, son effet de radicalisation, qui donne à l’époque une clarté inédite, ouvre d’intéressantes perspectives démographiques à la fraction rétive de la classe éduquée.

Cependant le privilège social de visibilité de la classe éduquée, toutes fractions confondues, n’ôte pas qu’on ne fait pas les grands nombres, spécialement dans la rue, sans la classe ouvrière mobilisée. En l’occurrence affranchie des directions confédérales, ou du moins décidée à ne plus les attendre. Mais ayant par suite à venir à bout seule de l’atomisation et de la peur. Pas le choix : il faut qu’elle s’organise – se ré-organise... Et puis s’organiser avec elle. Caisses de solidarité, points de rencontre : dans les cortèges, dans de nouveaux groupements où l’on pense l’action en commun, tout est bon. En tout cas, comme dans la jeunesse, il se passe quelque chose dans la classe ouvrière : de nombreux syndicalistes très combatifs, durcis au chaud de plans sociaux spécialement violents, virtuellement en rupture de centrale, font maintenant primer leurs solidarités de lutte sur leurs appartenances de boutique, laissent leurs étiquettes au vestiaire et ébauchent un front uni. Si quelque jonction de la jeunesse décidée à rompre le ban ne se fait pas avec eux, rien ne se fera. Mais la détestation de l’entreprise, promise par le macronisme à de gigantesques progrès, offre d’excellentes raisons d’espérer que ça se fera.

Il n’est pas certain que le macronisme triomphant réalise bien la victoire à la Pyrrhus qui lui est échue. C’est que jusqu’ici, l’indifférenciation patentée des partis de gouvernement censément de bords opposés parvenait encore vaille que vaille à s’abriter avec succès derrière l’illusion nominale des étiquettes de « l’alternance ». Evidemment, l’alternance n’alternait rien du tout, mais il restait suffisamment d’éditorialistes abrutis pour certifier que la « gauche » succédait à la « droite, ou l’inverse, et suffisamment de monde, à des degrés variés de cécité volontaire, pour y croire. Le problème du macronisme, c’est précisément… qu’il a réussi : sa disqualification des termes de l’alternance prive le système de son dernier degré de liberté, assurément factice mais encore doté de quelque efficacité résiduelle. Quand il aura bien mis en œuvre son programme, poussé tous les feux, par conséquent rendu folle de rage une fraction encore plus grande de la population, où trouvera-t-il son faux alternandum et vrai semblable, l’entité faussement opposée et parfaitement jumelle qui, dans le régime antérieur, avait pour double fonction de soulager momentanément la colère par un simulacre de changement tout en assurant la continuité, quoique sous une étiquette différente ?

Résumons-nous : bataille terminale au lieu du noyau dur – le rapport salarial, via le code du travail –, intégration ouverte de l’Etat et du capital, presse « en plateau », extase de la classe nuisible et radicalisation antagoniste des défecteurs, colère grondante des classes populaires promises à l’équarrissage, fin des possibilités théâtrales de l’alternance, disparition définitive de toute possibilité de régulation interne, de toute force de rappel institutionnalisée, de tout mécanisme de correction de trajectoire : à l’évidence il est en train de se former une situation. À quelque degré, ce gouvernement-du-barrage-contre-le-pire doit en avoir conscience puisqu’il approfondit le mouvement, déjà bien engagé, de proto-fascisation du régime : avec les ordonnances du code du travail, la normalisation de l’état d’urgence en droit ordinaire a été logiquement sa première préoccupation. Ultime moyen de contrôle de la situation, lui semble-t-il, mais qui contribue plutôt à l’enrichissement de la situation. Et confirme que la question de la police va se porter en tête d’agenda, comme il est d’usage dans tous les régimes où l’état d’illégitimité n’est plus remédiable et où ne reste que la force armée, la seule chose opposable à la seule opposition consistante : la rue. Car il est bien clair qu’il n’y a plus que la rue. Si « crise » désigne le moment résolutoire où les trajectoires bifurquent, nous y sommes. Quand tout est verrouillé et que la pression n’en finit pas de monter, il doit se passer quelque chose. Ce dont les forces instituées sont incapables, seul l’événement peut l’accomplir.

Source : LundiMatin #108 ().

Une analyse brillante, comme bien souvent de la part de Frédéric Lordon, qui confirme la déliquescence de la démocratie et de la société française et la montée inexorable des tensions dans le pays.

En complément sur Frédéric Lordon :

En complément sur libéralisme :

En complément sur marchand :

   

Lundi 12 Juin 2017 - News # 4656 

 

Quelques réflexions sur les législatives 2017 et la "démocratie" française en général :

 

La République en Marche de Macron a reçu seulement 12,7% des suffrages de tous les Français en droit de voter, et malgré cette très faible représentation, va obtenir une écrasante majorité à l'Assemblée nationale :

Tout le monde comprend que cette situation est inique. Que faut-il conclure de ce qui se passe dans le pays depuis au moins un an ?

Bien que continuant à soutenir l'UPR (pour des raisons d'analyses pertinentes de la situation en Europe et en France par ce parti, et aussi parce-que je pense que François Asselineau est quelqu'un de véritablement intègre et compétent), je pense sincèrement que désormais en France, et d'ailleurs dans d'autres pays du monde également, l'unique moyen de renverser ce système oligarchique inique et déloyal est de le faire par le bas (hormis de faire une révolution violente), c'est-à-dire par là où ils ne nous attendent pas.

Çela signifie que la solution réside dans le fait de créer un mouvement politique (et pas un parti) faisant la promotion de la démocratie directe participative neutre exclusivement au niveau local.

Au niveau local, cela signifie dans les petites communes, celles où il n'y a pas d'enjeux, les grosses communes ouvrant les gros appétits de notre traîtres de politiciens intéressés et carriéristes.

Il faut présenter dans de petites communes des candidats qui seront donc maires mais non des décideurs : ils mettront en place dans leur ville une démocratie directe participative neutre, c'est-à-dire qu'ils feront marcher la machine à produire la démocratie mais sans jamais décider à la place des citoyens.

Ces expériences de démocratie directe, couplées à de l'éducation populaire intense sur Internet, par des conférences et des vidéos, vont permettre la diffusion de ce concept de démocratie directe participative neutre, et de proche en proche, ce système réellement démocratique va faire tache d'huile. À partir d'un certains seuil, et selon la théorie éprouvée du 100ème singe (Voir cette [vidéo] ()), ce système se généralisera partout au niveau local, pour plus tard remonter d'un échelon vers le départemental, puis le régional, et enfin le national.

De mon point de vue, aujourd'hui, il n'y a aucune autre façon de changer le système par voie légale.
C'est la conclusion à laquelle je suis arrivé
après avoir réalisé pendant plus de 9 ans tout le travail de diffusion qui se trouve sur ce site.

Je pense que tous les amoureux de la démocratie et de la France doivent désormais consacrer leurs énergies et leur temps à l'instauration de ce système au niveau local, et cesser de croire qu'ils vont parvenir par la voie traditionnelle à changer quoi que ce soit.

Il y a trop de communes pour les gens au pouvoir. Cela signifie que le système ne peut les contrôler toutes (ils cherchent d'ailleurs à les faire disparaître au profit d'agglomérations de communes qui sont des entités plus juteuses et contrôlables par eux). Or, nous sommes plus nombreux que ces politiciens et oligarques traîtres. C'est là l'une de nos forces maîtresses. Utilisons la pour conquérir, pour commencer, toutes les petites communes.

Ne vous faites aucune illusion : la démocratie directe participative neutre est le seul moyen possible désormais pour le peuple de reconquérir le pouvoir.

À méditer...

En complément sur législatives 2017 :

En complément sur Macron :

     

Mardi 30 Mai 2017 - News # 4408 

François Asselineau de l'UPR sera en DIRECT le Mardi 30 Mai 2017 à partir de 21h00 :

 ATTENTION : le premier tour des législatives est SPÉCIAL ! 
 

En  effet, un décompte des voix a lieu au premier tour des législatives qui détermine :

  1. Le montant de la subvention d'État accordée aux partis : 1,42 euro par suffrage exprimé à partir du moment où 50 députés ont reçu chacun au moins 1% des voix.
  2. Le temps de parole dans tous les médias établi par le CSA sur la base du nombre total de voix exprimées sur tout le territoire.

Il est donc capital que tous les adhérents et sympathisants UPR votent impérativement pour le candidat UPR de leur circonscription !

Pensez-y !

En complément sur François Asselineau :

En complément sur UPR :

En complément sur Législatives 2017 :

En complément sur CSA :

 

Samedi 6 Mai 2017 - News # 3910 

Camel Bechikh, porte-parole de l’association Fils de France, explique pourquoi dan cet entretien du Printemps 2017, pour toute personne croyante ou ayant des valeurs humanistes et aimant la France, il est totalement aberrant de voter pour Emmanuel Macron :

 

Une intervention sensée et intelligente.

À voir !

PS : Meri à Maya pour m'avoir signalé la vidéo ! 


Vendredi 31 Mars 2017 - News # 2991 

François Asselineau était l'invité de France Inter Vendredi 31 Mars 2017. Voir cette [vidéo] ().

La remarque du journaliste "Ce qui reste à vérifier tout de même" est bien dans la mentalité déloyale de France Inter : semer le doute, et manipuler l'opinion publique. Alexa Ranking ne peut pas être taxé de manipuler ses statistiques.

Enfin le pompon du mensonge et de la désinformation de cette émission, lorsqu'Isabelle Veyrat-Masson déclare à propos des temps de parole accordés aux candidats dans les médias : "Ces règles répondent à une demande sociale". Lamentable ! La loi Urvoas remplaçant l'égalité par une fausse équité est une forfaiture sémantique et démocratique. Nous sommes vraiment dans l'ère de la post-vérité, de l'apostasie de la Vérité.


Mercredi 22 Mars 2017 - News # 2798 

Le bal des faux-culs continue : le CSA rappelle à l'ordre TF1 pour les propos de Pernaut sur les SDF et les migrants. Voir [ici] (). Ça, pour nous faire la leçon avec leur idéologie de merde sur les migrants, ils sont numéro un au CSA : ça ne les dérange pas que des français qui ont tout perdu, et qui sont dans la rue, n'aient le droit à rien pendant qu'on sponsorise des migrants, qu'on les héberge, qu'on les soigne, etc. Au CSA, ça ne les dérange pas non plus que TF1 ait organisé un débat à la présidentielle avec seulement 5 candidats sur les 11 officiellement déclarés (et par lui-même, en plus !), et que la démocratie ne soit pas respectée, non, le plus important selon ces cons, c'est de faire un rappel à TF1 parce-que Pernaut a dit : "Voilà, plus de places pour les sans-abris, mais en même temps les centres pour migrants continuent à ouvrir partout en France", ce qui est une parole de bon sens à partir de faits observables. Et il y a en plus en France, des cons qui ont porté plainte au CSA contre ça... ^^ La bêtise, le déni de réalité, et le deux poids deux mesures, dans toute leur "splendeur".


Dimanche 19 Mars 2017 - News # 2748 

Éclat de rire dans le public à l'émission "On n'est pas couché" quand son porte-parole veut expliquer les affaires qui plombent Macron. Voir [ici] (). Franchement, les macronistes prennent les Français pour des cons. Qui en France peut encore croire que Macron roule pour les 99% ? Tout cela montre que les sondages sont bidonnés, et je vous fais une prédiction : le score de Macron au premier tour va être minable, c'est-à-dire bien en dessous de ce que les sondages nous disent aujourd'hui. On peut tromper le peuple longtemps, mais pas indéfiniment.


Samedi 11 Mars 2017 - News # 2656 

Une comparaison des temps de paroles des différents candidats à la présidentielle où comment les médias-menteurs manipulent l'opinion publique en donnant plus de temps d'antenne à certains, et moins à d'autres. Voir [ici] ().


Samedi 4 Mars 2017 - News # 2517 

Un score de 0,07 pour François Asselineau : le CSA publie le temps de parole des « candidats probables » aux Présidentielles de 2017. Voir [ici] (). C'est la censure manifeste par le système des candidats dont il ne veut surtout pas. Tous les faits montrent que les tenants du pouvoir et des institutions ont trahi l'idéal républicain et démocratique dont ils ne cessent de nous rabattre hypocritement les oreilles à longueur de temps. Nous vivons une époque de plus en plus trouble, où l'éthique et la droiture ont été progressivement dissoutes dans les intérêts partisans, quand ce ne sont pas des intérêts financiers et les privilèges. C'est monstrueux. On se croirait revenu au temps de la décadence de Rome où les sénateurs ne songeaient qu'à profiter du système, ne se souciant plus du tout du peuple, mais continuant néanmoins de lui faire des discours d'enfumage à longueur de temps. C'est pitoyable et inquiétant.


Samedi 19 Décembre 2015 - News # 1190 

Verrouillage de la démocratie par les socialistes néofascistes : l'étau se resserre : ils veulent par une loi supprimer l'égalité de temps de parole des candidats à la présidentielle. Voir [ici] (). Déjà l'accès des candidats aux élections est pré-conditionné par la course aux 500 signatures et leur passage dans les médias, mais désormais ces derniers ne seront plus obligés de respecter le temps de parole de chacun. C'est dément... Depuis plusieurs mois, tout montre que nous basculons peu à peu mais inexorablement dans le smart fascisme d'un État totalitaire, qui veut un pouvoir sans partage. De plus en plus inquiétant...


Pour afficher toutes les News du jour, cliquez [ici].


Si vous aimez
cette page
 : 




Si vos moyens vous le permettent,  supportez ce site !  Faites régulièrement un don, même très modeste :  $CA 

[Mur des donateurs]   [À propos de la publicité]



Le Design, les Articles et Commentaires de ce Site sont © 2008-2019 BlueMan
Reproduction interdite - Tous droits réservés.




Pour toute question ou commentaire, n'hésitez pas à m'écrire en utilisant cette [PAGE] .